Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:19

Dans l'Hydraulique, avec le silence assourdissant des médias. On s'empresse de dire le faible taux de participation (10 à 11.6 %), en oubliant de préciser que la filière hydraulique est la seule concernée, et que là, le taux atteint 60 %.

Pour plaire à Bruxelles et obtenir l'indulgence, la "mise en concurrence", appelée bradage des concessions doit avoir lieu.

Au Portugal, la dictature européenne apparaît au grand jour. Les partis majoritaires à la chambre sont priés de laisser gouverner la minorité de droite pro-bruxelles.

Les élections, c'est pas la mise en concurrence ? Mais avec une seule réponse possible ?

De là, on voit bien la conclusion finale : la collusion frontale avec les peuples. Et si pour le moment ils ne bougent pas, l'appétit de "réformes", des eurocrates, finira par les faire bouger.

Pour ce qui est des concessions de barrage, d'après les bruits de couloirs des ministères, la situation est explosive.

Pendant ce temps, on veut se faire du blé sur l'AAH (allocation adulte handicapé, à 807 euros par mois, et on s'aperçoit de la disparition de la "demi part des veuves".

La chemise déchirée, à mon avis, ça sera trop doux; cela va se finir sur des crocs de bouchers. Les mots "président", "premier ministre" et "ministre", deviennent synonyme absolu de "saloperies", et le mot "député" ou "sénateur", synonyme relatif : il y a encore, chez eux, quelques personnes honnêtes.

Et qu'ils ne se plaignent pas. Ils sont entièrement responsables de cette évolution, comme Louis XVI fut entièrement responsable de l'étiquette de "tyran", qu'on lui collât.

On a oublié le sens de tyran de cette époque (depuis le XVI°siècle). Le tyran, est un dirigeant illégitime ou devenu tel, et en conséquence, tuable, de manière impérative. On eût même en France, à une époque, un culte important, pour "Saint Jacques Clément".

Les députés de droite portugais, eux, visiblement, n'ont pas d'honneur, ni même aucun sens commun. Ils auraient dû, massivement, refuser la magouille.

Nouriel Roubini nous fait part de sa foi. "L’inquiétante montée des partis anti-capitalistes en Europe ", qui remettent en question ses dogmes : "Il s’opposera également au libre-échange, à la mondialisation, à l’immigration et aux investissements directs étrangers, tout en favorisant les employés et les entreprises nationales, en particulier les entreprises publiques et les groupes d’affaire et financiers privés liés au pouvoir en place. "

L'horreur économique quoi. Le rappel des "heures les plus sombres de notre histoire", c'est à dire 1945-1975, où il fallait tenir compte des électeurs, et leur donner du blé.

Comme je l'ai dit, nul tyran ne peut tenir s'il n'a pas des succès économiques. Et ceux de l'Union Européenne sont inexistants, sauf pour 0.1 % de la population.

Il peut se maintenir longtemps, par contre, s'il rencontre le succès économique, comme Franco. Quand la population parle d'acquérir son appartement, sa voiture, partir en vacances, il "supporte", le gouvernement autoritaire, en attendant que ça passe. Quand il doit se serrer la ceinture, c'est dans un premier temps la révolte populaire, et si celle-ci est interdite, dans un deuxième temps, la guerre.
Avec la répression des bonnets rouges, les révoltes paysannes cessèrent en France au XVII° siècle. Elle avait été trop affreuse. La révolte suivante fut la guerre des camisards. La révolte suivante, la révolution. Mais l'histoire s'est accélérée.

On a oublié que la grève, la manifestation était une forme légale de violence canalisée, destiné à montrer des rapports de force. En la rendant sans objet, on ramène là aussi à la résolution finale. La guerre.

La débandade gouvernementale pour la taxe d'habitation des retraités, pour l'AAH montre un pouvoir faible, qui néglige complétement le cadre légal de son action, et se contrefout de la loi, en appelant, à "ne pas payer les impôts"...

Comme fut totalement illégal la dénonciation de Schengen par Merkel. Mais la légalité, ils s'y assoient de plus en plus dessus, et là aussi, n'ont aucun sens commun.

L'Europe, ou plutôt l'union européenne, visiblement, ça rend extrêmement con.

