Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 08:25

Il y en a qui trouvent des énigmes, là où il n'y en a pas.

JM Vittori fait fort, et étale son inculture. La Chine a fait un choix politique, il y a bien longtemps. Celui de tout faire à la main. Tout ce qui pouvait être fait à force d'homme, l'était.

C'est ce que dit, une autre personne, cultivée, elle, Fernand Braudel. Qu'il cite, pourtant.
Il a, de même, totalement échappé à JM Vittori, que la Grande Bretagne, c'était une ile. Avec des fleuves pénétrant loin. Donc, une facilité de transport, même avant le charbon, bien plus grande.

La Chine, c'est énorme, elle n'a pas de menace réelle à toutes les époques, ce qui conduit à son endormissement. Une armée d'une taille ridicule, 300 000 hommes, suffit, pour tenir à l'écart les barbares mongols, mandchous, turcs, et réprimer les troubles intérieur. Ils ont d'ailleurs une réputation épouvantable ("les brigands appelés soldats", le brigand vient du mot brigade, le soldat qui combat en brigade) Jusqu'à ce que...

Jusqu'à ce que le mécontentement fasse que les insurrections internes larvées soient hors de contrôle et/ou qu'elles se marient avec la pression externe. En général, l'effondrement chinois, en moyenne tous les deux siècles, c'est le mariage des deux, crise interne, poussée externe.

Il n'y a pas l'aiguillon qui fait le génie européen. Le génie européen est crée par la guerre, qui pousse à l'innovation, dans tous les domaines. Le domaine de la construction étatique, le domaine du changement technique, la diplomatie.

Le génie européen, c'était, pour l'Angleterre de 1600, de considérer que sa frontière extérieure, c'était le port de l'ennemi. L'Angleterre a ciblé son effort sur sa marine. Pour l'armée, elle avait toujours le temps d'en lever une, protégée par sa flotte. La Chine, elle, a supprimé sa marine, et même pas fait un effort sur son armée.

En Europe, les guerres mondiales sont marquantes, aucune des armées ne finit la guerre comme elle l'avait commencée. Accélération d'un processus déjà connu, mais plus rapide, depuis le XIV° siècle.

Le progrès technique y a été incessant.
En Chine, les troupes mongoles du XIX° siècle ne voient pas l'intérêt des armes à feu, dont l'empereur veut les doter. Les nippons, eux, bien que claquemurés dans leurs iles, aiment les armes à feu, les importent et les fabriquent.

Les troupes mongoles préfèrent l'arc. Jusqu'à l'écrasement de l'armée chinoise pendant les guerres de l'opium. Leur artillerie est écrasé par l'artillerie lourde des occidentaux, sans leur occasionner le moindre mal.

Et tout au long du XIX° siècle, l'écart ne cesse de grandir, malgré des tentatives des combler le fossé.

Un empire, c'est d'abord la stagnation. Il généralise la technique qui existait à sa création, puis a énormément de mal à changer. Un groupe plus réduit n'a pas cette peine. Pourquoi la Californie est plus innovante que le reste des USA ? Question de problèmes écologiques locaux de très grande amplitude.

Le régime chinois actuel n'est qu'une photocopie de ce que furent les USA, avec la nuance près que sa source d'énergie principale est son charbon. Celui-ci, exploité à une allure intensive, ne durera pas très longtemps. Alors, la question, est ce, feu de paille, ou dominance retrouvée ?

Intrinsèquement, 1500 millions d'habitants ne peuvent, à l'heure actuelle, consommer autant d'énergie que 60 millions britanniques. Il n'y aurait même pas assez d'énergies fossiles.

D'ailleurs, visiblement, la production chinoise de charbon a atteint son apogée, avant de commencer son déclin.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 07:52

les avis sur les énergies renouvelables sont comme les avis politiques. Tellement influencés par la propagande ambiante, qu'on arrive à croire que Juppé, Fillon, Sarkozy, Macron, Hollande, sont autres choses que de petits freluquets dont l'intérêt pour le bien public et la population est égal à zéro.

