26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 07:58

Le fossile, avant d'entamer son déclin, est simplement en train de nous sortir le classique : "Encore un instant, Monsieur le bourreau".

Le pétrole et le gaz de schiste, US principalement, sont des énergies marginales, et le resteront, même si, localement, l'impact puisse être grand.

En effet, il est totalement bouffon de dire que "Les USA se rapprochent de l'indépendance énergétique".

En matière pétrolière, ke taux de couverture n'était pas de 25 % (5 millions de Bj/21) en 2006, il est remonté à un peu plus de 50 % (7.5 Millions de Bj/ sur - de 15).
Meilleure production ? Surtout effondrement de la demande, pour les 3/4.

Les USA avaient aussi beaucoup de centrales au gaz "marginales", c'est à dire produisant rarement, pendant les pics de production, récentes, construites dans une précédente bulle de l'électricité-gaz.

Le gaz a remplacé le charbon pour la production d'électricité, mais aussi, il est simplement brûlé, torché, notamment à Bakken, parce qu'on ne sait quoi en faire, ni en besoin final, ni surtout, par manque d'infrastructures.

 

Quand à l'éolien, si critiqué, il est encore en phase de mise au point. "Une meilleure disposition des éoliennes produit des résultats "stupéfiants" ".

On est encore, simplement, dans la phase de mûrissement de toutes les révolutions industrielles. On apprend à se servir et à utiliser de façon optimum, les ressources. En en recueillant le plus possible, en en gaspillant aussi le moins possible.
Ce fût vrai pour le charbon, mais aussi pour tout, le savon, la consommation des automobiles, etc...

 

Pour le nucléaire, j'avais aussi annoncé de gros problèmes de production, avec simplement une inadéquation en production et consommation, provisoirement comblée par des stocks.
A l'époque où l'on ne s'en servait pas, il était surabondant, mais la production, depuis 1989, est insuffisante.

Mais, cela ne s'est pas passé comme je l'attendais. Naïvement, je n'avais pas prévu Fukushima, qui entraîna le déclassement massif du nucléaire nippon, ainsi que la moitié du nucléaire allemand. Soit, 15 % du parc. Et donc, de la consommation. Et la revente par le Japon de son stock d'uranium. 

La fourchette entre les deux paramètres, consommation et production, s'est nettement rapproché, suite à la catastrophe.

Et puis, le nucléaire a gagné le tiercé, avec la production Kazakh. Celle-ci est passée de 4 357 tonnes (2005) à 21 317 (2012), soit 16 960 tonnes de plus, et concentre la totalité de la progression de production dans le monde entre ces deux dates.
Globalement, entre 2005 et 2012, on est passé de 41 719 tonnes à 58 394 tonnes, soit 16 675 tonnes supplémentaires.

 

Les cas des mines canadiennes et australiennes sont quasi emblêmatique. Bien que s'étant livré à... une débauche d'énergie pour augmenter leur production, celle-ci n'en a pas moins largement plongé...

 

Bien entendu, on va nous sortir des gags sur les sources "inépuisables", sur l'eau de l'océan, sur les phosphates.
Pour l'eau de l'océan, les nippons avaient réussi à récupérer un kilo, mais au prix d'une telle débauche d'énergie, que là aussi, ce fût un gag.

 

Donc, là aussi, la baisse de la demande, a notablement influé sur la satisfaction des besoins.

Mais, les énergéticiens ne sont pas des anges. Ils vivent d'une rente de situation, qu'ils n'entendent pas voir disparaître, et le problème des énergies renouvelables, c'est qu'elles leur échappent notablement, et peuvent leur échapper encore plus.

En effet, liée au sol, elles sont à la merci complète des politiques étatiques, notamment des nationalisations.

Les grandes compagnies pétrolières sont nationales, pour la plupart, et les grands majors occidentaux n'ont survécu qu'en développant une expertise technique poussée, et par leur rôle de négociant.

 

Bref, plus que jamais, l'énergie est le monde du mensonge, de la langue de bois, et personnellement, quand il leur arrive, par hasard, de dire la vérité, je ne les crois plus.
Les projections kazakhs, par thor et par exemple, se sont révélées vraies, mais pour les autres, notamment canadiennes et australiennes, on attend encore...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 15:10

Il parait que canarder dans un journal boiteux, c'est être confus.

