Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sondages contradictoires sur le cucucléaire...

22 Mars 2011 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

Pour le sondage d'EE 19 % sont pour une sortie immédiate, 51 pour une sortie à terme et 30 % souhaitent qu'on construise de nouvelles centrales.

Dans le contexte actuel, les 30 % de volontaires pour de nouvelles centrales doivent sans doute avoir été décomptés dans une quelconque MAPAD...

Pour le sondage EDF, 55 % ne veulent pas sortir du nucléaire.

 

Bon, en réalité, la réponse à un sondage ne vient que de la manière de poser la question. En effet, si on pose la question de manière panachée comme EE les verts, on obtient des nuances.

Faut il sortir tout de suite, à terme ou continuer ?

Si on la pose de but en blanc, avec une réponse péremptoire, on a un reclassement du marais qui veut "sortir à terme" du nucléaire...

 

En réalité, les deux sondages ne sont pas faux. les 30 % de félés pro-nucléaires  convaincus, sont 30 % dans un cas, 27 % "pas du tout".

La présentation est surtout mensongère quand on présente ces 55 % de "favorables" au 87 % d'allemands "opposés", mais dont la demande est une SORTIE PROGRESSIVE du nucléaire.

En effet, il existe un fossé entre arrêter tout, tout de suite, auquel une minorité seulement souscrit, une continuation et un arrêt progressif...

 

Edf a joué sur du velours, parlant d'une "demande des écologistes", qui braque une partie de la population.
Quand les écologistes posent eux-mêmes la question et parlent d'un programme de sortie progressive sur 20 ou 30 années, le contexte est fondamentalement différent.

En effet, les centrales arriveront en fin de vie, il faudra voir l'après, et cet après sera t'il nucléaire ? Pas du tout, il ne peut l'être, faute d'uranium. Quand à la Z machine qui permettrait d'utiliser l'énergie atomique pendant des millénaires, on attend toujours de voir...

 

Mais, comme le dit François Leclerc, et comme je l'ai déjà dit maints fois, l'énergie est le monde du mensonge, de la connivence, et de l'opacité, comme le monde de la finance, et l'endroit du monde ou le pouvoir politique et l'oligarchie sont cul et chemise...

 

Ce qui est incontestable, c'est que 80 % des français demandent le référendum, et que les 30 % qui sont favorables à la continuation du nucléaire sont les suppots du régime : Région paris : 41%, Homme : 41%,  65 ans et + : 41%, Cadre sup. : 50%, + 3500€ : 43%...