On a donc eu une contrepropagande anti énergies renouvelables prégnante, dont on a du mal à sortir.
Les énergies "assises", à savoir pétrole, gaz, charbon et nucléaire, ne vivent qu'à coup de subventions massives, comme d'ailleurs tout le secteur énergétique depuis qu'il a émergé en 1750. Le montant, suivant le FMI, dépasse les 5300 milliards de $ l'an.

Le secteur renouvelable, lui, fait preuve d'une stupéfiante économie de coût. Et surtout, de situation de rente, car, finalement, ce qui lui est reproché, c'est qu'il peut être autonome, et donc condamner d'avance la renaissance d'un secteur distributeur de prébendes et de places au chaud.

Augmentation de factures ? Il n'a sans doute pas échappé à tous les lecteurs automobilistes, que le coût du pétrole avait fortement augmenté depuis l'an 2000, et que les "bas prix" actuels, n'étaient guère bas.

40-45 $ le baril, le litre de gazole à 1.1 et le litre d'essence à 1.3, ce n'est guère bas. Comme le prix de l'électricité et du gaz...

Pour ce qui est des emplois, c'est du classique. Les grands bénéficiaires des filières sont surtout des plombiers et des électriciens, donc, pas des filières qui font intrinsèquement, rêver. Des prolos, quoi.

Là où le pétrole et le reste seront très difficile à remplacer, c'est le secteur du transport. Mais, c'est souvent un luxe, ou une non nécessité. Diable, si les riches ne peuvent plus aller aux Maldives, ou en Egypte...

On aime bien voyager, de nos jours. Mais à condition que ce soit rapide. Ils pourront y aller à pied, prendre les chemins de fer (surtout en Inde), Sinon, cela reviendra au XIX° siècle, le privilège de gens très riches, au lieu d'être celui simplement, de gens riches, au niveau mondial.

Là où je suis circonspect, c'est sur l'avenir des forêts. Des peuples de taille très réduites ont réussis à les anéantir, comme les britanniques et les irlandais du XVII° siècle. 25 ans de taille intensive, et 25 ans pour peaufiner le travail, cela a suffit. Pourtant, la population des deux iles ne dépassait pas 4.5 millions d'habitants.

Pour ce qui est du reste, le secteur électrique peut très bien arriver à se débrouiller avec les STEP, ou avec les changements de technologies en cours.

Tout changement de technologie coûte cher, avant que ce coût s'effondre. C'est ce qu'il est en train de faire...

Mais tout investissement dans l'énergie classique, coûte aussi très cher, et encore plus cher. Pour ce qui est des plus values du pavillon planté n'importe où, "gâché" par la vue de l'éolienne, pas de soucis, dans la plupart des endroits, le pavillon n'a plus guère de valeur avant la construction de l'éolienne.

D'ailleurs, dans les endroits où ces constructions sont effectuées par des coopératives d'habitants, c'est rare en France, mais fréquent en Allemagne, bizarrement, l'opposition s'effondre.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 08:04

Un jeu a lieu actuellement à l'UMP. "plus con libéral que moi, tu meurs". Ou alors, ils postulent pour des places dans la série "Kaamelott". Le degré de bredinerie des conseillers du roi étant phénoménal, ils ne dépareilleront pas...

L'un veut virer 300 000 fonctionnaires, l'autre dit 500 000, et, entre les deux, il existe toute la gamme. Moi, à leur place, je proposerais directement 15000000000, ça réglerait le problème.

les élites qui ont vendu, pas cher, leur cul aux USA, sont typiquement des élites impériales. Photo-hygiéniques, quelquefois élevés plus aux USA qu'en Europe, ils ne connaissent rien à leur propre pays, et sont interchangeables. Un président géorgien peut devenir gouverneur d'Odessa. Vu des USA, c'est la même chose.

C'est le ressort romain, qui élevait les enfants otages dans leur ville. Une fois grands, c'étaient de parfaites photocopies ou clones et de parfaits romains.

