Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Poussée des partis extrêmistes"

9 Mai 2012 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

Juppé fait dans le comique troupier : "La situation en Grèce est extrêmement préoccupante".

"Une progression des extrêmes ", contre les "partis de gouvernement" ou "raisonnables" ?

Bien entendu, aussi, en France, l'écrasante majorité est pour le rééquilibrage des finances publiques, des économies et pour rester dans l'euro.

Mais bien sûr, à condition que ce soit le voisin - qui ne le mérite pas- qui trinque.

Le retraité qui a voté à 57 % pour sarkozy, ne l'a fait que parce que sa retraite par répartition a été transformée en rente.

 

Quand tout le monde en prend plein la gueule, comme en Grèce, la donne est différente. Les partis "uniques mais double", qui votaient l'austérité, étaient, en réalité, par leur alignement sur la banque centrale, des partis dictatoriaux, parce qu'il n'y avait "pas d'alternative".

Comme dans les années 1930, la dictature financière apparait avant celle des nazis. Et la prépare.

L'Aube Dorée, n'est pas la menace. Ce qui est la dictature, c'est la banque centrale "indépendante", donc, infaillible et insanctionnable.
Là aussi, on se paie la gueule des iraniens et de leur théocratie, mais la théocratie iranienne est bien moins aboutie, et laisse d'amples marges d'existence à la société civile.

 

Les seuls débiles qui existent sont ceux qui dans le cas grecs veulent "rembourser" 400 milliards, et dans le cas français 1700.

Le premier devoir d'un homme politique, c'est d'éviter la guerre civile. C'est ce que j'ai toujours dit. Mais maintenant, on l'entend même à "C dans l'air" (enfin je crois).

 

PASOK et ND sont des partis talibans, encore étonnant qu'ils aient trouvé 32 % de veaux.

Ils sont des partis extrêmistes, et les seuls partis réalistes, sont ceux qui veulent la fin de la dette, et le retour à la nation.

 

De même, on verra la tête du bocheland quand il aura perdu, ou ruiné, tout ses clients européens... Avoir une industrie, c'est bien, avoir AUSSI des clients, c'est mieux.  

