Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rossignol : il est plus efficace de produire en France...

29 Septembre 2010 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Economie

Comme beaucoup d'industriels, les délocalisateurs sont simplement de mauvais calculateurs. Ils n'avaient simplement pas pensé à tous les coûts, et partent avec ce qui ressemble à un dogme de la foi, plus qu'un avis objectif...

Rossignol a fait sont mea culpa et rapatrie la production de 60 000 paires, cela conduisant à la création de... 20 emplois...

On peut comprendre donc que les coûts salariaux sont finalement marginaux et facilement gommables par des détails de l'histoire comme défauts de productions, manque de réactivité, coût du transport, perte de compétence, donc perte des anticipations...

 

Pour ceux qui ont vécus eux mêmes des déménagements industriels, même à l'intérieur d'un même pays, voire d'une même ville, on sait aussi que les budgets prévisionnels sont d'une manière générale, explosés...

 

De plus, l'outil industriel reste quand même le coût le plus important, la main d'oeuvre dans ces dits produits est souvent marginale; voire très marginale et la sous utilisation est souvent criante et c'est sans doute sur ce créneau qu'on peut le plus agir.

Mais là, horreur ! Ce n'est plus de suppressions d'emplois, mais de créations qu'on pourrait parler...

 

Quand à la résistance économique des "BRIC", elle vient de ce qu'ils ont encore une économie réelle, contrairement aux pays OCDE, où elle n'est plus assise que sur le vent :

" Ils travaillent. Qui plus est, ils font dans le productif -- ils fabriquent des automobiles, des brosses à dents et des ponceuses à courroie -- contrairement à ce que les pays occidentaux considèrent comme de la productivité -- compter les gens, rédiger des lois et fouiller les grands-mères dans les aéroports".

 

Les gouvernements, eux, vont plus loin, ils ont l'air décidés en occident de vouloir en découdre avec leur population.

Nul doute, qu'en fin de compte, ils y parviennent...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

@ levieilanarmaniac

cher ami
j'ai justement évoqué les régions alpines car j'y pense beaucoup et j'ai les mêmes souvenirs alpins .
Mon grand -père paternel , un chalet , une seule petite pièce en terre battue
l'arrière avec lit surélevé
une petite ouverture donnant sur l'étable
juste derrière le mur , pour chauffer
( vaches , chèvres , mouton cochon un mulet , poules )
le trou à purin devant
un petit cabanon en bois plus loin ( wc coulant vers le purin ) pot de chambre la nuit
à 1100 mètres d'altitude dur de sortir dehors dans la nuit en plein hiver

l'eau prise au bachal

ma grand-père ne parlant pas le français
seuls les hommes ayant fait le " service " le causaient

le grand traineau en bois tiré par le mulet pour l'hiver
( et plusieurs mètres de neige par hiver )

petite polyculture

les foins fauchés à la faux , en pente
mon grand-pèere et mon père portant des bottes énormes sur la tête en remontant la pente
avec crainte qu 'il y ait une vipère dedans


le chalet estival d'alpage
tout ça jusqu'aux années 65 -70

mais des gens impeccables
une chaleur sociales , les veillées

bien sur juste appelé par le prénom
" c'est la Marie au Joseph "

en plus tous les problèmes de colonisation par les monchus et les têtes de veaux
le faux référendum tripatouillé de 1860 pour l'annexion
( sans proposer l'indépendance ni l'union à la Suisse )

pareil , mon grand-père maternel ( descendu dans la vallée ) faisait une superproduction agricole familiale
y avait pas besoin de se dire " écolo"
c'était du vrai , pas du bobo ou du 68tard !


je pense au problème
- fermeture des stations de ski ( un bien pour le long terme ) mais les technocrates ont massacré à fond et tous ces gens orientés là !

- le problème des transports encore pire que sur du plat

- le climat

- et les villes décuplées en taille , superbétonnées
l'immigration massive organisée par la France pour détruire le peuple de Savoie et sa culture
avec quel avenir ?
le pire c'est la Haute-Savoie
Annemasse Bonneville Cluses

Arva


Répondre
L

@lecteur,

Habitant dans une région alpine, cela fait déjà un petit moment que je me pose des questions quand à l'avenir de ces régions. J'en arrive à penser que cela ne va pas être beau à voir.

