Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout feu, tout flamme...

17 Janvier 2011 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

La révolution tunisienne a été causé par l'incident de trop, une immolation par le feu.

Cette manière de faire se propage dans le monde arabo-musulman, on en compte déjà 5 en Algérie (et non 4 comme annoncé), 1 en Mauritanie et 1 en Egypte.
Les dictatures pro-occidentales sont au plus mal, car elles viennent de subir le syndrome de l'effondrement de l'est.

Tout parait immuable, comme le communisme semblait indéboulonnable, mais il suffit qu'un domino tombe.

 

Ces suicides, particulièrement spectaculaires, sont aussi un signe, celui de l'exaspération profonde des peuples, lassés de leurs "élites".
Car, s'il y a une manière particuliérement horrible de se donner la mort, c'est le suicide par le feu. On parle désormais de "révolution de Jasmin" pour la Tunisie.

C'est faux, car au contraire de toutes les autres, elle n'a pas été déclenchée par une quelconque administration US. 

Mais le département d'état doit quand même et sans doute enquêter dans le vaste capharnaüm qu'est l'appareil étatique US, pour savoir au cas où, si quelqu'un n'aurait pas voulu dépenser un budget, histoire de ne pas perdre la main...

La grande question d'Hillary, à l'heure actuelle, c'est du genre "Qui c'est qu'a fait ça ?"...

 

En réalité, beaucoup de ressemblances existent avec la chute de Somoza et les autres révolutions. Si la police, pilier du régime, ne se posait visiblement pas de question, l'armée, finalement assez marginalisée, n'a pas voulu venir au secours du régime en empilant les cadavres.

Au moment de la chute des régimes, certaines forces de l'ordre basculent du côté des émeutiers. Dans le cas de Somoza, l'armée aussi avait été marginalisée, et il n'avait confiance que dans sa garde présidentielle (garde nationale). L'armée rejoignit l'insurrection comme un mille feuille ; d'abord marine et armée de l'air, ensuite armée de terre, unités après unités. Seule la garde présidentielle combattit jusqu'au bout, et comme Ben Ali, Somoza partit avec la caisse, laissant les dettes, que le peuple Nicaraguayen devait rembourser au titre de la "continuité de l'état"...

 

Il reste désormais les règlements de comptes. Un dictateur n'est jamais seul, et les collaborateurs étaient nombreux.

Le tourisme, pilier de l'économie tunisienne devrait logiquement souffrir, mais aussi l'industrie, et, comme je l'ai déjà dit, l'implosion économique précède la révolution.

L'implosion économique, le peuple la vivait, pendant que les excellences célébraient le "miracle économique tunisien".

 

Sans doute, le monde économique est il en train d'avoir des sueurs froides. La Tunisie, si proche, si calme, si bien tenue, lieu de bien des délocalisations, oserait elle un avant goût, celui, justement de la vaporisation des "investissements" ?

 

Autre point à signaler, l'absence total des islamistes de l'ébullition actuelle. Quelle est l'ingrédient du bouillon de sorcière ? C'est le logement et l'emploi.

Ils étaient de la vague précédente de contestation, et sans doute celle-ci lasse t'elle et date t'elle un peu.

En même temps, la donne change. Si des militaires peuvent, sans état d'âme taper sur des trublions, cela crée toujours un trouble quand on les appelle lorsque le problème est un problème de logement et de travail...

Dans le cas tunisien, on peut aussi se poser la question de savoir quel a été le rôle de la bulle immobilière internationale. Prix déraisonnables, logements vides, impossibilité économique de se loger ... On a déjà vu ça quelque part...

 

