Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 00:33

La cigarette électronique, elle aussi, détruit la politique gouvernementale.

Celle-ci, a, pendant des siècles, promu le tabac, comme la régie de l'opium promouvait l'usage de celui-ci, pour raisons budgétaires en Indochine.

Aujourd'hui, patatra. Le budget de l'état va trinquer, et celui-ci semble bien en mal d'inventer une taxation.

Surtout, la santé publique semble visiblement y gagner. Si vapoter reste cancérigène, il permet un contrôle du risque, sans changer le plus dur, c'est à dire le comportement et l'occupation des mains.

Le sinistre, pardon ministre des finances doit être vert, en ce moment. En plus, si ces putains de fumeurs vivent plus longtemps, ils vont profiter de leur retraite.

Comme les pétroliers, et les gaziers, menacés par le Pic oil, l'industrie du tabac sent le vent du boulet, et son "pic tabac", et pour info, Braudel raconte qu'il y eût déjà un "pic tabac" au XVIII° siècle, et les changements d'habitudes de consommation, ne sont pas, non plus, inconnues aux temps historiques.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 00:03

Pour le pouvoir "d"unité nationale". En réalité une union nationale qui ne regroupe qu'un parti, enfin, des partis poussières d'oppositions, qui ne représentent rien, flanqué de nervis ouvertement nazis (comme j'ai dit, nazis, "canal historique", même pas "néos").

Retour de Bâton, c'est en Crimée, Russophone et russe, que certains groupes viennent de s'insurger, de convoquer leur propre parlement, de s'emparer des aéroports, et de déployer des troupes venus d'on ne sait où, mais brandissant l'étendard russe. La Russie quand à elle, fait savoir qu'elle ne sait pas qui a fait cela.


Une armée russe, d'ailleurs, de 150 000 hommes manoeuvre pas très loin, et Normal 1° pourra dérouter les 400 hommes qui partaient en Centrafrique, histoire de vouloir impressionner vladimir, vladimirovitch... ou de le faire mourir de rire.

Manque de bol, même si ce cas de figure prévalait, en la matière, Medvedev semble encore plus agressif que lui, et lors de l'affaire Géorgienne, c'est bien lui qui avait donné le "la", sans avoir besoin de regarder derrière son épaule.

Ces décervelés pensaient ils que la Russie s'inclinerait ? La Russie semble toujours facile à gagner, mais il y a un registre sur lequel les russes sont toujours très bon, c'est la guerre.

Quand à se griller et à se suicider, c'est fait : "Le parlement ukrainien prêt à remplir toutes les conditions du FMI ".

Avec la purge que cela va occasionner, les manifestants vont vite être de retour à Maïdan, mais pour leur faire leur fête.

On va se marrer aussi, quand le FMI et l'UE imposeront aux nazis, immigration, homosexualité, multi-culturalisme, culte de l'holocauste. Là aussi, ça risque d'être la fête des gouvernants.

Mais il n'y a pas qu'en Ukraine que le pouvoir soit totalement paumé. En France, cogitation sur le "pacte de responsabilité", qui s'annonce comme d'habitude comme un cadeau sans contrepartie, auquel seuls les naïfs et les malhonnêtes croient.

Les gouvernants ? Ils sont au bal des paumés...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 19:28

En France. Rien d'étonnant, je vois bien toutes les réductions qui fleurissent dans mon supermarché habituel, et que vous voyez sans doute aussi (témoignages bienvenus), pour toutes les marques pour lesquels le mot réduction était un gros mot, totalement banni.
Réduction des dépenses de véhicules, forte baisse de la consommation d'énergie, baisse beaucoup moins marquée des dépenses de nourriture, et des dépenses de textile, qui rebondissent.
Paradoxalement, ces deux derniers secteurs montrent que la baisse des prix, les lots, ont pu contrarié la tendance. Bien sûr, à terme, ça ne fera pas consommer plus, mais l'effet d'aubaine a été fort.
Il reste désormais que la politique de Normal 1° a déjà fait flop, et qu'on est clairement rentré, désormais, dans un scénario à la grec.

Pour la baisse de la consommation d'énergie, on a certes la clémence du climat, on a aussi la paupérisation, et le progrès technique.

