Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résultats de législatives et sondages...

3 Mai 2013 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Actualités

Les législatives islandaises ont eu lieu, et le résultat clair, net et sans appel. Les partis prônant une adhésion à l'union soviétique européenne se sont ramassées une veste.
On se demande, d'ailleurs, pourquoi ils ont eu une idée si tordue, sans doute apprise dans un club sado-masochite. Mais si certains aiment appliquer aux autres, le "qui aime bien châtie bien", la plupart préfèrent "qui aime bien aime bien".

 

Mais le parti pro-européen "parti de l'avenir radieux", a un nom très khmer rouge, dont le ridicule n'est égal que le ridicule du programme...

Est sanctionnée aussi l'austérité, que certains croient obligatoire, même  s'il y avait banqueroute, et même encore plus s'il y avait banqueroute.


Position stupide s'il en est.

En 1945, jamais le pays n'avait été aussi ruiné et endetté.

Pourtant, c'est à cette période que s'est imposé avec force l'idée d'état providence, et l'idée d'austérité aurait conduit tout droit à la prise du pouvoir du parti communiste.

Donc, cette idée ridicule, fait la une aujourd'hui... On s'étonne donc que l'Union européenne batte les records d'impopularités...

En attendant qu'elle en batte encore. Il y a une chose que ni Hollande, ni Sarkozy n'ont compris avec l'Allemagne. Tout système n'a pas besoin d'unanimité, mais de contre pouvoirs.

Il n'y a pas pire ennemi d'un système que des crétins-béni-oui-oui.

 

Paradoxalement, ils sont et on été les meilleurs ennemis de l'UE, comme Chirac en son temps.

Les allemands  aussi ne se cachent pas de haïr les autres peuples, des fainéants dépensiers bien trop riches.

 

Hollande s'effondre dans les sondages et les intentions de vote, remettant en selle un Sarkozy que ses groupies ado et boutonneux de 70 ans n'ont pas oubliés...

33 % pour Sarkozy, 23 % pour MLP, et un petit 19 % pour le joufflu qui se croit déterminé, et qui n'est qu'obstiné et têtu dans l'erreur, et qui pense qu'il sera sauvé par la croissance revenue d'on ne sait où, et les "bonnes réformes".

Même Mélenchon fait mieux, même Bayrou.

 

Il est clair que Hollande fait la politique de son adversaire, et se brouille avec son camp. On ne fait jamais ça.

Sauf pour garder le pouvoir, et à la différence du Mitterrand de 1983, il ne peut faire de relance par les exportations et de dévaluation.

 

Il a donc choisi une papandréouisation, ou elstinisation. En vérité, il n'y a pas de fin à la dégringolade.

Les fins auxquelles on avait assisté, étaient liées à des consolidations économiques, qui finissaient par arriver.

Cette fois, rien ne dit qu'une telle consolidation va arriver, et sera ressentie. Tous les instruments de politique économique ne fonctionnent plus, nulle part, faute de la denrée nécessaire : le protectionnisme pour les uns, les clients pour les autres...

 

Hollande, s'il continue, se fera atomiser, et le nabot nerveux aurait tort de se réjouir. Dans 4 ans, la situation sera si dégradée qu'il serait promptement balayé...

 


 