J'ai à peine dépassé la cinquantaine. Je me rappelle l'hiver gamin, avec un seul poêle à charbon pour chauffer la maison, une maison solide en pierres, le givre à l'intérieur des vitres des
chambres, le grand-père du copain qui déneigeait les voies de la commune avec un triangle tiré par un cheval.

Une époque pas si lointaine pourtant mais où l'étranger était celui qui n'avait pas ses aïeux gisant dans le cimetière du village.

Je me rappelle l'immense jardin de ma grand-mère. Elle n'achetait pratiquement rien au magasin.

Et je me rappelle cette vieille boite à sucre en fer que ma grand-mère ouvrait parfois. Dedans il y avait un vieil article de journal des années 40 ou 50. Le titre? La Savoie est le tiers-monde de
la France.

Si on fait abstraction des énergies disponibles en abondance et peu chères, c'est-à-dire pétrole et nucléaire, le sort des régions alpines est vite scellé: retour direct et brutal au tiers-monde.


Répondre
S

Comme toujours, billet intéressant. Pour une des rares fois, je ne vous suis pas à cent pour cent. C'est un problème vaste et pluriel.
Le secteur d'activités et la qualification départagent aussi les choix.
Ainsi, par exemple dans mon métier ( le bois), les trancheurs (placages) ont disparu en Europe à l'une ou l'autre exception.
Un ou deux techniciens de qualité suffisent à faire tourner une usine. Le reste ne sont que manoeuvres.
On expédie les grumes en Asie et rapatrie le produit fini. Seule donc, la différence du coût de la m.o. est cause de ce phénomène.
Le coût du transport est ridicule. 80% des conteneurs repartent à vide vers l'Asie, donc peu de demandes pour l'offre. Le prix d'un conteneur Anvers/Shangaï est moins élevé qu'un
Dunkerque/Marseille.
L'Europe est également le seul continent à encore autoriser l'export de bois sans transformation.
Ce dernier élément souligne la carence de la politique européenne, à tous niveaux.
De même, l'existence d'un marché local pouvant absorber une partie de la production, si celle -ci est un produit courant et peu cher. Au contraire des sky, par exemple. Ceux-ci restant un produit
plus ou moins élitiste.
Nos frontières sont ouvertes à tout et à tous.
En face, non, pas de réciprocité.
L'Europe ne se place que pour des produits de luxe, technologiques ou de matières premières.
Pour le reste, ce ne sont que difficultés mises en place localement, pour nous empêcher d'être présents sur ces marchés.
Nos politiques néo-libéraux/socio-démocrates, ne construisent une politique d'échanges que pour les grands groupes,(Airbus, nucléaire, etc..) au détriment des P.M.E.
A l'exception des Teutons qui ont une politique de P.M.E. très forte.
Nous sommes vaincus, non par une absence de dynamisme, mais par les défaillances de nos zélites européennes technocrates, non élues.
Trahison de cette nomenklatura, corrompue par les lobbies.


Répondre
C

Ah, pour une fois on pourrait donc dire : "c'est [pas] le Pérou !". ;-)

La population augmente... ces pays se mettent sérieusement au boulot. Infrastructures. Effet de base (on part de pas grand chose). La croissance suit. Cercle vertueux.

C'est la chanson (de geste) des "Pays Emergents".

Est-ce tenable ?

Le Pérou souhaite même entrer dans la guerre globale des devises.... et achetant péniblement quelques centaines de millions de USD pour faire baisser sa propre devise. En septembre oui.

http://tinyurl.com/2we9xrd
http://tinyurl.com/3777pjt

comme quoi les "grands" pays n'ont pas l'exclusivité de la bêtise.


Répondre
B

Entre 1977 et 2003, la politique de la ville visait à " réinjecter du droit commun " dans les quartiers d'habitat social. Mais depuis, derrière les grands discours, une autre politique se déploie
discrètement : la préparation d'une guerre totale aux cités, transformées en véritables ghettos ethniques, chaudrons sociaux dont le " traitement " ne relèverait plus que de la force armée.