Bien entendu, là aussi, la presse-pravda est en retard d'une annonce et d'un trimestre. A croire que les journaleux ne vont jamais au supermarché.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 18:26

Il y a beaucoup de choses qui se savent. Elles sont évidentes. L'antifascisme de façade, notamment de notre gouvernement et des partis "de gouvernement", est d'autant plus facile comme posture est qu'il n'y a pas de parti fasciste en France.
Mais à l'étranger, on n'hésite pas à s'allier à la dite extrême droite, dite "verte", dans les pays musulmans, ou "canal historique", en Ukraine.
Les troupes de chocs de la contestation, en effet, dite nationaliste si modérée, n'a même pas besoin de l'étiquette de "néo" pour qualifier son nazisme.
Elle en est restée à la période 1941-1945, période s'étendant en réalité jusqu'en 1954 environ, date à laquelle les poches de résistances les plus significatives ont été éradiquées par l'armée rouge.

Les dits nationalistes n'aiment pas :

- les russes,

- les communistes,

- l'union européenne,

- les juifs,

- l'immigration,

- etc... Bref, comme on le voit, des gens tout à fait fréquentables selon la doxa et les canons bruxellois. (J'ai juste là ? )

En guise d'aide, les occidentaux veulent accorder des garanties de prêts, pour un milliard pour les USA, et 1,5 milliard pour l'UE, prêts, qui, sans aucun doute, serviront, comme d'hab, à rembourser des prêts existants chez eux, et à payer des intérêts. (C'est comme ça en occident, il reste toujours un peu d'argent à donner à ses propres banques, malgré le portefeuille en peau de hérisson).

Bien entendu, les prêts promis par la Russie sont ajournés sine die, et la Chine et la Russie ne vont pas manquer de demander leurs sous. Pour les chinois, c'est déjà fait.

Donc "laide", du FMI (ce n'est pas une erreur d'orthographe), consiste à imposer une austérité sauvage, et la vente de tout ce qui est vendable. (Comme si les oligarques avaient laissé quoi que ce soit d'intéressant : ils ont tout pris, un travail soigné, et peaufiné).

Intéressant, d'ailleurs est "le figaro" : prêt à aider ? Mais de combien ? No sé.

Il est sûr qu'avec "l'aide" du FMI, Ianoukovitch va passer dans très peu de temps pour quelqu'un de très sympathique.

"« Les comptes publics sont vides, tout a été volé. Il n'y pas d'autre alternative pour nous que de prendre des mesures extrêmement impopulaires » ". Tout est dit. Le nouveau pouvoir est grillé, avant d'avoir été installé.


D'ailleurs, la Crimée semble jouer son propre jeu, désormais. Le pouvoir de Kiev, très faible, devrait s'affaiblir encore.

La Russie pourra ramasser quelques morceaux, sans trop de peine, les occidentaux, eux, regarderons faire. Il faut dire qu'avec un corps de bataille disponible de 10 000 hommes chacun pour les 3 "grandes puissances" que sont France, USA, Grande Bretagne, ça fait plutôt peine. Pour faire une guerre, il faut être deux, et on imaginerait très mal un situation syrienne faite contre la Russie. Là, je laisse imaginer la réaction, d'abord les coupures de gaz et de pétrole, ensuite du beaucoup plus musclé...

Les dirigeants occidentaux, sont décidément, des jean-foutre.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 21:42

Ravagé par le libéralisme économique allié au plafonnement des ressources fossiles, le secteur gazier menace d'effondrement.
GDF annonce des pertes records et "importantes surcapacités dans les centrales thermiques " et " Les surcapacités vont se maintenir", même si la "croissance effrénée" des énergies renouvelables va ralentir et que Mestrallet règle son compte à EDF : " La transition énergétique est irréversible".
Elle est surtout visible dans le centre du monde, l'Europe, et le reste se porte "bien" selon Mestrallet, c'est à dire se comporte comme avant, avec une demande croissante d'énergie classique.

"Personne, dans les milieux politiques ou à la Commission, n'avait anticipé " (Comme d'hab), et on allait "trop loin et trop vite", sur le renouvelable. Là aussi, comme le patron d'Exxon qui ne veut pas de la merde de gaz de schiste chez lui, le rentier veut conserver sa rente.

Il veut, à son tour, paralyser le mouvement irréversible de changement technique. Pourtant, en termes absolus, le renouvelable n'est guère encore important. Mais assez pour passer à la paille de fer, toutes les entreprises du CAC 40, absolument toutes assises sur l'énergie.

"En 2013, pour la première fois, un pays l'Espagne) a vu l’énergie éolienne devenir sa première source d’électricité sur une pleine année. " Ce, en production nette, car si le nucléaire produit plus, un certain nombre de tranches sont consommées... par le secteur nucléaire.

La victoire est courte, 21.1 % contre 21 %, mais elle est sans appel, pour une branche hier considérée comme folklorique.

