Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 16:01

Rien que des nouvelles qui prouvent effectivement que "tout va mieux".

ça part en sucettes aux USA. (Merci à zerohedge).

ça part en sucettes en France. (merci à Sud Ouest). D'autant plus gravement que la baisse de consommation est plus importante que citée. En effet, elle ne s'applique qu'aux dépenses non contraintes, une part de plus en faible de la consommation. Donc, on peut multiplier cette baisse par 4 ou 5.

La bulle immobilière continue à partir doucement en sucette, elle aussi. Sauvegardée à grands coups de prêts à presque rien, elle n'empêche pas le tassement. Comme pour le pétrole, nous sommes dans un krach mou.

Enfin, pas si mou que ça. Il apparait que certains secteurs sont clairement engagés dans une spirale de la mort, que rien ne peut arrêter.

Si les producteurs diverses arrivent à mieux s'en sortir, ce sont les industriels qui vont crier.

Bien entendu, quand ce sera une colonne du temple qui va vaciller, il sera temps pour la majorité de s'apercevoir ce qui est en train d'arriver...

Le sort du monde semble scellé. Les investissements passés dans le pétrole ont crée une bulle de capacité de production, qui ne s'estompera pas avant quelques années, réduisant elle même l'investissement à rien, ou très en dessous de ce qu'il faudrait pour maintenir la production, et nous aurons un clash très violent.

Dans ce contexte, l'investissement qui se continue dans les pays occidentaux apparait comme complétement déphasé. Juste destiné à faire plaisir aux grands bétonneurs, sans aucun intérêt pour les éventuels et rares utilisateurs. Rappelons les mesures de relances au Japon, qui ont rebâti tout l'archipel, sans apporter la moindre croissance. Pas même celle de l'industrie du bâtiment. Quand le temps d'une chose est passé, il est passé.

Au contraire, continuer dans la même voie ne s'avère pas seulement inutile, mais nocif. Il accroit la tendance et la vitesse de l'effondrement.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Economie
commenter cet article
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 12:05

Que ça nous plaise ou non, nous dit ELB. Un vrai démocrate, tendance Clinton, c'est à dire qui met des puces dans les machines à voter.

La fragmentation des sites de production est établie, sauf en Russie, ce qui faisait s'arracher les cheveux sur la tête des financiers occidentaux, parce que la monoville russe, c'était un tout. Pas moyen d'en extraire un truc vendable et revendable à souhait.

Moi, ce que j'ai entendu, chez certains chefs d'entreprise, c'était que finalement, le transport, ça coûtait cher, et que c'était loin. Surtout pour des flux tendus, autre vache sacrée. Et que pour le flux tendu, le fournisseur à proximité, c'était mieux.(A moins d'enterrer le flux tendu sous des monceaux de stocks... Il faut noter que le flux tendu, une solution japonaise, avait été inventé pour pallier le manque d'espace pour une économie assise sur 120 000 km2, centrée sur une mer intérieure de taille réduite...).

Surtout, beaucoup moins de dépendance à ce pétrole, dont l'évolution de production et de disponibilité semble plus qu'inquiétant.

Excès, nous dit ELB dans le transport ? Si 25 % des navires rouillent dans les ports, ce ne sont plus des excès, c'est un problème systémique.

Le système libéral a abouti à un hard landing de l'économie mondiale. Les BRICS se fracassent, la Chine triche sur son pib.

D'autres sources nous disent que la mondialisation est sur un plateau. Le plateau n'existe pas en économie. C'est un point d'inflexion.

Le plus important est ailleurs. Comme, par exemple, Adidas rouvrant des usines en Europe. Des usines à quinze employés. Les frais de personnels deviennent donc, totalement marginaux. Par contre, les frais de transports intercontinentaux vont peser lourds dans la balance.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 08:10

La France, l'Italie, la Grèce, et le Portugal sont, au niveau industriel, à un niveau pire qu'en 1990. En effet, ils produisent moins qu'il y a 26 ans. Beau résultat pour l'euro.

Si l'Espagne produit un peu plus qu'en 1990, le surplus énorme qui avait été observé entre temps, a totalement disparu.

Etats-Unis, Suisse, l'Autriche et Allemagne ont glorieusement fait du zéro % depuis 2008, mais leur point d'inflexion ne remonte pas à 25 ans, mais à 8. Certains disent qu'ils l'ont dépassé, mais c'est douteux. 

Globalement, les pays de l'OCDE ne produisent pas plus qu'en 2008, et les progrès observés l'ont été dans les émergents. Simplement, on peut se poser des questions pour les "grosses" croissances observées, comme la Chine.