Voilà ce que démontre cette enquête implacable d'Hacène Belmessous, nourrie de documents confidentiels et de témoignages d'acteurs de la " sécurité urbaine " - politiques, urbanistes, policiers,
gendarmes et militaires. Il explique ainsi qu'un objectif caché des opérations de rénovation (démolition de " barres " d'immeubles, " réhabilitation " des cités) est de faciliter les interventions
policières, voire militaires, à venir dans ces territoires.

Et il montre comment, à la suite des émeutes de 2005, deux nouveaux intervenants ont été enrôlés par le pouvoir sarkozyste : les gendarmes mobiles et les militaires de l'armée de terre. Car avec
l'adoption, en 2008, du Livre blanc sur la défense et la sécurité intérieure, l'idée d'un engagement des forces terrestres en banlieue n'est plus un tabou.

A Saint-Astier, en Dordogne, les escadrons de gendarmerie pratiquent des exercices de simulation à la guérilla urbaine dans un décor réaliste. Et au camp de Sissonne, dans l'Aisne, des militaires
manoeuvrent eux aussi sur des scénarios de combats urbains. Mais, s'ils se disent loyaux envers le chef de l'Etat, nombre d'officiers interrogés récusent ce scénario de l'inacceptable : une
probable intervention des armées dans les banlieues françaises.

Quant aux gendarmes, ils contestent ouvertement leur rapprochement avec la police, tandis que nombre de policiers, aujourd'hui en première ligne, récusent la militarisation croissante de leur
action. Autant de révélations inquiétantes, pointant les graves dérives d'une politique d'Etat ayant fait sienne un nouvel adage : " Si tu veux la guerre, prépare la guerre ! "

« Opération banlieue », de Hacène Belmessous, édition La Découverte, parution le 7 octobre 2010.


Répondre
N

Je viens de retourner un moi au Pérou, un pays émergent. Je puis affirmer que l'on s'y rend compte très rapidement, de ses propres yeux, que l'économie est en plein boom.

Les gens travaillent et investissent. On peut acheter des denrées à un endroit donné et les revendre à un autre endroit avec de belles marges. On construit des voies férrées, des autoroutes, des
aeroports pour les marchandises, des aeroports pour les passagers. Tout s'accelere. le niveau de qualification pour acceder à un même emploi augmente très rapidement (pour les infirmières et les
médecins par exemple), ce qui pose quelques problèmes à ceux qui ne suivent pas le train de la croissance (par choix personnel par exemple si on a décidé de rester chez soit pour s'occuper de ses
enfants par exemple).

C'est vraiment un autre monde que dans les pays développés. J'imagine que cela devait etre l'atmosphere qui predominait en France dans les périodes de boom (dans les années 1960, lors des
révolution industrielles du XIXe siecle).


Répondre
L

Oui j'en entendu hier cette nouvelle
1 Rossignol " rapatrie " ( un peu )

2 LIPTON ferme sa dernière """ usine """ ( en fait simplement empaquetage selon la 'speakerine" ) en France 186 suppressions

-----
Mr Reymond [ si vous aviez le temps et l'intérêt et connaissances de ce milieu ) pourriez vous d'ailleurs penser à une projection sur les régions alpines
massacrées par les 30 merdeuses ( c'est ainsi que j'appelle les 28 années qui nous sont vendues sous le nom de 30( faux ) et glorieuses ( faux ) GLOIRE de se faire enc...et envahir et polluer ?
Je suis glorieux , car je me suis fait enc... !
bon pour les bobo-masos

---
j'y ai déjà pensé plusieurs fois justement
- avenir du ski après le pic oil ( cad maintenant )
fin du connard descendant de Paris ou Bruxelles dans des bouchons sous la neige pour skier 5 jours avec 2 jours de trajet et revenir avec un futur mélanome du visage ,mais pour montrer au voisin qu
il peut se PERMETTRE d'aller au ski