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
@BA :<br /> <br /> pipoter les stats, c'est fondamental pour les ennemis du peuple, car la petite bourgeoisie majoritaire chez nous en europe et qui vote FrMacs UMPS etc ... doit avoir encore de l'espoir, et l'espoir<br /> auquel ils se raccrochent, ben c'est la croassance !
Répondre
P
Excellentissime Entretien du Mois de Alain Soral / 7 vidéos :<br /> <br /> http://www.egaliteetreconciliation.fr/Alain-Soral-entretien-de-mars-avril-2013-17833.html<br /> <br /> A VOIR / A DIFFUSER !!!
Répondre
B
Un exemple de pipeau :<br /> <br /> Italie / PIB : recul de 1,4% prévu en 2013, croissance de 0,7% en 2014.<br /> <br /> L'institut italien de statistiques Istat a annoncé lundi tabler sur une contraction du Produit intérieur brut (PIB) de 1,4% cette année en Italie et sur une croissance de 0,7% l'an prochain grâce à<br /> une reprise de la demande interne.<br /> <br /> La prévision 2013 d'Istat est nettement plus faible que celle publiée en novembre dernier (baisse de 0,5% du PIB). Cette différence est due à des révisions des statistiques nationales et à une<br /> contraction plus forte que prévu de la consommation privée, explique Istat.<br /> <br /> Le recul du PIB initié au 3e trimestre 2011 "devrait se poursuivre, avec une moindre intensité, au moins jusqu'au troisième trimestre 2013", note Istat.<br /> <br /> L'institut déclare par ailleurs tabler sur un taux de chômage à 11,9% en 2013, et à 12,3% en 2014, selon le communiqué.<br /> <br /> http://www.romandie.com/news/n/ItaliePIB_recul_de_14_prevu_en_2013_croissance_de_07_en_2014_Istat17060520131043.asp<br /> <br /> Pipeau !<br /> <br /> En Italie, en 2013, le chômage sera de 11,9%.<br /> <br /> En 2014, le chômage augmentera encore : il atteindra 12,3%. Et malgré cette augmentation du chômage, l’Italie connaîtra « une croissance de 0,7% l'an prochain grâce à une reprise de la demande<br /> interne » ! ! !<br /> <br /> L’Italie, c’est magique !<br /> <br /> Quand il y a une augmentation du chômage, il y a « une reprise de la demande interne » ! ! !<br /> <br /> On connaissait les statisticiens grecs : ils sont balèzes.<br /> <br /> On connaissait les statisticiens espagnols : ils sont balèzes.<br /> <br /> On vient de rencontrer des statisticiens encore plus balèzes : les statisticiens italiens !
Répondre
B
Dimanche 28 avril 2013 :<br /> <br /> Quand les doutes sur la survie de l'euro infiltrent même le cœur du pouvoir allemand.<br /> <br /> Le président du Conseil consultatif scientifique du ministère des Finances allemand donne à l'euro une chance de survie de cinq ans "limitée". Il propose une alternative radicale pour sortir de la<br /> crise de la dette.<br /> <br /> Plusieurs Allemands haut-placés ont publiquement exprimé leurs doutes quant au futur de l’euro. Quelques politiciens ont essayé de glisser quelques sorties anti-euro au journal télévisé. Et un<br /> parti anti-euro, "Alternative pour l’Allemagne", s’est formé juste à temps pour se présenter aux élections de septembre, et espère remporter assez de voix pour entrer au Parlement.<br /> <br /> Mais ceux qui sont les plus proches de l’épicentre du pouvoir, ceux qui gravitent autour d’Angela Merkel, continuent à défendre le dogme officiel. Celui selon lequel l’euro est plus qu’une monnaie,<br /> c’est un concept sacré, une sorte de religion qu’il faut sauver à tout prix. Une grande partie de l’opposition allemande adhère aussi à ce dogme. Bien que la possibilité qu’un petit pays sorte de<br /> l’euro a été plus ou moins acceptée, l’euro en lui-même est resté intouchable dans ces cercles. Jusqu’à maintenant.