Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nucléaire : rions encore...

9 Janvier 2012 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Economie

Not' bon ministre de l'intérieur vient de présenter un plan coûteux de sécurisation des centrales nucléaires, il va coûter bonbon, pour une efficacité inexistante.

Sanctions pénales, Tasers et caméras.

Cela va sans doute dissuader profondément les vrais terroristes, armées de Dragonov, Ak 47, RPG, explosif en tous genres, etc...
En réalité, ce plan n'est qu'un plan "anti-greenpeace" et n'arrivera -peut-être- qu'à effrayer et à bloquer que des pacifistes (et encore, pas sûr, il y a risque de les victimiser), mais pour des vrais terroristes, on pourra toujours repasser le costard en pin.


Ce n'est plus un ministre de l'intérieur, c'est un guignol, encore une preuve, pour ceux qui en doutait encore...Encore un qui croit que casser le thermomètre, c'est la solution.
Ces mesures de sécurité ne serait même pas en mesure d'affronter des loubards de banlieues...

 

Autre tartufferie, le PPP ou partenariat public privé, censé résoudre tous les problèmes. " ce système en apparence vertueux dissimule deux bombes à retardement. Tout d'abord, les loyers versés au privé reviennent au final à payer deux à trois fois plus cher le coût de l'équipement initial"".

Mais les lecteurs de ce blog le savait déjà. La différence, c'est que c'est le très respectueux "Monde" qui le dit.
Il ne pouvait pas faire moins, car "le parisien" avait déjà mangé le morceau.

On devient bien insolent dans la presse, désormais.

 

Toujours dans le minable et le clinquant, bonus pour tous les cadres dirigeants de Dexia. On se demande pourquoi ? Avoir coulé la boite ? .

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
A ceux qui critiquent l'administration ...
Regarder le privé :
sociétés bourrées d'incapables qui phagocytent les places de choix par leurs relations.
Gabgit vols détournement...
Incompétences à tous les échelons!
Jusqu'à preuve du contraire la corruption est rare dans l'administration. elle est le fait des dirigeants! Dans combien de pays peut on en dire autant?
L'objectif de l'empire est bien de détruire les états nations...
Le libéralisme vient de la réforme, du protestantisme... pourriture lente mais certaine de la société. Les élus. En plus c'est écrit... Monde pourri où des gens pacifiques en viennent à vouloir
savourer le goût le sang...
Répondre
A
"mafia" au lieu de "libéral"!
Et alors?
Ce n'est pas en changeant les étiquettes que l'on change la réalité du système économique et politique.
Si celà amuse certains à changer les étiquettes laissons les s'amuser,on a les plaisirs qu'on peut.
Si les mêmes préfèrent l'invective et les qualificatifs pour pallier leur difficulté à argumenter et démontrer,laisons les à leurs petits plaisirs solitaires si celà leur procure aussi du
plaisir...
Ne soyons pas intolérants!
Répondre
S
@Christophe
Les expressions comme : Perroquets, sida mental, poulets en batterie etc. tu peux les imprimer sur des badges et les accrocher au revers de ton veston, ça t’ira très bien.
Je m’explique : Même si ça m’emmerde de t’emmerder car parfois j’aime tes commentaires ; il y beaucoup de bonnes (voir très bonnes analyses) il faut qu’on éclaircisse cette histoire du mot «
libéral ».
Jean Christophe a parfaitement raison d’interpréter sa signification telle qu’il nous la présente car c’est comme cela que l’idéologie libérale se manifeste depuis qqs 3 décennies : sous couvert
des notions positives que l’idée libérale continue encore (malgré tout) à porter, les enflures mafieuses nous entrainent dans une sodomie permanente à coté de laquelle son prédécesseur biblique
n’est qu’un innocent jeux d’enfants.
L’idéologie libérale, au départ, se construisait sur une base des libertés individuelles ; celle d’entreprendre entre autres mais beaucoup plus encore ; cette base a été indiscutablement positive
et est la source de tant de bienfaits dans le monde occidental.
Jusqu’à l’époque – que je situerais dans les années 60 – où les fumiers se sont emparés des moyens de propagande et d’endoctrinement des masses (le doux euphémisme couramment utilisée est celui de
« moyens d’information ») ; les moyens financiers, ils l’avaient déjà mais dans une proportion incomparable avec la période actuelle.
Ces gens là ; ce mode là sont bel et bien le monde libéral car ils avancent en permanence avec l’idéologie qu’ils nomment libérale.
Est-ce un faux nez ou pas, un masque ou autre chose je m’en tape ; ils avancent avec le discours libéral.
La seule différence – et de taille – c’est que dorénavant l’idéologie libérale repose sur la base des libertés entrepreneuriales des sociétés multinationales exclusivement ; et au détriment des
libertés individuelles toujours ; à l’exception des individus qui composent les différents conseilles de surveillance de ces mêmes sociétés, bien entendu.
L’ennemi désigné étant l’état car lui seul est capable d’opposer une résistance qui vaille à leur système prédateur.
Je t’avais par le passé invité à t’exprimer là-dessus et tu a fais le mort, préférant continuer ton petit manège qui consiste à désigner encore et toujours les mêmes boucs émissaires : L’état et
son administration obscures et pléthoriques, branleurs, pas doués etc.
Ceux-là, non pas qu’ils n’existent pas mais sont secondaires.
Sachons faire la différence entre un loup et un merle.
Répondre
C
JC, pourquoi parles tu de "vie libérale" ?

