Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 09:12

Qui consiste à se mettre le doigt dans l'oeil jusqu'au coude.

Quand on essaie de faire de la projection, c'est délicat. l'avenir a ceci de constant qu'il est imprévisible, du moins, dans l'arrivée des événements.
Le XXI°siècle ne sera pas celui des projectionnistes de 2001. Le 21° sera celui de la décroissance démographique, aligné sur une décroissance énergétique.

Alors, dire que l'on sera 11 milliards, dont 4 milliards d'africains, parce que le nombre d'enfants voulus oscille entre 6 et 13, c'est totalement farfelu.

Quand aux grandes migrations, c'est aussi la conséquence du fossile. Sans fossile, les grandes migrations sont bien petites. Seuls des survivants arrivent.

On dit que 8 cataclysmes potentiels nous menacent :

1. Les grandes villes submergées

2. Des vagues de chaleur meurtrières. La famine partout

4. Des nouvelles maladies

5. « L’Airpocalyspe » permanent

6. Des conflits généralisés

7. La fin de la croissance

8. La mort des océans...

Je vous laisse lire l'article complet. Mais il y a des choses savoureuses : "il faudra nourrir une population 50 % plus nombreuse avec 50 % de céréales en moins."

50 % de la nourriture en moins, à mon avis, ça ne fait plus qu'une population mondiale de 3 milliards d'habitants...

Le conflit généralisé, en l'absence de fossile, ça ne ressemble pas beaucoup à la guerre de Syrie, mais plutôt plutôt au Rwanda, à la machette. La guerre de Syrie, c'est une guerre de gens riches, avec 90 % des morts tués par des obus. La guerre de gens pauvres, ce sont des gens tués à la baïonnette, des villes recroquevillées et petites, sur leurs pitons fortifiés.

Les USA sont dans la "post suprématie", bien que les vieux c...s du congrès votent des sanctions anti-russes... comme un soviet, à 99 % des voix... Du même coup, le protectionnisme, enterré soi-disant avec l'élection du p'tit marquis de belgueule, refait surface puissance 10, sous formes de sanctions, qui, à mon avis, ne seront guère respectées.

Visiblement, les élus américains ne sont pas au courant de ce qu'est la Russie, et que fondamentalement, elle se tamponne de plus en plus des sanctions US, qui elles, ne font plus rire du tout en Europe occidentale. On est plus inquiet de l'éventuel levée des sanctions (qui sont un exercice totalement improbable, vu la russophobie régnant aux USA), pour les secteurs récemment relancés, dont le ciment n'est pas sec, que par leur continuation...

Mais la propagande ne meurt pas si facilement. Les Britanniques vont mourir de faim, suite au Brexit...En 1914, le taux d'auto-suffisance alimentaire, au Royaume Uni, n'était que de 20 %, contre 60 % aujourd'hui. Ce qui a été responsable des deux batailles de l'Atlantique, qui n'étaient pas héroïques, mais un monceau de connerie, causé par le libre-échange. Sans cette croyance, les attaques de sous marins, auraient été complétement futiles. Le caractère génial de l'ouverture des frontières, ne ferait plus recette ?

Au Venezuela, la crise s'envenime, avec, comme d'habitude, les manigances diverses, des diverses agences US. Quand à la réalité de la crise du au "socialisme", deux phrases règlent le compte :

"Pour un pays aussi dépendant du prix du pétrole, une baisse de cette importance sismique représente la garantie d’un choc économique également sismique. Et au delà, le pétrole étant la seule exportation notable du Venezuela, la crise a exposé des faiblesses structurelles de l’économie bien antérieures à l’arrivée sur la scène d’Hugo Chavez, et a fortiori de son successeur Nicolas Maduro." En réalité, la maturité de l'économie pétrolière est de 1950, date à laquelle, tout le reste de l'économie n'existait plus...

"Pour ces personnages, le socialisme est une abomination, une menace mortelle contre leur conception de la liberté en tant que mécanisme par lequel, comme l’a dit Thucydide, ‘les forts (les riches) font ce qu’ils veulent, et les faibles (les pauvres) souffrent comme ils le doivent.’"

Comme Mélenchon, Goasguen voit la main de la CIA derrière la crise au Venezuela. Si Monsieur Goasguen a tort, c'est simplement dans le fait qu'il n'y a pas que la CIA qui intervient au Venezuela, mais sans doute la totalité des agences de sécurité US, sans aucune coordination, bien sûr, mais avec toutes le même objectif.

Mexique, Syrie, Venezuela, ce sont tous des pays en effondrement, tous des pays en état de pic pétrolier, dont la santé économique se détériore à allure grand V.

D'ailleurs, il est clair aussi, dans les pays africains, que leur dépendance aux métaux et matières premières est trop grande. " Ce dernier -Ghana- continue de présenter des déséquilibres macroéconomiques d’ampleur (large déficit public et dynamique rapide de réendettement, déficit courant élevé, etc.) en dépit du soutien du FMI et de la Banque mondiale. " En dépit, ou à cause d'eux ???

Aux USA, on vient de s'apercevoir qu'il y a beaucoup plus de votants dans les comtés démocrates que de personnes en âge de voter (sans parler de ceux qui n'ont pas la nationalité US)...

D'ailleurs, en France, le désenchantement touche visiblement les députés qui marchent de plus en plus mal...

Les tendances économiques, d'ailleurs, fatiguent et entrainent lassitude et hostilité. Le tourisme est vu comme il se doit : une plaie, qui, comme le pétrole, détruit tout le reste...

Bref, un monde est en train de mourir, et des imbéciles le prolongent jusqu'en 2100...

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie Economie
commenter cet article
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 13:42

Bon, en attendant la nuit, je me fais un p'tit pêle-mêle.