<br /> <br /> « Je donne à l’euro une chance de survie à moyen-terme limitée », a déclaré le Dr Kai A. Konrad, président du Conseil consultatif scientifique du ministère des Finances, qui conseille cet épicentre<br /> du pouvoir. Au quotidien, il est également directeur de l’Institut Max Planck sur la loi fiscale et les finances publiques. Dans une interview publiée par le Welt am Sonntag, Kai A. Konrad a lancé<br /> un ballon d’essai, une alternative, une hérésie pour les Allemands, un grand compromis, une stratégie de sortie, si vous voulez, de sortie de crise pour tous les pays de la Zone euro. Un plan B<br /> dont l’existence même a été farouchement niée par le gouvernement.<br /> <br /> Les politiques « d’austérité » mises en place en Europe – le traitement choisi pour maintenir l’union monétaire – ont été l’objet de puissantes attaques. Mais Kai A. Konrad n’y va pas par quatre<br /> chemins : « Aucun pays ne peut accumuler arbitrairement de la dette sans s’exposer au risque que les investisseurs finissent par fermer un jour le robinet », dit-il. C’est ce qui est arrivé aux<br /> pays situés au cœur de la crise de la dette.<br /> <br /> Il devrait donc être dans l’intérêt de chaque pays de « maintenir sa dette à un niveau aussi bas que possible », assure-t-il. Mais il n’y a pas de seuil fixe, comme les 60% du PIB inscrits dans le<br /> traité de Maastricht et maintenant abandonnés de facto. La limite à partir de laquelle un pays entre dans une zone de turbulences varie, selon lui, en fonction de la croissance de son économie et<br /> de l’augmentation de sa population.<br /> <br /> Quand le traité de Maastricht a été négocié, ce seuil de 60% était justifié par les prévisions de croissance de chaque pays. Si l'on regarde en arrière, on voit qu’il était trop haut, car « la<br /> croissance européenne n’a pas atteint les niveaux attendus au cœur des vingt dernières années », dit-il. « Les pays dont la croissance est trop faible peuvent emprunter encore moins. »<br /> <br /> Il voit un autre problème lié aux limites strictes de la dette et des déficits. « Imposer de telles conditions aux Etats membres ne crée que du ressentiment, et finit par mettre en péril le projet<br /> européen ». Référence à la relation entre un pays sous perfusion, la Grèce, et l’Allemagne, relation qui a culminé avec des images de Merkel affublée d’un uniforme nazi. Au contraire, les pays de<br /> la Zone euro devraient être libres « d’emprunter tant qu’ils veulent, à la condition qu’ils soient seuls responsable de leur dette ».<br /> <br /> Quelle pensée radicale, en Allemagne, que de dire que chaque pays doit pouvoir emprunter autant qu’il le souhaite ! La seconde partie, que chaque pays doit être seul responsable de sa dette, et non<br /> de la dette d’autres pays, était bien sûr l’un des principes du traité de Maastricht, et une des promesses d’airain des politiciens allemands pour que le peuple accepte d’abandonner son Deutsche<br /> Mark. Une promesse devenue mensonge à l’heure du premier plan de sauvetage.<br /> <br /> Mais pour Konrad, c’est le grand compromis, le plan B : oublier les limites de la dette et des déficits du traité de Maastricht. Laisser chaque pays flamber tout l’argent emprunté qu’il veut. Mais<br /> lorsque les investisseurs fermeront le robinet, il n’y aura ni plan de sauvetage, ni Troïka, ni BCE pour racheter de la dette, ni inspecteurs allemands se promenant dans les ministères des<br /> Finances. Il reviendra à chaque pays de se débrouiller avec ses investisseurs et de rembourser ses déficits avec rien du tout.