En voilà un dont l'opinion sur la presse était qu'elle était tombée bien bas. C'était il y a plus de 40 ans, 46 pour être précis. Clay Shaw fut acquitté, mais pour le jury, il était évident qu'il y avait bien eu complot.
D'ailleurs, on peut s'étonner qu'en 1963, comme pour le 11/09/2001, il n'y ait pas eu d'enquête, mais "version officielle".
Pourtant, tout homicide doit entraîner une enquête...
Mais il est quand même fort curieux, l'absence de curiosité, dans un cas, comme dans l'autre, des autorités judiciaires...
Garrison, comme Connolly, d'ailleurs, furent réélus dans un fauteuil, l'un pour avoir été blessé lors de l'attentat, et donc d'en être innocenté, et l'autre, pour avoir brisé le tabou.
D'ailleurs, le niveau intellectuel des attaques volait bien bas. On reprocha surtout au procureur de dépenser de l'argent public...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Actualités
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 08:03

L'éolien, et l'intermittent, n'ont besoin que de se mettre en adéquation avec la demande. C'est TRES facile, ça s'appelle la STEP, et si le potentiel éolien n'est pas infini, le potentiel des ressources carbonées, non plus, pas plus que le nucléaire.

 

" Le programme éolien révèle combien le nucléaire est bien supérieur : c'est une production électrique programmable, il est renouvelable comme l'a démontré Phénix, son coût d'importation est dix fois moindre que celui de l'éolien et est couvert par les exportations d'électricité."

 

Belle exemple d'abrutissement complet. Le coût du nucléaire est désormais supérieur à celui de l'éolien, et quand à son caractère programmable, les nippons sont convaincus à 100 %.

Quand aux centrales nucléaires, elles n'ont qu'un seul défaut, finalement, c'est d'être construit, sur une planète appellée "terre", planète qui bouge, ou il y a de l'eau qui déborde, et des êtres humains cupides, qui veulent du rendement à 15 %.

 

Pour l'accident nucléaire, finalement, il suffit d'être patient. Au bout d'un millénaire, les matières fissiles se seront tellement enfoncés dans le sol, suffisamment pour permettre la recolonisation...

A Tchernobyl, les radionucléides sont désormais à 30 cm sous le sol, et migrent à raison d'un cm par an.

L'écrasante majorité de la pollution aura disparu naturellement. Heureusement, la planète est plus réactive que les humains, au moins pour construire...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 07:32

On vient de redécouvrir l'eau chaude, au moins sur E24.

 

L'évidence, criante, comme le nez au milieu de la figure, c'est que l'activité du transport routier, a, selon le FNTR, chuté de 20 % en France.
Et qu'il n'y a guère de chance de le voir redécoller.

 

Dans ce contexte, la création d'une taxe carbone reléve de la débilité mentale profonde. Un type se noie, et au lieu de lui envoyer une corde, on lui dit : "tient moi cette pierre".

 

La transition énergétique est donc clairement engagée, sans que le gouvernement y soit pour quoi que ce soit.

Elle aura eu pour simple raison, la montée du prix du gazole, l'effondrement de la demande, et indique l'importance réelle de la crise dans laquelle se débat le pays depuis 2007/2008.
En outre, personnellement, je constate que les routes ont tendance à se vider, hors périodes de pointes, qui restent toujours aussi encombrées.

Chez moi, on est friand de viaduc chez les hommes politiques, pourtant, le dernier a été annulé, purement et simplement. la route qu'il devait soulager, est en effet passé d'un débit de 12 000 à 9 000 véhicules jour, alors qu'on en attendait 15 000, justification locale de l'investissement.

Arrêté aussi, l'héliport, pour hommes d'affaires (on se demande lesquelles).

 

Bien entendu, la crise est encore aggravée par les politiques économiques européennes.  Politiques récessives récentes, mais aussi simplement politique remplaçant l'argent par l'argent dette, et cela, c'est ancien, une quarantaine d'année en France.

Pour réduire la crise à son seul aspect réel, la pénurie d'énergie, il suffit de reprendre la main, et que les autorités politiques fassent leur boulot, et émettent de la monnaie, au lieu de la dette.

Elles pourront en émettre d'autant plus que l'effet récessionniste risque d'être certain.

En effet, l'effet cumulé des jeux d'intérêts sur l'économie est colossal.

 

Et on a la clef de l'explication du succès économique soviétique des années 1920-1930, dans la création quasi ex-nihilo, d'une industrie lourde dont l'ampleur se révéla en 1941.

Le gouvernement français, en refusant d'accorder des crédits supplémentaires à lénine, lui rendit, dans les faits, un énorme service, en lui confiant sa propre monnaie, qu'il pouvait émettre à sa guise.