Une chose était intéressante dans le bouquin sur Hollande, c'est l'appréciation de Sarkozy sur les conférences qu'il donnait. Ramasser la monnaie.

Le "bilan", de n'importe quel candidat UMP est facile à voir. C'est celui de la "thérapie de choc", dont le dernier avatar se situe en Argentine : - 118 000 emplois dans le secteur privé au dernier semestre.

On peut y voir un résultat des licenciements opérés dans le secteur public, et une conséquence. Pendant ce temps là, les imbéciles du FMI voient l'économie "reprendre des couleurs". Parce que, c'est bien connu, la croissance revient toujours... Promis, l'année suivante, elle sera là.

Quand à "l'avalanche d'investissements étrangers", promis par Macri, ils sont toujours au point zéro.

Comme on dit, les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

J'ai trouvé une petite musique pour Hollande, et ses clones de l'UMP. C'est terrible de tomber victime de sa propre stupidité.

Pour moi, je vous conseillerais d'affuter tout ce que vous avez sous la main. ça va chauffer.

En Russie, existait une petite Anekdot (je le redis, parce qu'il y a pas mal de nouveaux lecteurs).
"Quel est le plus grand économiste marxiste de tous les temps ? Réponse : Egor Gaidar, parce qu'en quelques mois, il a réussi à faire ce qui ni Lénine, ni Staline ou les autres n'avait réussi à faire en des décennies : convaincre les russes que le capitalisme, c'est mal"...

Egor Gaidar était le responsable de la thérapie de choc, comme passage à l'économie de marché. Maintenant, ses potes, ils font 3 %.

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 13:48

C'est Ségolène qui s'y colle pour dire la vérité, cette fois.

NDDL,  c'est mort, et comme dis jancovici, sous une autre forme, un truc de vieux (censuré).

On ne construit pas un aéroport en plein pic pétrolier, dans une région qui en compte 14, dont un qui fonctionne à régime réduit.

Quand au referendum organisé, il faut souligner qu'il est illégal. Mais quand ça arrange la nomenklatura, ça n'a pas d'importance. Pas comme ces referendums sur les migrants.

Il y en a une autre qui a décidé d'arrêter aussi les frais. Angela veut déporter les déboutés de l'asile.

Dans la langue de bois qui continue, on peut admirer Joe Biden, qui veut lancer "une cyberattaque secrète" contre la Russie. Il faut rappeler à ce (censuré), ce que veut dire le mot "secret". Et que quand tout le monde est au courant, même moi, ce n'est plus un secret.

La cervelle du vice président, est à l'image de la classe dirigeante US : décomposée. SI le Pentagone n'obéit plus au président sur la Syrie, il est clair qu'il y a de bonnes chances que plus personne n'obéisse en aval du Pentagone.

Ou que l'obéissance ne soit plus un automatisme. Je reviendrais là aussi sur la série "sur écoute", qui montre bien la décomposition de l'administration.

Tout le monde, ment, triche, en fait à sa tête. Et le plus étonnant, c'est qu'il y a encore des gens qui fassent leur travail avec un but honnête.

Finalement, il n'y a que dans les gangs qu'il existe une autorité.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 13:17

C'est la désapprobation des propos de François Hollande qui règne en France.

Moi, j'aime bien. On clairement qu'il pisse à la raie de quasiment tout le monde. Donc, je suis content. Il a dit le fond de sa pensée, le petit sous préfet de Corrèze.

Pour une fois qu'il dit la vérité.

" En réalité, c’est la fonction politique quand elle s’exerce hors de toute souveraineté, et dans un Etat déliquescent, qui impose ce déni de réalité systématique. "

Sans doute, les défauts qui ont conduit Hollande à mettre les pieds dans le plat médiatique, est sans doute un grand moment de politique. Paradoxalement, c'est dans cette erreur fondamentale qu'il s'est montré courageux.

Le courage du bonze qui grillait  un feu rouge, dans le Saïgon de 1965. Pardon, qui grillait A un feu rouge. (je rends ici hommage à un autre Raymond -Devos- pour ce gag ancien).