<br /> <br /> Mais pour permettre à un pays de faire faillite au sein d’une union monétaire, il faut rendre le secteur bancaire « immunisé face à la crise », dit-il. Mais il ne parle pas de ratios de fonds<br /> propres ou de produits dérivés, mais d’un concept très simple : « les banques ne doivent plus du tout financer des Etats. Ainsi, si l’Etat devient insolvable, les porteurs d’obligations de ces<br /> Etats se verront présenter la facture, sans que l’on risque une crise systémique. »<br /> <br /> C’est un changement total de paradigme. Les banques européennes achètent des montants massifs de dette de leurs propres gouvernements, et d’autres Etats. Avec sa proposition, les banques ne<br /> possèderaient aucune dette souveraine, et donc seraient protégées de tout risque de crise de la dette. Mais cela serait difficile à mettre en œuvre, vu à quel point les Etats sont dépendants des<br /> financements de leurs banques. Il conclut donc sur une note plus sombre – et un ballon d’essai pour une nouvelle doctrine gouvernementale.<br /> <br /> « L’Europe est importante pour moi », dit-il. « Pas l’euro. Je donne à l’euro une chance de survie à moyen-terme limitée. » Quand on lui demande de définir ce qu’il entend par « moyen-terme », le<br /> président du Conseil consultatif scientifique du ministère des Finances allemand explique qu’il est difficile de définir une période exacte, car cela dépend de beaucoup de facteurs, mais que « cinq<br /> ans semblent réalistes ».<br /> <br /> http://www.atlantico.fr/decryptage/quand-doutes-survie-euro-infiltrent-meme-coeur-pouvoir-allemand-wolf-richter-710405.html
Répondre
A
J'ai toujours pensé que les crapules ploutocrates du système maffieux rothshildien qui possèdent Israël cacheront leur entière responsabilité du gigantesque holdup planétaire qu'ils opèrent par le<br /> déclenchement d'une guerre .<br /> <br /> Guerre destinée à forcer le prix Nobel de la Paix à intervenir pour cacher là encore la crise interne aux US provoquée aussi par leur cupidité sans borne.<br /> <br /> Il semblerait que le bain de sang approche.
Répondre
D
"Ca serait pas plutot les bombes "anti-bunker" conventionnelles que des tactical-nukes ?" je suis quand même très surpris par la puissance phénoménale et les effets ... car il faut pouvoir<br /> acheminer du poids et du volume d'explosif en conventionnel pour obtenir de tels effets ressentis à distance ... comment acheminer de telles bombes en territoire ennemi protégé ?<br /> <br /> "Vous imaginez la reaction des russes ou des chinoix si c'est du nucleaire tactique ?"<br /> <br /> Quelle réaction justement ? Sinon que nous acheminerions un peu plus rapidement vers le blocus du détroit d'Ormuz qui nous pend au bout du nez et qui serait le prélude à WW III ....<br /> <br /> En tout cas curieux cette "impatience" de Tel-Aviv .... panique devant l’évolution en sa défaveur de la crise irano/syrienne ? la Syrie serait elle plus résistante que prévu et finalement capable,<br /> en dépit de toutes les avanies de mettre en échec les plans de remodelage géostratégiques et géopolitiques ? Impatience qui finirai par forcer Israël à se dévoiler au delà du plan qui ne prévoyait<br /> qu'un « printemps arabe » sans ingérence visible.<br /> <br /> Damas aurait alors perdu une bataille aérienne la nuit dernière tout en remportant une victoire psychologique de dimension stratégique en forçant l'adversaire à sortir du bois : "Poussez l'ennemi à<br /> l'action pour découvrir les principes de ses mouvements" (Sun Tzu).<br /> <br /> D'autant plus curieux l'accélération de cette escalade coté israelien que d'après le dernier Stratfor's naval update cité par zérohedge, les forces navales US ne seraient pas (encore)suffisament<br /> concentrées au larges des cotes syriennes pour assurer un support efficace ( ... doute quant à la validité définitive de ces données stratégiques, les bateux bougent, et vite, et les sous marins<br /> sont cachés) ...<br /> <br /> While speculation a US-led escalation is ripe, the lack of any US naval support (as shown by Stratfor's naval update map from May 2) off the coast of Syria likely makes any immediate war is hardly<br /> likely, or that Israel will be on its own for at least the foreseeable future ...<br /> http://www.zerohedge.com/news/2013-05-04/powerful-explosions-shake-damascus-israel-attacks-syria-second-time-past-week