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 19:23

Ou le point de vue du paumé ??? Moi, personnellement, je penche sur cette deuxième possibilité.

"Quelques uns, enfin, aspirent carrément à un effondrement du pays" ? Cela en dit plus sur l'auteur, apparatchik à 100 000 euros par mois, que sur la situation réelle.
La situation réelle, le principe de réalité, c'est que nous sommes DEJA, dans une situation d'effondrement. Mon blog date de 2009...

Mais chez les excellences, l'idée d'effondrement possible n'a pas lieu d'être. Malgré le fait d'être journaliste, il ne faut pas compter sur lui pour faire du journalisme.

Le gentil Christophe nous dit : "c'est le moment de vérité où l'on doit choisir : résister ou collaborer, agir ou regarder". Pense t'il, comme beaucoup, aller "résister" en Nouvelle Zélande, dans une résidence de luxe ?

Qu'ils y aillent. Et pas sûr que dans le grand effondrement qui s'annonce la Nouvelle Zélande soit un bon choix. La NZ, c'est loin de tout, et ça peut être oublié, et si loin, sans kérosène pour le jet et des indigènes, même blancs, qui vous regardent de travers, et vos placements perdus, parce que les monnaies auront disparus...Et que votre sens de la survie, et vos capacités sont pas très loin de zéro...

Les pauvres petits garçons perdus dans leur rêve de résistance seraient totalement incapables de vivre dans le quotidiens des français d'après le 10 mai 1940. Peu de charbon, peu d'électricité, pas de chauffage, des vêtements anciens, usés, et quand on pouvait, quand à la nourriture... Cela ne vous fait penser à rien ? Ah si, les grecs et les pauvres...

Eux résistent, pas CB. Barbier appartient à cette caste de généraux de 1940, complétement paumés sur le champ de bataille, bien qu'ils y aient été employés toute leur vie.

CB est tellement infecté par tous les mensonges qu'il contribue lui même à trimballer, qu'il croit qu'ils sont devenus la réalité, en cela, il a parfaitement intégré la narrative de l'empire occidental. Seulement, si le FN est à 28 % en intentions de votes, c'est sans doute parce que 28 % ont senti que la narrative, ce n'était que de la narrative, pas de la réalité.

Barack Obama annonce une intervention américaine au sol en Syrie. 50 hommes. Moi, je croyais naïvement que les USA en avaient déjà bien plus. Mais à travers tous les intervenants, ils doivent avoir du mal à compter. Après, il annoncera que finalement, c'est 200. Puis 500. et puis zut. Arrêter de l'embrouiller...

Ces mêmes qui chantent la démocratie combattant le méchant Assad. En Afghanistan, les talibans se disloquent. Il n'y a plus le mollah Omar pour les fédérer dans un système féodal. Certains ont décidés d'être Calife à la place du Calife.

On nous dit que Staline était un tyran. Sans doute. Mais était il pire que le autres ? Nicolas le sanglant et la grande famine de 1891-1892 ?

Seulement, le sang stalinien lui est reproché, les autres morts, c'est dans l'ordre des choses. La grande famine irlandaise et son million de morts, la faute à pas de chance, et pas du tout au parlement et gouvernement britannique qui avaient la charge de cette population... Et les moyens de la nourrir... Et qui ne l'ont pas fait, au nom des lois économiques.

Bien sûr, Staline était paranoïaque, surtout vis-à-vis des britanniques, très friands de révolutions de couleurs, et qui suivant ce que rapportaient les services secrets soviétiques (forts efficaces) étaient d'une imagination débordante pour organiser complots et coups fourrés en tout genre, et pas du tout d'une discrétion exemplaire.

On a fait suivre Staline apocalypse d'un "Poutine pour toujours" ? Non, Poutine est encore scandaleusement indulgent vis-à-vis des occidentaux et des oligarques. Ils feraient mieux d'avoir peur du suivant...

Ne parlons même pas des millions d'américains "manquant", après la grande dépression. Là aussi, la faute à pas de chance ???

Quand aux "petits" mensonges locaux, nos hommes politiques continuent comme si de rien n'était. Construisons des aéroports inutiles, alors que nous devrions les fermer par dizaines, des lignes de chemin de fer grande vitesse... Pour qui ?