Aux USA, on abandonne la construction des réacteurs nucléaires. Même le pigeon nommé EDF n'est plus là pour les racheter. Warren Buffet est déçu. Il s'était fait des C... en or avec eux (sur notre dos). C'est bizarre, d'ailleurs, cette manière d'arrêter les bêtises, pas comme EDF-AREVA qui s'entête jusqu'à la mort...

Iran : on parle de nouvelles sanctions US, mais elles seront inutiles. Il n'y a plus rien à sanctionner, et de toute façon, l'Iran s'en tamponne le coquillard. Elle est assez grande pour tout produire elle même (mais les fournisseurs, de toutes façons, ne manqueront pas), et puis, tant que South Pars n'est pas vidé, le pays peut dormir tranquille. Et puis, visiblement, les sanctions, finalement, les sanctionnés comme la Russie ont l'air de bien aimer, et les sanctionneurs, comme l'UE ont l'air d'être dans la M... ouise.

Maduro se bat, et visiblement, tel un bachar el Assad sud américain, ne semble pas résolu à débarrasser le plancher. S'il souffre de l'usure du pouvoir, il dispose encore d'un appui solide, et qui a l'argument massue de l'absence totale de crédibilité de l'opposition. Une opposition qui est ultra-néolibérale nazie et fasciste à 400 %. Pas forcément attractive, et répulsive en un très court laps de temps, comme l'a prouvé la Syrie et la Libye. Mais bon, la corruption et l'incompétence est loin d'être l'apanage du gouvernement Maduro. Elle fait partie du paysage dans tous les pays OCDE...

Th Meyssan a pondu un article : "L’establishment US contre le reste du monde. " Merde alors, je pensais que c'était déjà le cas depuis 1945...

Il est vrai que le congrès, visiblement, cherche la merde avec le reste du monde (en totalité, cette fois). Il faut dire, avec la bande de vieux débris qui y siègent, ils doivent encore croire que c'est FDR qui est président.

Incendie dans une tour à Dubaï. j'attends avec impatience la vidéo de l'effondrement du gratte-ciel. C'est bien comme ça que ça doit se passer, non ???

le p'tit marquis de Belgueule voit sa popularité chuter. je le rassure tout de suite, ça sera pire après les ordonnances sur le code du travail.

Les néo-libéraux de zerohedge nous sortent l'article suivant : "Why Robots Won't Cause Mass Unemployment". Réponse copyright@patrickreymond : bicoze, parce qu'il est déjà là. Understood ??? Le seul tort de zerohedge, c'est d'employer le futur...

Les dirigeants italiens sont des surdoués. Ils viennent de comprendre une chose : si l'on confisque les bateaux des négriers, ils ne se livreront plus à leur commerce.

En Algérie, ils sont encore plus surdoués, les migrants sont renvoyés chez eux.

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie Economie
commenter cet article
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 12:41

En immobilier. Et dans le reste. les valeurs immobilières vont s'effondrer, avec la baisse de la population des 25-54 ans, base de l'activité économique, actifs et dépensiers à la fois.
Les anciens, eux, vont réaliser progressivement leur patrimoine immobilier, qui sera réduit à un bien d'usage, de peu de valeur,  Le groupe central commence maintenant des décennies de dépeuplement. 

et " Les empreintes de l’infrastructure ont été trop étendues et beaucoup peuvent simplement être laissées là à pourrir sur place. Toute la croissance démographique se déplace vers la population des 65 ans et plus, ce qui va amener une autre série de problèmes".

Ce que je dis simplement, pour les aéroports, les nouvelles autoroutes, les tunnels. Et encore l'article ne prend pas en compte l'éventuel baisse de disponibilité énergétique (en cours)...

Les habits trop amples, pour une population trop peu nombreuse, devrait amener une politique publique de construction zéro, de réhabilitation, et de destruction, pour ce qui est de l'immobilier.

Ce qui est décrit est un phénomène de crunch lent. Mais le pétrole et l'énergie risque fort bien de transformer celui-ci en débandade.

Tout le modèle économique sur lequel on est basé, est désormais obsolète et faux. Quand je vois qu'on parle de croissance immobilière, c'est vrai sur une partie du territoire, mais faux sur l'autre. Ailleurs, le niveau de prix est dans les chaussettes, en milieu rural ou urbain. Comme je l'ai dit, ce sont les propriétaires qui détruiront leurs propres biens, pour ne plus payer les impôts. Et qu'on ne me dise pas que c'est parce que l'état est mauvais, c'est loin d'être vrai. Mais pourquoi payer pour des non valeurs ? Ou l'abolition des impôts locaux devient la norme, ou la base s'effondrera.

JM Pouré, dans la "bulle immobilière.org", avait commencé son argumentaire là dessus. Le plafonnement, puis la baisse de la population active. Le vieux, ça veut aller dans le centre ville, et partir en voyage. Le voyage, ça risque d'être d'aller au jardin, ramasser les patates avec le vélo.

Certains voient les pistes d'aéroports rondes. Moi je les vois abandonnées.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Economie Energie Immobilier
commenter cet article
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 07:47

Les députés macronistes, une fois élus, trouvent beaucoup moins de mérites à la moralisation de la vie publique, et notamment, la fin de la réserve parlementaire.

On a donc une assemblée de petits bourgeois bobos, près de leurs sous. Des centaines de petits fillons.

Visa entame une guerre contre le cash. Il veut contraindre les restaurateurs à n'utiliser que les cartes.  "La guerre contre le cash s'intensifie : Visa offre 10.000 $ aux commerçants qui refusent l'argent liquide."

Comme quoi, on peut être Visa et complétement C...

Inutile de rappeler le rôle du noir dans le commerce. Je ne sais pas si en Europe il resterait UN magasin ouvert sans le noir. Aux USA, c'est sans doute pire, beaucoup n'existent que comme blanchisserie du trafic de drogue. C'est notamment le cas de sinon toutes les salles de sports, du moins d'une écrasante majorité. D'ailleurs, on peut se demander si cette industrie de la sueur aura pu exister sans recyclage...