Après tout, on fait ce qu'on peut pour être remarqué. Mais, connaissant Hollande, le coup du feu rouge n'était pas possible. Et oui, se servir d'un briquet, c'est compliqué, et avec une allumette, imaginez la presse apprenant qu'il a du être hospitalisé pour s'être cruellement blessé en s'enfonçant celle-ci dans la main.

Il est exact que la plupart des footballeurs, hors leur monde, sont des boeufs. Mais, comme les gardiens des coins de rues de Baltimore, ils ne sont pas sans culture. Ils connaissent par coeur  la culture de leur milieu.

Par contre, on peut voir la lutte des classes dans les pertes des officiers au combat. Ils meurent comme des mouches. Sortis de leur cercle, souvent très bon, ils sont complétement incapables de s'adapter à un autre. Ni à un autre public. La plupart des officiers qui finissent une guerre sont des gens adaptés aux nouvelles donnes, et respectés par leurs hommes.

L'intelligence, chez l'homme, c'est de s'adapter au milieu ambiant. Monsieur Hollande appartient à la catégorie qui veut que ce soit le milieu qui s'adapte à eux. Comme ce n'est pas possible, ils trichent statistiquement, moralement, et leur parole ne vaut rien.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 20:04

J'aime bien ce qu'écrit Charles Sannat, mais là, il se fourre le doigt dans l'oeil, vulgairement, jusqu'au coude.
Becoze, il y a belle lurette que la croissance n'existe plus.

Regardez la série "sur écoute" (The Wire) et vous verrez quoi ? La réalité pipeauté par des statistiques officielles qui ne veulent plus rien dire, que ce soit pour le niveau scolaire, ou pour la criminalité.

Personne, chez les citoyens, n'est dupe. Le but n'est pour les autorités de la ville de Baltimore, que de présenter des chiffres médiatiquement acceptables, pour la délinquance, et politiquement correcte pour le niveau scolaire, aux autorités centrales.

Les forces de police, ne font donc que des choses qui rendent au niveau statistique, c'est à dire totalement inefficace à moyen ou long terme, mais qui leur assure la paix avec la hiérarchie. Toute la délinquance est systématiquement minorée. Pas question d'enquêtes réelles, même pour les crimes les plus abjectes, ça coûte trop cher, et puis, des fois qu'au bout on trouve un politicien, démocrate dans ce cas de figure, parce qu'à Baltimore, il n'existe que le parti démocrate.

Ce système soviétique, celui de la statistique satisfaisante, mais fausse, est mise en relief par John William sur son site, et on s'y rend compte que toute forme de croissance a disparue il y a bien longtemps aux USA. John William lui, se contente de recompter les chiffres, d'après les méthodologies US d'il y a 20, 30 ou 40 ans... Putain de communiste.

Cela donne une réelle vision de l'économie US, sur longue période, même si le chiffre de chômage auquel il arrive (23 %), est sans doute très au dessous de la vérité, parce que les USA ont toujours très mal compté le chômage. Mais cela a le mérite de donner une idée de la situation bien loin des 5 % officiels...

Que dans les écoles de Baltimore, on n'étudie pas, c'est normal. ça ne sert à rien. Par contre, les lois de la rue sont très bien connues, et la matière la moins abandonnée, c'est l'arithmétique. En effet, le chef de coin de rue tabasse le dealer qui ne rend pas les comptes exacts. Et il y a une chose qu'on apprécie beaucoup, dans ce monde, paradoxalement, c'est l'honnêteté et le sérieux dans le travail bien fait.

Les dealers finissent par y être sympathique, quelque part, pendant que les politiciens, les hommes d'affaires sont beaucoup plus malhonnêtes qu'eux, plus requins encore, et s'ils sont prédateurs dans la rue, ils sont victimes dans les beaux quartiers...