L'enjeu est aussi politique. C'est la démocratie contre l'oligarchie éclairée qui ne veut, soi disant, que notre bien. L'Allemagne pratique la coopérative. Le producteur citoyen contre la grande firme.

Mais le problème ne se situe pas là. Le problème se situe dans le gaspillage effréné de l'énergie fossile (y compris le nucléaire) à produire de l'électricité, et le manque total d'imagination dans l'invention d'un futur.
En 1973, les dirigeants étaient des héritiers sans vision. Ils ne purent penser qu'on pourrait évoluer vers un état économique stable, si on voulait bien s'en donner la peine, et avoir simplement des idées claires.
La consommation d'énergie en tant que telle est elle un bien ? Non. Elle n'est qu'un moyen, pour l'homme, de vivre bien, et mieux.
Qu'a t'il fait de l'énergie ? Il a entassé les populations dans des mégalopoles intégralement dépendantes de ses flux de fluides, alors que l'avantage présenté, c'était justement de pouvoir décentraliser.

L'usage, simplement, des énergies fossiles et notamment du pétrole deviennent plus contraintes parce que l'extraire coûte de plus en plus en énergie, et donc, est de plus en plus cher. C'est l'inflation du prix de l'énergie, qui cause l'augmentation du prix de l'énergie, malgré une production, encore un peu, en hausse.

L'utilisateur final, lui, est confronté à la même équation. En conséquence, il réduit la voilure et la consommation.

Et plus le prix augmente, plus le consommateur final est enclin à baisser sa demande. En commençant à baisser, la demande, alliée à chouia d'énergie renouvelable, même subventionné, même, dans les faits, minime encore, bouscule tout.

D'ailleurs, il est facile de voir le problème de GDF, sur ce graphique (page 5), comparant les différents taux de croissance, des renouvelables, du fossile et du nucléaire. Pour l'éolien et le solaire, c'est la cavalcade, pendant que le nucléaire meurt lentement, et que le fossile peine, ceci masquant un essor encore fort dans les pays émergent, et un déclin marqué dans les vieux pays industriels.

La falaise de Sénéque. En plus, les abrutis qui nous gouvernent ont dans l'idée de titiller la Russie.
Comme je l'ai dit, la Russie, c'est systématiquement, l'endroit où vont mourir les connards d'empereurs (Ou "général victorieux", comme disaient les romains)...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 23:32

Visiblement, il y a de l'eau dans le gaz pour la consommation des ménages. Je suis toujours surpris par la violence des réactions sur une "petite", baisse de la consommation. Cette petite baisse, de l'ordre de 1 % peut paraître modeste. Elle l'est, en réalité. Sauf qu'elle se concentre sur certains achats, et que la comptabilité nationale triche. Elle ne fait pas la distinction entre dépenses discrétionnaires et dépenses contraintes, elles aussi considérées comme "consommation".

Cette an d'hui 2014, on attend une baisse de conso de 1 à 3 %. Rapporté aux dépenses non contraintes, cela fait un rapport différent, 1/30 ou 3/30, soit de 3 à 10 %. Celui qui passe dans son supermarché le constate, les lots se multiplient, 2 achetés, 1 gratuit, ou 2 achetés, 2 gratuits, enfin bref, un sérieux problème de distribution se fait jour, surtout pour des marques qui n'avaient pas l'habitude de jouer la carte du rabais.

Les laiteries, notamment, ne pensent qu'à la Chine en ce moment. Les prix augmentent (+ 9 %), les volumes se réduisent (- 1%), et eux ont trouvé le graal chinois.

Ceux-ci, jouent très fin, d'ailleurs. Ils investissent en échange d'un % de la production. Visiblement, les producteurs n'ont donc rien compris au film.

Toujours est il que désormais, la consommation est entrée en crise. Les dépenses contraintes, elles, se portent bien, grâce notamment à tous les énergéticiens.

Celui qui nous gouverne, Proglio, est désormais, semble t'il, sur un siège éjectable. L'unique électeur de celui qui nous gouverne, semble le prendre en grippe.

C'est vrai que ce genre de situation, quand elle apparaît réellement, est toujours vexante pour le pouvoir officiel.

Mais, comme on aime le pouvoir, madame, on a tendance à se croire indispensable et réélu à vie.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 23:28

Pas de château d'eau, pas de fracturation hydraulique dans mon voisinage. ça, c'est pour les pauvres. Le patron d'Exxon n'en veut pas dans son bantoustan de riches.