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Vendredi 4 mai 2012 :<br /> <br /> Le fonds souverain norvégien s'est débarrassé au cours du premier trimestre 2012 de la majorité des obligations souveraines dépréciées qu'il détenait au sein de la zone euro.<br /> <br /> Le fonds a vendu ses obligations souveraines portugaises et irlandaises, et a également réduit ses investissements dans les dettes de plusieurs pays, dont l'Italie et l'Espagne, a précisé son<br /> directeur général Yngve Slyngstad.<br /> <br /> http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/05/04/97002-20120504FILWWW00583-la-norvege-se-mefie-de-la-zone-euro.php<br /> <br /> Jeudi 10 mai 2012 :<br /> <br /> China Investment Corporation ne veut plus de dette de la zone euro.<br /> <br /> « Nos équipes cherchent toujours des opportunités d'investissement en Europe, mais nous ne voulons plus acheter d'emprunts d'Etat »... La remarque serait anodine si elle provenait d'un investisseur<br /> lambda. Le problème est qu'elle a été formulée par le président de l'un des principaux fonds souverains chinois, China Investment Corporation (CIC). Créé en 2007, celui-ci gère la bagatelle de 440<br /> milliards de dollars, ce qui le positionne comme le cinquième plus gros fonds souverain au monde selon le Sovereign Wealth Fund Institute.<br /> <br /> S'agit-il d'une volte-face des autorités chinoises ? En février, le gouverneur de la banque centrale, Zhou Xiaochuan, indiquait que l'institution était prête à investir dans les fonds de sauvetage<br /> européens et qu'elle continuerait à acheter de la dette souveraine de la zone euro. Pas forcément. En effet, CIC n'est pas le seul fonds souverain chinois et, contrairement au fonds SAFE (State<br /> Administration of Foreign Exchange), sa priorité n'est pas d'investir sur le marché obligataire. Fin 2010, les obligations représentaient seulement 27 % de son portefeuille.<br /> <br /> Nombreux sont les investisseurs qui, à l'instar de CIC, se tiennent à l'écart de la dette des pays de la zone euro, depuis que la tension est montée d'un cran, suite aux élections législatives en<br /> Grèce, qui ont composé une chambre à la fois sans majorité et dominée par les opposants aux plans de rigueur dictés par l'Europe.<br /> <br /> Selon un sondage effectué par Bloomberg auprès de quelque 1.500 investisseurs, analystes et traders, 57 % des opérateurs de marché estiment qu'au moins un pays aura abandonné l'euro d'ici à la fin<br /> de l'année. 80 % d'entre eux s'attendent à une détérioration de la situation sur le marché obligataire.
Répondre
A
J'en profite pour vous donner une bonne nouvelle : notre taux de chomage en Western Australia a encore baissé et est de 3.8%. Je vous rappelle egalement qu'on a besoin de 135.000 nouveaux salariés<br /> sur les 2 ans a venir, soit un demi million de personne en comptant les familles. Je conclus en repetant que la police et les locaux sont des mechant s rassistes qui font plein d'amalgames et de<br /> grosses blagues comme Coluche dans les 80'...
Répondre
B
Jeudi 10 mai 2012 :<br /> <br /> Zone euro : voici les créances de la Banque centrale allemande vis-à-vis des autres banques centrales :<br /> <br /> http://www.zerohedge.com/sites/default/files/images/user5/imageroot/2012/05/Bundesbank%20TARGET2%20April_0.jpg<br /> <br /> Les économies des Etats européens du nord s'éloignent des économies des Etats européens périphériques.<br /> <br /> La zone euro n'a pas créé des convergences entre les 17 pays membres.<br /> <br /> Au contraire, la zone euro a créé des divergences de plus en plus fortes.
Répondre
S
Petite piqûre de rappel:<br /> si ma vieille mémoire ne fait pas défaut, la révérante mère Angela est quand même à l'origine de ce boxon.<br /> N'avait-elle pas refuser catégoriquement à l'aube du problème grec, toute aide à la Grèce?<br /> Hormis le choix de la voiture de fonction, Nabot II n'a encore émis de considération. Sauf paroles de campagne à l'encontre de l'Europe et au vu de la chaleur torride de la bombe, il serait temps<br /> qu'il se démasque.
Répondre
H
@ Patrick, toujours dans le détail... Vision d'ensemble ? Zéro!<br /> Je suis sur que tu trouves normal que les acteurs ou joueurs de foot gagnent des millions...<br /> Lorsque les ribéry les depardieux gagneront un salaire honnete nous pourrons reparler des parlementaires! (et je passe sur les bétancourt et autres milliardaires enrichit sur le dos de l'état la<br /> pluspart du temps...
Répondre
B