Côté chinois, vous avez vu la statistique de Sannat. mais la réalité est pire. Par rapport à son maximum, la production de charbon a officiellement baissé de 800 millions de tonnes, (400 millions de tonnes équivalents pétrole), en tenant en compte la production grise non recensée on pouvait rajouter 600 millions de tonnes de charbon. Dans ce genre de crise la production grise s'évapore instantanément. La chute, sévère, s'établit à 1400 millions de tonnes (700 millions en TEP).

Mais le problème chinois est encore pire que cela. Des investissements colossaux ont été réalisés sur des gisements aux réserves insuffisantes. Des investissements qui pourraient ne pas être des gouffres si le prix du charbon remontait à 120 $ la tonne. Le problème c'est qu'il doit être à 1/4 de ce prix, et c'est encore pire pour le charbon destiné aux centrales électriques (90 % du total). Seul le charbon sidérurgique , le reste, vaut un peu mieux. Mais le problème, c'est qu'il est peu chinois, il est australien...

En tout cas, on sait au moins une chose, les milliards investis dans le charbon ne seront jamais récupérés.

Le gouvernement central veut tailler dans les surcapacités charbonnières et sidérurgiques ?  Il n'arrive que peu à être obéi, et lui même hésite devant la taille des problèmes sociaux.

Produire un acier inutile, un charbon qui s'entasse, ce n'est plus de l'économie, c'est un problème qu'il faut relier au parc immobilier vide.

La statistique était un moyen. Inventée par Vauban, un brave, elle était destinée à être un outil de vérité, sincère. Et avait un but : dire la vérité au Roi.

La statistique est devenu un simple moyen de com et de propagande, pour nous faire croire que tout baigne. Un outil de menteur patenté.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 09:56

Le vrai titre, c'est "comment le pétrole a tué les villes", après avoir terrassé les villages. Ou plutôt, depuis 1970, avoir fait multiplier la surface par 4 ou 5, en abandonnant les vieux bâtiments.

Rien d'étonnant, le même phénomène a été observé dans les années 1970 aux USA. L'abandon des centres villes.

Pourquoi ? SImplement, parce que quand on construit plus vite que croît la population, forcément, on fait des vides.

Un ménage en France, c'est 2.26 personnes. Construire 500 000 logements/an, c'est pouvoir loger 1 130 000 personnes, et pendant la bulle immobilière, on l'a fait pendant 10 ans...

Alors que la population a augmenté de 500 000 personnes. Avec la remontée de la mortalité, l'écart va encore s'accroitre.

Il est donc dans la norme qu'on assiste à une recomposition des centre-villes.

La Palme revient toujours au Monde dont les sources me semblent un peu vieillies.

Pour ceux qui connaissent Saint Etienne, il me semble que le titre de capital des taudis, c'est du "Progrès" de... 1850.

Bon, d'accord, pendant un siècle, il n'y a pas eu grand chose de fait, pour y remédier, même si on peut quand même signaler de très belles allées comme le Cours Fauriel, oh, combien bourgeois. Jadis...

Mais les années 50 et 60 ont vu quand même, ici comme ailleurs, une frénésie de construction, frénésie qui s'est revue pendant la décennie 2000-2010. Et même après.

D'ailleurs, ça nous avait bien fait rire, moi et les copains, surtout la pub "ils manquent des logements..." et "ils manquent des logements sociaux".

Là, à la deuxième affirmation, on se pissait dessus...

A la vue des loyers demandés dans les nouvelles constructions du secteur privé, on était sous la table.

Là où j'ai compté le plus de taudis, c'est à Lyon, et à Paris.

Taudis et gens stupides, parce qu'il faut se lever tôt pour payer de tels prix, pour des bouses pareilles. Il parait que dans les quartiers périphériques, ils brûlent des voitures pour protester contre leurs conditions de vie...

Moi, si j'étais obligé d'habiter le centre ville de Paris (le F2 de 35 M2 à 500 000 euros seulement, avec grand dressing, et à peine à 10 minutes du métro... J'ai bien imité Stéphane, là ?), c'est moi qui aurait la tentation de brûler des bagnoles.