Répondre
D
Attention : les trolls divers et variés polluent les blogs utiles ++++ tel que celui de PR par leurs invectives stériles.<br /> <br /> Je pense que la courtoisie, la politesse et le respect mutuel sont essentiels. De même qu'autant que faire ce peu un minimum de respect de la syntaxe et l'utilisation d'une orthographe pas trop<br /> systémtiquement "anagramée" ou trop lourdement réduite à la mode "sms" ... mais bon ce qui est important c'est le fond et ce qu'écrit par exemple "Logique" est souvent passionant et profond.<br /> Respect à lui donc.
Répondre
L
@remu***<br /> <br /> désolé si les gens intellignet y arrive mieux que les autres et peuvent se payer de la viande.<br /> <br /> Ta dalectique tu peut t'en servir pour te la remuer, cela te fera une petite branlette espagnol.
Répondre
G
@remubidule :<br /> <br /> pour te rendre encore plus malade, j'ai touche mon interessement + de 5 k euros la semaine derniere, tout est parti sur mon compte en rouble a la sberbank, et toc !
Répondre
G
le plus marrant dans l'affaire, c'est la jalousie, le francais a la remuX est ce que ya de plus jaloux et minable sur terre , allez gestapiste de pacotille, va me denoncer a la kommandanture ...
Répondre
G
@remutruc :<br /> <br /> idi v jopu !
Répondre
D
entre 200 et 1000 soldats syriens tues d'un coup sur un seul site de bombardement.
Répondre
D
Graves évènements en cours : WW3 STARTS NOW.<br /> <br /> Damas attaquée par les israeliens. Possible utilisation d'armes nucléaires tactiques ("champignon" type nucléaire) au dessus de l'explosion) compte tenu de l'intensité des effets au dessus de<br /> l'explosion.<br /> <br /> http://rt.com/news/damascus-syria-explosions-sunday-831/<br /> <br /> Israel targets Iran missiles: http://www.nytimes.c om/2013/05/05/world/ middleeast/israel-sy ria.html<br /> <br /> <br /> Des dépôts d’armes et de munitions, trois centres de transmissions, un centre de recherche de l’armée syrienne, au moins une rampe de lancement de missile (artillerie) et des batteries de missiles<br /> SAM localisés entre Jamraya et Rif Dimashq viennent d’être visés ce soir par des avions de combat israéliens. Une énorme explosion a retenti à Damas. Un avion de combat israélien de type F-15 Baz<br /> aurait été abattu par la défense antiaérienne syrienne. D’autres sources évoquent un F-16. Un appareil en flammes confirmé.<br /> <br /> Le Mont Cassioun surplombant Damas, visé par un bombardement aérien israélien. Les régions d’Al-Hama, Jamraya et Rif Dimashq visés par des raids aériens israéliens accompagnés par une vague de<br /> missiles de croisières en provenance de la mer.<br /> <br /> La défense antiaérienne a riposté en actionnant pour la première fois le système de missiles SAM S-300.<br /> <br /> Un avion de combat israélien touché par un missile SAM.<br /> Des missiles de croisière utilisés par l’ennemi.<br /> <br /> L’avion de combat israélien abattu a été directement touché par un missile SAM syrien.<br /> Les israéliens ont utilisé des bombes anti-bunker sur le Mont Cassioun.<br /> <br /> L’impatience de Tel-Aviv et sa panique devant l’évolution en sa défaveur de la crise syrienne prouve que la Syrie, avec l’aide de ses alliés, a réussi à mettre en échec le plan de remodelage<br /> géostratégique et géopolitique. Cette impatience a fini par forcer Israël à se dévoiler alors que le plan prévoyait un « printemps arabe » sans ingérence visible.<br /> <br /> Damas vient de remporter une nette victoire stratégique.