La croissance chinoise est une croissance "ancienne", observée sur une augmentation de la production de charbon, de celle d'acier, et de logements. Celle de logement souffre notamment dans les zones, souvent charbonnières, où les besoins ont été surestimés et qui a conduit à construire des dizaines de millions de logements onéreux, inutiles, et pas du tout dans les moyens d'une population locale désargentée, et insuffisante.

La panne de l'endettement dans l'OCDE, a conduit à la panne de la demande. C'est clair en Grèce, Italie, Espagne et Portugal, un peu moins en France.

Aux USA, le problème est le même. Le recours au crédit y est fait désormais pour payer les dépenses courantes, souvent le loyer, qui sert à payer les intérêts aux banques, mais n'adresse plus une demande utile à l'économie.

Bref, on est au bout du rouleau.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 12:09

Les pauvres se ramasser un coup de tatannes.

La célèbre marque de chaussures va fabriquer ses pompes en Allemagne, avec une usine entièrement robotisée. De mémoire, c'est 4 usines Adidas qui vont être ouvertes en Europe, dont une en France.

Le problème de la main d'oeuvre est résolu : a plus. Sauf une poignée de pékins pour veiller sur l'usine. Poignée tellement insignifiante que la question salaire n'entre même plus en ligne de compte.

Il faut désormais réduire un autre coût, c'est celui du transport. Et pour cela, quoi de mieux que de produire à côté ?

Les pauvres pourront travailler encore quelques temps, ailleurs dans le tiers monde. Du moins, tant qu'ils peuvent travailler encore plus vite, pour encore moins.

Après, ils pourront toujours aller se faire voir. On se demande pourquoi l'Inde, par exemple a voté une loi travail, couleur locale, mais exactement du même tonneau que Macron, qui a mis 150 millions de personnes dans la rue...

Après, se posera toujours le problème de qui achètera les pompes en question, mais ça, c'est une autre histoire...

Déjà que ces salauds de pauvres, ils multiplient les marchés locaux où ils vendent toutes leurs affaires en occase...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 11:36

Le pacte de responsabilité, c'est surtout une marque d'irresponsabilité de la part du gouvernement.

40 milliards foutus en l'air, pour rien.
Un graphique est intéressant, c'est l'indice de la production industrielle manufacturière, base 100 en janvier 2008.

L'Allemagne fait glorieusement, un petit moins quelque chose,

la zone euro est à 90

la France est à 85. Traduction, quand on produisait 100 en 2008, de la seule chose intéressante, c'est à dire du réel, on ne produit plus que 98 en Allemagne, 90 en zone euro, et 85 en France.
Donc, la blonde, ou la brune, ou la rousse présentatrice de JT, fait dans la salade, quand elle parle de croissance.
La "croissance" réelle, est une baisse de niveau de vie globale, en France, de 15 %, de 10 % ailleurs en Europe, de 2% en Allemagne.
Pas de quoi pavoiser, ni en Allemagne, ni ailleurs, parce qu'en Allemagne, si l'industrie va mieux, c'est le secteur bancaire qui est au bord de l'effondrement, avec Deutsche Bank.

Qu'on fait les allemands de leurs plantureux excédents extérieurs ? Comme je l'ai déjà indiqué, les classes dirigeantes mondiales, jusqu'en 2008, trouvaient géniale une merde, pourvue qu'elle soit emballée dans "stars and stripes" (le drapeau américain), et les banques américaines ne se sont pas privées de leur en fournir de la merde enrobée.

Raison pour laquelle, Deutsche Bank va être punie. Avoir mis les doigts dans le pot de confiture US. L'investisseur étranger, aux USA, c'est de la volaille. Destinée à être plumée. Si l'investisseur ne perd pas tout, le tribunal se chargera de lui prendre le reste.

Voilà comment on couvre une balance commerciale totalement déplorable. Comme en Grande Bretagne. Tous les riches qui y planquent leurs sous, sont destinés à y être plumés.
Demandez à Khadafi et son fond de 1 milliard de dollars, "placé" à Londres, il est miraculeusement devenu 30 millions. Là où khadafi a eu tort, c'est de gueuler. Il s'est pris un missile dans la poire.

Il aurait du comprendre qu'il avait acheté "à grand prix, beaucoup de repentir" (Louis XI).

Moralité, les PME avec le CICE auront eu des cacahouètes, les grandes entreprises, un pont d'or, aussitôt redistribué aux actionnaires.

Autre effet ? Rien.

Maintenant, chinoisons.

Il parait que la crôassance chinoise, atteint, 6.9 % et des brouettes chinoises...

