Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout Baigne...

11 Juin 2013 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Actualités

L'affaire Meric étant passé, et le gus passé aux oubliettes, après la mousse médiatique.

L'affaire correspond parfaitement à ce que disait le Cardinal de Richelieu : "homme de nul mérite, il est venu en une nuit, comme un potiron".

On peut donc dire "Affaire de nulle importance, elle est venue en une journée, comme un ballon de baudruche, et s'est dégonflée aussi vite".

Bien sûr le gouvernement, et la gauche, ridicules comme eux seuls savent l'être, essaient de se sauver de ce dit ridicule, en dissolvant quelques groupuscules informels, qui n'ont rien à voir avec l'affaire. Et qui se reconstitueront aussi sec, d'autant plus facilement qu'ils sont informels.
Mais quand on se drape dans sa suffisance et son incompétence, sous prétexte qu'ils sont vertu, il faut bien faire semblant. Même si, dans ce cas, l'affaire tourne en eau de boudin.

 

Tout baigne. D'ailleurs, tout baigne en Inde. Pour la septième fois, le marché automobile baisse, "Le potentiel de croissance du marché automobile dans un pays de 1,2 milliard d'habitants a attiré voici quelques années les géants mondiaux du secteur en quête de nouvelles opportunités dans un contexte de morosité sur les marchés européens. "

 

C'est sûr qu'avec le niveau des salaires là-bas, c'est l'avenir de l'industrie automobile. Et après, ça sera le Bangla Desh ?

Là aussi, heureusement que le ridicule ne tue pas, sinon il n'y aurait plus personne de vivant, chez les décideurs économiques.

 

La Russie veut relancer la croissance. Ah bon, elle est partie, là aussi ?

 

La croissance chinoise, n'est plus ce qu'elle était. Ah bon ? Ils savent plus truquer les statistiques. Et faire n'imp ? Ils ont plus d'aéroports vides à construire ? Ou des villes fantômes ?

Le mal doit être général, avec ces français qui n'arrivent plus à compter le chômage...

Ils devraient peut être acheter un boulier -chinois-.

