Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Loi des rendements décroissants II.

10 Mars 2010 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

La loi des rendements décroissants s'applique aussi dans la vie des civilisations.
Un internaute a dit que je prenais certains pour des cons, je ne dois pas le cacher, j'ai trop fréquenté professionnellement les classes dirigeants et effectivement, je les considére mal.

Vulgairement parlant, malgré les diplômes et bac + 12 comme me l'a dit cet internaute, ils s'autoenferment dans des moules à cons, et en ressortent, comme tels.
Dernièrement, j'ai entendu les propos d'un cadre retraité sur les fonds de pensions. Il me disait que sa PREFON lui assurait des coquets revenus.
Il avait souscrit dans la bonne période, celle de la maturation du système. Maintenant il assure un rendement fabuleusement ridicule  : 3 % l'an (même pas).
Aussi, je me suis permis de lui rappeler, que dans les années 1950, son propre père avait été l'un des plus virulents pour la mise en place des retraites complémentaires, qu'ils avaient poussé à la souscription des taux le plus élevés possibles.
L'aciérie où il travaillait proposait ses retraites (capitalisation), depuis longtemps déjà. Après 1945, avec elles, on pouvait se payer une sucette. Et pas au sens figuré.

L'expérience d'une génération avait été complétement perdue, par la suivante, et suivi la leçon sur la nécessité de compléter par une épargne personnelle.
C'est pour ça que le vécu est supérieur à l'éducation. L'éducation sans expérience de la vie, ça fabrique des pas bien malins. Des héritiers.

L'escroc, c'est quoi ? Un bac - 5 qui plume un bac + 5 entourés de conseils juridiques, mais l'illettré a une connaissance aigüe de la nature humaine, ainsi que de quelques articles du code civil.

C'est pour cela que mûrissent les révolutions, à cause du pourrissement des classes dirigeantes. Leur vue du monde est déphasée, ils n'imaginent même pas que les soucis de la majorité de la population, c'est d'équilibrer le budget, sans même des dépenses somptuaires.

Toutes les civilisations collapsent de la même manière. Des dépenses de plus en plus délirantes et de moins en moins utiles socialement.
C'est le passage des 30 glorieuses à aujourd'hui. Il a été très rapide. Pour des dirigeants, soit disant bien informés, on peut constater une chose : ils n'ont été informé que du conformisme ambiant et se sont alignés dessus, avec "the english touch".
La langue de communication n'a été que la langue de communication des dogmes, pas celle des doutes et des réserves.
On passe du productif, au financier. Sur le papier, le PIB est flamboyant, mais ce ne sont que des chiffres abstraits.

Au niveau des productifs, le manque de clairvoyance est identique. Sans doute parce que le témoin a été passé des productifs aux financiers.
Et même aux financiers pas bien malins, non plus. Ils sont incapables de penser qu'il puisse y avoir un plafond.
Le baril a atteint les 147 $. L'économie a collapsé juste après.

Quand aux discours des classes dirigeantes sur les "nécessités" et les "contraintes", les classes populaires ne sont absolument pas dupes, nulle part.
On sait très bien que cela ne vise qu'à lui tondre la laine sur le dos, et encore, il n'y a plus de laine aujourd'hui.
"
la Banque mondiale encourage les Etats à éliminer la protection sociale des travailleurs au Sud mais également au Nord |2|, notamment à travers la publication de son rapport annuel Doing Business (« Faire des affaires ») où la banque établit un classement de tous les pays en fonction de leur facilité à y « faire des affaires ». Plus la législation d’un pays facilite les licenciements et mieux il est côté ! A titre d’exemple, le Rwanda enregistre en 2009 la plus importante progression car les employeurs ne sont plus tenus de procéder à des consultations préalables avec les représentants des salariés (concernant les restructurations) ni d’en aviser l’inspection du travail. A l’inverse, le Portugal est déclassé pour avoir rallongé de deux semaines la période de préavis de licenciement. "