L'économie chinoise est bâtie sur le charbon, extrait pour fabriquer de l'acier et des matériaux de constructions, qui, logiquement, servent à construire des dizaines de millions de logements. le seul problème, c'est que les prix flambent, ces logements servent à spéculer et 67 millions sont vides. A vue de nez, de quoi loger de 300 à 400 millions de chinois. Enfin, pour ceux qui ont les moyens, où aiment la Mongolie Intérieure. Il parait que c'est bien la Mongolie. Il y a du charbon. Mais en ville on n'est pas embêté par les voisins.

Pour mémoire, la bulle immobilière espagnole, c'était 3 millions de logements vides.

Là aussi, c'est le stade de l'économie shadock qui a été atteint. On pompe, mais on ne sait plus pourquoi.

La dette mondiale, en % du pib atteint 300 %. La plupart est privée. Quoi de mieux pour endetter le public que l'immobilier. On l'endette durablement, pour des montants phénoménaux. Et, passer un stade, les dépenses de logements, c'est du gaspillage pur et simple, pas une création de richesses. Sinon, démolirait on autant en France depuis quelques années ? Et encore, le rythme de destruction est il très bas.

L'aveuglement des classes dirigeantes, friands d'investissements immobiliers, est il ici maximum. Ils font une confiance absolue en le système. Un système qui peut, d'un moment à l'autre, se retourner et les dévorer.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 09:05

- Hanjin shipping est "renfloué". ENfin, renfloué, c'est vite dit. 6 000 milliards de Won de dettes (4.79 milliards d'euros), un renflouement de 60 milliards (48.5 millions d'euros), ça ne va pas chercher loin, mais le plus comique, c'est que c'est Korean Air, une compagnie aérienne, et son plus "actionnaire clé", qui vient au secours. Donc, visiblement, on s'est fait tirer l'oreille, ça ne se bousculait pas au portillon, et le secours est d'un montant totalement ridicule, eu égard aux besoins réels.

Encore, est ce un prêt. La maison mère, elle a fait un geste de 100 milliards de Wons, soit, pas grand chose non plus (80 millions d'euros).

Hanjin shipping est donc très loin d'être tiré d'affaire.

- Total, réinvesti dans le gaz de schiste, ou plutôt complète son "investissement". Hier, Total avait dépensé 2.2 milliards de $ dans le bassin de Barnett, pour une participation de 25 %. Cette participation est portée à 100 % pour 558 millions de $.

Ces 2.2 milliards avaient été provisionnés pour un montant de 1.6 milliards de $. Donc, visiblement, on pourra provisionner un peu plus. Encore cette somme de 558 millions, ne sert elle qu'à payer ses fournisseurs... (Williams et les opérateurs de gazoduc)

Le phénomène que je vous avais décrit est en train de se passer. On rachète à vil prix, des compagnies existantes. Là, elles seront sans doute rentables quelques temps, en ne tenant pas compte, bien sûr, des capitaux perdus précédemment.

- Clinton, s'excuse de sa sortie sur les partisans de Trump. Trump, d'ailleurs, doit la remercier pour avoir cristallisé ses partisans indécis.

- La BCE vient de dépenser 1000 milliards en pure perte. Les milliards en question ne lui coûte pas cher, mais sont incapables de renverser la tendance, pour cause de compression salariale, pour différentes raisons : immigration, compression des salaires par libéralisme économique, salariés détachés. Après avoir cassé la baraque, on s'étonne que la pluie et le vent rentre...

La seule chose capable d'améliorer tant soit peu et provisoirement, la conjoncture, c'est la distribution gratuite d'argent au particulier. mais cela, si c'est évoqué dans certains cercles, c'est encore loin.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 08:20

Caterpillar est dans la M... (complétez par ce que vous voudrez); et va fermer son usine de Belgique.

Il est vrai que les commandes se portent hyper bien depuis des années, avec des années de croissance (négative), à deux chiffres.
Là, on aurait atteint l'atonie totale.

Rien d'étonnant, les engins de chantiers inemployés sont légions, suite à la décroissance des Travaux publics, de l'immobilier et surtout de l'activité minière.

Comme dans le cas des navires, les capacités inemployées pèsent lourd, et une entreprise aux abois a toujours tendance à vendre, même à prix bradés, ses actifs.

L'occasion, dans ce contexte, doit être à prix imbattable. De même, les pièces détachées doivent aussi être victime de la vampirisation de certaines machines, au profit de celles fonctionnant encore. Coûtant très chères, à des firmes désargentées, les compagnies utilisent toujours les mêmes techniques : on fait des économies en sacrifiant une ou plusieurs inutilisées.