Mais comme le pouvoir n'aime que les référendum qui lui conviennent et gagnés d'avance, on peut être sûr qu'on en aura pas, tout au plus, y aura t'il, en cas de pressions suffisantes, quelques fermetures de réacteurs...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
<br /> Selon la CRIIRAD, les chiffres relatifs à la contamination de l’air existent mais ils sont confisqués par les Etats !<br /> <br /> Extraits :<br /> <br /> "Plus de 10 jours après le début des rejets radioactifs, les masses d’air contaminé ont traversé des pays aussi<br /> étendus que les Etats-Unis et le Canada, des pays qui disposent d’équipements performants, leur permettant<br /> d’évaluer précisément l’activité volumique2 de chacun des radionucléides présents, en tout cas des plus<br /> problématiques d’un point de vue sanitaire. Or, en dépit des recherches conduites depuis plusieurs jours, la<br /> CRIIRAD n’a trouvé aucun chiffre sur la contamination de l’air. Ne sont accessibles que des résultats sur les<br /> débits de dose ou les taux d’émissions de rayonnements bêta et gamma, qui ne permettent pas d’évaluer le<br /> niveau de risque. Ils ne permettent d’ailleurs même pas d’établir une relation certaine entre l’élévation des<br /> valeurs et le passage des masses d’air contaminé.<br /> <br /> Pour la France, l'organisme destinataire de ces données est le<br /> Commissariat à l'Energie Atomique ». Le responsable du laboratoire de la CRIIRAD s’adressait le jour même<br /> au CEA : « Je vous serais reconnaissant de m’indiquer comment la CRIIRAD peut avoir accès, dans les meilleurs<br /> délais, aux données collectées par les stations de surveillance du réseau de l'OTICE, en particulier en ce qui<br /> concerne les radionucléides (notamment Cs137 et I131, Sr 90, gaz rares, tritium, transuraniens). Il s’agit pour nous d’affiner les prévisions concernant l’impact des rejets du site de Fukushima et<br /> de répondre aux<br /> inquiétudes du public français. »<br /> La réponse nous parvenait le lendemain en milieu de journée : aucune donnée ne nous sera communiquée.<br /> Le réseau international de mesure obéit à des règles de confidentialité définies strictement par les Etats<br /> membres du traité d’Interdiction Complète des Essais. « Les données sont donc uniquement transmises à des<br /> points de contact nationaux nommés par les Etats qui en font une analyse dans l'objectif du Traité, à savoir<br /> détecter tout essai nucléaire qui aurait été mené en contradiction avec l'engagement des États ayant ratifié le<br /> TICE. ». Pour la France, il s’agit du Commissariat à l’Energie Atomique (CEA), organisme en charge du<br /> développement des activités nucléaires militaires et civiles.<br /> La réponse indiquait en outre que « Suite à l'accident de Fukushima, à la demande des États signataires du<br /> TICE, les données sur l’activité des radionucléides sont transmises à l'Agence Internationale de l'Energie<br /> Atomique (AIEA) et à l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Les équipes de ces deux organisations en<br /> charge des aspects sûreté et radioprotection peuvent ainsi les utiliser en complément de l'ensemble des<br /> données fournies par les États, pour établir les évaluations nécessaires à la protection des personnes<br /> susceptibles d'être concernées par les retombées de l'accident. ». Or, ni l’AIEA, ni l’OMS n’ont rendu publics<br /> ces résultats.<br /> <br /> BILAN : depuis plus de 10 jours, la centrale nucléaire de FUKUSHIMA DAIICHI rejette des<br /> produits radioactifs dans l’atmosphère : ces rejets ne sont ni maîtrisés ni quantifiés. Dans<br /> le même temps des stations de mesures réparties sur l’ensemble de notre planète<br /> enregistrent les niveaux de radioactivité de l’air et suivent pas à pas l’évolution de la<br /> radioactivité dans l’espace et dans le temps… mais veillent jalousement à ce que ces<br /> données restent secrètes.<br /> Cette situation est choquante en temps normal, totalement inacceptable en situation<br /> d’urgence radiologique. Et d’autant plus inacceptable que ce réseau de mesure est financé<br /> par l’argent public !"<br /> <br /> http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon/11_03_23_Volet1der.pdf<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Les 5% d'augmentations annuels sur les 5 ans qui viennent serait pour financer la securité... ce qui veut dire que cette securité n'est pas financé ce jour ? Ce qui veut dire que jusqu'a présent<br /> nous avons bradé de l'electricité à nos voisins et aux générations Babyboomers ? Après le surendettement encore un heritage pour les génerations futurs. Attention au reveil de la jeunesse ( disons<br /> moins de 60 ans ) , les reflexions de Louis Chauvel commencent à perler.<br /> Un titre de Saez à ecouter "jeunesse lève toi" :<br /> http://www.youtube.com/watch?v=hpaL_Brji5M<br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> C'est simple il suffit de ne pas consommer...<br /> Les voitures electriques sont une hérésié lorsque construite à grande echelle.