Après cela, monsieur Barbier ne veut pas que nous les prenions pour ce qu'ils sont : des bouffons exigeants, pour leur propre intérêt personnel, s'entend...

Published by Patrick REYMOND - dans Actualités
commenter cet article
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 23:09

Encore une petite propagande pour la route. Les russes ont des problèmes, à cause des sanctions.

Des problèmes sur le pétrole, bien entendu. Pourtant, la production russe se maintient, bat des records; et les recettes internes battent des records sur fond de dévaluation du rouble. Merci pour les sanctions.

Quand à pomper frénétiquement, c'est un autre problème. Seuls les états du moyen orient ont le choix, ou pas.

Donc, les sanctions n'ont eu aucun effet, et si les accords pour le pompage en Arctique ne se réalisent pas, c'est plutôt dans la réduction des budgets de recherche et forage des compagnies occidentales, qu'il faut chercher la cause.

De plus, avant que la Russie soit vraiment pénalisée, elle réduira ses exportations, avant de réduire sa consommation. Si BHL disait que si nous avions besoin de pétrole, ils avaient besoin d'euros. Qui survivra en dernier ? celui qui a des euros ou du pétrole ?

De même, la crise des migrants peut se finir en effondrement économique total. Alors, il n'y aura plus de migrants, et puis, faire des centaines de kilomètres sans manger, c'est terriblement mortel...

Parce que si tout s'effondre, il n'y aura plus de médecine, de production industrielle, et de production agricole. Ou du moins, pas dans les mêmes proportions...

La mortalité des adultes blancs d'âge moyen remonte aux USA. Pas pour les autres. Il faut dire que l'espérance de vie des noirs, hispaniques et amérindiens n'est pas terrible. Il ne dépasse pas la cinquantaine chez les amérindiens. A tel point qu'il n'y a que 83 hommes noirs pour 100 femmes noires et la mortalité est nettement plus élevée. Quand on n'a pas les moyens de se soigner, la vie est courte. Même si on échappe aux coups de feux. La mortalité est d'ailleurs très contrastée, suivant les quartiers, même à l'intérieur des mêmes groupes ethniques. Les pauvres, ça ne fait pas de vieux os.

Et certains s'apercevront que le continent européens, sans le confort moderne, c'est pas tellement facile à vivre...

Cette surmortalité, c'est "dans l'ordre des choses", où il n'y a pas de coupables et seulement des victimes.

Quand aux bonnes informations qu'on nous donne, c'est du frelaté de premier rang. Dans un pays comme les USA, où pour solder un endettement, il suffit de remettre les clef, un achat sans garantie d'une automobile, ça ne veut rien dire... Si ce n'est que les choses vont vraiment très mal...

On a voté en Turquie. Certains disent que le scrutin aussi était frelaté. Et la guerre vient de commencer avec les kurdes. Cette fois, Erdogan l'a chez lui.

Sans doute l'éclatement de la Turquie vient il d'être décidé. Comme celui de l'Arabie Saoudite...

L'effondrement, c'est d'abord lent, puis ça s'accélère.

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 20:41

A une époque, on apprenait que le dividende d'une société, pour ne pas la mettre en péril, devait être une petite partie de son bénéfice (le reste étant réinvesti, ou servant à limiter les emprunts), et surtout, faite en fonction de la trésorerie disponible.
Les majors du pétrole, ne voient pas ça du même oeil. Bien que leurs résultats aient fondus à vue d'oeil, BP, Chevron, Total, Exxonmobil, voir en négatif (Dutch Shell), pas question de réduire les dividendes, dieu sacré entre tous.
Donc, réduction des investissements, licenciements, cessions d'actifs et endettement. En somme, on liquide la baraque. Les majors ayant les gisements les plus difficiles à exploiter, les compagnies nationales s'étant réservées les autres, la réduction des investissements risque d'être explosive, et dans le contexte actuel, le mieux qu'on pouvait attendre du moyen orient et de l'Iran, ça sera gommé par la baisse ailleurs.

S'endetter pour du dividende, et ne pas l'avoir supprimé, ou du moins, très réduit, c'est la voie ouverte pour le cercueil pour ces firmes. Comme pour toutes les firmes, d'ailleurs.