Répondre
D
Il est rare que je consentenà éclairer es semblable, mais je vais être généreux pour ceux qui font les malins en se goinfrant de matière animale morte sans se rendre compte qu'ils de rapprochent<br /> ainsi chaque fois un peu plus de l'infarctus / coronarographie / invalidité / AVC / départ précoce les pieds devant ......<br /> <br /> 1/ http://www.heartattackproof.com/<br /> <br /> 2/ Bienvenue sur l’île d’Okinawa, l’autre Japon.<br /> Un petit paradis qui attire chaque année 5 millions de touristes mais qui fascine surtout depuis 1976 la communauté scientifique. C’est en effet ici que l’on vit le plus longtemps au monde et la<br /> plupart du temps en très bonne santé. Les secrets du régime Okinawa sont simples : une alimentation équilibrée, de l’exercice, une approche respectueuse du monde et une entraide de tous les<br /> instants.<br /> <br /> Mais voilà qu’en 2002, ce tableau idyllique se fissure.<br /> Alors que l’on enregistre chaque année 300 nouveaux centenaires sur l’île, on découvre que les générations d’après guerre, gagnées par un nouveau mode de vie, sont de plus en plus victimes<br /> d’obésité et de maladies cardio-vasculaires. Résultat : sur l’île, les nouvelles générations meurent de plus en plus tôt tandis que les personnes âgées continuent de devenir centenaires…<br /> C’est le paradoxe Okinawa.<br /> <br /> La communauté scientifique pointe du doigt la généralisation d’un mode de vie à l’occidentale (c’est à Okinawa que l’on trouve la plus grande concentration de fast-foods du Japon). Un phénomène qui<br /> gagne le monde entier mais qui, à Okinawa, prend une intensité particulière.<br /> <br /> Depuis la fin de seconde guerre mondiale et la défaite du Japon, plus de 25 000 soldats américains vivent en effet en permanence à Okinawa, bien décidés à conserver cette position stratégique en<br /> Asie.<br /> <br /> En grande majorité, les Okinawaiens ne supportent plus cette occupation étrangère qui rythme leur quotidien. Malgré les importantes manifestations de ces derniers mois, le déménagement de la base<br /> militaire de Funtenma en dehors d’Okinawa n’est toujours pas à l’ordre du jour. Un dossier diplomatique délicat qui, en juin 2010, a coûté son poste au Premier ministre Hatoyama.<br /> <br /> A Okinawa, malgré les promesses non tenues, les habitants continuent de se mobiliser pour qu’on leur rende leur île et avec elle leur sérénité. Ouvertement opposés à Tokyo, ces Japonais-là refusent<br /> de se taire et de se laisser faire.<br /> <br /> Mais que pèsent ces manifestants, aussi nombreux soient-ils face aux enjeux géostratégiques ?<br /> Le départ des Américains rendrait-il à l’île son ancien visage et sa bonne santé ?<br /> Les habitudes, les mentalités ont changé. Peut-on et doit-on aujourd’hui revenir en arrière ?<br /> <br /> <br /> <br /> http://vimeo.com/58974245<br /> <br /> http://www.kisskissbankbank.com/le-paradoxe-okinawa?ref=selection<br /> <br /> 3/ http://www.infoguerre.fr/fichiers/Malbouffe-Etats-unis-causes-consequences.pdf<br /> <br /> 4/ http://fr.wikipedia.org/wiki/The_China_Study<br /> <br /> BONNE LECTURE ET BONNE REFLEXION.
Répondre
R
Ce qui n'empêche que gdronni rest eu n gros c.. de bourgeois plein de pez..<br /> <br /> 300 euros de barbaques quand 1 milliard d'humain meurt de faim et que 2 milliards d'humains souffrent de malnutrtion !<br /> <br /> is'nt it a pity ?<br /> <br /> http://www.youtube.com/watch?v=CO02biCVZd8
Répondre
R
@logique<br /> vus écrivez : "<br /> Je t'emmerde avec mes fautes d'orthographes. Ais je éte clair, espéce de debile mental. "<br /> <br /> je corrige : "<br /> Je t'emmerde avec mes fautes d'orthographe. Ai-je été clair, espéce de debile mental."<br /> <br /> Débile mental vos situe au niveau de vos propos... La grammaire et l'orthographe sont les mammelles de la dialectique. D'accord ?