D'ailleurs, la Chine elle même n'est qu'une bulle d'exportations...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Une des premières banques de l'Histoire est une banque de Gênes, la banque Leccacorvo. A partir de 1244, la banque Leccacorvo se développe. Elle prête des sommes énormes au roi de France, Saint<br /> Louis. Grave erreur !<br /> <br /> Lisez cet extrait de livre :<br /> <br /> Lorsque Saint Louis rentre de croisade en avril 1254, il se montre agacé par l'insistance des Génois à vouloir récupérer leurs fonds. Ils ont permis au roi de combattre les infidèles, il serait<br /> bien étrange qu'ils en retirent un avantage matériel en plus du prestige et probablement du salut éternel qui découlera du financement de la croisade ! Saint Louis ne négocie même pas avec ces<br /> manants, d'autant que leur pratique financière, c'est-à-dire le prêt à intérêt, reste suspecte aux yeux de l'Eglise. En effet, malgré les écrits de Saint Thomas, l'Eglise maintient ses préventions<br /> à l'égard des prêts, et le pape Clément V rappellera au début du XIVe siècle que le prêt à intérêt est par nature usuraire. Il faut dire que ça permettra au passage à Philippe le Bel d'essayer de<br /> s'emparer de l'or des Templiers. Quoi qu'il en soit, Saint Louis refuse de payer et fait banqueroute.<br /> <br /> (Jean-Marc Daniel, "Huit leçons d'histoire économique", édition Odile Jacob, page 24)<br /> <br /> C'est le premier défaut de paiement de l'histoire de France.<br /> <br /> La conséquence de ce défaut de paiement de la France est la faillite de la banque Leccacorvo, en 1259.<br /> <br /> Quelques années plus tard, à Florence, la banque Peruzzi et la banque Bardi prêtent des sommes énormes au roi d'Angleterre, Edouard III. Grave erreur !<br /> <br /> Lisez cet extrait de livre :<br /> <br /> Edouard III emprunte aux banquiers de Florence pour rassembler une armée nombreuse et attaquer la France. Les hostilités débutent en 1337, et le moins que l'on puisse dire est que cela s'engage mal<br /> pour Edouard III. Les Français envahissent la Guyenne alors anglaise et mettent le siège devant Bordeaux en 1339. La ville résiste, mais l'attaque anglaise au nord depuis Anvers supposée<br /> contraindre les Français à redéployer leurs forces a du mal à se développer. En effet, Edouard III, pour pouvoir approvisionner ses troupes, a besoin de fonds et il ne les obtient que par une<br /> négociation permanente avec les banquiers italiens. Ceux-ci s'impatientent, s'inquiètent, critiquent sa stratégie militaire : où sont les victoires ? Où sont les villes pillées ? Où sont les pays<br /> mis à sac ? En 1340, Edouard III, n'obtenant plus de subsides de ses banquiers, commence à différer ses remboursements. En 1343, il fait banqueroute. Résultat, la banque Peruzzi de Florence fait<br /> faillite tandis qu'en 1346 c'est au tour de la banque Bardi.<br /> <br /> ("Huit leçons d'histoire économique", page 26)<br /> <br /> Des défauts de paiement d'Etats souverains, il y en a eu des centaines dans l'Histoire.<br /> <br /> Des Etats européens se déclarent en défaut de paiement, et donc ils provoquent la faillite des banques privées.<br /> <br /> On connaît le film : ça fait 800 ans que ça dure.<br /> <br /> Et ça va continuer.
Répondre
B
Une des premières banques de l'Histoire est une banque de Gênes, la banque Leccacorvo. A partir de 1244, la banque Leccacorvo se développe. Elle prête des sommes énormes au roi de France, Saint<br /> Louis. Grave erreur !<br /> <br /> Lisez cet extrait de livre :<br /> <br /> Lorsque Saint Louis rentre de croisade en avril 1254, il se montre agacé par l'insistance des Génois à vouloir récupérer leurs fonds. Ils ont permis au roi de combattre les infidèles, il serait<br /> bien étrange qu'ils en retirent un avantage matériel en plus du prestige et probablement du salut éternel qui découlera du financement de la croisade ! Saint Louis ne négocie même pas avec ces<br /> manants, d'autant que leur pratique financière, c'est-à-dire le prêt à intérêt, reste suspecte aux yeux de l'Eglise. En effet, malgré les écrits de Saint Thomas, l'Eglise maintient ses préventions<br /> à l'égard des prêts, et le pape Clément V rappellera au début du XIVe siècle que le prêt à intérêt est par nature usuraire. Il faut dire que ça permettra au passage à Philippe le Bel d'essayer de<br /> s'emparer de l'or des Templiers. Quoi qu'il en soit, Saint Louis refuse de payer et fait banqueroute.