Comme le prix des pièces détachées est le grand pourvoyeur de bénéfices, alors que le prix des machines ne rapporte rien, on imagine le trouble. Pour l'entreprise utilisatrice, elle peut aussi employer ses salariés à récupérer ces pièces, les réutiliser ou les vendre, à prix beaucoup plus doux. Mais au grand dam du fabricant initial.

2000 emplois sont supprimés en Belgique, et les ex-salariés comprimeront leurs achats, faute de moyens, et iront beaucoup moins dépenser au superprimou géant du coin.

Walmart, d'ailleurs, vire 7000 personnes de l'arrière boutique et prétend les passer dans la boutique. Ah Bon ? Ils foutaient rien, derrière ??? Je savais pas que Walmart était un bienfaiteur de l'humanité, et occupait des gens à ne rien faire.

Ils iront rejoindre leurs copains, les 102 millions d'américains inemployés.

La conséquence logique de l'effondrement économique, c'est la raclée des partis de pouvoir. AFD fait une percée remarquée en Allemagne. Et la politique de migration, quand tout va mal, est idiote. Le citoyen lambda le comprend, mais pas Angela.

La CDU s'effondre, devenant 3° derrière AFD, et le SPD recule de 5 % à 30 %. C'est toujours bon de paraitre être l'opposition, ça évite les fortes gamelles...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 21:16

La faillite d'Hanjin pourrait avoir des effets d'entraînements énormes, déjà perceptibles. Soit un collapsus complet de la chaîne d'approvisionnement, soit, au contraire, un relâchement de la pression sur les compagnies maritimes. En réalité, sans doute un mix des deux.

540 000 boîtes sont bloqués par la faillite d'hanjin. La dernière faillite en avait concerné 200, bloqués des mois (6)... Et on imagine le déblocage, avec le paiement au cul du camion (du bateau, dans ce cas là), et pas en chèques.

En tout cas, certainement le chaos va régner, et se propager. Le prix des boites a triplé en une nuit.

On nous dit que les élites veulent contrôler ? On ne contrôle pas le pacte faustien. Les cercles satanistes qui nous gouvernent croient servir leur maitre, et qu'ils en auront récompense ? Ils n'ont pas compris le diable. Il prend mais ne redonne pas.

Comme dans la beauté du diable, l'or de Faust se change en sable.

La croissance dont on nous bassine n'existe pas. Depuis 2014, 520 000 emplois de serveurs ont été crées, nous dit on, aux USA. Et 13 000 emplois industriels supprimés. Si les 13 000 supprimés sont sûrs, les 520 000 crées sont sujet à caution.

Le vote dit "extrémiste" est une réponse cohérente à la faillite du système économique. Ce qui n'est pas cohérent, c'est le vote pour les "partis de gouvernements". Ou "de gauche". "We are living at a time when people are considering voting for extreme policies like Brexit, and extremist politicians like Trump, Le Pen, or various Austrian characters on the right.

This is a response to the failures of the globalised economy since 2008."

En réalité, l'échec de la globalisation est en cours depuis 40 ans. Mais l'effet de propagande a caché cela pendant tout ce temps.

Le système se rebelle contre lui-même, comme le prouve l'échec du TTIP. Pourquoi ? Parce qu'il n'a simplement plus de sens. Signer un traité de libre échange pendant que le commerce s'effondre ? Ils sont complétement cons ? ah oui, c'est pour quand il redémarrera...

Comme le TPP. Et si le commerce mondial fondait de 30, 40, 50 ou 80 % ??? Il a déjà pas mal fondu, visiblement, au moins pour la Chine, et comme la Chine, c'est la moitié de l'industrie...

Les partis dits "extrêmes", sont en réalités des partis réalistes. Les partis extrêmes sont ceux qui ne veulent rien infléchir dans ce qui est pratiqué actuellement.

Est il réaliste de vouloir imposer des réfugiés à des gens qui en ont déjà pris plein la gueule ???

Hollande veut être candidat. Et être élu comme Ali Bongo ? En bourrant les urnes ? Pour lui, ça risque d'être insuffisant. Il faudrait qu'il réserve l'élection aux seuls encartés socialistes, et même là, il risque d'être battu...

Signe des temps, Macron va relancer, "En Marche", jamais parti et déjà en panne (c'est la version 2016 du tracteur soviétique de Peppone), qui revendique 12 000 adhérents. C'est bizarre, parce qu'il parait qu'il en avait déjà 13 000 lors du lancement. En plus, c'est à Londres qu'il va chercher des sous ? Chez papa Rothschild ?

