Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tic-Tac : importations US de Pétrole...

4 Mai 2013 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

Plus que le pétrole de schiste, ce sont les mécanismes économiques qui tirent vers le bas, et pas qu'un peu, les importations de pétrole.
14 370 000 millions de barils par jour d'importations nettes le 04 /11/2005, contre 7 636 000 le 26/4/2013 et 6 452 000 le 8/03/2013.


Les importations totales passant d'environ 15 millions de barils jour, à 10. La différence provenant d'un montant important d'exportations de produits raffinés.

Hors, dans le même laps de temps. la production a certes progressé, mais d'un facteur bien moindre, de 5 186 000 barils par jour (2005) à 6 505 000 (2012).

Le progrés de la production (+ 1 319 000 barils par jour) est sans comparaison possible avec la chute des importations nettes ( - 6 734 000 barils par jour).

 

Si les USA devaient redevenir autosuffisant, ce serait plus sur un recul de la consommation, que sur le rebond de la production. 

En réalité, ce rebond est tout juste égal aux gains d'efficacité énergétique, dans une société qui n'a aucune idée de ce que c'est, et le gros de la chute (environ 60 %) est causé par la dépression.

De plus, les USA qui importaient de l'essence et exportaient gazole et fioul, importent beaucoup moins de produits finis.

Le 14/10/2005, les importations nettes de produits raffinés atteignaient 4 144 000 barils, le 12/04/2013, le solde était négatif de - 483 000 barils...

La conséquence est donc simple, la crise du raffinage, ailleurs surtout, car il y a substitution d'importations.

En Europe surtout, la chute de la consommation entraîne chute du raffinage.

Cela indique l'état réel des économies entre 2007 et 2012. - 10 % environ de consommation en Europe, et - 25 % aux USA. 

 

Pour les USA, les capacités de raffinage sont redevnues suffisantes pour le pays... Mais la crise est carabinée.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article