Mercredi 9 mai 2012 :<br /> <br /> La crise politique grecque perturbe fortement le marché.<br /> <br /> La dette allemande a été fortement plébiscitée mercredi par les investisseurs avides de sécurité, son taux à 10 ans tombant au plus bas historique, 1,518 %, tandis que celle de l'Espagne a continué<br /> de souffrir de l'incertitude politique grandissante en Grèce.<br /> <br /> "Le marché obligataire, qui avait résisté depuis le début de la semaine, s'est fortement tendu aujourd'hui. A ses yeux, la digue grecque commence à céder", estime Cyril Regnat, stratégiste<br /> obligataire chez Natixis.<br /> <br /> Pour preuve, l'Allemagne, qui fait figure de havre de sécurité depuis le début de la crise de la dette en Europe, attire toujours plus d'investisseurs.<br /> <br /> Le pays emprunte à très bon prix. Berlin a réussi à lever ce mercredi 4 milliards d'euros à cinq ans au taux le plus bas de son histoire (0,56%).<br /> <br /> Et le rendement à 10 ans de l'obligation allemande (Bund) a franchi sur le marché obligataire secondaire, là où s'échange les titres de dette déjà émis, un nouveau plus bas depuis la création de la<br /> zone euro. Vers 17H30, il reculait à 1,518% contre 1,541% mardi à la clôture.<br /> <br /> "Avec un Bund allemand qui flirte avec les 1,5%, le marché anticipe déjà une sortie de la Grèce de la zone euro", estime M. Regnat.<br /> <br /> Athènes s'enfonce dans la crise politique depuis le résultat des législatives de dimanche, les partisans de la poursuite du plan d'austérité concocté avec l'UE et le FMI n'ayant pas obtenu la<br /> majorité (149 sièges sur 300).<br /> <br /> "La Grèce va recevoir comme prévu jeudi 5,2 milliards d'euros de ses créanciers publics, mais le versement des prochaines tranches d'aide est en question si le pays n'applique pas comme convenu sa<br /> politique de rigueur", a averti un ministre européen. Sans ces fonds, Athènes risque la faillite. De plus en plus de commentateurs évoquent une sortie de la Grèce de la zone euro.<br /> <br /> Ce contexte incertain pénalisait particulièrement la dette espagnole. Les taux à 10 ans de l'Espagne repassaient au-dessus des 6% pour la première fois depuis mi-avril à 6,078 %.<br /> <br /> http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND
Répondre
P
Ca paie très bien la Politique...<br /> <br /> POLITIQUE - Indemnités, avantages divers, le site de Challenges.fr a détaillé ce qui attend le chef de l'Etat quand il se sera retiré...<br /> <br /> 6.000 euros de retraite, des voyages gratuits, un appartement... Comme tous les anciens présidents, Nicolas Sarkozy va bénéficier d’avantages dus à son ancienne fonction. «D’abord, il percevra une<br /> indemnité de 6.000 euros brut, accordée à tous les "ex", quelle que soit la durée de leur séjour à l’Elysée. Ensuite, il pourra siéger au Conseil constitutionnel, en tant qu’ancien Président et<br /> percevoir, à ce titre, une indemnité de 11.500 euros net par mois», explique le site challenges.fr. Pour le moment, Nicolas Sarkozy n’a pas précisé s’il comptait siéger dans cette institution mais<br /> il pourrait redevenir avocat.<br /> <br /> >> Les résultat commune par commune<br /> <br /> 1,5 million d’euros pour l’Etat<br /> <br /> A ces avantages, Sarkozy bénéficiera d’avantages en nature. Un appartement de fonction, deux fonctionnaires de la police nationale pour assurer leur protection rapprochée, une voiture de fonction<br /> avec deux chauffeurs, sept collaborateurs L’ancien président pourra également voyager gratuitement, grâce à deux cartes de circulation illimitées, l'une sur Air France, en classe affaires, l'autre<br /> à la SNCFpremière classe.<br /> <br /> «Pour l'Etat, la facture de ces nombreux avantages est salée: La charge financière -que personne ne connaît compte tenu de la dispersion des financements- peut être estimée à 1,5 million par an et<br /> par ancien président, souligne le député René Dosière dans son livre "L’argent de l’Etat" (Seuil)», détaille Challenges.fr.
Répondre
A
A proposa de l´allemagne, Angela Merkel est simplement une porte parole du patronnat .<br /> <br /> Est en ce moment , le patronnat est occupé par les salariés allemands.<br /> <br /> http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120504.AFP5182/l-allemagne-touchee-par-de-durs-conflits-salariaux-apres-15-ans-d-austerite.html<br /> <br /> http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202052204748-les-exportations-allemandes-a-un-niveau-record-en-mars-320978.php
Répondre
B
Mercredi 9 mai 2012 :<br /> <br /> Merkel appelle chacun à s'en tenir au pacte budgétaire décidé.<br /> <br /> "Tous les pays ayant signé le pacte budgétaire doivent respecter cet accord", a déclaré mercredi la chancelière Angela Merkel, lors d'une conférence de presse à Berlin.<br /> <br /> "Chacun doit s'en tenir à ce que nous avons décidé. Vingt-cinq pays ont signé le pacte budgétaire", a déclaré Mme Merkel, qui a félicité la Grèce, le Portugal et la Slovénie pour avoir déjà ratifié<br /> ce traité de discipline budgétaire.<br /> <br /> http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Merkel_appelle_chacun_a_s_en_tenir_au_pacte_budgetaire_decide75090520121403.asp
Répondre