Répondre
R
@logique<br /> <br /> vous devriez consulter...
Répondre
L
@boromsikim,<br /> <br /> Merci pour ta réponse, elle a l'aventage d'être trés claire. Mais si je reprends les choses dans l'ordre, l'austérité et la conséquence d'un disfonctionnement qui avec le temps devient une<br /> serviture, celle de la dette et surtout de l'exigence du pretteur.<br /> <br /> au depart ont dépense plus que l'on a dans des frivolites qui s'avérent ne pas être indispensable ensuite ont s'apperçois que c'est trop tard et qu'il faudra assumer ces erreurs ou plutot avoir<br /> voulu se là jouer ou peter plus haut que sont cul.<br /> <br /> Donc la conséquence, que tu explique trés bien, est j'en suis malheureusement bien conscient, n'est qu'une conséquence de mauvais choix et de gaspillage, pour reprendre mon dernier post.<br /> <br /> donc, aujourd'hui, il nous est impossible de revenir en arriére et d'annuler nos erreurs. Il faut tout simplement décider de se que l'ont veux pour l'avenir.<br /> <br /> Si ont veux un avenir, stable, il me semble normal que ceux qui ont fait des erreurs les paient, cela leur servira de leçon. Par contre si ont veut continuer droit dans le murs ont continue les<br /> erreurs et les dépenses qui n'ont aucun interet a part celui d'etre a la mode ou de tenter de ressembler a ce que l'ont ne peut pas être, chommeur avec une mercedes V12 par example.<br /> <br /> J'ais trés bien compris ta réponse, qui est malheureusement se qui est en train de se passer, mais aprés autant d'exces il me semble raisonnable d'y couper court si ont veux pouvoir s'en<br /> sortir.<br /> <br /> De toute façon dans la situation actuelle il n'y a pas, a mon avis, 50 solutions. Puisque la situation est arrivé a son paroxisme et qu'il me semble évident qu'elle ne pourra pas durer bien<br /> longtemps en continuant le gaspillage et les dépenses inutiles, QE, qui ne font qu'enpirer la situation.<br /> <br /> Pour tout excés il faut malheureusement l'exces inverse pour conriger la courbe, c'est comme en probabilité. Il n'y a que deux possibilté d'enssemble, la dépense ou l'économie, au sens<br /> économiser.<br /> <br /> Vouloir vivre au dessus de c'est moyen se paie tot ou tard et il y a un momment ou ont se met en difficulté lorsque les huissiers arrivent.<br /> <br /> <br /> Donc, comme il est impossible de revenir en arriére, les huissiers sont deja là.<br /> <br /> Mais la ou nous devriont nous rejoindre et que de toute maniére, c'est trop tard pour evisager d'auitre solution que les pires. Que se soit révolte a cause de l'austérité ou révolte a cause de la<br /> faillite.<br /> <br /> Comme le répéte notre hote, la chute et belle et bien là.<br /> <br /> La seul alternative et le type de chute, soit c'est la gémére économique et l'apauvrisement soit c'est la révolte et en plus de l'appauvrissement c'est le réglement de compte.<br /> <br /> L'appauvrissement c'est l'austérité, le reglement de compte c'est la faillite.<br /> <br /> A mon avis ont en est là, mais nos politicien n'ont pas compris qu'il agisse dans les deux cas. En pronant l'austérité, il veulent continué a s'endétter. donc il vont faire d'une pierre deux coup;<br /> appauvrissement et faillite. Puisque l'appauvrissement des uns entrainera la faillite des autres.<br /> <br /> Mais cela leur permettra de faire en sorte que les choses puisse continuer le plus longtemps possible en espérant que le mouton s'y habituera.<br /> <br /> <br /> Il n'y a donc aucune solution la probabilité de croissance est morte, par contre la probabilité de décroissance est tellement énorme qu'il n'ont pas trouver d'autre moyen que d'imprimer de la<br /> monnaie et de réduire les dépenses de l'autre.