C'est en entretenant ce contresens que le sida mental est entretenu chez les gens.

"l'art de la privatisation des gains et de la mutualisation des pertes", ce n'est pas du libéralisme, mais de la mafia.

Arrêtons à chaque coin de phrase de parler de "libéralisme".

A chaque fois j'ai l'impression d'entendre les vieux cocos de mon époque qui parlaient sans cesse de "fascisme" !

Conditionnement alors, conditionnement aujourd'hui.

Des poulets élevés en batterie. Où plutôt des perroquets.

"Libéralisme !" "Libéraux !"

Pendant ce temps, les mafieux nous enfilent.

Et en outre, les mafias ont évolué. Avant une mafia piquait le blé dans le privé, faisait du biz dans le privé.
Maintenant, le schéma gagnant, c'est d'utiliser la force de la loi.

Nous avons "nationalisés" nos mafias en quelque sorte. C'est ça le coup de génie.

Politiciens, gouvernements, fonctionnaires... la plupart travaillent pour et bénéficient d'une mafia publique.

Publique, et donc "légale".

Et les veaux n'y voient que du feu, et continuent de ruminer contre les "libéraux".
Répondre
B
Italie : taux des obligations à 10 ans : 7,159 %.

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

Italie : la Bourse de Milan perd 1,67 %.

La banque italienne UniCredit a chuté en Bourse lundi du fait de la forte décote attachée à son augmentation de capital. L'action de la première banque d'Italie par les actifs a chuté de 12,81 % à
2,286 euros pour le premier jour de sa levée de fonds.

L'action UniCredit a fondu de plus de 37 % en trois jours la semaine dernière, lorsque la banque a annoncé que l'augmentation de capital serait proposée avec une décote de 43 %, au prix de 1,943
euro par action.

L'indice Eurostoxx 50 du secteur bancaire a reculé de 2,2%, les investisseurs redoutant que des banques européennes ne soient dissuadées de faire appel au marché après l'expérience difficile que
connaît leur concurrente italienne.

"Le plongeon de l'action UniCredit, après l'annonce de son augmentation de capital la semaine dernière, indique qu'il est quasi impossible pour les banques européennes d'envisager l'option
augmentation de capital pour trouver des capitaux frais", commente Franklin Pichard Directeur Barclays Bourse.

L'opération d'UniCredit, qui cherche à lever 7,5 milliards d'euros, fait figure de test pour l'ensemble du secteur bancaire européen pressé par l'Autorité bancaire européenne (ABE) d'améliorer ses
volumes de fonds propres.

L'ABE exige que les banques européennes parviennent à un ratio de 9% d'ici la mi-2012 afin qu'elles soient en mesure d'encaisser le choc d'une éventuelle aggravation de la crise de la dette de la
zone euro.

(Dépêche Reuters)
Répondre
J
Vous en voulez de l'exemple PPP (Prends en Perpète dans ton Postérieur).
L'Hôpital de Corbeil construit sous le régime du P.P.P., toujours pas ouvert en raison de multiples malfaçons (8000), mais dont le titulaire du contrat perçoit déjà des loyers conséquents.
On peut aussi rajouter les "autocroutes", le pont de Millau, RFF (réseau ferré de France), la construction du futur ministère de la défense par Bouygues.

En rentabilité, prenons par exemple le contrat tramway et ses 9,56% de retour sur investissements garantis aux actionnaires par Reims Métropole.

Ainsi, les sociétés privés obtiennent un intérêt fixe, garanti, touchent les bénéfices … et laissent les déficits et le cout de construction à la charge du secteur public soit nos impôts...!
Elle est pas belle la vie libérale...

Allez ! Pour piqure de rappel à ceux qui l'on oublié ou l'ignore, il est important de rappeler que la mise en place du PPP vient de la loi Pons/Idrac sous Juppé en 95, consolidée par le
gouvernement Jospin/Gayssot/Salesse/Voynet.

Le profit est une chose contre laquelle je n'ai pas d'à priori, il me parait normal que celui qui investit ait un intéressement en retour mais le pillage organisé me débecte.

Nous sommes à tous les niveaux dans l'art de privatisation des gains et de la mutualisation des pertes, dans un hold-up permanent.

NB - Mme IDRAC Administrateur de Dexia de 2002 à 2007,
Senior advisor de Suez Environnement et de SIA Conseil depuis le 1er juin 2011,
Ancienne secrétaire d'État chargée du Commerce extérieur auprès de la ministre de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi dans le second gouvernement François Fillon, elle a rejoint pour la
campagne 2012 ...... BAYROU.

J'ai vraiment l'impression de vivre dans un monde paranormal...
Répondre
S
Il ne veut pas casser le thermomètre le brave guignol ; il veut juste ajouter quelques ornements, plumes dans le cul etc.
Au frais du couillon of course.
Et le ferme espoir de se sucrer au passage.
@valuebreak
bravo ; même si je pense que la palme revient au guignol d'agriculture ; entendu ce matin sur radio classique ; trop fort ; depuis les guignols rouges à l'est je n'ai pas vu qqchose de comparable
(excepté notre cher président bien sûr)
Répondre
V
not' bon ministre de l'industrie est au top lui aussi. D'après le Canard Enchainé de cette semaine, il a au cours d'un voyage officiel au Quatar demandé :
-"ça veut dire quoi GNL ?"
-"quel est l'intérêt de liquéfier le gaz ?"

... (soupir) ...
Répondre