C'est sale, bruyant, et ça fait perdre de la valeur à la propriété, qu'il dit...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans energie
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 18:00

(C'est à dire, laisser l'Ukraine, la Géorgie, entrer dans l'OTAN, lui filer 15 milliards, baisser son froc le prix de son gaz, laisser envahir le marché russe et détruire l'industrie ukrainienne, puis russe par l'accord de libre échange)

Réponse de Vladimir, Vladimirovitch Poutine : je m'en occupe.

A savoir : Poutine est plus menacé à l'intérieur par les nationalistes et les communistes que par la coalition Zomos-bobos friands de voyages à l'étranger et du caractère génial du libre-échange, et trouve sans doute déplorable que l'armée russe n'ait pas déjà totalement envahi le pays, ce qui sans doute lui causerait des problèmes insurmontables, comme faire le plein des véhicules, et des pauses-pipi pour les soldats.

Pour ce qui est de l'armée Ukrainienne, elle est sans doute divisée, et démoralisée par sa réduction au "format Otan", c'est à dire, la réduction des effectifs à des niveaux symboliques.
La tendance à l'autonomie des régions russophones s'accroît, et d'ailleurs, pourquoi obéiraient elles à un gouvernement de putschistes ?

C'est particulièrement vrai en Crimée, où les passeports russes sont délivrés, visiblement en masse, et donne, de fait, un droit de regard sur ce qui se passe, L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie, sont peuplés presqu'exclusivement de bi-nationaux, ayant un passeport russe. La guerre, facilement gagnée contre une Géorgie dotée d'une armée "format Otan", coupa aussi les velléités de contournement de la Russie pour le gaz et le pétrole, du moins dans cette région.

En même temps, la guerre russo-géorgienne a démontré l'incurie et l'impuissance de l'Otan, l'inanité des stratégies américaines, de moins en moins capables de gagner sur le terrain, et l'impossibilité pour eux, de soutenir un régime ami, faute de moyens militaires, bien avant la réduction des capacités US.

L'armée de terre américaine, et d'une manière générale, l'armée américaine, cesse tout bonnement d'exister, avec, à l'heure actuelle, moins de 2 brigades (10 000 hommes), opérationnels, désormais, c'est la presse officielle qui l'avoue, en continuant à cacher, bien sûr, l'état réel des forces de combat. Le reste est une bureaucratie incompétente.

D'ailleurs, il reste à comparer les effectifs globaux, à celui des bases existante. Au plus, c'est un saupoudrage. Pour ce qui est du F35, ses commandes sont réduites, et il n'est pas opérationnel, s'il ne l'est jamais...

Quand au nouveau gouvernement, quand il devra gérer la faillite, détruire l'industrie Ukrainienne, appliquer une nouvelle "thérapie de choc", je lui souhaite bien du plaisir, et Poutine n'aura qu'à attendre, poliment, qu'on l'appelle, ou du moins, qu'une partie de l'Ukraine l'appelle...

Quand à la réthorique disant que l'économie russe s'affaiblit, elle est risible. Certes, la croissance y est moindre, elle est déjà beaucoup plus élevée que dans une Europe ravagée par les politiques d'austérité, et la Russie n'est vraiment bonne que dans un cas de figure : la guerre.

Par contre, on n'imagine mal les occidentaux intervenant autrement que par le verbiage habituel des salopards-salonards.

D'ailleurs, en Islande, Visiblement, le "modèle" européen a perdu de son attractivité. L'adhésion, n'aura pas lieu. Elle conduirait à la destruction de la pêche islandaise.

Visiblement, les pays qui disent merde à l'UE, au FMI et à l'OMC ne s'en sortent pas trop mal, et ceux qui leur obéissent, expirent.
En France, on parle de la venue aux affaires de Pascal Lamy, et du débarquement de tous ceux qui ne sont pas dans la ligne du parti unique à deux têtes, et c'est, paradoxalement, une très bonne nouvelle. En effet, il arrivera, sans aucun doute, comme Egor Gaïdar, à faire totalement haïr celle-ci.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 17:37

33 % de la production en 2013, l'objectif de 2020, soit 50 %, reste d'actualité. En décembre, c'est 55 % de la consommation qui a été couverte par l'éolien.

Moi, naïvement, je croyais, en écoutant le lobby nucléaire, qu'on ne pouvait dépasser 20 %.

En conséquence, donc, le pouvoir français, le vrai, EDF, envisage de construire d'autres EPR.

Hollande, notre Ianoukovitch local (pouvoir faible et inconsistant), envisage donc de signer ici. Même si les autres générations de réacteurs, Chinois et hindous devraient être en rupture totale avec ce qui existe.