- avenir des stations de ski
remontées mécaniques ( massacre de l ecologie alpine )
faux emplois de saisonniers etc..
-capitalisme concentré de la compagnie des alpes

- massacre des vallées autoroutes etc.. tunnels

etc... surpopulation dans les grands centres
Grenoble ( Villeneuve ) Annecy bords du Léman
Chambé etc....

merci


Répondre
N

Le problème c'est que les dirigeants en général, contrairement à ce que l'on nous apprend à l'école, ne sont pas là pour le bien des peuples, ni pour la paix entre les peuples.
Ils sont là pour qu'une portion congrue s'enrichisse de manière démesurée.
L'exemple le plus frappant c'est la seconde guerre mondiale : Comment Hitler aurait pu faire la Blitzkrieg si la Standard Oil Company (Rocka Fella made in USA) ne lui avait pas vendu du carburant ?
Ben il n'aurait pas pu, les Etats Unis nous ont envoyé des troupes pour nous libérer se faire massacrer par les Nazis, qui carburaient avec du pétrole Américain ....

C'est vache ça non?
Regardons aujourd'hui : ils ont sauvé les banques avec de l'argent du contribuable (US, E.U. ...)et on vient nous dire : Le libéralisme et le libre échange c'est optimal, y a pas mieux, arrêtez de
faire chier de toute façon vous comprenez rien .
Mais heuuuu dis moi msieur, dans un environnement libéral celui qui ne sait pas gérer son entreprise il fait faillite, alors pourquoi a t on du sauver les banques coute que coute ?
Parce que sans les Banques il n'y aurait plus d'économie et ce serait la catastrophe !!! (véridiques paroles de banquier)
Voila, sans les banques le blé ne pousse plus, l'eau s'évapore, la terre arrête de tourner et nous mourrons tous.
Vous vous rendez compte ? Plus d'Iphone, plus de voyage aux Seychelles (mettre ici la destination de votre choix), plus d'écran Plasma, plus d'internet, plus rien le néant.

Donc leur conclusion : vous voyez bien que finalement, on vous baise un peu mais qu'au final c'est pour votre bien être, sinon c'est le retour au Moyen Age.

Ma conclusion on va ramer comme des bêtes et va falloir s'y faire, c'est dix ou quinze ans de galère et après on sera habitué


Répondre
T

Article très intéressant.
Le monde qui s'annonce sera fascinant à de nombreux égards: mélange de protectionnisme et de globalisation, de cohabitation de couches sociales de niveaux de vie extrèmement différents dans un même
pays, une même ville, comme l'Afrique du Sud ou le Brésil.
Une sorte de retour au système du Moyen-Age avec le libéralisme économique comme lien à la place du christianisme et en même temps, des communauté refermées sur elles-même et vivant de façon
autonome...

@Christophe
Je suis assez d'accord avec notre ami autrichien (ou d'origine). Le petit drapeau, c'est rien mais ça marque l'intérêt collectif national d'un peuple. Au Japon aussi, ce sentiment de patriotisme
économique existe et c'est pourquoi les Téléviseurs de Samsung et autres LG n'ont qu'une part de marché ridicule alors qu'ils sont imbattables en rapport qualité prix.
Le corporatisme et l'individualisme égoiste français est un obstacle à un rééquilibrage entre consommation de produits nationaux et importations.


Répondre
C

Okay. Les petits drapeaux, c'est mignon, et je suis pour, mais encore une fois ne réduisez pas un problème d'une telle amplitude... à un nationalisme décoratif.

Je parle arithmétique.

Le patron autrichien tente de résoudre la même équation (piège à con car insoluble) que le patron français : l'ouvrier européen "coûte" 10 à 15 fois plus cher que le chinois.

Voila. Period comme disent nos copains anglais.

D'un point de vue macro-économique, vous aurez beau mettre des petits drapeaux partout... peu à peu les productions locales seront littéralement détruites par les productions importées, beaucoup
moins chères.

La politique "Beggar thy neighbour" de la Chine, son mercantilisme à outrance sous speed, est un CANCER, une plaie comme ces espèces animales exogènes qui déciment les espèces natives.