 

Lénine, figure d'avenir...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Actualités
commenter cet article
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 13:59

La DGAC s'inquiéte du transport aérien et du partage de la valeur ajouté que l'on peut résumer ainsi :

- de gros aéroports gros et gras, bien situé, qui pêtent d'embonpoint, dans la soie, alors que les autres sont gros, mais de faim,

- des compagnies aériennes, qui coulent toutes,

- les avionneurs qui s'en sortent pas mal, en annonçant des consommations réduites de 30 %, et misent sur la connerie colossale d'investisseurs (peu) avisés, qui croient miser sur un secteur d'avenir.
Donc, il ne manque pas de prêteurs, pour l'achat d'appareils que les compagnies sont totalement incapables d'acquérir sur fonds propres.

 

En réalité, là aussi, c'est la situation de monopole qui paie, l'aéroport bien placé, et le reste qui ne paie plus.
Les avionneurs existent sur un mirage, sur le déclassement total de la flotte précédente, trop gourmande, alors que jusqu'à maintenant, un appareil, même mort, valait très cher, pour ses piéces.

 

C'est un secteur où il n'y avait pas d'obsolescence. Aujourd'hui, l'occase, c'est synonyme d'appareil trop coûteux en carburant. De toutes façons, la majorité des compagnies aériennes réduisent massivement leur flotte, faute de destinations intéressantes, c'est à dire rentables et où l'on puisse remplir les avions...

 

The Walking Dead...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans transport aérien
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 15:11

C'est vraiment marrant les journaleux, toujours prêt à écrire une connerie.

L'empire européen est un empire, et comme tous les empires, il cherche à s'étendre, toujours plus, jusqu'à ce qu'il tombe sur un os.
En l'occurrence, la Russie, bien moins impérial, mais impérial quand même, et qui l'a renvoyé dans les cordes.

 

Ils s'imaginaient quoi ? Que la Russie abandonnerait  la partie sans un mot dire ? Passe encore à l'époque où elle était impuissante.

De plus, il ne faut pas oublier que l'espace soviétique avait été très intégré, et que l'espace post soviétique est resté encore très intégré, et que vouloir regarder vers l'occident, ce serait faire son deuil de l'orient.

 

La démocratie et l'économie, nous dit on, contre les mauvaises habitudes impériales...

"L'hypothétique" union proposée par la Russie, dans les faits, existe largement. 

Quand à la carence complète de la France dans cette histoire, elle s'explique en regardant simplement une carte.
Si cet énième élargissement a un sens vu d'Allemagne et de Suède, de France, c'est rien et ne parlons même pas du Portugal...

Pourquoi pas des négociations avec la Mongolie ???

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 14:58

Mory Ducros est sur la sellette. On parle de plusieurs milliers de licenciements. Rien d'étonnant pour ceux qui me lisent, c'est le choc pétrolier en pleine action qui se déroule.
Sans doute l'entreprise dégraissera t'elle, réduira t'elle son périmètre, sans que cela change le fondamental.

 

Il serait simple de dire qu'elle était mal gérée. La plupart totalité des entreprises privées le sont. Ils n'y a que les néo-libéraux à faire semblant de croire le contraire.

Elle ne  n'est simplement pas plus mal que bien d'autres, avec ses spécificités.
Mais il y a une chose dont il faut innocenter Mory Ducros, c'est la chute du fret, et la flambée du prix des carburants.
les néo-libéraux incrimineront les salaires, qu'ils faut baisser, absolument, pourquoi ? Simplement, dans l'imaginaire néo-libéral, le salaire, c'est indu.

 

Il sera TOUJOURS, trop élevé. Même au Bangla Desh

 

Il reste que pour Mory Ducros, c'est simplement un changement de monde, le problème, à l'heure où des débiles veulent une taxe carbone.

Encore des pas bien finis ceux-là.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans transport terrestre
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 12:39

C.  Fourest, défouraille contre les tireurs...  "De plus en plus nombreux", " En raison notamment de l'incitation à la haine qui vise de plus en plus souvent les médias en général et des journalistes en particulier ; par haine du "système"."

Est ce que C. Fourest s'est posé la question de l'origine de la haine, elle dont la haine du FN suinte visiblement.


Il ne peut pas y avoir une bonne et une mauvaise haine. Hier, quand des tireurs faisaient leur moisson de mort en Syrie, on criait à la saine "révolution", et là, un seul type, visiblement très maladroit, fait la une, alors, qu'en suivant le "C dans l'air", on apprend que ce genre de braquage est monnaie courante en France, et qu'on se garde bien de tout diffuser...

