Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ZZZ

16 Janvier 2012 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Economie

La BCE a prêté 489 milliards d'euros aux banques, à 1 %. Désormais, c'est fait, le montant des dépôts bancaires à la BCE dépasse ce chiffre, à 493 milliards, au taux fabuleux de 0.25 %.
Donc, pour les banques, cette opération représente une perte de 3.66 milliards à l'année...

 

Pendant ce temps là, la BDF a vendu massivement de l'or, ou sans doute plus simplement, a t'elle officialisée la perte de certains "prêts" d'or à des banques, que celles-ci sont incapables de restituer...

 

ZZZZZ...................................................................................................................................................................................................................

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Le risque caché : si la Grèce sort de l’euro, c’est l’Allemagne qui explose en premier !<br /> <br /> Le débat fait rage chez les économistes allemands. La Bundesbank, qui possède 465 milliards d’euros de créances sur l’Eurosystème, est de plus en plus exposée à l'éclatement de la zone euro.<br /> <br /> Lors de la création de l’euro, les pays ont gardé leur banque centrale, bien qu’ils entrassent dans une monnaie unique. La structure formée de toutes ces banques centrales et de la Banque centrale<br /> européenne (BCE) se nomme « l’Eurosystème ». Il s’agit d’une bizarrerie, normalement à une monnaie doit correspondre une seule banque centrale. Une étude d’Eric Dor de l’Iseg met en lumière les<br /> effets délétères de cette construction baroque.<br /> <br /> Au lieu d’avoir une banque centrale qui centralise les transactions de l’ensemble des banques européennes, chaque banque est en liaison avec la banque centrale de son pays. La liquidité est fournie<br /> par les différentes banques centrales, et les banques commerciales déposent leurs réserves non pas à la BCE, mais dans leur banque centrale.<br /> <br /> Ainsi, quand une entreprise grecque achète un produit allemand, une banque grecque transfère de l’argent à une banque allemande. Et la Bundesbank (la banque centrale allemande) se retrouve avec une<br /> créance d’autant sur la Banque centrale de Grèce. A cela se rajoute les fuites de capitaux : personne ne prête aux banques grecques qui doivent donc se tourner vers leur banque centrale, et en plus<br /> les déposants grecs vident leurs comptes pour les transférer à l’étranger.<br /> <br /> On comprend ainsi que les banques centrales des pays exportateurs accumulent des créances de plus en plus importantes sur celles des pays importateurs : les prêts de la Bundesbank au reste de<br /> l’Eurosystème atteignent le chiffre record de 465 milliards d’euros (en octobre 2011) ! En contrepartie, les dettes des banques centrales des pays de la périphérie de la zone euro se sont envolées,<br /> pour atteindre 118 milliards d’euros pour l’Irlande, 108 milliards d’euros pour l’Espagne, 101 milliards d’euros pour la Grèce, 89 milliards d’euros pour l’Italie ou 57 milliards d’euros pour le<br /> Portugal.<br /> <br /> Les risques pour l’Allemagne sont énormes. Au cas où la zone euro éclaterait, la Bundesbank subirait des pertes gigantesques sur ces créances, car les nouvelles monnaies (drachme, etc.) perdraient<br /> de la valeur par rapport à l’euro. Dans un tel scénario, la Bundesbank devrait être recapitalisée par l’État allemand, qui verrait sa propre dette publique s’envoler.<br /> <br /> Et même sans rupture de la zone euro, la Bundesbank s’expose à des pertes potentielles. En effet, la Banque centrale de Grèce fournit de plus en plus de liquidité aux banques grecques, on l’a vu,<br /> mais en échange de quoi ? En échange d’actifs (le « collatéral »), mais il faut gratter les fonds de tiroir et ceux-ci sont de moins en moins bonne qualité (des bons du Trésor grecs par exemple…).<br /> A un moment il faudra bien enregistrer des pertes sur ces actifs dévalués, et ils seront à la charge de l’Eurosystème tout entier (dont la Bundesbank est « actionnaire » à hauteur de 30%, soit<br /> autant de pertes).<br /> <br /> Cette information est stupéfiante. On aurait voulu mettre un mécanisme d’autodestruction au cœur même de l’euro qu’on ne s’y serait pas pris autrement.<br /> <br /> On comprend les cris d’horreur de nos gouvernants lorsqu’est évoqué une sortie de la Grèce de la zone euro : cela provoquerait une implosion du cœur de la zone euro, le pays le plus vertueux,<br /> l’Allemagne, étant le plus touché ! On voit aussi qu’une faillite bancaire en Grèce impacterait instantanément toute la zone euro.<br /> <br /> Il s’agit clairement d’un vice de construction de l’euro. Peut-on d’ailleurs encore parler de monnaie « unique » quand plusieurs banques centrales peuvent interagir et créer un risque systémique<br /> ?<br /> <br /> Philippe Herlin.<br /> <br /> http://www.atlantico.fr/decryptage/risque-sortie-grece-euro-explosion-bundesbank-dette-allemande-eurosysteme-philippe-herlin-269086.html
Répondre
L
La baisse de l'euro fait automatiquement monter le prix de l'or et des devises. Surtout en se momment :) :) :)