Seule une mesure pour rétablir un certain équilibre (ici donc les tarifs douaniers) peut nous sauver.

Là encore, et pour paraphraser ces empaffés : vous regardez le doigt qui pointe vers la lune, au lieu de regarder la lune.

Dire "achetez français" ou "achetez autrichien" est une vue de l'esprit, un hochet, un baton de joie, dans une situation (arithmétique) comme celle que j'ai décrite plus haut.


Répondre
M

Je suis d'origine autrichienne et en Autriche sur chaque produit alimentaire ou non fabriqué en Autriche il y a un petit drapeau autrichien et ça fait au moins 20 ans que ça existe. Rien vu de tel
en France, car rien à foutre, faut du pas chers et rien à foutre d'ou ça vient et si ça détruit de l'emploi en France.
Les Français n'ont pas le sens de la Nation ( pas tous bien entendus )
Ici prévaut le corporatisme quand ce n'est pas tout simplement l'égoïsme.
Si ils sont asses cons pour acheter ces produits importés disons que c'est de l'aide au développement !
Sinon chacun est libre et se devrait de choisir......quand il le peut encore ! Combien d'ex salariés de Vogica roulent en coréenne, achètent des vêtements made in vietnam, mange des haricots verts
en boite de chine etc etc . ? Combien en sont conscients ?


Répondre
T

Il y a une guerre des classes en Occident.
Les Zélites de nos pays doivent gagner sur deux fronts:

Le front asiatique, économique.
Le front intérieur , contre nous.

Le suicide?
Rassurez vous, ils y pensent, ils ont déjà le doigt sur le détente et notre tempe est dans la ligne de mire.

Les taxes douaniéres= révolution.

Pour retourner la menace de classe que nous font peser Trichet et ses mentors.


Répondre
C

Il faut relativiser.... les paires de ski... je doute que les chinois s'y intéressent... d'autre part, cela doit nécessiter une main d'oeuvre qualifiée...

En bref, Rossignol et ses 20 emplois "rapatriés" ce n'est pas l'enjeu.

L'enjeu c'est qu'au lieu de critiquer les industriels français... il faut tout simplement rendre à Cesar ce qui lui appartient : les politiciens.

Il est urgentissime, sous peine d'achever le pays, son tissu industriel, sa substance, ses habitants... d'instituer des TAXES DOUANIERES de folie sur toutes les merdes que la Chine nous envoie.

C'est le seul moyen.

Car in fine, je rappelle l'équation de la Grande Triche de l'OMC : Chine = ouvrier à 200 euros. France = ouvrier à 3000 euros (chargés).

Alors faire du commerce avec la chine, super, faire l'apologie de la mondialisation, du métissage, du Grand Mélange, ouh la la formidable... on en redemande... mais ENTRE EGAUX.

C'est juste du bon sens.

Depuis qu'on a accepté la Chine dans l'OMC, c'est juste de la Grande Triche, la Grande Arnaque, la Grande Faucheuse du chomage.

Sur un plan plus strictement philosophique, les veaux qui peuplent l'Europe sont tout simplement en train de PAYER LE DEVELOPPEMENT de nos petits camarades chinois.

Altruistes ? j'en doute. Juste cons comme la lune (nous tous).

Instituez des taxes d'import, et vous verrez que ces salopards d'industriels français (dont je fais partie, section chimie à vos ordres chef), reviendrons PRESTO, et avec eux des emplois, des
qualifications etc.

Vous croyez que ca m'amuse d'être sous les fourches caudines de ces salopards ? De supporter leur morgue (la chine a refusé d'importer des Renault au motif que les bagnoles made in France ne
remplissaient pas les critères de sécurité ! quand ces mêmes enfoirés EMPOISONNENT leur PROPRES ENFANTS en foutant de la merde dans le lait, pour gagner des centimes de RMB ! ? De supporter la
corruption de ces gens ? Des cadres du parti ? Oui on a une usine en chine. Et croyez moi, c'est dur.

Tout le reste est totalement accessoire.

TAXES DOUANIERES. Il n'y a aucune autre solution. Ou sinon c'est le suicide collectif (déjà bien entamé).


Répondre