Mais l'horreur se profile à l'horizon :

« Avec une déprime prolongée du marché, même les dividendes ne seront plus invulnérables ».

Donc, la donne sociale se porte très mal. Et comme le dit Frédéric Lordon, les plus riches, les plus grands, n'ayant plus la trouille de l'URSS, et plus la trouille du tout (c'est, à mon avis, une grande erreur), deviennent de plus en plus rapaces.

Tout ce qu'on obtenus les peuples doit être remis en cause.

Et si le traitement infligé aux cadres d'Air France, a indigné la presse écrite, le fait qu'AF soit un gros acheteur de presse écrite n'est pas indifférent à l'indignation de la presse.

Comme je l'avais dit dans le cas "EDF", le "nous vous devons plus que la lumière", s'adresse, non à la population, mais au média. Il est acheté, avec le marchandage implicite : encaisse le prix, ferme ta gueule, et répercute la propagande, sinon, piquet...

Mais là, le retour de la violence, longtemps refoulé, sera d'autant plus explosif, qu'il fera voler en éclat le vernis de civilisation.

On aura plutôt un avant goût de Syrie. Tient, d'ailleurs, Erdogan vient de gagner les élections. Pas d'importance, il avait déjà mis le feu aux poudres. S'impliquant dans la guerre en Syrie, cette guerre métastase en Irak, au Yemen, en Israël, en Arabie...Et aussi en Turquie. On veut faire la guerre aux Kurdes et aux Alaouites ? ça tombe bien, il y en a des caisses en Turquie même.

Virer Assad le temps d'une valse ? La valse et le bal durent depuis un bout de temps. Ils ont transformé le petit garçon fils de son père en nouveau Saladin, en lion de Syrie. S'ils voulaient le faire rentrer dans l'histoire pour des millénaires, c'est fait. Ce sera une légende, quelque soit la fin. Les autres, ça sera les infâmes gnômes.

On dit que dans cette guerre, la Russie songerait aux armes nucléaires. Pour dépeupler le désert ? Et, de toute façon, dans la doctrine militaire de l'ex-URSS, l'emploi des armes nucléaires tactiques étaient prévues.
On dit qu'Israël en aurait fait exploser deux, des bombes à neutrons, l'une dans la guerre du liban, l'autre au Yemen. On ne peut pas dire que cela ait changé grand chose.

On murmure aussi que le début d'intifada à laquelle on assiste sera dû au fait, qu'en bonne realpolitik, en Israël, on songerait à changer de parrain, et que cela déplairait.

Bref, dans toute sa splendeur, l'empire se survie à lui-même, même si partout, dans sa politique, ou plutôt absence de politique économique, monétaire, sociale, et étrangère, on continue et on persévère dans l'erreur... Pourquoi changer ce qui perd et qui va perdre la classe dirigeante ???

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 05:54

Il faut rappeler certaines évidences. L'union Européenne est en désarroi,car l'adhésion n'y est plus.

Et elle y sera de moins en moins, quand on s'apercevra que la reprise, c'est la reprise de l'effondrement, avec ses successions de LLL.
La chancelière allemande a prouvé, avec l'affaire des migrants, qu'elle pouvait s'assoir unilatéralement sur les traités, notamment Schengen, parce qu'au fond, l'Europe actuelle, n'est qu'une énième tentative de l'Allemagne pour la contrôler.

L'Union européenne, c'est en effet, une création et une idée tout à fait nazi, où les populations doivent impérativement obéir. Heinrich Himmler était son penseur, la waffen SS sa première tentative réussie de créer une "Europe Unie".

Nul étonnement, donc, que les langages dérapent dans une Allemagne submergée de réfugiés, dont la plupart sont inemployables. Pas de niveau d'étude suffisant. Visiblement, ils sont alphabétisés, mais sans plus.

Exit donc les voeux du patronat, d'accueillir une main d'oeuvre, ils n'auront que la charge. Il ne vont servir à rien.

Parce que l'emploi industriel nécessite une très longue formation, qu'avait les populations de l'est, formées sous le communisme, mais pas les populations arabes et africaines, où l'industrie est encore dans les limbes. Le communisme, adorait l'industrie, et l'instruction publique était bonne, et d'esprit "allemand", dans les pays arabes, elle est encore assez rare, et concerne des secteurs de base, ne nécessitant pas de grandes qualifications.
Merkel, dit on, est poussée vers la sortie, et l'Europe risque d'imploser sitôt qu'elle aura vidé les lieux.

On ne saurait mieux dire qu'on vit en en dictature, et que comme toutes les dictatures, d'apparences robustes, elles peuvent disparaitre en un clin d'oeil.

Là aussi, on peut voir le coup d'oeil politique de De Gaulle, qui disait que la force n'est qu'apparence de force. Et on peut voir l'habileté de Poutine, dans la même occasion, puisqu'il a repris à son compte les concepts structurants de souveraineté, et la déconfiture conceptuelle américaine avec leur goût pour la force, qui les enfonce dans des merdiers dont ils n'arrivent jamais à sortir.

Autres évidences, d'une époque qui les redécouvrent. J'ai vu un article qui disait que les corps ne se décomposaient plus. Il faut raison garder. Mon arrière grand père, fossoyeur, avait fait la même constatation. Il est mort en 1937. Les poivrots, ça ne se décompose pas, ça momifie naturellement, question d'acides, paraît il. Comme quoi, l'alcool conserve, la seule chose qu'on n'a pas dit, c'est que ça conserve après la mort, ce qui est nettement moins intéressant.

Pour la viande, c'est devenu cancérigène ? C'est ce qu'on disait vers 1980...

Je pense que ces "redécouvertes" témoignent d'un stress important des populations. Elles indiquent, comme le dit la théorie du mandat du ciel, que celui-ci a été retiré à la dynastie...

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 00:27

Comme tout le monde est dans la merde, not'bon président veut nous faire rejoindre la meute, à grands coups de réformes. Mais une réforme nulle, ça reste une réforme nulle. Et même nuisible, mais ils n'ont que ça en stock, parce qu'ils se réfèrent à des statistiques complétement faussées.

Le chômage américain, dont il parle, c'est 7 millions de personnes, et les 95 millions d'autres ? Comme l'a dit un lecteur, la vie économique s'est retirée des USA, elle ne subsiste que dans ses grands centres de pouvoirs.

Ailleurs, la vie a quasiment cessé.

Mais, pour ce qui est de foirer, on ne change pas. Les USA vont envoyer des soldats d'élites au sol. Cela se passe comme d'habitude. D'abord des conseillers militaires arrivent, forment des soldats, leurs donnent armes et argent, et comme d'habitude, ils passent avec les dites armes et bagages à l'ennemi. ça se passe comme cela depuis le Viet Nam.

Quand ils font mine de combattre l'ennemi, les dits conseillers s'enfuient au premier accrochage. Ce qui convainc les formés de faire de même. Ou de rejoindre l'ennemi.

Pour revenir au Viet Nam, al Qaeda et état islamique, l'un étant qualifié de "modéré", on décidé de couper la route d'Alep au Sud. Ils ont pris quelques points de contrôle, voulant renouveler ainsi la bataille de la RC4.

Seulement voilà. N'est pas Giap ou Ho-chi-minh qui veut. L'évacuation de Langson, si elle était dû aux attaques incessantes de Viet Minh, ceux-ci se gardaient bien de vouloir passer en force avec de l'armement lourd, ils estimaient plus efficace une série de bataille au sol, un conflit d'attrition et d'épuisement.

Là, on a la bêtise dans toute sa splendeur. Une attaque grand style, en pleine cambrousse, où la puissance de feu ennemi peut s'étaler dans toute sa splendeur et sa puissance. Avec, en prime, l'aviation russe sur le dos. Et puis, question cadre, la RC4 et la Syrie, c'est pas franchement le même climat. En cas de reflux, les viet minh avaient vite fait de regagner le couvert, qui, dans ce lieu de combat, est plutôt inexistant...

Sans doute, ici, le résultat des "conseils", américains...

La conférence sur la Syrie n'a pas eu de résultats. On s'en doutait. Avec le panel de crétins qui peuplent les palais occidentaux et orientaux, on s'en doutait. De plus, si on se met à vouloir vider les présidents impopulaires, si je ne suis pas sûr de voir Assad partir, par contre, Hollande ficherait le camp immédiatement, accompagné de son petit Fabius, qui fait rire tout le monde. Notamment sa condamnation des dictateurs sanguinaires.

Todd disait que Kouchner était une catastrophe aux affaires étrangères, mais je crois que depuis, on a fait mieux dans le n'importe quoi.

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 04:59

On m'a demandé mon avis sur la courbe de livraison d'essence aux USA.

C'est très simple en vérité.

La consommation moyenne qui était de 1900 litres par voiture et par an, est tombé, de mémoire à 1200 et on assiste à un pic de l'automobile. Le parc a globalement atteint un maximum, et a commencé à diminuer. Il est de plus vieillot, avec une moyenne de 11.4 années. Où est passée l'époque où les automobilistes pensaient changer leur automobile à 5 ans d'âge ou 80 000 km ?

Ces deux nouvelles cumulées doivent être remis dans leur contexte : l'économie, la puissance militaire et politique du centre de l'empire, s'effondre.

En réalité,la statistique US donne à penser que la crise a commencé en 2004, année où la consommation tombe quasi systématiquement en dessous de 60 000 milliers de gallons journaliers. Quand au point le plus bas (février 2014), avec moins de 19 000 milliers de gallons, il qualifie la "reprise" de l'économie comme une vaste fumisterie. D'autant que les prix aux USA sont autrement gentillet qu'en Europe.

Ce qui est observé en 2015, en fait depuis octobre 2014 n'est pas une reprise, mais un arrêt de la dégradation. ceci est dû à l'effet prix, mais ne fait rien remonter.

De toute façon, 102 millions de sans emplois, ça ne consomme pas des masses de gallons d'essence.

Effectivement, l'argument écologique présenté pour rééquilibrer les fiscalités entre diesel et essence sont du pipotron de première qualité. L'essence se vend mal, malgré les prix bas, comme d'ailleurs, tous les produits pétroliers en occident, comme d'ailleurs tous les autres produits.

Les excellences ont coupé le sifflet à la demande, en la compressant.

De plus, le redémarrage des consommations n'est pas forcément réel. Le bas prix du fioul incite beaucoup, ceux qui le peuvent, c'est à dire ceux qui possèdent un chauffage au fioul, à le stocker, en en commandant un peu plus. Il faut dire que les montants commandés avaient atteint un niveau ridicule. On commandait 200 ou 300 litres à la fois...

Cette dégringolade du gallon n'est qu'une manifestation de plus de la crise. 50 % des 20-25 ans sont encore chez les parents, comme 53 % des étudiants en France.

Dans les deux cas, l'expulsion précoce du jeune a disparu du modèle anthropologique US décrit par Todd.

Ce modèle anthropologique était finalement très pétro-dépendant. la dépense de véhicule et d'essence est devenue comprimable, mais on doit aussi parler des cohabitations.

"Le fait que les Etats se défaussent sur les familles ne peut avoir qu'un temps. C'est devenu un problème de société majeur."

De fait, l'état se défausse sur les solidarités familiales de beaucoup de choses : dépendance, aujourd'hui, étudiants, et demain retraités ? Les familles et les actifs peuvent absorber un certain nombre de choses, mais il existe une limite et une faille intrinsèque. Elles ne peuvent tout absorber, et la faillite et le krach immobilier sur la quasi-totalité du territoire est la marque de ce regroupement.

De même, même un jeune actif hésite à prendre son envol, à 1000 euros par mois...

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 17:17

Moi, quand je vois les ministres depuis un certain film, je me demande si avoir été vainqueur d'un dîner n'est pas obligatoire pour devenir ministre. Sans doute pour ça que je connais des tas de gens qui ne se seront jamais.

Quand je regarde dans le détail, j'en suis de plus en plus persuadé.

Pour reprendre l'affaire du diesel, et pour répondre à un internaute, il faut raisonner global. Si en France on produit de longue date, de l'essence excédentaire, ailleurs, notamment aux USA, on produit du fioul et du gazole en excédent, ce qui conduit souvent à l'usage peu adéquat d'une utilisation dans les chaudières.