Répondre
D
Je ne pense pas me tromper tant que ça,puisque la baisse de valorisation signalée ,est celle constatée entre fin novembre 2011 et fin decembre 2011 ,soit sur un mois..<br /> La baisse en or est d'environ 8% ce qui correspod à celle du cours dans cette periode.<br /> <br /> En intégrant l'incidence des modalités de change à la fin du mois de décembre 2011, les réserves officielles de change de l'Etat français s'élevaient à 180,568 Milliards d'Euros (233,636 Mds$)<br /> contre 160,272 MdsE (215,053 Mds$) à la fin du mois de novembre 2011. Elle sont en augmentation de 20,296 MdsE.<br /> <br /> Les réserves de l'Etat se répartissent comme suit :<br /> - Réserves en or : 95,281 MdsE, en diminution de 6,793 MdsE.<br /> - Réserves en devises : 67,685 MdsE, en augmentation de 25,967 MdsE<br /> - Créances sur le FMI : 17,602 MdsE ; en augmentation de 1,122 MdsE.
Répondre
B
Mardi 17 janvier 2012 :<br /> <br /> FESF : la Finlande ne contribuera pas plus.<br /> <br /> Le ministre des Finances finlandais ne veut pas d’une augmentation des garanties du pays au Fonds européen de stabilité financière (FESF), alors que se développent les conjectures d’une éventuelle<br /> contribution plus importante des pays notés AAA.<br /> <br /> « Les engagements de la Finlande ne seront pas augmentés; c’est notre préalable depuis longtemps et nous nous en tiendrons à ce principe », a dit Jutta Urpilainen, cité mardi par le site de<br /> Kauppalehti.<br /> <br /> L’agence Standard & Poor’s a ramené lundi sa note sur le FESF de AAA à AA+, laissant penser que le fonds risquait de solliciter davantage les Etats contributeurs pour conserver sa capacité de<br /> prêt effective.<br /> <br /> (Dépêche Reuters)
Répondre
S
Un p'tit peu hors sujet:<br /> Tout le monde sait la proximité des agences et banques US.<br /> Tout le monde sait que Draghi et le nouveau 1er grec sont des anciens du bal des coquins.<br /> C'est à dire que le système US sera averti avant tous les autres "créanciers du défaut grec. C'est un peu bizarre, mais c'est surtout beaucoup plus qu'un délit d'initié somme toute courant dans ce<br /> milieu, mais certains ont acquis la garantie de récupérer avant les autres ce qu'il y a à récupérer sur les quelques mois.<br /> C'est à dire que l'on peut-être en place un système de créanciers privilégiés illégalement. On apprendra plus tard, qu'il y a eu des fuites et des évasions "fiscales".<br /> Au pied du mur.
Répondre
P
le cours de l'or _ coté en euros _ est passé de 1067€ à la fin 2010 à 1215€ fin 2011, soit une HAUSSE de 13,8 % sur l'année. Donc une baisse significative des encours en or signifie des ventes<br /> encore plus importantes sur l'année.<br /> On vend les bijoux de famille ?
Répondre
Y
Vous vous trompez, dupontg.<br /> Le cour de l'or à légèrement baissé, et en ce moment il remonte.
Répondre
B
Lundi 16 janvier 2012 :<br /> <br /> Mario Draghi (BCE) : « Sans triple A, le FESF doit être renfloué. »<br /> <br /> Strasbourg (Parlement européen) - Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a estimé lundi que le Fonds de secours européen FESF, privé de sa note AAA par Standard and<br /> Poor's, devrait être renfloué pour garder sa force de frappe en l'état.<br /> <br /> Il faut des contributions supplémentaires des pays encore notés AAA pour que le FESF conserve la même capacité ou puisse prêter au même taux, même après une dégradation, a-t-il dit lors d'une<br /> audition devant le Parlement européen.<br /> <br /> (©AFP / 16 janvier 2012 20h33)<br /> <br /> En zone euro, quatre Etats sont notés AAA.<br /> <br /> Ces quatre Etats AAA sont des Etats du nord de l'Europe : l'Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Finlande.<br /> <br /> Dans les mois qui viennent, ces quatre Etats AAA accepteront-ils de payer des contributions supplémentaires au FESF pour aider les autres Etats de la zone euro ?
Répondre
B
Lundi 16 janvier 2012 :<br /> <br /> FESF : Standard and Poor's abaisse d'un cran la note à AA+, n'exclut pas de la relever.<br /> <br /> L'agence d'évaluation financière Standard and Poor's a abaissé lundi d'un cran à AA+ la note du Fonds de soutien européen (FESF), mais n'exclut pas de la relever à AAA si des garanties<br /> supplémentaires devaient lui être accordées, selon un communiqué.<br /> <br /> Cette décision est la conséquence de l'abaissement de la note de la France et de l'Autriche, qui faisaient partie des Etats notés AAA et permettaient au Fonds, par leurs garanties, de bénéficier de<br /> la note optimale de SP.<br /> <br /> (©AFP / 16 janvier 2012 19h34)<br /> <br /> En zone euro, quatre Etats sont notés AAA.<br /> <br /> Ces quatre Etats AAA sont des Etats du nord de l'Europe : l'Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Finlande.<br /> <br /> Dans les mois qui viennent, ces quatre Etats AAA accepteront-ils d'apporter des garanties supplémentaires au FESF pour aider les autres Etats de la zone euro ?
Répondre
D
bonjour,<br /> si je ne me trompe le cours de l'or a severement baissé en fin d'année 2011.<br /> Je pense que la perte de valorisation des reserves françaises,est surtout du à ceci plutot qu'à des ventes d'or.<br /> cdlt.
Répondre