Pour ce qui est de Saint Etienne, depuis 2000, ils auraient pu se contenter de détruire sans reconstruire. Sans compter qu'il faut bien signaler le remembrement interne des immeubles, souvent en bien meilleur état interne qu'il n'y parait.

Mais, pour ce qui est de la bagnole, patience, simplement. Aujourd'hui, le marché de la bagnole à moins de 2000 euros (un marché de jeunes) est aussi important que le marché du neuf destiné aux particuliers (un marché de vieux).

Pour ce qui est des prix, il faut être bien riche pour aller dans les petites boutiques, dont le prix reflète surtout le prix du loyer.

En ce qui concerne le pétrole qui a permis tout cela, patience. Quelques années sans investissements dans la recherche pétrolière, on verra la différence. J'exagère, la chute de l'investissement ne sera "que" de 70 à 80 %...
Les français ont mis un peu plus de temps à se mettre à "l'american way of life", mais les USA nous ont appris que celui-ci n'était pas négociable, mais pas perdurable non plus.

Beaucoup d'endroits, d'ailleurs, tournent comme Baltimore. Normal.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 09:35

La presse-pravda, pratiquement 10 ans après, non 8 pour être exact, découvre l'affreuse vérité, Madame se meurt, madame est morte, remplacez madame par mondialisation, pardon, globalisation, et vous avez le résultat.
20 % des porte-conteneurs sont à l'arrêt, et les autres bossent pour que dalle. Il parait que les équipages sont réduits sur ces navires. je leur souhaite beaucoup de plaisir pour les remettre en route.

C'est bien, typiquement, ce genre de biens qui ne doit jamais s'arrêter. Sinon, après, les problèmes s'accumulent.

Bien entendu, le reste des porte-conteneurs, travaille pour que dalle. Bien entendu, pas un mot sur le problème du commerce mondial, c'est à dire que les porte-conteneurs qui arrivent de Chine, sont plein, ceux qui y repartent, vides, le plus souvent. Où alors, chargés de déchets.

Ces nouvelles d'ailleurs, sont concordantes avec celles provenant de Chine, la baisse des exportations atteints 10 % en septembre, après avoir déjà décrues de 25 %.

Ces baisses sont à la fois conjoncturelles et structurelles. Il y a rebond, mais qui n'efface pas totalement la baisse précédente.

Deux pays couillons se distinguent dans le lot. Egypte et Panama. C'est bien de recreuser les canaux, ils pourront y faire passer des canoës.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans transport maritime
commenter cet article
14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 19:06

Il y avait souvent dans les cités antiques, deux rois, ou deux familles royales.

A Carthage, c'était les Barca et les Hannon. En général, ils étaient assez hostiles les uns envers les autres, mais avaient une unité d'esprit. l'autre était de trop.

Après le triomphe de la bataille de Cannes, un des Hannon fit, dans l'euphorie ambiante, un discours lugubre. Rien n'avait été atteint.

Il avait raison, mais du côté des Barca, on n'avait pas tort, non plus. Si l'on veut fonder et diriger un empire, il faut écraser la concurrence. L'empire n'est pas quelque chose de sage.

Carthage, a partir d'un certain seuil, n'était plus en mesure de reculer. Si on n'accepte pas cette logique, on nie l'empire.

Dans le saker, il est paru un article (de Cassandra Legacy), à mon avis, intéressant. C'est "le Druide et l'empereur". L'empereur est faussement sage.

Il limite ses ambitions, et sans doute veut équilibrer le budget. Ce n'est plus qu'un gestionnaire.

Le druide a mieux compris la mécanique impériale. Si un jour elle s'arrête, l'empire s'effondre. Et l'empire commence à souffrir quand il ne prend plus en compte la population, mais les oligarchies.
Comme je l'ai dit, le progrès technique ne s'arrête pas. Et les barbares, s'ils ont gagné, c'est que l'écart technique entre un empire stagnant et une périphérie innovatrice, n'a cessé de s'agrandir.