<br /> <br /> (Jean-Marc Daniel, "Huit leçons d'histoire économique", édition Odile Jacob, page 24)<br /> <br /> C'est le premier défaut de paiement de l'histoire de France.<br /> <br /> La conséquence de ce défaut de paiement de la France est la faillite de la banque Leccacorvo, en 1259.<br /> <br /> Quelques années plus tard, à Florence, la banque Peruzzi et la banque Bardi prêtent des sommes énormes au roi d'Angleterre, Edouard III. Grave erreur !<br /> <br /> Lisez cet extrait de livre :<br /> <br /> Edouard III emprunte aux banquiers de Florence pour rassembler une armée nombreuse et attaquer la France. Les hostilités débutent en 1337, et le moins que l'on puisse dire est que cela s'engage mal<br /> pour Edouard III. Les Français envahissent la Guyenne alors anglaise et mettent le siège devant Bordeaux en 1339. La ville résiste, mais l'attaque anglaise au nord depuis Anvers supposée<br /> contraindre les Français à redéployer leurs forces a du mal à se développer. En effet, Edouard III, pour pouvoir approvisionner ses troupes, a besoin de fonds et il ne les obtient que par une<br /> négociation permanente avec les banquiers italiens. Ceux-ci s'impatientent, s'inquiètent, critiquent sa stratégie militaire : où sont les victoires ? Où sont les villes pillées ? Où sont les pays<br /> mis à sac ? En 1340, Edouard III, n'obtenant plus de subsides de ses banquiers, commence à différer ses remboursements. En 1343, il fait banqueroute. Résultat, la banque Peruzzi de Florence fait<br /> faillite tandis qu'en 1346 c'est au tour de la banque Bardi.<br /> <br /> ("Huit leçons d'histoire économique", page 26)<br /> <br /> Des défauts de paiement d'Etats souverains, il y en a eu des centaines dans l'Histoire.<br /> <br /> Des Etats européens se déclarent en défaut de paiement, et donc ils provoquent la faillite des banques privées.<br /> <br /> On connaît le film : ça fait 800 ans que ça dure.<br /> <br /> Et ça va continuer.
Répondre
G
Vladimir Vladimirovitch vous remercie bien ! :-)<br /> <br /> Et vive le rechauffement climatique , ah non plutot la fin du guls stream, vu le merdier a sa source, dans le golfe du MEXIQUE !!<br /> <br /> Europe : la vague de froid dope les exportations de Gazprom<br /> 11 juin, 2013 Olga Mordiouchenko, Kommersant<br /> Le géant russe Gazprom enregistre des exportations record depuis une semaine. En cause : des températures particulièrement basses en Europe et une réduction des livraisons de gaz en provenance de<br /> Norvège.<br /> <br /> Gazprom a annoncé que ses exportations quotidiennes s'élevaient à environ 466 millions de mètres cubes, ce qui constitue un record pour les cinq dernières années.<br /> <br /> Sur fond de températures anormalement basses en Europe et de réduction des livraisons de gaz en provenance de Norvège, Gazprom enregistre des exportations record depuis une semaine. Si elles se<br /> maintiennent à un tel niveau, la société pourrait dépasser ses propres prévisions d'approvisionnement annuel de 1% et livrer à l'Europe 153 milliards de mètres cubes en 2013 au lieu de 151,8<br /> milliards. Dans le même temps, la hausse des exportations est menacée par la baisse des prix et les paiements rétroactifs, qui atteignent près d'un milliard de dollars.<br /> <br /> Gazprom a annoncé que ses exportations quotidiennes s'élevaient à environ 466 millions de mètres cubes, ce qui constitue un record pour les cinq dernières années. Depuis début juin, la société a<br /> exporté sur tous les axes un volume de gaz supérieur de 29% à la même période l'an dernier, indique le rapport. Principale raison d'une hausse aussi rapide : les températures anormalement basses de<br /> la fin mai en Europe, ainsi que des travaux dans les principales pêcheries norvégiennes. Au cours des cinq premiers mois de l'année, Gazprom a augmenté les exportations vers l'Europe de 6,4%,<br /> atteignant 66,1 milliards de mètres cubes.