En Grande Bretagne, d'ailleurs, l'éolien semble économiquement rentable, voir très rentable, et encore mieux, stable économiquement, et conférant de l'indépendance énergétique.

On dit qu'il devrait y avoir 80 millions de véhicules supplémentaires, et donc aggraver la tendance au gap et au manque de pétrole.
Il faut se méfier, car l'accroissement n'est pas aussi important. 80 millions, c'est la production globale, et dans les marchés matures, c'est du remplacement, une progression faible, voir un recul, pas du nouveau véhicule, et du remplacement, souvent en plus sobre.

Il faut poser les problèmes de manière rationnelle. De plus, l'espérance de vie des véhicules est loin d'être la même partout. cela dépend beaucoup de l'infrastructure, et il faudrait connaître aussi, les parcs réels existant.

Ce qui est loin d'être le cas, et d'ailleurs, il existe des "zones grises", et les véhicules sont souvent à l'abandon, des réserves de pièces détachées, et des carcasses devenues abandonnées, dont les maires ruraux font souvent la chasse...

En commune urbaine, c'est plus simple. Elles flambent.

Pour ce qui est du renouvelable, il est en train de changer de statut, et de devenir incontournable.

En France, on préfère donner 10 milliards au MEDEF pour qu'il crée 100 000 à 300 000 emplois. l'emploi crée, donc, coûte la peau du cul, entre 35 000 et 100 000 euros par an. Et dire qu'on se fout de la gueule des emplois aidés (bien moins chers, eux...).

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans energie
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 16:47

C'est le score annoncé pour le référendum sur l'indépendance écossaise. Les deux pinces se resserrent visiblement.

Ce qui, pour une union vieille de 3 siècles, est loin d'être flamboyant, et les arguments du gouvernement contre sont pitoyables. "Vous n'aurez plus la livre", "vous ne pourrez pas adhérer à l'Union Européenne" (c'est une sanction, ça, ou une récompense ??? Prière de diffuser le mode d'emploi sans tarder).

De plus, le pétrole et le gaz de la mer du nord s'épuise, et sont trop court pour une Royaume Uni de 60 millions d'habitants, mais reste pantagruélique pour une Ecosse de 6 millions. Pour le Royaume uni, ça pose aussi un sérieux problème. La balance commerciale, déjà farfelue, deviendra kafkaïenne, autant qu'ubuesque...

Mais en continuant sur sa lancée, il est sûr que le gouvernement britannique va faire le jeu des indépendantistes. Après tout, dans les égoïsmes inter-étatiques générées par libéralisme et dérégulation, pourquoi les régions riches paieraient pour les pauvres, alors qu'au niveau national, les riches ne veulent absolument plus rien payer.

Dans le mouvement de dislocation, l'Ukraine tient aussi la corde. Pourquoi les russophones de Donetsk, produisant 25 % de la production industrielle, tournée vers la Russie voudrait désormais payer pour l'ouest, qui l'interdit de parler sa langue.
De plus, l'Ukraine et son nouveau régime est mal parti visiblement : il lui faut 35 000 millions, alors que l'Union Européenne en proposait 610.

«Il y a trois donateurs potentiels: l'Union européenne, le FMI et bien sûr la Fédération de Russie, et jusqu'à maintenant le problème principal est qu'il faut négocier des conditions, mais avec qui? Personne ne va signer un chèque en blanc».

Pour la Russie, ça semble désormais mal barré, et pour les autres, vus les conditions demandées, ils risquent bien, là, de déclencher une vraie révolution.

«Les manifestants du Maïdan ne s'attendent bien sûr pas à devoir se serrer la ceinture, mais j'ai bien peur qu'à terme (les Ukrainiens) ne puissent pas y couper», «Afin d'éviter un effondrement total non pas dans les prochains mois mais dans les prochaines semaines, l'Ukraine a besoin d'argent maintenant», a déclaré un cadre de ce lobby bancaire. L'effondrement ? Du lobby bancaire ? GLORY, GLORY ALLELUIA !!!

«Les désillusions risquent d'être rapides et la situation reste très inflammable en Ukraine».

C'est sûr, que dans le contexte actuel, annoncer une politique d'austérité risque de faire partir les kalachnikovs toutes seules...

Ianoukovitch s'est avéré être un gouvernant faible, mais il avait quand même une légitimité. Le suivant est illégitime et encore plus faible. Et la contestation pro-européenne, c'est du masochisme à l'état pur, comme tout ce qui concerne d'ailleurs, Bruxelles.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans politique
commenter cet article