Si en l'an zéro, les romains étaient les plus avancés, en 400, ils étaient à la traîne, parce qu'ils avaient refusé d'intégrer le progrès technique, qui remet en question les situations acquises. Finalement, les étriers barbares, les épées barbares, en acier, ont disposés des légions, à pieds, des épées romaines, en acier seulement sur la surface, et pour bien d'autres choses.

Les moulins barbares forgeaient mieux que les petits bras musclés des romains. Ceux ci savaient faire de la fausse monnaie, comme des as, mais sur le champ de bataille, c'était insuffisant.

Il n'y a pas eu besoin de charbon, de grosses machines, mais d'une confrontation entre ici un changement technique assimilé et là, un changement technique refusé. L'empire unifie aussi, les techniques.
De même, les barbares ont très bien assimilé la technique militaire romaine, stagnante, et ont riposté par de nouvelles, très innovantes. Et très bien ciblées.

Etre des as dans certaines choses ne sont pas très utiles. Les barbares, bien moins dotés, ont su cibler leur effort.

Pour aller chercher de l'or en Amérique, la monarchie espagnole l'a fait. Avec très peu de moyens, au départ. Et c'est sans doute, ce peu de moyen qui l'a encouragée à cette expédition. La monarchie portugaise, riche des cargaisons d'Afrique l'a refusé.

L'empire romain est mort de sa stagnation militaire, économique et sociale. Mais ces stagnation sont avant tout des ressorts internes, aux mains de classes gouvernantes fatiguées, incapables de penser neuf.

Pendant 4800 des 5000 dernières années, la Chine a toujours été innovante. Mais ces innovations avaient beaucoup de mal à se diffuser. Parce que le muscle du chinois était toujours moins cher.

Il y eu donc beaucoup d'invasions venues du nord, les plus notables et les dernières étant les mandchous et les mongols, si l'on écarte la conquête soviétique de la Mandchourie en 1945. Une vraie promenade militaire...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 09:40

La sénatrice du Nebraska Deb Fischer, républicaine, après avoir soutenu Trump, a annoncé la fin de son soutien, et son appel à le remplacer par son colistier, phase qui a duré 3 jours, puis a de nouveau annoncé son soutien au ticket républicain.
A mon humble avis, se faire encenser par les médias, c'était du baume, mais se faire secouer les puces par les électeurs, ou quelques comités locaux d'électeurs, c'est aussi désagréable que la gale. Et tenir trois jours en se faisant engueuler au téléphone en ininterrompu, c'est quasi de l'héroïsme.

Et cela fait vite comprendre aussi qu'un poste de sénateur, ce n'est pas inamovible surtout quand les électeurs sont en colère. Quand au Nebraska, suivant la blague du coin, ils connaissent exactement le nombre de démocrates locaux, et les noms. Et c'est pas beaucoup. Quand ils ont une bonne implantation locale, il faut un peu plus des dix doigts de la main pour les compter...

Le parti républicain ne s'est pas suicidé en élisant Trump comme candidat, il s'est suicidé en vendant son cul aux banques, à Wall Street et au complexe militaro-industriel.

Il n'était pas obligé, et Nixon a payé le prix pour avoir voulu réduire le rôle, les financements, l'importance de ce complexe.

Un ancien président vient de servir, sans aucune honte l'insulte suprême et raciste aux USA, mais politiquement correcte, celle de "standard rednecks."

Comme elle s'applique aux blancs, elle est politiquement correcte. Pour la traduction, le "nuque rouge" est supposé " ignare, alcoolique, chauvin, dégénéré ".

Et pour un ancien président US, on peut utiliser les termes d'abruti, d'obsédé sexuel, de violeur, de corrompu et d'assassin ???

Abruti, c'est une appréciation personnelle, parce qu'insulter ainsi des millions d'électeurs, il ne faut pas être très intelligent, quand on est un homme politique, ou croire que son avis a encore une importance... Ce qui n'est pas le cas. En plus, pour un républicain, se faire insulter par un démocrate, c'est quasi une médaille.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article