Clairement, il faut se poser la question de l'intelligence de la classe dirigeante, cravachant toujours plus pour forcer l'allure vers l'abime.
Juste en dessous, la culture "classe moyenne" qui critique les-rmistes-qui-méritent-bien-leur-sort-car-ils-ne-veulent-pas-travailler-et-être-ouinneur-pour-prendre-un-crédit-immobilier, ne vaut pas mieux.
La majorité de ceux qui se pensent "classe moyenne" sont des prolos ripolinés pour avoir bonne mine.
Le jour où il réfléchiront à leur situation (c'est visiblement une période en cours), les choses craqueront.
Un baril de pétrole à 200 $, ça n'existera pas, du moins, pas sans une baisse drastique de la valeur de la monnaie, et si ça monte à ce niveau, c'est la quantité qui flanchera...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
<br /> Des manoeuvres comptables ont précédé la chute de la banque Lehman Brothers.<br /> <br /> Le rapport révèle en détail comment une manoeuvre comptable, baptisée "Repo 105", utilisée dans le seul but de manipuler les comptes de Lehman, a contribué à l'effondrement de la banque.<br /> <br /> Ce "truc", a conclu Anton Valukas, remonte à 2001 et a été employé sans que les investisseurs ou les régulateurs en soient avertis. Il faisait croire que Lehman réduisait en 2008 son niveau global<br /> d'endettement, ce qui n'était pas le cas.<br /> <br /> Lehman, qui avait plus de 600 milliards de dollars d'avoir au moment de sa faillite, compte présenter dans le courant du mois un plan de réorganisation qui expliquera ce que compte faire la banque<br /> pour achever sa procédure de liquidation.<br /> <br /> http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=274c494e33ffd0a20be7d4c5a11dc781<br /> <br /> Conclusion : la banque Lehman Brothers avait (soi-disant) des "actifs" de 600 milliards de dollars au moment de sa faillite.<br /> <br /> Vous avez bien lu : des "actifs" de 600 milliards de dollars au moment de sa faillite.<br /> <br /> Aujourd'hui, c'est pareil.<br /> <br /> Aujourd'hui, les grandes banques nous expliquent qu'elles sont solides.<br /> <br /> Aujourd'hui, les grandes banques étatsuniennes nous expliquent qu'elles possèdent des soi-disant "actifs" de plusieurs centaines de milliards de dollars.<br /> <br /> Aujourd'hui, les grandes banques européennes nous expliquent qu'elles possèdent des soi-disant "actifs" de plusieurs centaines de milliards d'euros.<br /> <br /> Mais dans la réalité, la moitié de ces "actifs" sont des actifs pourris.<br /> <br /> 24 novembre 2009 :<br /> <br /> « Le Figaro : Quel est aujourd’hui le niveau des pertes non reconnues des banques ?<br /> <br /> Dominique Strauss-Kahn : Il reste d’importantes pertes non dévoilées : 50 % sont peut-être encore cachées dans les bilans. La proportion est plus forte en Europe qu’aux États-Unis. Je le redis :<br /> l’histoire des crises bancaires, notamment au Japon, démontre qu’il n’y aura pas de croissance vive et saine sans un nettoyage complet du bilan des banques. »<br /> <br /> http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2009/11/24/04016-20091124ARTFIG00576-strauss-kahn-il-faut-revoir-notre-modele-de-croissance-.php<br /> <br /> Dans la réalité, la moitié de ces "actifs" sont des créances irrécouvrables.<br /> <br /> Dans la réalité, la moitié de ces "actifs" ont une valeur réelle égale à zéro.<br /> <br /> La deuxième crise financière est devant nous.<br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> Il y a plusieurs degrés de compréhension de la crise, voilà le niveau le plus élevé que j'ai pu lire. Je suis allé plus loin, j'ai pensé la world occidental company avait organisé cette crise pour<br /> lutter contre l'inflation de TOUTES les matières premières de 2007. Mais parfois, quand je vois la débilité du système, je me dis que non, c'est bien ce que ça à l'air : la voracité de certains<br /> conduit à notre perte à tous. Je n'arrive pas à me décider, anarchie vorace ou élite manipulatrice ? La seule chose dont je suis sûr, c'est que la vérité est terriblement cynique. Ceux qui ont<br /> pervertie nos démocraties n'ont aucune humanité.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> @ 3 (sebz)<br /> Oui Monsieur!<br /> Mais hélas, trop peu de personnes en sont conscientes.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> La perte d'expérience, c'est d'ailleurs le fondement de la théorie des cycles de Kondratieff : tous les 60 ans, crise économique majeure, parce que les nouvelles élites oublient le passé et refont<br /> les mêmes erreurs (à savoir un surendettement massif conduisant à une crise de solvabilité, hier la bourse, aujourd'hui l'immobilier).<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> Un post intéressant sur la notion de "faillite d'Etat" aujourd'hui, sur le blog de Jorion.<br /> <br /> http://lachute.over-blog.com/ext/http://www.pauljorion.com/blog/<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> Patrick,<br /> je vends ma maison et j'ai reçu une proposition bizarre d'une personne. comme j'aibac+3 et lui peut etre bac -5, je me méfie. pourriez vous me donner une adresse sur ma messagerie où je pourrais<br /> vous envoyer les éléments afin que vous me donniez votre avis?<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> voilà mon adresse mel patt43600@hotmail.fr<br /> <br /> <br />