Visa devrait proposer la mesure aux grecs, aux italiens, ou même aux restaurateurs français...

Renoncer, ni plus, ni moins, dans certains cas, qu'aux 3/4 du benef... Il y a des comiques sur terre...

De plus, pour un temps encore, la seule monnaie libératoire, c'est la monnaie banque centrale. Après, si le cash arrive à être interdit, je vous fiche mon billet qu'on verra d'autres monnaies... Les imprimantes pourront tourner à plein dans les pays où c'est encore autorisé. Si la suppression est bien avancée dans les pays scandinaves, il ne faut pas oublier le contexte local. Un jour je roulais au Danemark, sur une route nationale (limitation à 80), personne ne doublait. Tout le monde était à 80. J'ai doublé une grosse moto, qui roulait sur la piste cyclable, à la vitesse autorisée sur cette piste cyclable... J'étais mort de rire...

Quand à la phrase : " « Pour Visa, une société sans numéraire est synonyme de commodité, sécurité et facilité d’utilisation. Cela assure une certaine liberté pour les consommateurs et les commerçants » ", c'est le comble du faux derche. La liberté d'être tondu ? Sécurité ? La banque ne fermera jamais ? Commodité ?

Suppression du cash ? Avec le rôle de l'argent liquide dans le 1/3 monde, voir le rôle de la fausse monnaie, on peut penser à un crash sans équivalent. Voir Inde.

Seuls, les bolchéviques avaient pensé et tenté l'abolition de la monnaie. Ils en sont vite revenus. De plus, l'émission de monnaie apporte aussi de confortables revenus... Chose à laquelle on ne pense pas forcément...

Back to the XVIII° century. 10 % des US américains dépensent 60 % de leurs revenus au logement et à la nourriture. Juste au dessus, 40 % ne dépensent "que" 50 % de leurs revenus pour ces deux postes...

"Aujourd’hui, la plupart des gens qui dépendent de l’aide alimentaire d’état n’en bénéficient pas par envie. Ce sont plutôt les victimes d’un effondrement qui dure depuis des décennies.

Et ce n’est que le début. Lorsque la prochaine crise économique majeure frappera, cela engendrera une souffrance sans précédent aux Etats-Unis."

D'ailleurs, la société sans argent est une réalité aux USA. Le pognon part tellement vite que si vous avez 10 $ en poche, vous êtes plus riche que 25 % de la population.

Au delà même de cela, la série "the good fight", donne une bonne idée de l'Amérique. Les gens ruinés par Rindell (ticket d'entrée à 200 000 $), "classe moyenne"ou "aisée", en réalité étaient très loin d'être vraiment fortunés. Ils auraient mieux fait d'enterrer les lingots dans leurs jardins.

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 07:18

Toute une série de dogmes viennent de voler en éclat, dans tous les domaines.

Hassan Sayed Nasrallah déclare que 100 000 combattants sont prêts à affronter Israël. C'est largement en dessous de la vérité, mais c'est 100 000 combattants aguerris, motivés, de ces groupes de soldats qui passent entre les balles. Un de ces combattants vaut sans doute bien plus que la piétaille envoyée par l'occident et les pays arabes en Syrie.

Un bravo au gouvernement Israelien, qui a crée un outil susceptible de détruire l'existence même d'Israël, grâce à sa politique de gribouille. On ne compte même pas, dans ce décompte, l'armée Syrienne. Une armée syrienne, bien différente de celle de 2011, qui n'était guère inquiétante. Beaucoup d'effectifs, certes, mais un matériel ancien, souvent dépassé, et tout bonnement, armée d'un état désargenté.

Sans doute, en cas de guerre contre Israël, en plus de ces troupes expérimentées, verront on s'abattre toute une floppée de volontaires, peu entrainés, mais virulents... Bravo encore, Monsieur Nethanyaou. Comme bien des conquérants, ceux ci ont crée des armées adverses  inquiétantes... Je vais encore me faire l'avocat du diable : c'est avec ses adversaires qu'on fait la paix... Avec les amis, pas besoin...

"Le NON à l'atome se propage dans le monde". Quelle drôle d'idée. Personne ne veut une industrie ruineuse et ingérable ? Ou va le monde ? Et si on se met à compter, en plus : " Selon l'agence Bloomberg, 34 des 61 centrales américaines perdent de l'argent ". Et les 27 autres trafiquent leurs comptes ???

Une activité économique suppose un rendement. Le salaire, le bénéfice. Pas des pertes assurées.

Chose, de plus, confirmée ailleurs. On peut voir, sur ces courbes, aussi une résilience du conservatisme. Nul n'imagine que certaines courbes puissent s'effondrer, tout au plus baisser un peu. En réalité, on ignore ici la réalité économique.

France : Il parait qu'on va passer les 100 millions de touristes en France. C'est bon, on a déjà recrée la cour des miracles.

Comme je l'ai dit souvent, acheter de l'immobilier ne rend pas riche, c'est parce qu'on est aisé qu'on peut acheter, et entretenir. La classe moyenne US n'est plus, et les dépenses de structures dépassent les moyens de bien des gens. faut il rappeler le temps ancien ? Le père de famille construisait sa maison avec les ressources locales, et l'entretenait lui même... (Pour les chiottes, cabane au fond du jardin, pour l'eau récupération des eaux de pluies dans un tonneau). Le compte d'épargne des ménages était une boite en fer blanc, contenant quelques pièces d'argent, quelques billets de 1 $, exceptionnellement quelques pièces d'or, et sur la quasi-totalité du pays, le terrain "constructible" (encore que cette notion n'existait guère), ne valait pas grand chose. D'ailleurs, le travail principal du sheriff à cette époque, c'était pas le duel au pistolet, c'était de faire payer les contribuables récalcitrants. A vrai dire, tous. Ou quasi tous. Comme c'était eux qui l'élisaient, je ne vous raconte pas on dilemme...