 

Sans doute pour ne pas envenimer le "climat d'insécurité", dont sont friands les journaleux.

Sans doute, faut il comprendre qu'il n'est absolument pas grave de braquer qui que ce soit en France, sauf les journaleux ?

Pourquoi ? Parce qu'ils assurent, sans faiblir leur rôle de soutien du régime ?

 

Quand au tireur, s'il était maladroit comme un quiche, son discours est absolument clair, structuré : "La seconde lettre, remise à la police par l’homme qui hébergeait Abdelhakim Dekhar, dénonce un « complot fasciste » et le rôle des journalistes, payés pour « faire avaler le mensonge à la petite cuillère », sont appelés « journaputes ».  « Il stigmatise ensuite tour à tour le capitalisme, la gestion des banlieues qui s’apparente pour lui “à une entreprise de déshumanisation portant sur des populations dont le grand capital ne veut pas” », a ajouté le procureur de Paris."

C'est on ne peut plus clair, et les «raisonnements confus» du procureur, le concerne sans doute...

 

Personnellement, j'ai dit exactement la même chose, et je suis loin d'être le seul à l'avoir fait, et loin d'être le seul à le penser.
Un pouvoir totalitaire s'est emparé de l'occident, gardant les apparences extérieures de la démocratie, et ce n'est pas un phénomène nouveau, c'est arrivé à quasiment tous les pouvoirs existants sur terre, ils évoluent jusqu'à être vidés de leur substance, jusqu'à ce qu'ils s'effondrent dans l'apostose de leur évolution.

 

Journaputes, c'est bien trouvé, mais ce n'est pas le seul, ni le premier à l'avoir utilisé. Comme je l'ai indiqué souvent, et comme l'indique l'effondrement de leur diffusion, la presse, ça fait rire tout le monde.

A tel point, que, désormais, on lit à l'envers les dépêches. On croit exactement le contraire de ce qu'elles prétendent dire.

Il y a deux mois, on nous chantait le triomphe triomphal et triomphant d'Angela Merkel. Le gouvernement allemand, n'en est pas moins pas encore formé... Comme triomphe, ça fait un peu court...

Il est même question -horreur- d'un salaire minimum et minimaliste, mais, comble de l'horreur pour la presse, voix du patronat pour qui un salaire, c'est toujours du gaspillage.

 

Quand à la population dont le capital n'a que faire, il suffit à C. Fourest de regarder le taux, même biaisé, de chômage.

 

Le raisonnement confus et les motivations confuses, c'est uniquement pour le procureur et le pouvoir, y compris journalistique.

Pour les autres, c'est clair comme de l'eau de roche.
Mais il faut quand même relativiser la performance. Ce genre de phénomène (le braquage) se produit tout les jours en France, les blessés sont plus rares, et il faut dire à C. Fourest qu'il ne faut pas faire un sentiment d'insécurité sur les tireurs.

 

En effet, quelqu'un qui voudrait réellement commettre des meurtres de masses :

- tirerait beaucoup mieux (n'est pas russe qui veut),

- aurait un autre matériel et un autre stock de munitions qu'un gentillé fusil à pompe, le dit fusil à pompe, ça tient sa réputation de Steeve Mac Queen, mais c'est complétement déplorable, sauf à bout portant,

- qu'un tueur sanguinaire aurait facilement tué 20, 30 voir 100 personnessur le parvis de la Défense, avec un Dragonov ou un Tigre, facilement achetable derrière ce qui fut l'ex-rideau de fer, facilement passable par des frontières qui n'existent plus et dont les vendeurs disent que "les occidentaux viennent leur acheter, parce que c'est interdit chez eux".

 

En plus, vu le niveau totalement nul en tir de nos pandores, sauf exception, grâce à des loisirs pris sur le temps libre, ils auraient eu du mal à l'avoir...

Bref, ils ont réussi à gauler un amateur...

 

Là, C. Fourest pourrait faire un vrai travail journalistique...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Actualités
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 12:30

Employment-Population Ratio » = pourcentage de la population qui travaille.

Quel est le pourcentage de la population des Etats-Unis qui travaille ?

1- LA STAGNATION : janvier 1948 – mars 1983.
Janvier 1948 : 56,6 %.
Mars 1983 : 57,1 %.
De janvier 1948 à mars 1983, ce pourcentage évolue peu : il reste autour de 57 %.