<br /> Il y a d'autre solution... pas forcement super performant (air comprimé) qui sont parfaite pour la ville...<br /> L'isolation réduirait drastiquement la conso du chauffage et relancerait durablement le batiment qui ne peut être délocalisé... Ca me parait super simple et peut être fait à court terme. Il suffit<br /> de réorienter les dividendes d'EDF et de Total vers une économie plus économe et plus propre en 5 à 10 ans nous n'aurons plus besoin de nucleaire...<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> bonjour,<br /> <br /> le petit complement de la seconde loi de la thermodynamique ,concerne les centrales d'appoint.<br /> Elles sont utilisées le plus souvent dans les periodes de pointe de consommation ,c'est à dire quand il fait assez froid et donc pour faire du chauffage.<br /> <br /> Dans ce cas ,on peut considérer qu'un litre de gasoil brulé à la source chez EDF donnera le meme effet que 0.3L brulé dans une chaudiere chez le client utilisateur.<br /> rendement nullissime de 30%<br /> <br /> La mode du tout electrique etait une stupidité de premier ordre.<br /> <br /> merci<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Les données de la CRIIRAD :<br /> <br /> PANACHES RADIOACTIFS : Quels sont les risques attendus sur la France ?<br /> <br /> http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon/11_03_21_France_AIR.pdf<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> je pense qu'il faut sortir du nucleaire en 2-3 ans en engagent les grands travaux dont la france a besoin pour relancer l'emploi. il faut donner un but au francais et avoir une vision à 20-30 ans<br /> minimum.<br /> Il faut rendre foi en l'avenir et quoi de mieux que d'allier espoir, securitè sanitaire, economie et grandeur.<br /> nous devons sortir de l'euro, retrouver notre souverainetè et montrer qu'autre chose est possible. Nous n'avons plus rien a perdre à ce systeme qui prouve chaque jour sa tyranie.<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Faut sortir, faut sortir, oui mais comment.<br /> Que répondre à ces futures questions:<br /> on fait le plein des futures voitures électriques comment?<br /> neuf milliards d'humains qui vont se chauffer, s'éclairer, etc.. comment?<br /> Si la mondialisation s'arrête pour éviter une note carbone excessive due aux transports ou nouvelle crise économique, l'Europe redeviendra industrielle, sa consommation électrique avec quoi?<br /> Là on pourrait rentrer dans des chiffres de consommation impressionants.<br /> En comparaison, ceux actuelles représenteraient la valeur de la transition de la lampe à huile vers l'ampoule à deux watts.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Allez, je sais que ça va vous faire plaisir... ;-)<br /> <br /> Prix électricité:EDF veut + de 5% par an<br /> AFP<br /> 22/03/2011 | Mise à jour : 21:36<br /> Le groupe énergétique EDF, contrôlé par l'Etat, veut que les pouvoirs publics décident des augmentations du prix de l'électricté comprises entre 5,1% et 6,5% par an jusqu'en 2015, inflation<br /> comprise, selon le journal Les Echos à paraître mercredi.<br /> <br /> Le quotidien, qui n'identifie pas ses sources, relève que cela déboucherait sur une hausse totale d'environ 30% en cinq ans, et marquerait une nette rupture avec les précédentes hausses décidées<br /> par l'Etat, oscillant depuis 2007 entre 1 et 3%. La facture d'électricité des Français, qui est une des plus basses d'Europe, a augmenté de 3% le 15 août 2010 et à nouveau de 3% au 1er janvier<br /> 2011.<br /> <br /> De nouvelles hausses de prix ont d'ores et déjà été annoncées pour assurer le développement des énergies renouvelables, en particulier l'énergie solaire, financées via une taxe sur l'électricité<br /> (la contribution au service public de l’électricité - CSPE).<br /> <br /> Le ministre de l'Industrie Eric Besson a déclaré en février que l'augmentation des prix de l'électricité était "inéluctable" en France afin de financer les investissements dans le parc nucléaire et<br /> le développement des énergies renouvelables. EDF, opérateur historique, est contrôlé à près de 85% par l'Etat.<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> Et si nous faisions le nécessaire pour consommer moins (d'électricité, de pétrole, de gaz, de matières premières), si cela devenait un jeu d'avoir une facture régulièrement moins élevée....non par<br /> nécessité (hausse des prix) mais par choix...<br /> Pierre Rabhi parle de sobriété heureuse, de frugalité... chiche ?<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Je lis d'habitude votre blog avec intérêt et même amusement ( au bon sens du terme étant donnée votre manière de présenter les choses ). Mais là...<br /> Il faut sortir du nucléaire pour toutes les raisons que vous énoncez, c'est certain. L'horrible catastrophe arrivée au Japon m'en a convaincu ; vous voyez, je fais mon mea culpa.<br /> Mais ce ne sera ni rapide ni simple. En particulier et, je trouve, vous n'insistez pas assez sur ce point, pour sortir du nucléaire il faut aussi sortir du pétrole. Parce que les deux sont<br /> intimement liés. Vaste problème...<br /> <br /> <br />
Répondre