France : taxe d'habitation. Macron a ouvert une boite de pandore, et un beau merdier. Il ne sait pas le néarque, que sa mesure chérie va bouleverser totalement la structure de l'impôt ? Le plus simple, c'était pas suppression, c'était la majoration de l'abattement...  Là, on va donner beaucoup aux dépensiers, et peu aux économes, et en plus, la taxe foncière a toute les chances de flamber...

Pour ce qui est de l'énergie au niveau mondial, l'investissement est en forte baisse en 2016n spécialement pour le fossile.

La commission européenne est en train de couper le kiki des électriciens. "Bruxelles veut dépoussiérer l’étiquette énergétique". La baisse de consommation attendue est de 200 TWh au niveau européen, et devrait faire économiser 500 euros par ménage. C'est pas horrible ça ? On entend déjà les cris chez EDF, Enedis, E.On et consorts : "ma cassette; où est ma cassette ?".

Chine ; visiblement, l'économie n'est pas en phase de récupération depuis 2008. Mais ça, on le savait déjà, il fallait simplement être journaleux économique pour ne pas le remarquer.

France : forces de l'ordre, elles votent massivement FN, précédant ainsi l'évolution de la population. On veut croire le FN mort, mais c'est loin d'être le cas. Il est simplement sur le tapis roulant qui le fait progresser... " Les forces de sécurité font office de loupe grossissante en amplifiant puissamment les tendances à l’œuvre dans l’ensemble du corps social. "

Pour répondre à un internaute, quand un niveau global baisse, on n'est pas obligé de prendre à celui qui a peu, ni de renforcer la ration de celui qui se gave. Cela finit toujours très mal. Au contraire, une politique juste de répartition de la rareté, c'est enlever à celui qui a déjà beaucoup. La seule politique qui a échoué, c'est celle de renforcer sans cesse les riches, en espérant un ruissellement qui n'est jamais venu.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie Economie
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 14:03

"Apparemment vous n'avez rien compris : Macron ne va pas plus dans le mur que vous, c'est toute l'humanité qui va dans le mur. La baisse des salaires était inéluctable, Le Pen ou Mélenchon aurait fait la même chose. Libre à vous de vous défouler sur Macron si ça vous amuse."

Apparemment, mon cher Max, VOUS n'avez rien compris. Macron va dans le mur. En klaxonnant. On peut aussi GERER l'effondrement, c'est dont parle Orlov, sinon, effectivement, on va dans un effondrement total.
Baisser les salaires, nul besoin. J'avais écrit un article, sur l'inégalité qui n'était pas une fatalité, mais un choix politique.

En effet, le gore(t) nous disant "une vérité qui dérange", en a reçue une autre en pleine gueule ; sa propre consommation d'électricité qui se montait à 220 000 KWh, contre 10 000 pour le ménage moyen américain, déjà très dépensier en la matière.

L'alternative, ça s'appelle le rationnement. On peut rationner soit par les prix, soit par le ticket. Ou en faisant disparaitre certaines activités. Vous avez remarqué que j'adore, littéralement, le transport aérien.

ce machin, totalement inutile, et qui détruit tout espoir d'avenir, pour les destinations "bénéficiaires", du tourisme. Vous avez vu ce qu'on dit sur la Tunisie ? Le tourisme se recentre sur le haut de gamme (les riches).

Pour l'énergie aussi, la loi de Pareto s'applique. 20 % de la population, font 80 % de la consommation. ça ne sert à rien d'étrangler les 80, quand les 20 continuent à faire la fête. Ce sera bien plus efficace l'imposition progressive sur les revenus. Sinon, l'alternative sera ce qui est décrit dans la série "the good fight'. Les riches sont plumés par les Rindell, dans un gigantesque fond à la Ponzi, reléguant Madoff au stade de tâcheron, et Ponzi au rang de portier, ruinant toute la grande société riche de Chicago, à l'exception des noirs... Qui n'étaient pas invités à participer au fond (pourri pourtant de démocrates). Quand on plume la société, un jour ou l'autre, il n'y a plus de rendement, et la richesse s'évapore. Diane Lockhart doit donc renoncer à sa (riche) retraite, sa propriété en France, et son appartement de luxe à Chicago, pendant que les victimes insultent les coupables...

Comprendre quoi à Macron ? Il n'y a rien à comprendre chez lui que l'obéissance sans discernement aux canons encore en vigueur pour quelques temps. Sans doute, pas pour très longtemps.

Ressasser encore le vel d'hiv ? Quasiment personne n'a souvenir d'un fait vieux de 75 ans. Faut il rappeler le combat "France Libre", contre "Etat Français", l'un étant De Gaulle, l'autre Pétain. Et que ce combat fut une guerre, notamment en Syrie en 1941 ? La campagne dura du 8 juin au 14 juillet, date de la capitulation de Dentz et des vichystes, et les combats furent particulièrement acharnés entre les français libres et l'armée vichyste.

Qu'on le veuille ou non, la IV° république, et la V° sont filles de la résistance, et d'un camp qui ne reconnaissait pas la légalité de l'autre. Forcément, c'était une guerre civile. Dans une guerre civile, il y a toujours 3 camps, les pour, les contre et les neutres. Et jusqu'à nouvel ordre, pour rappeler Werner Rings, "vivre avec l'ennemi", plus l'occupant allemand se comportait comme un sauvage, plus les populations étaient dans l'optique d'une collaboration tactique de plus en plus poussée. Y compris par la constitution "spontanée", de milices chargées de la chasse aux partisans (prioritairement), et des juifs. Là où l'Allemagne prit l'administration directement en charge, l'extermination fut un travail soigné... Plus de 90 % de tués...

On nous sort le coup des carburants synthétiques. A partir du sucre. Au moment du "régime de vichy", dit "état français", on en produisait déjà. De quoi faire rouler, pas grand chose, production atteinte, de l'ordre de 200 000 tonnes. Même à l'époque, c'était de l'ordre du ridicule... On nous vante une usine qui produit... roulements de tambours... 100 tonnes de carburants par an, et pour plus tard... roulement de tambours... 50 000 tonnes...