D
<br /> Baisse inédite en 60 ans de la masse salariale, première recette de la Sécu<br /> PARIS, 10 mars 2010 (AFP)<br /> <br /> La masse salariale du secteur privé, principale source de recettes pour la Sécurité sociale, est restée "stable" au quatrième trimestre mais affiche une baisse de 1,3% en 2009, du jamais vu depuis<br /> l'après-guerre, a annoncé jeudi l'Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss).<br /> <br /> Selon les statistiques de l'Insee, la masse salariale n'a jamais baissé depuis 1949, date de création de l'institut de statistiques, à l'exception d'un trimestre pour faits de grève en 1968.<br /> <br /> La contraction de la masse salariale cette année est donc inédite depuis la création de la Sécurité sociale à la Libération.<br /> <br /> La baisse d'un point de pourcentage de la masse salariale équivaut à deux milliards d'euros de recettes perdues par la Sécu.<br /> <br /> La masse salariale dépend du nombre d'emplois, mais aussi du niveau des salaires et primes.<br /> <br /> En 2009, le salaire moyen par tête (SMPT) a connu un rythme de hausse qualifié par l'Acoss de "très modéré par rapport aux années précédentes" (+1,2% au 4ème trimestre sur un an, contre environ<br /> 2,5%).<br /> <br /> C'est dû à "l'impact de l'indemnisation du chômage partiel".<br /> <br /> L'indemnité de chômage partiel, à la différence du salaire, est exonérée de cotisations patronales (mais pas de la CSG) ce qui fait perdre beaucoup de recettes à la Sécu.<br /> <br /> Or, au quatrième trimestre 2009, 144.000 personnes ont été placées en chômage partiel, après 156.000 au troisième, 245.000 au deuxième, 211.000 au premier, selon l'Insee.<br /> <br /> Les dernières prévisions officielles tablent sur un "trou" de Sécu de 23,5 milliards d'euros pour 2009.<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> à Sebz<br /> <br /> "Ex, je préfère discuter avec un californien ou un norvégien "intelligent/cultivé", en tout cas de mon "niveau", plutôt qu'un français pmu, ou stade de foot. Je pense que ce nouvel état de fait est<br /> essentiel!"<br /> <br /> Un nouvel état de fait ? Et l'Ancien Régime ? Et Zola ? Et la période pré-68 ?<br /> <br /> La mixité sociale, c'est un leurre. Par contre, plusieurs univers sociaux peuvent cohabiter et être complémentaires dans un Etat fort, et non pas subir ces tensions globales qu'ils subissent depuis<br /> l'avénement du libre-échange.<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Je vous suis globalement sur la faillite de l'élite, française comme d'autre pays d'ailleurs.<br /> <br /> En fait, je ne pense pas que la source de tout ça soit uniquement une faillite intellectuelle. Je pense juste qu'"en haut", les gens ne pensent qu'à leur gueule et à celles de leurs copains d'en<br /> haut.<br /> <br /> Maintenant, la fracture est plus grande entre les différentes couches sociales d'un même pays qu'entre les mêmes couches sociales de pays différents. Ex, je préfère discuter avec un californien ou<br /> un norvégien "intelligent/cultivé", en tout cas de mon "niveau", plutôt qu'un français pmu, ou stade de foot. Je pense que ce nouvel état de fait est essentiel!<br /> <br /> En suivant ce principe, on comprend la faillite des politiques à protéger leur pays: ce n'est pas par ignorance ou idiotie, c'est par desinterêt. Le sentiment national n'existe plus que pendant des<br /> matchs de foot, ou que dans certains pays à l'identité forte et refermés sur eux mêmes (ex Japon, Israël). Ailleurs, ça fait longtemps que les oligarques, russes, américains, européens, indiens ou<br /> chinois, se foutent de leur concitoyen de base, et préfère "dealer" avec leurs homologues.<br /> <br /> Pour l'instant ça tient, parce que:<br /> 1- ces politiciens sont démagogues,<br /> 2- la majorité de la population adore regarder le journal tv et absorber ces "infos" -> ils avalent donc couleuvres après couleuvres, sans se poser de questions (la majorité j'entends)<br /> 3- nous sommes en régime de suffrage universel. Il suffit d'hypnothiser la majorité, déjà apathique.<br /> <br /> Cependant, à jouer au con avec leur copains financiers devenus fous, ils risquent de casser le jouet. Il faut en effet qu'au minimum le peuple aie du pain et des jeux, rien a changé depuis 2000ans.<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> il y a trente ans que je m'étonne du ton des journaux économiques "immobilier c'est le bon moment pour acheter", etc<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> bel article.<br /> <br /> a quand le bouquin ?<br /> <br /> <br />
Répondre