Mais, globalement, en sortant du cadre français, il faut bien se dire que si on se met à moins rouler en France et en Europe en diesel, cela bouleversera l'équilibre global du marché. Et si on devient moins gourmand en gazole, que fera t'on de l'excédent ?

Là aussi, on défonce une porte ouverte. Pour les petits véhicules, le diesel devient moins intéressant à cause de la chute des consommations. Il suffisait de laisser s'opérer l'évolution, sans paraître vouloir faire quelque chose.

Et si on voulait réellement rééquilibrer la fiscalité, il suffisait de baisser de 4 centimes l'essence, pour remonter d'un centime le gazole. Mais on n'augmente pas les impôts, dit on. Là aussi, tout le monde comprend. La parole gouvernementale prend l'eau, et de plus en plus de gens prennent toute parole venant d'en haut, comme obligatoirement un mensonge patent.

Pour ce qui est des ventes de neuf, les véhicules essence sont passés de 20 % à 47 %. Il suffisait de laisser l'évolution s'opérer, sans vouloir prétendre la diriger. L'efficacité, c'est aussi travailler dans l'ombre, par un travail de normes, ce qui est typiquement le travail d'un ministre, plutôt que de faire du bruit et de l'esbrouffe, en prétendant faire quelque chose. Je suis sûr à 100 % que cette évolution de fiscalité n'aura qu'un impact minime.

On se comporte comme si le pétrole était en abondance, pour l'éternité, comme si on avait le choix.

Chine, le secteur de l'acier s'effondre, sous le poids de ses surcapacités et de son surendettement. Visiblement, on n'est même plus capable de payer les intérêts des dettes. En attendant, tout est misé sur l'export, ravageant encore plus le marché mondial, livré à la déflation.

On parle d'une réduction des capacités et de la production de 20 %, suivant les modèles observés en occident. Sans doute, ce sera pire, bien pire, et finira par une chute de 50 à 80 %. Le modèle chinois, bâti sur l'investissement, ne survivra pas, aux villes fantômes, au défaut de la demande. Et de toute façon, les grandes quantités d'acier, cela correspond aux constructions en béton armé. Et accessoirement à la construction navale.

Se rappelle t'on de l'histoire ? En 1974 la sidérurgie française était éclatante de santé. En 1975, elle agonisait, ayant perdu 20 % de sa production. de 25 millions de tonnes, elle est passée aujourd'hui à 15. Pour ce qui est de la Chine, elle ne fera sans doute même pas étape. Elle passera tout de suite au deuxième stade de crise, car la grosse production, c'est de l'acier à béton, pour la construction. c'est celui qui a le moins de valeur. Là aussi, la loi de pareto s'applique pleinement, avec 20 % de très grande valeur, et 80 % qui ne valent presque rien.

Et c'est se secteur qui va être touché. On peut se rappeler un ministre des finances français, devenu plus tard président, qui misait sur 40 puis 50 millions de tonnes. On voit que les dirigeants chinois n'ont pas été plus malins, surtout depuis 2007. Pilotant à très courte vue, ils n'ont produit que des villes fantômes, avec un acier inutile et un ciment dépensé sans compter. En deux ans, les chinois en ont consommé plus que les américains en un siècle.

Pour ce qui est de la putain de reprise US, c'est vrai qu'elle est impressionnante, jugez vous même...

Moi, naïvement je ne m'imaginais pas qu'une reprise ai cette tête là.

Deutsche Bank supprime le dividende pour deux années, et sans doute aussi la moitié de ses employés. Il est sûr que les teutons virés par la Deutsche Bank, et qui se retrouveront vite fait au travail à 1 euro de l'heure, vont beaucoup apprécier le camp de réfugiés à côté.
100 patrons américains ont plus de retraite que 116 millions de leurs concitoyens. Warren Buffett disait que sa classe sociale avait gagné la lutte des classes, mais toute victoire à l'échelle historique n'est que provisoire. 116 millions, ça fait du monde à mater, quand on est que cent, et que les miliciens, ça n'a pas le rendement voulu, comme le constatent les membres de la famille Saoud, en Syrie, en irak, au Yemen.