Comparé aux 60 millions de tonnes que la France consomme chaque année, cela risque de ne pas être suffisant... Surtout que même si on consacrait 100 % de la production de betterave (5 millions de tonnes) à la production de carburant, ça risquerait de ne pas être suffisant non plus...

Un seul riche qui se balade en avion, consomme plus qu'une centaine de pauvres en énergie...

Macron, au lieu de raconter et de faire des salades, ferait mieux de gouverner, et par exemple, de préparer l'avenir. "Laissons les morts, enterrer les morts". C'est bon, ça, je le ressortirais.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie Economie
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 20:01

De détruire la planète. Et visiblement, on ne réfléchit guère. Posons le problème... Posément. La population augmente de 50 %, la récolte de céréale diminue de 50 %, des guerres qui se multiplient et se généralisent, de nouvelles épidémies, ou d'anciennes qui ressurgissent... et tout continue comme avant ??? Il existe une incohérence quelque part...

La première question est la question énergétique. Il n'y a pas si longtemps, des projections sérieuses, faisaient passer la consommation d'énergie, de 9 milliards de tonnes équivalents pétrole, à 18, pour finir à 45 en 2100 (projection "optimiste"), ou 21, projection pessimiste. Le seul petit problème, c'est que des ressources, à ce niveau là, ça n'existe tout simplement, pas...

Le pétrole, dont on voit qu'il y a un sérieux problèmes. Les invétérés optimistes se gargarisant des 100 millions de barils qu'on va dépasser, en omettant qu'il y a 15 ans, on pensait en être en 2017, au moins à 120 millions... Pourtant, ils ont essayés... Sans réussir, à coup de milliards, par milliers.

Encore plus intéressant, le charbon. Au rythme actuel, combien dureront les réserves chinoises ? 10 ans ou au maximum 15...

D'autant que, visiblement, une bonne partie de l'augmentation de la production d'énergie de 1998 à 2015, est issu du renouvelable, essentiellement hydraulique, mais pas seulement. L'augmentation faite, a été la plus facile... Augmenter encore, impossible. Je ne vois pas non plus le charbon chinois voir sa production s'envoler. Il s'épuise. Le charbon australien ? Il est loin de tout. Le charbon indien ? Bof, vu l'entassement dans le sous continent...

La raréfaction énergétique se lit dans la politique du gouvernement égyptien. Les prix de l'énergie y sont modestes : 17 centimes le litre d'essence, mais l'ascension est vertigineuses, et la population, habituée à des prix plus doux. On ne juge pas par rapport à l'Europe, où ce prix atteint couramment 1.4 euros le litre...

En Syrie, l'économie s'est écroulée, les 3/4 de la population sont au chômage. Et l'on peut s'étonner, finalement, de l'atonie générale... Peu de personnes, finalement, se battent. Au plus 300 000, quand 9 millions sont au chômage et essaient de survivre...

L'arrogance est le meilleur ennemi des systèmes existants. Mais elle même se lézarde. Le G20 a enterré une certaine politique. Sans le dire... Les dirigeants passeraient pour ce qu'ils sont : des crétins...

" Le bilan global de ce G-20 est bien celui d’une défaite des tenants d’une forme de « mondialisme » et de la reconnaissance de la légitimité d’action des nations souveraines. Ce constat est, et c’est normal, enrobé de diverses couches de sucres pour faire passer la pilule. Mais, il est incontestable que la réunion de Hambourg a bien acté de l’existence d’un monde multipolaire, un monde dans lequel aucun pays ne peut prétendre à lui seul dicter ses lois et exercer son pouvoir. "

On acte aussi, à Hambourg, la fin de l'empire. Un empire assis sur le pétrole. Oui, il existe encore de grandes puissances, les USA, la Chine, la Russie. Mais il n'y a plus de puissance dominante, et son idéologie libre échangiste est morte. Elle peut encore tuer, mais elle est morte.

On prend acte, aussi, quelque part, de la fin de l'énergie facile. A l'heure actuelle, des sources d'énergies peuvent être trouvées, ou mieux exploitées, comme le gaz Qatari. Sans doute le Qatar va gagner contre l'Arabie Séoudite, parce que le Qatar est plus fort qu'un royaume aux gisements épuisés. Et surtout aux réserves bien écornées. Mais cela ne changera rien. On consommera un peu plus de gaz, et un peu moins de charbon et de pétrole. Arrivera t'on à une progression notable de la production ? Ce sera compliqué...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie Economie
commenter cet article
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 14:14

Le pic du pétrole, visiblement, n'importe à personne, parce que, visiblement,  peu, très peu de gens sont capables de le voir. Il y a tellement de bruit devant...

Le bruit et le décor, c'est le taux d'intérêt. Vous savez, ce machin qui met le M2 parisien à 9 000 euros, sans changer la tendance : Paris, à moyen terme, est condamné. Par une inondation, ou simplement par l'affaiblissement du flux des énergies en tous genres. Comme toutes les métropoles qu'on veut encore développer. Plus dure sera la chute.

Il y a en effet, une nette différence entre des taux d'intérêts à 4 ou 5 % et des taux à 1 -1.5 %. Le marché immobilier, à 4.5 %, n'existerait, à l'heure actuelle, plus, ou plus à des niveaux pareilles. Chez moi, l'agent immobilier ne se plaint pas. Il fait plein de ventes à moins de 100 000 euros, la petite maison de préférence sans travaux (sinon, c'est moins cher). A certains endroits, on m'a dit que la barre, c'était 60 000 euros. J'ai d'ailleurs un pote qui a vendu sa maison, et qui reluque un mobil-home dans un camping, pour 24 000 euros...