<br /> <br /> Selon les données du Centre de dispatching du complexe carburant-énergie de Russie, les livraisons commerciales de gaz à l'étranger étaient un peu inférieures au 4 juin, à 446,5 millions de mètres<br /> cubes. Ceci reste cependant un niveau assez élevé, comparable avec début avril, lorsque la saison de chauffage se poursuivait. Selon les calculs d'Interfax, la projection des demandes actuelles des<br /> importateurs pour l'ensemble du mois permet de prédire une hausse des exportations de 30% en juin, à 12,9 milliards de mètres cubes, et sur le semestre de 9,8%, à 79,5 milliards de mètres cubes. Si<br /> ce taux de croissance se poursuit au second semestre de l'année, le chiffre annuel pourrait atteindre 153 milliards de mètres cubes.<br /> <br /> De son côté, Gazprom table en 2013 sur une hausse des exportations de gaz vers l'Europe de 9,4%, à 151,8 milliards de mètres cubes, et vers la CEI et les pays baltes de 15,7%, à 74,5 milliards de<br /> mètres cubes.<br /> <br /> Le prix moyen des livraisons de gaz vers l'Europe l'an dernier était de 304 euros pour mille mètres cubes, et vers les pays de la CEI et de la Baltique, de 233 euros. En 2013, selon les calculs de<br /> Gazprom, le prix moyen des livraisons de gaz russe vers l'Europe devraient diminuer de 5,5-8%, à 290 euros pour mille mètres cubes. Suite à la baisse des prix et aux révisions rétroactives, Gazprom<br /> devra à nouveau reverser aux clients la différence entre les prix prévus par contrat et révisés. Ainsi, les engagements rétroactifs de la société, selon le vice-président de Gazprom Alexander<br /> Medvedev, atteindront environ 600 à 680 millions d'euros. Ce montant ne tient pas compte des conséquences possibles de la révision des prix avec RWE.<br /> <br /> Texte original (en russe) publié sur le site de Kommersant le 6 juin 2013.
Répondre
B
Un Etat qui fait faillite, c'est possible.<br /> <br /> On s'est habitué à l'idée que les Etats remboursent toujours leurs dettes. Mais l'Histoire regorge de cas où cela n'a pas été le cas. Même la rigueur allemande a parfois été prise en défaut.<br /> <br /> http://fr.finance.yahoo.com/actualites/un-etat-qui-fait-faillite--c-est-possible--123131635.html<br /> <br /> Au total, l'Allemagne s'est déclarée en défaut de paiement 8 fois (et non pas 7 fois comme il est écrit dans l'article ci-dessus).<br /> <br /> Dans les années qui viennent, quels sont les six premiers Etats européens qui vont se déclarer en défaut de paiement ?<br /> <br /> 1- Médaille d'or : la Grèce. Dette publique de 303,918 milliards d'euros, soit 156,9 % du PIB.<br /> <br /> Le premier défaut de paiement de la Grèce avait effacé 107 milliards d’euros de dettes. Mais depuis, la dette publique continue à augmenter, à augmenter encore, à augmenter toujours. La Grèce va de<br /> nouveau se déclarer en défaut de paiement.<br /> <br /> 2- Médaille d'argent : l'Italie. Dette publique de 1988,658 milliards d'euros, soit 127 % du PIB.<br /> <br /> 3- Médaille de bronze : le Portugal. Dette publique de 204,485 milliards d'euros, soit 123,6 % du PIB. Là encore, le soi-disant « plan de sauvetage » a échoué. La dette publique du<br /> Portugal continue à augmenter.<br /> <br /> 4- Irlande : dette publique de 192,461 milliards d'euros, soit 117,6 % du PIB. Là encore, le soi-disant « plan de sauvetage » a échoué. La dette publique de l’Irlande continue à<br /> augmenter.<br /> <br /> 5- Belgique : dette publique de 375,389 milliards d'euros, soit 99,6 % du PIB.<br /> <br /> 6- France : dette publique de 1833,810 milliards d'euros, soit 90,2 % du PIB.<br /> <br /> http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22042013-AP/FR/2-22042013-AP-FR.PDF
Répondre
P