Jusqu'ici ça va, jusqu'ici ça va, jusqu'ici ça va...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
<br /> Vous trouvez que les gens se "defendent" lorsque Sarkozy décide quelque chose ?<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> L'Etat ne commence pas avec l'Etat technicien, il commence à partir du moment ou des hommes se défendent et rendent justice.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> Au mieux peut-on obtenir l'adhésion, et pour des points précis et pour une periode limité.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> En fait personne ne peut etre l'emanation du peuple.<br /> <br /> Il n'y a que françois, paul ou jacques.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> 3P, il n'y a pas d'état, il n'y a des que hommes (plus ou moins légitimes) qui imposent leurs politiques à des peuples.<br /> <br /> Ces imposteurs prétendent être l'emanation du peuple.<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> A Patrick Reymond<br /> <br /> L'immolation par le feu, c'est aussi en France.<br /> Indifférence générale.<br /> http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/01/18/01016-20110118ARTFIG00674-marseille-un-lyceen-tente-de-s-immoler-par-le-feu.php<br /> Ici ça roupille encore. Encore trop confort ?<br /> Cordialement<br /> Amada<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> La Somalie, c'est l'absence du méchant état qui ne fait que mettre des impots et que géner le divin marché et sa main invisible...<br /> On voit le résultat.<br /> <br /> Le probléme n'est pas l'état, ce sont les hommes à sa tête.<br /> En revanche, le marché est un souci , lorsqu'il dépasse sa sphére traditionnelle.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> C'est donc très motivant de travailler dans ce système!<br /> <br /> Il ne reste plus qu'à jouer la comédie et faire semblant de bosser.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> Le marché? En France ? Il n'y a pas de marché en France, ttes les parts de marchées des grandes entreprises sont décidées à l'Elysée.<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Je crois que le but de la mondialisation c’est bel et bien une Somalie planétaire.<br /> Le marché ? Y a toute une myriade ; de l’état ? point.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> Disons qu'il n'y a pas d'état digne de ce nom en Somalie.<br /> <br /> <br /> Ce n'est pas pur ça que l'état français est exemplaire. Je dirai même qu'il est tout puissant. Et l'état ce n'est pas le peuple.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> La Somalie serait auto-géré ?<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> C'est normal qu'en Somalie , il n'y ait pas de marché, puisqu'il n'y a pas d'état...<br /> <br /> Comment ruiner toute la théorie libérale en un seul exemple.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> Ne pas voir cela c'est prendre le risque de se retrouver dans un pays aussi joyeux et démocartique que la Chine.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> Le pouvoir économique qui soutien tel ou tel politicien n'est pas représentatif de TOUT le pouvoir économique.<br /> <br /> Il s'agit de certains acteurs qui cherchent à s'attirer des avantages concurrentiels face à d'autres acteurs économique.<br /> <br /> L'entreprise qui ne joue pas à ce jeu est quasiment sure de se faire baiser.<br /> <br /> C'est donc les politiciens qui distribuent les carrottes et les coups de batons in fine.<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Ta lecture du champ politique est erronée Nam ; c’est sans doute due à ton âge (en dessous de la trentaine ? études commerciales ?) ;<br /> Les politiques sont des employés – comme toi et moi – et les vraies décisions se fon au niveau du pouvoir économique.<br /> Un homme politique qui n’a pas deux ou trois multinationales derrière soi (et deux ou trois lobbys clé) n’a aucune chance de franchir 10% d’une élection quelconque ; après, une fois en place il n’a<br /> aucune marge non plus (voir le bonhomme banania) ou s’il s’aventure au delà du champ qui lui est attribué il finit entre les quatre planches (voir JFK).<br /> Donc, je te vois avec du lait au coin des lèvres ; mais t’es un gars sympa ; y a du potentiel en toi !<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> Et je vous rappel que je ne suis pas libéral puisque je soutien les syndicats. En fait je soutien tous les contre-pouvoir, et les marchés en font partie. Ca ne fait pas de moi un libéral.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> a RonRon:<br /> <br /> C'est ce que je vais faire, mais pour le moment je mesure à quelle point la soupe est bonne. Ce ne m'empeche pas de cracher dedans. C'est un mauvais système duquel il faut en tirer un maximum. Je<br /> considère qu'on est au stade de la fin de l'URSS.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> Vous vous trompez, ce sont les politiciens qui ont le dernier mot.<br /> <br /> Le pouvoir économique se couche pour obtenir des contrats, des crédits, des incitation a consomer leur produit et avoir un cadre légal favorable. Certains qui ont du pouvoir economique se font<br /> copain avec le pouvoir politique pour ecraser d'autres qui ont du pouvoir economique. Mais c'est par les politiciens que tout passe!<br /> <br /> <br /> Une révolution est tjs la recontre de la bourgeoisie (pour réfléchir aux nouvelles idées) et du peuple (qui est pret à mourrir).<br /> <br /> Puisqu'il faut donner un nom aux révoilutions, pour la future révolution frenchy, le propose la "révolution camembert"!<br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> Nam, le libéral salarié !<br /> Libère-toi Nam, démissionne, devient ton propre chef.<br /> Plutôt que de changer de pays, change de logique, et évite à tout prix le syndrome du larbin.<br /> Par exemple :<br /> Une réforme, c’est un bonne chose, c’est sensé être un progrès.<br /> Aujourd’hui, toutes les réformes sont des régressions. Il faut changer ta logique, non les réformes qu'on nous propose, ne sont pas une bonne chose.<br /> Et lit bien Alicide, l'argent n'est pas non plus ce que tu crois.<br /> <br /> <br />
Répondre