Je pense que de pareilles prix feraient mal au cul à Paris. Enfin, pour ceux qui sont propriétaires (de dettes) pour leur 2 pièces à 450 000... (Et un ENNOOORRMMME placard, comme dirait le célèbre bricoleur Stéphane P, qui peut contenir 3 casseroles et la salière).

La même mécanique fait qu'on peut forer comme des fous dans l'industrie du forage américain. Bon, je sais, on forait déjà tout ce qu'on trouvait, mais là, ils ont senti le vent venir. On leur donne plein d'argent, ils en rendent pas, tout ce qu'on leur demande, c'est des chiffres de production en hausse, pour que les financiers puissent se masturber le portefeuille...

Comme le dit Gail Tverberg, ça ne change rien, mais là où mon avis diffère, c'est bien que le peak economy est déjà là, pas demain.

Il est déjà là, parce que chômage US est à 102 millions de personnes... La surmortalité observée chez les blancs, c'est celle de la perte des illusions. Les noirs et latinos, ça fait longtemps qu'ils n'en ont plus.

Bon, Donald se fait des illusions. Sur l'énergie. Les USA ne retrouveront jamais la situation de 1945. Ils ne fourniront à l'extérieur aucun excédent énergétique. Simplement, au plus, quelques cargaisons non significatives.

Washington et Berlin dans une voie de confrontation ? Oui. Parce qu'il n'y a pas d'alternative au gaz russe. Sinon l'effondrement économique allemand. Qui adviendra, un peu plus tard, dans la décroissance générale.

Les "peaks economy", affectent un certains nombre de pays. En réalité, la totalité ou la quasi totalité, les seules qui s'en sortent, ou disent s'en sortir sont les économies pinocchios. On s'en sort comme l'Arabie Séoudite ? Ou comme le Venezuela ? Dans les pays développés, les "bons" chiffres du chômage des uns, ne sont que du pipotage statistique.

Le problème français est justement d'être un peu en avance comme certains, dans l'ajustement. On veut réduire Quantitative easing et rachats de dettes par la BCE. C'est l'imagerie classique du conducteur cherchant le frein inexistant. En réalité, ils ne pilotent rien, avec une simple manette "montée" ou "descente", des taux d'intérêts. C'est pour ça qu'on a rajouté rachat de la dette. Mais, là non plus, on ne pilote rien.

La mort des économies pétrolières n'est pas instantanée. On peut le voir avec l'Arabie. Tant qu'il reste un peu d'argent, on peut continuer un temps comme avant. En pillant le Qatar, on pourrait durer un peu plus. Les états n'ont pas de morale, ni de religion, d'ailleurs, mais que des intérêts.

D'ailleurs, le commandant en chef de la coalition qui mène la guerre au Yemen rentre chez lui au Pakistan. ça sent toujours mauvais quand on vire ou que se barre le général en chef.

En Syrie, dans la province d'Idlib, la situation d'ailleurs, tourne au vinaigre entre milices soutenues par les Séouds et la Turquie, conséquence de l'affaire Qatarie... La guerre sunnite/chiite est en train de se doubler d'une guerre entre frères musulmans/Wahhabisme ?

Tout dépend des gisements séoudiens. S'il est vraisemblable qu'ils sont dans une phase de décadence avancée, et la production boostée par des forages à tous va, il est vital pour la famille royale de mettre la main sur le Qatar et son gisement gazier de north dome.

Le charbon chinois, passe, lui aussi, par des phases de "stop and go". Ce qui indique une crise profonde. Et du secteur charbonnier, et de l'économie chinoise en générale. S'il est, à un moment, et à certains endroits, judicieux de construire des tours d'habitations (fortement consommatrice de béton et d'acier, eux mêmes voraces de charbons), ce n'est pas un schéma valable pour l'éternité...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie Economie
commenter cet article
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 12:46

Ou la semaine de Horzabky...

Je cite :

Au 18e siècle, la population de Paris était d'environ 500 000 habitants. Le chauffage se faisait au bois, qui arrivait flotté sur la Marne. On ne chauffait pas les maisons, il arrivait juste assez de bois pour faire la cuisine (la Marne n’est pas l’Amazone…). NB : il en arrive aussi de la Loire, via le canal d'Orléans, il arrive aussi, aux prix de prouesses incroyables, du charbon stéphanois... D'où l'habitude de s'habiller chaudement même à l'intérieur des maisons : épaisses robes de chambre, bonnets de nuit, lits à baldaquin (qui sont comme une tente à l'intérieur de la chambre), alcôves fermées, chaises à haut dossier pour se protéger des courants d'air, etc.

Les pots de chambre étaient vidés dans les jardins (la merde est un excellent engrais)
(NB : Surtout l'urine) voire directement dans les ruisseaux qui coulaient le long des rues, ou directement dans la Seine. Les immondices accumulés au fil des siècles sont devenus des collines, comme celle qui occupe une partie de l’actuel Jardin des Plantes. Ou le cimetière des saints innocents, qui "consommait" les corps, en quelques jours seulement. Et s'était notoirement surélevé.

Maintenant on produit l'électricité en dehors des agglomérations, et on a des camions et des trains pour transporter la nourriture. On n’a plus besoin de jardins potagers pour compléter son alimentation, ni de puits dans le jardin ou de fontaines publiques pour avoir de l’eau, et les déchets sont évacués et traités. Mais il y a des limites au nombre de trains et surtout de camions qu'on peut faire circuler.

La ville la plus peuplée du monde, en 2017, c'est le Grand Tokyo, avec 38 millions d'habitants. La densité de trains, métros, tramways, etc, est très élevée, et bien sûr tous ces transports consomment des quantités faramineuses d'énergie. Je ne compte même pas l'essence pour les camions qui ravitaillent les supermarchés.

À mon humble avis, on n'aura pas de villes de 80 millions d'habitants, parce qu'on n'aura plus assez d'énergie bon marché pour les faire fonctionner. Il ne suffit pas d’avoir de l’énergie, il faut qu’elle soit à un prix abordable pour le citoyen moyen.

L'eau du robinet cesse de couler s'il n'y a plus d'électricité. En Région Parisienne, les usines des eaux ont juste assez de gazole en réserve pour faire fonctionner leurs groupes électrogènes pendant 48 heures. Les pompes des stations services fonctionnent à l'électricité (l'essence est dans des cuves enterrées en sous-sol, pour des raisons évidentes de sécurité).

Sans énergie bon marché, une grande ville n'a ni eau, ni nourriture, ni transports, ni chauffage, ni lumière.

Si en 1700 aucune ville européenne ne dépassait 575 000 habitants, grand maximum, c'était pour des raisons logistiques, à une époque où l'on se déplaçait à cheval et où l'on se chauffait au bois. Et aussi parce que le paysan produisait peu d'excédents : 90% de la population travaillait dans l'agriculture. Rome a connu son apogée au 2e siècle après Jésus-Christ, et comptait alors plus de 500 000 habitants.
NB : On parle aussi du million, après la construction du port d'Ostie, qui rend la capitale impériale possible. Concernant les villes de l’époque pré-industrielle qui auraient eu des populations plusieurs fois supérieures, comme Constantinople et Chang’an, j’ai un doute. Même pour Rome, certains historiens ont avancé des chiffres actuellement considérés comme absurdes par les spécialistes.

Il ne faut pas oublier que si nos 3,6% de paysans français aujourd'hui produisent de quoi nourrir confortablement 66 millions d'habitants, et même plus (la France exporte plus de produits agricoles qu'elle n'en importe) alors que les 90% de paysans de l'époque de Louis XIV arrivaient tout juste à nourrir 20 millions d'habitants (famines et disettes étaient fréquentes), c'est grâce au pétrole. Les tracteurs ont remplacé les chevaux, et le gaz naturel entre dans la composition des engrais.
NB : l'agriculture est très archaïque, il faut la grande guerre civile du XVI° siècle, pour qu'Olivier de Serres propose une politique de développement (réalisée vers 1820), mais dont les progrès ne sont perceptibles qu'au XVIII° siècle.

Un cheval, ça fait le travail de dix hommes, mais ça mange comme quatre hommes, si on tient compte de la surface de terre qu'il faut pour le nourrir.

NB : raison pour laquelle, la Chine n'emploie que le moteur humain cher à Braudel, et pas du tout l'animal. L'animal en Chine, comme le cheval est uniquement utilisé pour la guerre. Pour le reste, comme dit Lucien Bodard, le moteur de la Chine, c'est le muscle du chinois.

L'adaptation est un mouvement continue. Cette adaptation a lieu depuis 1979, date du pic pétrolier par habitant. Elle se traduit en occident par la montée du chômage, et les délocalisations. Les délocalisations, d'ailleurs, sont une absurdité énergétique : elles impliquent une moins grande efficacité en la matière que les pays occidentaux, et s'expliquent par la lutte des classes, venue d'en haut, plus que par un mouvement économique irrésistible. Les usines qui dégraissent et/ou ferment, auraient très bien pu ré-ouvrir à quelques kilomètres, avec quelques ouvriers seulement.

Cela a introduit un élément de fragilité dans l'économie mondiale, qu'on a pris pour de la solidité. On dépend de quelques usines ici et là, et d'un pétrole pas cher. Orlov dit que le transport commercial s'est adapté, lui aussi : des moteurs ont été enlevés sur les navires, qui vont moins vite. Mais une fois ce "progrès", réalisé, il n'y a plus rien à gratter.
Donc, depuis 1979, on a accompli des "progrès". je me rappelle des conversations de 1982. Les voitures neuves de cette époque ne "consommaient plus rien", selon les dires de leurs propriétaires. Il faut dire que quand on vient des 11-12 L au cent (on n'était pas très regardant, au début des années 1970), à 7-8 litres, ça fait tout drôle, même si les voitures sensées être "économiques", en 1970, ne l'étaient guère. Certaines Renault 4 étaient des gouffres in-réglables. Aujourd'hui, c'est oublié, il ne reste que les dernières et les meilleures... Et on avait pris conscience du problème, en faisant des modèles et des moteurs bien plus économes. Et en évitant, par exemple, de mettre des carburateurs de Fuego ou de R18 sur des R4...

Toute la société a été "downsizinguée". A tous les niveaux : chauffage, transport, etc... Sans changer la donne du problème. Quelque soit le niveau de réduction, il est insuffisant. Et la structure n'a pas changé : tout vient de loin. De trop loin.

Et tôt ou tard, le downsizing, devient effondrement. La géologie ne ment pas. Tôt ou tard, la ressource devient inexploitable, ne laissant que des boumvilles.

Pendant que certains vantent la facilité de trouver un emploi aux USA (ce qui est peut être vrai à NY), on voit qu'ailleurs, ce sont des villes faillies. Ou des villes jamais habitées.

D'ailleurs, j'ai lu un article. Pour la première fois, on parle d'une possibilité qu'une projection démographique soit fausse, en raison d'un accident. Ou d'un crétinisme prégnant.

Pendant ce temps,on nous renseigne sur le transport maritime. Un naufrage tous les trois jours, et des mises à la casse toujours colossales, pendant que les prix du fret ne se redressent toujours pas. Dans les mauvaises passes, le BDI (Baltic dry index, ou indice du fret de la mer du nord), est à 600, dans les bonnes, à 1 200, mais dans les deux cas, il ne paie même pas le carburant, à comparer aux 14 000 où il était en 2007.

Downsizing aussi dans le transport maritime. On fusionne. Pour faire sans cesse des économies d'échelles. Ou arriver à la situation de monopole. Si, bien entendu, l'économie mondiale n'a pas collapsé avant. Un cas de figure que le marquis de Belgueule à l'Elysée n'a pas du tout pris en compte, lui qui veut nous faire avaler sa mondialisation à la con.