2- L’AGE D’OR : mars 1983 – avril 2000.
A partir de mars 1983, c’est le début de l’Age d’or : le chiffre monte, monte, monte.
De mars 1983 à avril 2000, c’est une période euphorique.
Avril 2000 : 64,7 %. Ce chiffre de 64,7 % est un record dans l'histoire des Etats-Unis. Jamais ce chiffre n’a été aussi haut.

3- LA DESCENTE AUX ENFERS : avril 2000 – décembre 2009.
A partir du mois d'avril 2000, c'est une chute.
A partir d’avril 2000, c’est la descente aux enfers.
Le chiffre baisse, baisse, baisse.
Décembre 2009 : 58,3 %.

4- LA STAGNATION : décembre 2009 - ? ? ?
Cette descente aux enfers s’arrête en décembre 2009 : le chiffre se stabilise autour de 58,3 %.
Depuis décembre 2009, ce chiffre évolue peu : il reste autour de 58,3 %.
Depuis décembre 2009, les Etats-Unis sont incapables de créer des emplois.
En octobre 2013, seulement 58,3 % de la population travaille."

 

C'est même encore pire que ne l'indique BA. En effet, en 1948, les USA sont un pays productif, très productif, et industriel.
L'industrie commence à reculer, puis à souffrir franchement dans les années 1960 jusqu'en 1983; où grâce à une monnaie farfelue et surévaluée, elle s'évapore.

L'âge d'or de l'emploi est surtout l'âge d'or de l'emploi de merde, avec comme corrolaire, l'effondrement du commerce extérieur.

 

Les 56.6 % d'emplois de 1948 étaient des emplois productifs et utiles, les 58.3 % de 2013, sont, en majorité, des emplois de merde.

Leur inutilité est dantesque, comme la consommation d'essence d'un char "tigre".

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Actualités
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 09:09

Le canardeur de libé aura donc fini sa cavale.
la Doxa est donc en déroute.

Le "sentiment d'insécurité" a donc fait un blessé grave, et le complot d'extrême droite dont on nous aurait chanté les louanges, naguère, part en lambeaux.
En effet, le tireur vient de l'ultra-gauche, c'est une personne déjà condamnée, dans l'affaire Rey-Maupin, et il n'est pas blond aux yeux bleus...

 

Mais, comme Charles Sannat, je pense que le tireur a attaqué le système, et pas commis un acte de folie.
Certes, si les gens consultent internet, ils ne s'y sont pas mis, massivement, cette année, pour avoir du gratuit.
L'audience des journaux bien pensant est en chute libre, et "La Croix", arrive même à modestement progresser.

La presse locale tire relativement son épingle du jeu.

Libé, comme dit Charles Sannat, est en chute libre, comme la côte de popularité du gouvernement, dont il est quasiment la voix officielle.

 

C'est donc, bien, un crime politique.

 

Pour rester dans le registre politique, on nous ressort l'équipe de France, qui a réalisé "l'exploit", de battre une faible équipe ukrainienne, après avoir eu chaud au fesse.

On nous resservira donc abondamment la "France qui Gagne", métissée, mondialisée, friquée,

 en pensant à 1998, dont on nous dit que la victoire "relança" le pays.

Sans penser, bien sûr à la forte baisse de la devise qui commença à cette époque, et aboutit au gadin de 2001, à 0.80 dollars, mais enclencha une reprise industrielle forte. 

Et oui, une dévaluation, ça s'appelle du protectionnisme financier.

 

Visiblement, d'ailleurs, le fouteballeuh n'a même plus la côte au Brésil, où de mauvaises langues disent que l'économie s'effondre...

Si même le foutballeuh commence à débéqueter les brésiliens, et à les faire manifester contre, on peut dire que la classe dirigeante et politique française a très mal saisi ce qui s'est passé en 1998, et a commencé à croire les salades qu'elle a raconté...

 

Bien entendu, on nous raconte qu'on ne comprend pas pourquoi on râle au Brésil et que tout n'y est pas si mal, et même, franchement "Bien", par rapport à chez nous.
C'est sans doute oublier, là aussi, que ce sont les chiffres officiels, qui bien entendu, ne donne aucune image sincère de la réalité...

 

Dernière nouvelle, et j'espère que je ne vais pas me faire condamner par l'AMF, JP Morgan vient de morfler pour 13 milliards de $ d'amende.

Sans doute pour avoir présenter des bilans trop honnêtes ???

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Actualités
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog