Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour 60 patates t'as plus rien...

29 Septembre 2010 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

La grande pauvreté a encore frappé en Grande Bretagne. Des locataires de HLM (voir la photo) n'arrivent plus à payer la note de chauffage et l'électricité et doivent faire appel au fond pauvreté qu'on leur a refusé sous des motifs abjects.

 

Dans ce cas là, la ladrerie humaine atteint les sommets...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S

Et pendant ce temps, la gueguerre des retraites continuent en France et ailleurs.
Par contre d'autres ne s'en plaignent pas:
www.sauvegarde-retraites.org/docs/Retraites_Haut_fonctionnaires_européens_Annexe_3_27.pdf


Répondre
W

Je pense comme La Gaule, cette vacance est voulue.


Répondre
L

@ Lecteur

Intéressantes vos infos. Elles me confortent dans l’idée que l’immobilier reste le secteur ou la prétendue « loi du marché » s’efface le plus devant celle des rapports de force sociaux. Quelque
soit l’état du parc immobilier français, les prix ne sont pas prêts de s’effondrer sur ce marché là, car trop d’intérêts convergent en un front commun pour qu’il en soit ainsi (je ne suis
généralement pas trop d’accord avec les analyses de Patrick à ce sujet).
Concernant le parc HLM, le problème de la désertion du public existait déjà au tout début des années soixante dix, mais pour d’autres raisons que celles que vous évoquez aujourd’hui. A l’époque,
c’était l’enrichissement général de la société française des trente glorieuses (et non pas « le racisme » comme cela nous a été seriné inlassablement par la suite) qui provoquait la fuite des
anciens locataires vers des logements de meilleur standing ou présumés comme tel. Cela n’a d’ailleurs pas empêché les bétonneurs de continuer à planter de vastes ensembles collectifs dans les
champs à la périphérie des villes (les Minguettes à Lyon en est l’un des exemples les plus tristement célèbres).
Il est probable que la fameuse loi sur le regroupement familial des immigrés a été prise aussi pour apporter une réponse à ce déséquilibre qui préoccupait les pouvoirs publics du temps. Une
solution dont je ne vois pas ce qui empêcherait nos têtes pensantes d’y avoir recours encore et encore.


Répondre
L

Surprenant , non ? AFP

Des milliers de logements HLM vides dans des villes sans emploi
Alors que les organismes HLM sont réunis en congrès à Strasbourg et que la demande de logements sociaux reste forte, un document du ministère de l'Ecologie pointe l'existence de milliers
d'appartements vides dans certaines villes, notamment les plus touchées par la perte d'activités.
partagez votez réagissez
photo : Pierre Verdy, AFP Selon ce listing que l'AFP s'est procuré mercredi, certaines villes de France présentent des taux de vacance bien supérieurs à la moyenne, qui est de 3,9% pour les
HLM.

Ce taux atteindrait par exemple 11,6% à Villejuif (Val-de-Marne) qui dispose de 10.000 logements sociaux. La commune de Hombourg-Haut (Moselle) affiche un taux de 16,3% et Firminy, dans la Loire,
de 9%.

"En pointant les seuls offices ayant un parc supérieur à 100 logements, le chiffre d'appartements vacants habitables s'élève à 8.000", affirme le quotidien Le Parisien dans son édition de
mercredi.

"Cette enquête illustre le besoin d'avoir une politique territorialisée pour le logement", a déclaré à l'AFP le secrétaire d'Etat chargé du Logement, Benoist Apparu, estimant que la gestion des HLM
devait être "plus transparente et plus efficace".

à lire aussi
dans actualité :

Immobilier
Des milliers de logements HLM vides dans des villes sans emploi
BTP
Des bateaux au logement social: Bénéteau s'ouvre une nouvelle route
"Les taux de vacance les plus importants se retrouvent sur des départements plutôt ruraux, dans des secteurs où le marché du logement est peu tendu. Nous devons arrêter de construire des HLM dans
ces territoires, au risque de ne construire que des logements vides", a-t-il ajouté.

Au moment où le gouvernement a décidé de ponctionner 340 millions d'euros par an aux organismes HLM, le président de l'Union sociale pour l'habitat (USH), Thierry Repentin, fait état d'une
"communication d'opportunité, qui met en exergue des sujets lilliputiens pour qu'on ne parle pas des vrais problèmes auxquels est confronté le monde HLM".

Sans les confirmer, le président de l'organisme qui fédère le mouvement HLM juge que les chiffres les plus saillants dans le document du ministère "ne reflètent pas la réalité du marché".

Dans les villes où la demande est relativement faible, les logements vides résultent du "départ d'une grande entreprise ou d'une usine, fermeture d'une administration, délocalisation d'un régiment
d'armée...", donc d'une perte d'emplois et non d'une construction à outrance, analyse le président de l'USH.

Ainsi, si Modane (Savoie) dispose d'une centaine de logements vacants, c'est parce que les douaniers l'ont désertée après l'ouverture des frontières européennes, explique Charles Vinit, directeur
général de l'Office public d'aménagement et de construction de Savoie.

Quelque 9.000 personnes sont en attente de HLM dans ce département mais "le gars qui réclame Chambéry, je ne vais pas lui proposer un logement à 100 km", dit-il à l'AFP.

L'existence de logements vides dans les zones où la demande est forte, comme l'Ile-de-France, s'explique par la rénovation des parcs locatifs, relève Thierry Repentin.

Quant à Villejuif, le président de l'Office public de l'habitat de la ville indique que les chiffres la concernant sont "faux".

Citée par Le Parisien, l'ancienne ministre socialiste du Logement Marie-Noëlle Lienemann estime que les vacances traduisent souvent la vétusté du parc locatif.

"C'est la réalité sur certains logements", concède Thierry Repentin. "Ceci étant, et ça n'est contesté par personne, le parc HLM reste mieux entretenu que le parc privé".

Le parc des HLM en France compte 4,3 millions de logements et accueille 10 millions d'habitants.

----


Répondre
L

Heureusement pour les Grimaldi , à Monaco , la note de chauffage doit être plus basse , n'est-il pas ?

que deviennent les 3 mioches d'ailleurs ,je me tracasse beaucoup pour leur sort ( peu de nouvelles d'eux chez mr REYMOND Heureusement il nous donne des nouvelles de la Queen )
Steph plus bcp de nouvelles
Caro casée , mais avec un super alcoolo
Albert enfin marié , je crois , un beau coup comme Besson avec une greluche de 30 ans de moi ( vicelards )
la tune ça aide quand même .


Répondre
L

dépêche AFP ( ils découvrent la lune ? )

Surprenant hin, biloute
j y crois
chez moi dans le 62 c'est presque le tiers de mon quartier qui est vide ( le maire voulait faire venir des albanais kosovars etc ... en aide sociale gratos )
dépêche =

Des milliers de logements HLM vides dans des villes sans emploi
Alors que les organismes HLM sont réunis en congrès à Strasbourg et que la demande de logements sociaux reste forte, un document du ministère de l'Ecologie pointe l'existence de milliers
d'appartements vides dans certaines villes, notamment les plus touchées par la perte d'activités.

Selon ce listing que l'AFP s'est procuré mercredi, certaines villes de France présentent des taux de vacance bien supérieurs à la moyenne, qui est de 3,9% pour les HLM.

Ce taux atteindrait par exemple 11,6% à Villejuif

(Val-de-Marne) qui dispose de 10.000 logements sociaux.

La commune de Hombourg-Haut (Moselle) affiche un taux de 16,3% et Firminy, dans la Loire, de 9%.

"En pointant les seuls offices ayant un parc supérieur à 100 logements, le chiffre d'appartements vacants habitables s'élève à 8.000", affirme le quotidien Le Parisien dans son édition de
mercredi.

"Cette enquête illustre le besoin d'avoir une politique territorialisée pour le logement", a déclaré à l'AFP le secrétaire d'Etat chargé du Logement, Benoist Apparu, estimant que la gestion des HLM
devait être "plus transparente et plus efficace".

à lire aussi
dans actualité :


"Les taux de vacance les plus importants se retrouvent sur des départements plutôt ruraux, dans des secteurs où le marché du logement est peu tendu. Nous devons arrêter de construire des HLM dans
ces territoires, au risque de ne construire que des logements vides", a-t-il ajouté.

Au moment où le gouvernement a décidé de ponctionner 340 millions d'euros par an aux organismes HLM, le président de l'Union sociale pour l'habitat (USH), Thierry Repentin, fait état d'une
"communication d'opportunité, qui met en exergue des sujets lilliputiens pour qu'on ne parle pas des vrais problèmes auxquels est confronté le monde HLM".

Sans les confirmer, le président de l'organisme qui fédère le mouvement HLM juge que les chiffres les plus saillants dans le document du ministère "ne reflètent pas la réalité du marché".

Dans les villes où la demande est relativement faible, les logements vides résultent du "départ d'une grande entreprise ou d'une usine, fermeture d'une administration, délocalisation d'un régiment
d'armée...", donc d'une perte d'emplois et non d'une construction à outrance, analyse le président de l'USH.

Ainsi, si Modane (Savoie) dispose d'une centaine de logements vacants, c'est parce que les douaniers l'ont désertée après l'ouverture des frontières européennes, explique Charles Vinit, directeur
général de l'Office public d'aménagement et de construction de Savoie.

Quelque 9.000 personnes sont en attente de HLM dans ce département mais "le gars qui réclame Chambéry, je ne vais pas lui proposer un logement à 100 km", dit-il à l'AFP.

L'existence de logements vides dans les zones où la demande est forte, comme l'Ile-de-France, s'explique par la rénovation des parcs locatifs, relève Thierry Repentin.

Quant à Villejuif, le président de l'Office public de l'habitat de la ville indique que les chiffres la concernant sont "faux".

Citée par Le Parisien, l'ancienne ministre socialiste du Logement Marie-Noëlle Lienemann estime que les vacances traduisent souvent la vétusté du parc locatif.

"C'est la réalité sur certains logements", concède Thierry Repentin. "Ceci étant, et ça n'est contesté par personne, le parc HLM reste mieux entretenu que le parc privé".

Le parc des HLM en France compte 4,3 millions de logements et accueille 10 millions d'habitants.

mais mr LONGUET a pu s'acheter une belle villa sur la costa
en étant timbré


Répondre
N

Je ne pense pas que le trou soit principalement lié à l'immigration (d'autant qu'a contrario pas mal d'immigré cotisent et ne bénéficient pas de services médicaux).

De plus, pas mal d'immigrés travaillent dans le secteur médical comme infirmières ou médecins, ce qui contribue à faire un peu baisser le cout des prestations et donc à économiser des sous.

Les immigrés vraiment problématiques ne sont plus des immigrés, ce sont gens nés en France, les enfants d'ouvriers immigrés dits immigrés "de la seconde génération". Pour les voyous, leur place est
en prison, ou bien on leur enleve leurs droits pour qu'ils puissent vivre pleinement leurs reves de vivre "à l'afghane".

Non, le trou de la secu vient d'une mauvaise gestion, comme d'habitude (comme pour l'école etc), des investissements de l'état. L'état est nul en économie. Son role devrait se borner a faire
respecter le droit et assurer la securité des personnes et des biens.

Il faudrait mettre en concurrence les hopitaux entre eux, mettre en concurrence les ecoles entre elles (dans le secondaire, en primaire etc). Pourquoi interdire le libre choix des individus et
distordre les marchés de manière intenpestive et inefficace (credits, subventions etc) ?

Pour la même raison, je suis contre les HLM. L'étape numéro un pour adherer au capitalisme, c'est d'etre propriétaire de quelque chose. A partir de la, tout le monde a envie de vivre dans un
endroit joli et bien fréquenté, plus du tout envie de "foutre le bordel".


Répondre
R

elle est marrante la comparaison resto - secu..

M enfin le trou de la secu..c est l'immigration a 95%..

Quand la cousine d' Algerie vient accoucher, c est gratuit
et quand la grand mere du Mali debarque pour une operation..c est aussi gratuit..

Et quand l' Afghan veut se faire refaire les dents c est encore gratuit..

Pas besoin de chercher Midi a 14H


Répondre
N

En France ce n'est pas mieux:


http://www.objectifeco.com/economie/economie-politique/article/vincent-benard-si-la-restauration-etait-geree-comme-la-sante


Bon appétit !


Répondre
B

God(in) save the queen !


Répondre
S

J’ai toujours dit que cette famille incarnait à mes yeux le comble de la vulgarité.
Même si j’apprécie sincèrement l’élégance british quand elle est représentée par des individus venant des couches plus humbles de leur société.


Répondre
B

La pauvreté a explosé en Irlande.

La pauvreté va encore exploser en Irlande.

Un article du journal LE MONDE :

Y aurait-il "du défaut dans l'Eire" ? Derrière le jeu de mots qui prête à sourire, la question posée par les analystes de Natixis, dans une note du 9 septembre 2010, traduit les inquiétudes
suscitées ces derniers jours par la situation économique de l'Irlande et les déboires de son secteur bancaire.

Autrement dit : l'ancien "Tigre celtique" serait-il en passe de devenir la nouvelle Grèce de la zone euro ?

Il y a d'abord les chiffres, inquiétants.

Ceux de la dette et du déficit, plombés par le coût du sauvetage d'un système financier au bord de l'asphyxie.

Selon l'agence de notation Standard & Poor's (S & P), les nouvelles injections dans le capital de la banque en crise Anglo Irish risquent de propulser la dette publique irlandaise à 113 %
du produit intérieur brut (PIB) en 2012. A un iota de la dette publique grecque qui s'est établie en 2009 à 115 % du PIB.

Quant au déficit public, il est déjà énorme : il a atteint 14,3 % du PIB en 2009, un (triste) record au sein de la zone euro, et pourrait gonfler jusqu'à 20 % en 2010. Pour mémoire, celui de la
Grèce n'était "que" de 13,6 % en 2009.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/09/11/la-zone-euro-recommence-a-manquer-d-eire_1409917_3234.html

Récapitulons :

- l'Irlande aura une dette publique de 113 % du PIB en 2012 ;

- l'Irlande aura un déficit public de 20 % en 2010 ;

- l'Irlande va se déclarer en défaut de paiement.

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND


Répondre