Bref, imaginez une ville de "seulement" 38 millions d'habitants où tout s'arrête. Combien de temps cela va t'il prendre pour tourner, à l'émeute, aux meurtres, aux épidémies, et à une réduction ultra rapide de la population, et quand les populations vont essayer de s'extraire, à des "marches de la mort" ?

Aux projectionnistes, il ne manque qu'une chose, le bon sens, et le sens du possible.

 

Repost 0
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 12:11

Il est des choses cocasses, tellement stupides qu'on se demande comment celui qui les a écrit n'a pas précisé que c'était une simple projection, qui avait toutes les chances de ne pas se réaliser.

"Mapping The World's 20 Most Populous Cities By 2100". On atteint les sommets de l'extraordinaire, avec des villes de 80 millions d'habitants.

80 millions d'habitants, de quoi mourir étouffé par sa merde, tout en étant mort aussi de soif et de faim...

Là aussi, c'est le complet déni de réalité. Aucune ville n'atteint ce chiffre, alors qu'on ne manque pas encore d'énergies fossiles.

Quand "soleil vert fut écrit", rien n'avait été inventé. On peut rappeler l'affaire de la rue des marmousets, aux environs de 1430. Un barbier égorgeait ses clients, qu'il fourguait chez le pâtissier. Celui ci en faisait les meilleurs pâtés de la ville de Paris.

On a même dit que Charles VI (1368-1422), les appréciait beaucoup.

Certains disent que les archives ne prouvent pas l'histoire. Seulement, entre 1415 et 1430, Paris avait été le théâtre de beaucoup de massacres entre Armagnacs et Bourguignons, au point qu'une bonne partie de la ville était dépeuplée, et quand Charles VII pris la ville, il abolit les rentes qui étaient devenues fictives, faute d'habitants.

Nul doute que cette manière de faire a été possible pendant une période. Beaucoup de meurtres, des approvisionnements incertains, des disparitions en masse...

Soleil vert avant la date, la réalité dépasse la fiction...

On voit les effets en Islande, où une commune de 500 habitants voit défiler 2 millions de moutons chaque année.

L'unique activité des locaux, est, désormais de loger les lemmings, les tondre, en attendant la prochaine fournée...

Orlov nous dit que 99 % de l'humanité n'est pas nécessaire, pour le 1%. En même temps, il n'y aura que 1 % de riches, même si 99 % avait été abolis. Et puis, comme je l'ai dit, celui qui se trouvera en haut de l'affiche, c'est pas le riche ou le très riche, mais le chef de ses gardes du corps, quand il lui aura mis un pic à glace dans la tête. Et qui trouvera normal d'avoir pris la place d'un type sans talent et sans autre mérite que d'être né. Il pourra même se justifier en se disant protecteur de la population restante.

Pour l'exécution au pic à glace, ça sera pour le fun. Genre Clovis, qui, parait il, avait la détestable (enfin, pour certains), habitude, de trucider toute sa famille proche. Au point de ne pas savoir s'il, par hasard, il n'en avait pas oublié un...

Côté infrastructures, ça se dégrade sec, comme le métro de NY. Ici, et là, les terres agricoles sont grignotés, pour devenir des parcs d'attraction. le pire, c'est que moins on produit, plus on a besoin d'espace.

On ne manque pas, d'ailleurs, même pour des villes en décadence, de projets d'infrastructures, dont on sait par avance, qu'elles ne serviront à rien, seront coûteuses, dépassées, et que celles qu'on met en place, c'est pour la montre. La vraie dégradation concerne les réseaux souterrains, notamment d'eaux usées, et d'eau potables.

L'avenir des villes, lui, est tracé. Ce sont des organismes vivant, alimentés par des fluides : eaux, gaz, électricité, pétrole, et solides, nourritures. Ces fluides ne peuvent que s'amenuiser, et les projets écolos sont aussi ridicules que pitoyables : "plutôt transports en commun qu'individuels..." Bandes de crétins.

"De nombreuses infrastructures de transports, d’électricité et de distribution d’eau dans les pays de l’OCDE ont plus de 50 ans d’existence (dans certains cas plus d’un siècle) et fonctionnent déjà au-delà de leurs capacités maximales. La vulnérabilité de ces réseaux vitaux est très peu perçue par la population (et probablement par les urbanistes eux-mêmes). Or il s’agit là d’une menace pesant directement, à court ou moyen terme, sur la sécurité des villes car elle met en jeu la sécurité alimentaire des citadins".
Je ne parle même pas de problèmes comme les crues de la Seine. Et du fait que les bassins réservoirs faits pour l'écrêter, sont eux mêmes :

- A) pleins, ou presque toujours pleins,

- B) colmatés, largement. ça s'envase ces bêbêtes. Faut il rappeler que les paysans vidaient et curaient leurs étangs, récupérant la vase comme engrais ?

Faut il rappeler, aussi, comme dans le cas de l'affaire des marmousets, le contexte politique : "rien de plus simple que de perturber gravement une ville : il suffit d’organiser un siège et de bloquer l’approvisionnement en nourriture et en énergie. L’histoire est remplie de cas d’effondrement de cités, voire de civilisations, suite à des ruptures d’approvisionnement."

Rupture d'approvisionnement qui est déjà le lot de toutes les périphéries dominées, votant FN ou Trump. Rupture qui se fait par la perte d'emploi.

La conjonction de rupture d'approvisionnement + blocage politique,  c'est la conjoncture de 1415, de l'affaire des marmousets, et la nourriture, ce n'est pas différent de l'énergie. C'est de l'énergie. Et Soleil Vert, c'est la rue des marmousets, à l'échelle globale. C'est la version civilisée de l'affrontement à la kalach, et encore. Vue la vitesse où les kalachs débitent, ça tournera vite à l'affrontement à la machette (prévoir de procéder à l'achat d'une meule de remoulage).

Bon, je ne parle même pas de la probabilité d'une épidémie dans des poubelles de 80 millions d'habitants...

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie Economie
commenter cet article