Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 13:41

Après avoir été copieusement emm...ielé par les islandais au sujet de couillons pigeonnés d'investisseurs avisés qu'ils refusent sous des motifs futiles (93 % de la population contre) de rembourser et au delà, les britanniques (et les hollandais) vont sans doute juger bon d'envoyer la note des dégâts économiques causés par l'éruption de l'Eyjafjallajokull  (c'est facile à dire, il suffit d'arrêter de respirer 5 minutes). 

Après tout, le machin, c'est bien une propriété islandaise, non ?

 

L'éruption du Laki et de l'Asama (concomitants en 1783), mais surtout celle du Merapi en 1785-1786, ont sans doute joué lourd dans le déclenchement de la révolution française.

 

En 1815, le tambora, toujours en Indonésie, causa des troubles politiques graves en Europe, y compris en France.

 

Non pas que ces événements, en eux mêmes, soient déclencheurs, mais s'ils tombent dans un contexte, ils sont le dernier coup d'épaule qui font tomber l'édifice.

La théorie chinoise du "mandat du ciel", y fait expressément référence. La catastrophe naturelle précède de peu la catastrophe politique, certainement en causant une catastrophe économique auquel le pouvoir est incapable de répondre.

 

Pourquoi, d'ailleurs, y faudrait il une réponse, puisque la politique menée est tellement géniale qu'elle prévoit tout ?

 

D'ailleurs, il n'y a qu'à voir : le zéro stock (tout est livré par avion), l'aviation commerciale justement. Et si dans certains domaines, le stock zéro n'existe pas (on peut penser aux céréales, qui affluent au moment des récoltes), dans d'autres domaines, ils sont effectivement très bas.

 

On retombe sur ce que dit Dimtri Orlov dans le "retard d'effondrement", l'union soviétique était beaucoup mieux armée sur ce point là que les occidentaux, le stock y étant généralisé. Il était aussi généralisé chez le particulier, toujours prêt à faire des réserves, lui aussi.

 

Pour les compagnies aériennes, aussi, la simple survie devient une question de temps. Déjà saignées depuis 10 ans par les prix du pétrole, il est certain que pour certaines ce sera le coup de trop. Comme à chaque fois, quelques victimes et le nombre se réduit.

 

Le plus marrant, ce sont les militaires. En France, l'aviation s'est "redéployée" dans le sud. A quoi sert une aviation incapable d'opérer ???

 

Comme historiquement, les éruptions islandaises durent entre 15 jours et 2 ans, on peut prévoir que si ce sont les deux ans qui se passent, au niveau économique, ce sera le massacre.

 

Mais il y aura aussi des heureux : les associations de riverains des aéroports parisiens. En plus l'incident aura démontré la futilité de ce développement. De même on imagine un peu l'avenir de la Grande Bretagne et de l'Irlande sans Heathrow et sans aéroports...

 

Pour l'Irlande, plate-forme d'expédition, ce sera aussi le coup de trop. On voit aussi les plate-formes pétrolières de la mer du nord coupées du monde...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Actualités
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 08:35

Il n'y a pas à dire, il vaut mieux propriétaire, même décervelé et complétement idiot (bien sûr, ils ne le sont pas tous), que fin de droits.

1500 se partageront 400 millions, et pour les 325 000 autres, il y aura 705 millions et un complément pendant 6 mois, à 460 euros.

Faut pas confondre, quand même.

 

les uns sont des feignasses qu'on est bien bon d'aider (mais pas trop longtemps), les autres des propriétaires (on garantit tout, et même au delà).

Faisant le mauvais esprit, on peut penser que le chômeur peut avoir une utilité, mais pas la maison, passée du "Sam'suffit" au stade du "Yellow submarine".

Lutte des classes, lutte des classes...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 07:49

Certains avaient fait une bêtise, ils ont compris, et renoncent.

Ils palperont l'indemnisation -très coquette- de l'état et pourront s'estimer heureux. Après Xynthia, il est sûr que la plupart des pavillons touchés ou menacés ont une valeur intrinséque égale à zéro.

 

Là, on peut s'interroger sur la santé mentale des personnes qui s'acharnent. Ils préfèrent défendre un bien devenu sans valeur et qui mieux, menace leur vie, plutôt que d'être bon joueur et de ramasser une mise inespérée, finalement.

 

Car il faut être clair. Si certains n'ont pas été touchés cette fois, ce sera pour la prochaine ou celle d'après. C'est peut être des amateurs de sensations fortes. Ou des suicidaires.

 

Mais du côté gouvernement, on fait de son mieux pour se décribiliser complétement. D'abord, il est un peu fort de café de vouloir indemniser sur une base qui n'a plus rien à voir avec la réalité.

Après tout, en quoi un propriétaire a plus de priorité sur les finances publiques, qu'un rmiste, par exemple ? (le montant, 250 000 euros, c'est plus de 45 années d'ASS).

 

On voit donc le travers : il n'y a pas d'argent pour ceci ou cela, mais il n'est pas question de ne pas garantir la propriété, ni le rendement, espéré ou supputé.

 

Quand aux élus des communes du littoral, on peut s'étonner qu'ils "organisent la résistance". Ils devraient, à l'heure actuelle, être en train d'organiser leur défense.

51 morts, ce n'est pas rien.

 

Mais comme la justice a toujours la main légère pour le meurtre de classe (c'est ça, finalement, l'homicide involontaire) du au "bizness" (ça fait un peu "parrain"), ça n'ira sans doute pas plus loin.

Les peines -et les indemnisations- pour meurtre causé par automobile, ne se sont durcies et n'ont été augmentées, que quand l'automobile est devenu un produit de masse et non l'apanage de l'élite.

Les juges sont toujours plus durs avec les pauvres qu'avec leurs copains du rotary.

 

En outre, on peut faire remarquer aux élus locaux, que si ils veulent des travaux de protection contre la mer, qui ne leur bénéficient qu'à eux, ils devraient donc, en toute cohérence, les financer.

 

Sans doute certains partiront ils, sans doute certains resteront ils. Mais l'évolution des zones restantes, l'évolution humaine (et la chute de l'immobilier), leur feront certainement regretter de ne pas avoir accepté.

 

Mais peut être, la prochaine fois, n'y aura t'il pas d'état capable de les exproprier, ni d'assurances capables de les couvrir.

C'est ce qui se passe dans le tiers monde. En 1856, lors des crues, des villages entiers furent rasés, et les habitants n'eurent droit qu'aux aumônes. 

La Chapelle sur loire passa de 3500 à 250 habitants...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 07:26

Deux articles du "Monde". Même lui vient de s'apercevoir qu'il y a un problème et une montée de tension.

Petit Nicolas poursuit son processus d'Elstinisation (et encore, on n'a même pas encore parlé des retraites), et la tension sociale monte.

 

La solution pacifique, c'est la démission, ou il reste la solution sauvage.

 

Une chronique d'abonné, très intéressante sur le fond : il faut vous soumettre...

Encore un qui n'a rien compris au film.

 

Faudrait il pédaler à fond la caisse, pour que cadre sup, on ait les mêmes conditions de vie qu'un ouvrier il y a 40 ans ?

Le problème, maintenant, c'est celui de la répartition.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 06:32

game-overIl y a des lieux prédestinés à ce que les mêmes mouvements collectifs s'y répètent, encore et encore.

Pour la Russie/URSS, c'était le Kazakhstan.

Il craqua toujours le premier, en 1916 comme en 1982. Plus loin d'en l'histoire, on peut remarquer qu'il n'est voisin que d'un jet de Pierre de l'endroit où commença la "Pougatchevtcnina" au 18° siècle.

Cette grande jacquerie occupa le tiers du territoire russe.

 

Aux USA, la guerre civile fut précédée d'une guerre de pratiquement 10 ans dans le Kansas et le Nebraska.

Pour la conclusion, elle ne se fit que fort tard, car le banditisme armé fut la marque de fabrique du pays avec Jesse James, dont les exploits furent portés par le soutien de la population.

On peut donc dire, que dans cette région, cette guerre dura longtemps, commença en 1850 et s'arrêta symboliquement en 1882. Il faut dire que dans les années d'après guerre, les bandes armées étaient très nombreuses, comptant quelquefois plusieurs centaines d'hommes.

 

Aujourd'hui, c'est l'Oklahoma voisin qui montre des signes évident de pourrissement. On peut se rappeler aussi l'attentat d'Oklahoma city.

Dans ces pays des limbes, fragiles, car tracés au cordeau, perdus dans leur immensité géographique, le rapport à l'état fédéral a toujours été ambivalent.

Aujourd'hui, en Oklahoma, on veut légaliser, ou plutôt étatiser des milices dont l'objectif est clairement d'en découdre avec l'état fédéral.

 

Le démantèlement de la milice hutaree dans le Michigan, qui préparait une insurrection ne semble pas avoir effrayé qui que ce soit, et au contraire, pousse les feux.

Qu'importe si cette milice fait doublon à la garde nationale, c'est le sentiment de méfiance qui domine, et vis-à-vis du gouvernement fédéral et vis-à-vis des autorités locales.

 

Clairement, les USA viennent de rentrer dans un temps des troubles.

 

La légitimité se fissure aussi, à Wall-street, comme à Londres. A Londres, c'est pire, l'instinct de défiance emporte tout.

Finalement, le souhait global en Grande Bretagne, c'est que personne ne gagne les élections, pour neutraliser ce qui est perçu comme des nuisibles.

 

On a passé un cliquet supplémentaire. Peu à peu, les gens se détournent du régime, passent du soutien, à l'indifférence, puis désormais à l'hostilité.

Pendant ce temps là, la loi des rendements décroissants, déjà remarquée dans l'effondrement du 14 ° siècle ravage les pays occidentaux, et surtout le complexe militaro-industriel.

Celui-ci, d'ailleurs, est de plus en plus ressenti comme un boulet.

 

D'ailleurs, même aux USA, le sentiment s'éloigne de la caste. D'après Rasmussen reports, les sondages donnent BHO à 42 % contre 41 % à... Ron Paul.

Comme le vote ethnique est sans doute encore très favorable à BHO, il est clair que celui-ci est minoritaire dans l'opinion.

Pour la classe supérieure, le soutien à Obama atteint 95 %.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 22:04

retour à la normale.JM Vittori vient de s'apercevoir qu'on était sur un "retour à la normale".

Il est trop fort ce JM.

Il s'est aperçu que le coût du logement était trop élevé pour les traîne-misères que nous sommes en train de devenir collectivement.

 

Comme on ne change pas une politique qui perd, et que les délocalisations s'accélèrent, on va s'apercevoir que ce qui fait la valeur de l'immobilier, c'est l'usine d'à côté.

C'est aussi l'usine qui fait la richesse de la banque, et la fortune de la ploutocratie.

 

Personne ne reste riche éternellement sur une base pauvre. La monnaie finit par s'effondrer.

Pour le moment, la baisse de l'immobilier est contrôlée, les montants extravagants étant devenus des "avantages acquis", on va donc attendre le pigeon au coup de coeur en ripolinant le clapier à deux balles.

 

Le retour à la normale va donc pouvoir se terminer tranquillement par le grand plongeon, comme après chaque bulle.

Une fois donc que l'état aura fini d'engraisser la bulle immobilière, les finances ne s'en porteront que mieux, et la "classe moyenne supérieure", en réalité les 19 % de la population juste en dessous des plus riches s'apercevront qu'ils auront eu un rôle presdestiné, celui du cocu.

 

Il est très intéressant de voir comment la ploutocratie diffuse sa vision vers le bas.

le cadre à 8000 euros, se sent écrasé d'impôt, c'est vrai, mais c'est vrai parce que le ploutocrate, lui, est largement épargné.

Mais on peut le rassurer tout de suite : il a plus de chance d'accéder à l'hyperclasse en jouant au loto qu'en travaillant.

 

La limite fordiste de 40 fois le salaire de base, comme plafonnement des rémunérations est celle d'une société équilibrée. Les gens les mieux rémunérés ont un réel pouvoir d'achat. Après, on s'aperçoit que les libéralités du pouvoir en matière d'impôt sur le revenus alimentent directement des bulles immobilières, boursières, d'emprunts d'états.

 

Dans les fourchettes de prix actuels, un cadre à 8000 euros mensuel peut il accéder à la propriété dans Paris intra-muros ? Même pas. Il peut aspirer à ce qui était la norme de l'ouvrier d'il y a 40 ans, le deux ou le trois pièces.Trop bien.

 

Beau prototype de déclassé social, suppôt du système, et qui ne s'aperçoit souvent même pas qu'il le gruge. Simplement en majorant les prix, au delà de toute mesure. Mais il est content. On lui a baissé ses "Zimpots".

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Immobilier
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 21:26

Le pic pétrolier; inéluctable, nécessite... de la planification : " Ni les dirigeants ni les experts n’avaient non plus compris à quel point le « modèle » économique en vigueur ces dernières années était vicié."

C'est pas moi qui le dit, mais notre modèle économique est bon pour les crétins.

Il va fondamentalement changer, et passer par une planification :

"C’est pourtant un effort comparable à celui de la conversion à une économie de guerre qui attend nos sociétés. "

Avec tickets de rationnements ? Incontournables...

Il aurait fallut précéder le pic de 10 ans, pour le faire sans douleur.

10 ans avant le pic, une actrice hollywoodienne se glorifiait d'avoir le "plus petit 4X4 du lotissement".

Attendre le pic "se traduit par un déficit important de carburant durant plus de deux décennies. "

Il aurait fallu le préparer 20 ans avant pour qu'il n'y ait pas d'impacts.

"Dans les pays développés, les problèmes seront particulièrement graves. Dans les pays en développement les problèmes du pic sont potentiellement bien pires. "

Belle manière de dire que ce sera le carnage.

 

Bien entendu, cette manière de voir les choses vient du département de l'énergie US. Comme sa vision était déjà très optimiste, on peut aisément imaginer des choses pires.

 

Par exemple que des gouvernants complétement idiots se préoccupent de retraites et de déficits publiques.

Par exemple que des compagnies de chemins de fer à la direction décervelée (gouverner, c'est prévoir !) se préoccupent de restructurer le fret.

Par exemple qu'un gouvernement de grand duché (de gerolstein ?) veille faire des économies en supprimant des transports en commun.

 

Donc, on va aborder, avec une société inégalitaire, une transition. La seule solution, pour qu'il n'y ait pas trop de casse, c'est le ticket de rationnement, la norme, et la taxation des plus riches (les plus gros consommateurs d'énergie et les plus gros consommateurs en particulier).

Mais il est bien plus probable, que l'effondrement économique nous renvoie au communisme de guerre.

 

La croissance est possible visiblement sans énergie. Elle a existé -forte- en France de 1500 à 1800. Elle avoisinait les 0.5 % l'an. Bon an, mal an, la production avait été multiplié par 5 entre les deux périodes, et cela, sans énergie fossile, ou si peu.

 

Mais nos dirigeants, complétement idiots, préfèrent l'idéologie à la réalité. Il y a un peu plus de 20 ans, au lieu de profiter de l'accalmie pour faire des plans d'économies d'énergie, J. Chirac, premier ministre, dans une de ses premières décisions de 1986 mettait l'ADEME sous cellophane.

 

Même E. Todd se trompe sur le sujet. Le protectionnisme européen n'est pas souhaitable. D'abord parce qu'un machin comme l'UE n'est pas réformable, comme n'était pas réformable l'URSS, ni l'état fédéral US, et qu'ensuite, ça n'a pas de sens.

 

En effet, le commerce international s'appuyait sur un coût de l'énergie bon marché. Les prix en yoyos, on a vu qu'aucun mode de transport n'apprécie réellement. 

Aucun n'est rentable dans ce cadre là.

C'est quand même une grande rupture. Car si le marin ne s'enrichissait guère de 1500 à 1800, le transport maritime était toujours source de profit, toujours gargantuesque.

Maintenant, le système libre-échangiste a lui aussi atteint le stade communiste.

 

Plus rien n'y est rentable, tous attendent de l'état. C'est logique si c'est pour ne pas mourir de faim, moins compréhensible si c'est pour sauver des fortunes.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 17:38

Les-cartels-mexicains.jpgEncore une bouffonnerie de la presse anglo.

Pour le Daily Wealth, le déclin de la production mexicaine de pétrole est causé... par des dépenses sociales excessives.

En retard, comme de bien entendu, le journal dit que la production est passée des champs millionnaires en barils, à des champs qui en produisent 150 000.

C'est de la débilité profonde. ça, c'est ce qui s'est passé avec le développement de Ku Maloob Zaap.

Comme KMZ plafonne à son tour, c'est au tour des champs produisant 15 000 barils jours de se développer, voir de ceux produisant 1500 barils jours (les "otros" des statistiques, car ils n'ont même pas de noms).

Le jeu consiste à courir (forer) de plus en plus vite, pour reculer le plus lentement possible.

 

Le Daily Wealth est caricatural : le pétrole pousse dans les endroits bien gérés, bien entendus, là où les libéraux sont au pouvoir.

Bien entendu, le fait que pendant longtemps, la plus forte production pétrolière ait été celle de l'URSS a du lui échapper.

 

Faut il donc en conclure que l'URSS était le prototype de l'état bien géré et irréprochable ? C'est sans doute pour cela que le pays s'est disloqué : trop parfait ???

 

Mais, aucune crainte à avoir pour le Mexique : UNE activité de substitution s'est crée. Elle embauche à plein, dans le nord du pays, et pense s'agrandir chez le voisin US. (Il y a beaucoup de terrains inoccupés aux USA, donc les cartels vont s'en emparer les acheter).

Mais les libéraux peuvent être contents, cette activité s'exerce dans le cadre libéral d'une saine concurrence entre groupes appelés "Cartels".

 

Désormais, la seule chose qui puisse les mettre dans la M...ouise, c'est l'effondrement des USA.

Bon, d'accord, tout le monde sait que le dollar US, c'est du PQ (de piétre qualité), mais tout le monde fait semblant de croire qu'il vaut quelque chose.

 

Bien entendu aussi, un effondrement du monde occidental, un collapsus, c'est impossible. Seulement voilà. Le monde réel différe trop du monde officiel.

Un internaute disait pour le chômage que : "ces gouvernants redéfinissent l'emploi selon de nouveaux critères globalisés ultralibéraux qui se substitueront définitivement à ceux que nous avons connu dans le monde dit développé et seront la norme: les conséquences en matière de rémunération , d'aide sociale en cas de chômage seront les leurs et non plus celles qui ont encore cours au sein de chaque nation. "

 

C'est parfaitement vrai. Mais cela fait trente ans que c'est vrai. Mais désormais, le phénomène de "surréalité" est trop en déphasage avec le vécu des gens.

La culpabilisation du chômeur ou du rmiste ne peut fonctionner que quand une grande masse de gens sont écartés du risque "chômage", de fait ou en droit (fonctionnaires, retraités, employés vitaux du secteur privé), et surtout, s'arrête quand les protégés sont à leur tour menacés.

 

Le Mexique est un prototype. Il a tout subi en matière économique et est bien plus "en avance" sur les pays européens. Il a semblé faillir, avant de retrouver un équilibre.

Le Mexique vient de rentrer en guerre. Non pas contre les narcotraficants, mais contre les USA.

On voit une guerre de type vietnamien se déployer. Un gouvernement fantoche, qui veut taper sur les cartels, mais dont les troupes préfèrent se laisser acheter, une composante nationale et nationaliste dans ces cartels.

 

En fin de compte, l'empire est dévoré par des chancres : Irak, Afghanistan et autres interventions extérieures, alors que le plus important vient de se coller sur ses arrières.

 

On peut dire au Daily Wealth qu'ils risquent de regretter amèrement le temps ou le gouvernement achetait la paix sociale grâce au pétrole.

Mais, il y aura longtemps avant qu'ils le comprennent, il n'y a rien de plus bête qu'un libéral.

 

Pour ce qui est des derniers chiffres de la production pétrolière mexicaine, elle ne décline plus que très légérement. Mais c'est au prix d'un effort de plus en plus important.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 21:10

Pour la démocratie, on le savait déjà.

Votez non à un référendum, on fera voter ça sous un autre nom sous une autre forme.

Pendant ce temps, on vous prépare un choix pré-emballé sur les retraites, avec une seule case à cocher, mais, avec concertation et communication.

 

Pour le capitalisme, j'en avais parlé aussi. Le capitalisme n'existe plus. Ce qui existe, c'est le vol de la classe dirigeante. Des entreprises privatisées vendues la moitié de leur prix. Des autoroutes bradées, mais pas pour tout le monde.

 

C'est un jeu de poker, où de plus en plus de gens se couchent. Les petits d'abord, et ce, de manière caricatural. Le patrimoine d'une femme noire aux USA est de... 5 $...

On arrive, logiquement, à la situation de Macias Nguema en Guinée Equatoriale. Renversé en 1979, il avait chez lui des caisses de billets étrangers, mais aussi la quasi totalité de la monnaie équatorienne.

 

Le dernier frappa-dingue dans ce genre, c'était Robinson Crusoë qui travaillait comme un fou pour être le plus riche, sans comprendre que de toute façon, il était le plus riche et le plus pauvre à la fois : il était seul.

Quand il eût des compagnons, il dû dépenser tout ce qu'il avait mis de côté pour les nourrir, afin de les contrôler.

 

Le choix est finalement assez simple. Ou les états rétablissent leurs finances en taxant le ploutocrate, ou ça va saigner.

200 millions d'armes à feu aux USA, ni les forces de l'ordre, ni les gardes nationales, ni même l'armée ne font le poids.

Il est des zones entières sans aucune activité économique désormais, et près de 40 millions de personnes ne vivent que de bons alimentaires.

 

C'est bien connu aussi, l'homme n'est pas un animal inactif. S'il n'est plus occupé à gagner sa vie, il est même fichu de faire de la politique. La seule alternative viable, c'est de le saoûler (et en permanence), pour qu'il se tienne tranquille...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 20:58

Dans le traitement de mon courrier.

Vu l'importance dudit retard, j'informe les personnes concernés qu'ils n'attendent pas mes réponses avant plusieurs jours.

Merci de votre compréhension

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Actualités
commenter cet article

Présentation

compteur

Recherche

Catégories