<br /> <br /> Ont se demande a quoi donc peut bien servir l'impression de monnaie, si elle impose de l'austérité ?<br /> <br /> Leur stratégie est simple:<br /> <br /> 1) j'achéte tout<br /> 2) je fait de la pub pour le revendre de plus en plus cher<br /> 3) je fait tout baisser<br /> 4) je rachete tout<br /> 5) je recommence tout les 50 70 30 ans, fonction des innovations technologique et des ressources.<br /> <br /> De toute façon il veulent nous baisser, mais il nopus baisse parcequ'il y a des petits abruti qui veulent se la peter a croire qu'il pourront devenir riche. Pour être riche, il faut soit de la<br /> chance, soit de l'opportunité, soit être une vrai crapules. Derniérement ils ont opté pour la troisiéme solutions. Désolé d'être aussi cynique, mais c'est malheureusement comme cela.<br /> <br /> <br /> @remulatoipasdetrop,<br /> <br /> Je t'emmerde avec mes fautes d'orthographes. Ais je éte clair, espéce de debile mental.
Répondre
B
La parabole de la famille Dupont du Gard<br /> La petite famille avait fait un crédit pour l’achat de sa belle voiture et suite à quelques dépenses incompressibles mais non comptabilisées de fonctionnement ne pouvait plus rembourser et se<br /> retrouva bien vite en surendettement. Elle dut alors s’organiser pour diminuer ses dépenses. Chez le boucher elle ne prenait que les bas morceaux et en petite quantité. Chez le boulanger pâtissier<br /> plus de gâteau mais du pain standard et chez l’épicier que des produits de première nécessité. Bien lui en prit car au bout de quelques années elle retrouva son équilibre financier et put s’acheter<br /> des skis neufs à mettre sur la galerie de la voiture pour faire croire à ses voisins qu’elle allait aux sports d’hiver. Moralité tout le village comprit que le secret d’une bonne gestion c’est<br /> d’abord de se serrer la ceinture.<br /> Ainsi pour ne pas avoir à subir le même sort tous les gens du village réduisirent leurs dépenses et achetèrent moins de toutes ces choses qui font plaisir sur le moment mais hypothèquent l’avenir.<br /> Le boucher ne vendit plus que des bas morceaux et se fit saisir les machines dont il ne pouvait plus payer les traites. Le boulanger pâtissier licencia son employé et l’épicier envoya son fils à la<br /> ville pour qu’il y tente sa chance.<br /> Monsieur Dupont du Gard qui était livreur fut à son tour licencié car il n’y avait plus assez à livrer et se retrouva embarqué dans sa propre charrette.<br /> Avec la perte d’emploi du père, la famille Dupont du Gard, était à nouveau en situation critique et serra sa ceinture d’un cran de plus sans pouvoir s’extraire pour autant de sa nouvelle indigence<br /> aggravée. L’élu local, un brillant eunarque constatant une baisse du budget de son village fit appel à ses amis de l’extérieur pour insuffler de l’argent frais dans sa commune et sauver ce qui<br /> pouvait encore l’être. Un organisme, le Fond Malveillant Intempestif, accepta de le secourir à condition qu’il augmente les impôts locaux et réduisent le nombre de fonctionnaires municipaux. Ce<br /> qu’il fit. Les employés licenciés vinrent grossir le nombre de chômeurs et la hausse des impôts locaux diminua d’autant les ressources des gens du cru qui une fois complètement démunis durent<br /> s’enfuir pour échapper à la spirale infernale et survivre. L’exode s’amplifia au rythme de la décroissance, le village mourut et seuls quelques vieux peuvent encore y raconter comment il faisait<br /> bon y vivre.
Répondre
R
@logique (qui ne sait pas écrire)<br /> <br /> gdronni n'est pas un syndycaliste mais un prurit bourgeois et profiteur, vivant dans le système sans aucune morale... 300 euros de barbaques qui tuent les Africains entreautre. Salaud de blanc<br /> profiteur !
Répondre