D'ailleurs, il est clair que les chiffres de croissance américains et chinois sont encore plus frelatés que ceux de l'ex URSS, ce qui en soit, constitue un exploit difficilement atteignable, et ce qui reste de partis politiques sur place, évitent de se faire voir avec les grandes huiles.

Rejoignant d'ailleurs, Boris Eltsine dans la légende des dirigeants qui s'évacuent par la lunette des WC,le premier ministre Ukrainien finit à 1 % de popularité. Sans doute ce 1 % a t'il été trouvé à l'asile psychiatrique, ou dans les conseils d'administrations. C'est la même chose, en pire, avec des ignares et des incultes, totalement idéologisés.

Ce qui est en train de se passer, dans l'économie mondialisé, c'est l'échec du modèle de développement chinois, qui suit la fin des modèles de développement occidentaux. A partir d'un certain moment, il faut se résigner, au plus, à la stagnation après un énorme trou d'air, et il n'y aura pas, cette fois de branche externe auquel se raccrocher.

La Chine, tel un trou noir, semble aspirer la "croissance" du monde entier, ou plutôt; diffuse une récession que rien ne pourra arrêter. Assise sur le charbon, par quoi pourrait elle être remplacée ? Par un endettement à l'américaine ? C'est Fait.

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 21:54

Il paraît que le diesel, c'est pô bien.

Aussi, logiquement, not'bon gouvernement va augmenter les taxes à raison d'un centime par an, sur le diesel et le baisser d'autant sur l'essence. Voilà une mesure de justice et d'impartialité, ne visant pas du tout à augmenter les taxes de 10 milliards par an, pour cause de consommation 4 fois plus importantes en gazole.

Il faudrait leur expliquer qu'il vont tomber sur un os, si la quantité de gazole consommée en Europe diminue et diminue fortement comme le souhaitent les écolos.
En effet, qu'est ce qu'on va foutre de ce gazole ?
le krackage du pétrole, cela produit quelques produits, en quantités variables, selon la nature du pétrole, mais toujours et sempiternellement, les mêmes :

- GPL,

- Naphta,

- Essence,

- Kérosène,

- Fioul ou Gazole (c'est la même chose, sauf pour l'administration fiscale),

- Huiles et Graisses,

- Bitumes.

Sur les 4.2 milliards de tonnes de pétrole extraits en 2014, 60 % sert à se déplacer, et les usages devenus marginaux qui concernent le reste, se réduisent années après années. Le chauffage au fioul disparait, soit par disposition législative (Danemark), soit par désaffection, comme en France, où quasiment plus personne n'en achète.

Comme je l'ai dit, les raffineries produisent de 20 à 35 % de gazole, suivant la qualité du pétrole, et les caractéristiques de la raffinerie. Les saoudiens, par exemple, qui avaient du mal à vendre leur brut, trop lourd et trop soufré (donc, de ce fait, devenu un "pétrole extrême", ont du construire des raffineries pour le traiter.

On est loin du temps où l'on disait que certaines productions n'avaient même pas besoin de raffinage pour être utilisés dans les moteurs. Plus le pétrole est lourd, plus il produit d'éléments lourds, et plus les gisements s'épuisent, plus leur production devient celle d'éléments lourds.
Donc, si, indépendamment du côté technique, que ferait on du couple gazole/Fioul; si l'Europe se mettait à en consommer plus, et délaissait le diesel ?

Réponse adéquate : on aurait, d'un côté, une crise des débouchés, et de l'autre, une pénurie. De plus, ce mouvement sera renforcé par le délaissement toujours accru du fioul domestique...

Comme d'habitude, écolos et zigotos diverses n'ont pas réfléchi UNE minute, aux conséquences de leurs actes...

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 16:45

Sur la baise, pardon, la baisse du chômage. Je vous laisse découvrir l'article, et le débat. La moralité de l'histoire, c'est que les hommes politiques nous prennent pour des cons, et que ça va très mal se finir.

La bouillie-tambouille néo-libérale, servie notamment sur TF1.

Comme le dit Charles Sannat, on a atteint et épuisé le temps de connerie disponible.

Concernant les chiffres, tout le monde peut voir sur la Dares, l'augmentation de 166 000 chômeurs, en septembre.

Si, les ministres font une chose, c'est semer la haine.

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article