Belle Réussite de l'Euro et de l'EU...<br /> <br /> Quand les Espagnols entrent clandestinement au Maroc pour y travailler<br /> <br /> Sous l’effet de la crise financière et économique de l’Europe et d’un chômage endémique, des milliers d’espagnols partent au Maroc pour trouver un emploi.<br /> <br /> Vidéo : http://youtu.be/u8-cBEM20hc<br /> <br /> Les deux pays sont séparés par 14 km de mer Méditérrannée, et, le déplacement de population ne se fait plus simplement du sud vers le nord, mais du nord vers le sud.<br /> <br /> Ainsi, Tanger connait un essor important par l’arrivée d’Espagnols souvent qualifiés, souvent au chômage dans leur pays et n’ayant plus de droit au chômage. La population Espagnol est passée de 4<br /> 700 personnes en 2011, à 9 042 personnes en 2012. La plupart gagne en moyenne 400 euros par mois et pour les plus qualifiés, le revenu s’élève à 2 000 euros ce qui représente un pouvoir d’achat<br /> très important au sein du Royaume Marocain. Le salaire moyen privé est de 215 euros soit 2377 Dirham.<br /> <br /> La plupart des expatriés, vers cette nouvelle terre promise, sont tous d’accord pour dire qu’il n’y a plus d’avenir en Espagne et que le système est en train de se désagréger.<br /> <br /> Le chômage en Espagne touche 27% de la population active avec 6 202 700 chômeurs. Les jeunes de 18-24 ans sont encore plus touchés par le chômage car 55.7% d’entre eux ne travaillent pas. Le Maroc<br /> semble être une alternative non négligeable pour certains et démontre une vitalité économique du Royaume.<br /> <br /> Sources : France 2 / Le Journal du Siècle
Répondre
S
Nansha, port commercial important, très important. Près de l'autoroute menant à l'embarcadère de la navette vers Hong-kong, fût construit une immense tour dont la vocation était d'abriter des<br /> bureaux. Près de quarante étages appartenant à un magnat proche du pouvoir. Deux plateaux sont loués par des banques, le reste...vide!
Répondre
P
http://www.egaliteetreconciliation.fr/Affaire-Meric-les-antifa-traquaient-Esteban-depuis-plusieurs-mois-18561.html
Répondre
P
http://www.wikistrike.com/article-urgent-le-gouvernement-grec-ferme-la-radio-television-publique-par-coup-d-etat-ministeriel-118436597.html
Répondre
G
Ah les c... :<br /> <br /> ils viennent de decouvrir que l'on peut reduire a presque ZERO sa conso d'electricite !!!<br /> <br /> ps : j'adore la derniere phrase hypocrite<br /> <br /> CONSOMMATION - C'est une piste étudiée par le médiateur de l’énergie...<br /> <br /> Comment réduire la facture énergétique des foyers les plus modestes? C’est la question que s’est posée le médiateur de l’énergie, alerté par les litiges de plus en plus nombreux entre clients et<br /> fournisseurs. Et selon Europe 1, le médiateur de l’énergie propose dans son rapport de supprimer tout simplement l’abonnement à EDF et GDF, qui coûte en moyenne 200 euros à chaque foyer. En<br /> contrepartie, le prix du kilowattheure serait revu à la hausse.<br /> <br /> Une mesure envisagée comme plus juste puisque les foyers modestes, qui consommeraient donc moins d’énergie, paieraient moins. «Cela permettrait de résoudre certaines situations de profonde<br /> iniquité. Par exemple, une personne âgée, seule, consomme en général très peu, mais doit quand même payer cher à cause de l'abonnement», explique François Carlier, délégué général de l'association<br /> de consommateurs CLCV interrogé par Europe 1.<br /> <br /> Mais cette mesure ne fait pas l’unanimité parmi les fournisseurs, qui ne veulent pas se contenter d’une facture basée sur une part variable, la consommation au mois, par définition trop peu<br /> prévisible. Surtout avec tous les efforts faits en matière de réduction de la consommation énergétique.
Répondre
S
Il ne faut peut-être pas prendre les Chinois pour des buses américaines. Ils ont un joli marché à développer sans rendre de comptes à personne. Quelques millions de Pékins à loger et à transporter<br /> dans leurs villes et aéroports fantômes. Bref, de quoi acheter la paix sociale et voir venir (le spectacle de notre effondrement).<br /> Comme ils partent de beaucoup moins haut que nous, leur chute -si ils chutent- sera légère comme un rouleau de printemps sur la rosée du soleil levant.
Répondre