Le jeune qui plait aux vieux, mais pas aux autres, devrait se méfier. les vieux c'est fragile, et Porcinet a commencé à les zigouiller. + 7 % l'année dernière de mortalité (becoze, il a fait froid -en hiver-, il a fait chaud - en été- et il y a eu la grippe... Choses totalement inhabituelles d'habitude...).
Avec la canicule de cette année, c'est sûr, Porcinet extermine l'électorat potentiel de Macron.

Devant l'effondrement économique généralisé, et perceptible par tous, la "compétence", des "partis de gouvernements" a désormais volé en éclat. Un lecteur disait qu'il y a bien longtemps qu'on l'avait écrit.
La première fois que je l'ai entendu, c'était le 15 août 1971. De vieux paysans parlant mal le français, quasi illettrés, sales et dépenaillés, avaient très bien compris le système tel qu'il allait finir.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 09:06

Il n'est pas anodin de voir A. Merkel dire de faire des provisions d'eau, de nourriture et de médicaments. Pour deux semaines. Ce qui est encore optimiste, très optimiste.

P. Jorion, lui, n'y croit pas. Il dit simplement que les prudents survivront quelques jours de plus.
Pourtant, l'ami Jorion, ferait bien de consulter l'histoire. Ce qui permet de passer les grandes catastrophes, ce sont les jardins, les communautés fortifiées.

Le XIV°siècle a vu les paysans manger "les herbes", les herbes, c'est ce qui désignait le produit des jardins, et le jardin intensif peut être très productif, sans quoi, aucun d'entre nous ne serait ici.

A toutes les époques, d'ailleurs, le jardin est l'outil du pauvre, pour sa survie, avec un revenu insuffisant.

La population rurale ? Un mythe. La plupart de la population française, même au XVII° siècle, n'a qu'un lopin, très réduit, et un autre travail. Seule, la conjugaison des deux permet la survie.

Le mono-travailleur, n'existe que depuis 1945.

Personne ne se souvient désormais de la grande période de survie 1940-1948. Le triptyque de l'effondrement, c'est le circuit officiel d'approvisionnement, le jardin de survie, et le ravitaillement clandestin. Risqué. L'occupant allemand s'en fout et rigole, la gendarmerie, confisque, sans procès verbal, le maquis, lui, confisque et prend les noms. Rendez vous est pris à la libération. Même un enfant est dangereux. Les gendarmes envoient leurs enfants faire le guet.

La délinquance, elle risque de n'être qu'un épiphénomène. Toute tolérance disparait. En outre, la disparition des classiques canaux de distribution, entraine aussi la disparition de la drogue. Et puis, des gueux de plus en plus sans argent, ça ne fait plus un marché. Même pour voler le cuivre, ou n'importe quoi, il faut un débouché. S'il n'y en a plus. Il n'y a plus de vol. Le ferrailleur existera t'il toujours ? Pas évident.

Les camés se saouleront, comme tout le monde.

L'alcool, ça se fabrique n'importe où, avec n'importe quoi, et il est impossible de l'interdire. La prohibition aux USA l'a prouvé, et la prohibition, beaucoup plus longue dans les pays musulmans, ne l'a jamais empêché. Pour une bonne raison, c'est qu'il est difficile de consommer d'un coup toutes les denrées d'un jardin. Souvent elles pourrissent, mais distillées, elles se conservent.

L'Ecosse pro-européenne vit l'effondrement de sa production pétrolière, et de ses recettes fiscales, avec 120 000 emplois en moins. Ils ont les fabriques de whisky, ils pourront se bourrer la gueule.

Merkel n'est pas cohérente. Si elle s'attend à l'effondrement, pourquoi s'embarrasser de "migrants" ?

De toute façon, dans les sociétés traditionnelles, ce qui restent de gens intégrés dominent facilement ceux qui n'ont plus rien. Ils sont trop faibles physiquement. le noble se reconnait aisément. Il est plus grand d'une tête, plus fort, mieux nourri. Un pauvre, ça meurt très vite, et un migrant, dans ces conditions, ça n'arrive même plus à destination, sauf si elle est à quelques kilomètres.

Detroit, par exemple, n'est pas dans l'effondrement économique. Dans le VRAI effondrement, les zones reléguées remplies de cas sociaux, ça n'existe plus.

Même ces cas sociaux de Detroit bénéficient encore du système global.

Même la kalachnikov sera inadaptée. Elle consomme trop. Elle est dépendante de circuits de distribution...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 14:27

Pour répondre à un lecteur sur la bataille d'Alep, les pertes annoncées par les russes, (3000 tués et 9000 blessés sur un total de 20 000 engagés) sont sans doute cohérente avec l'intensité de la bataille et du marmitage subi.
Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue que c'est une partie au conflit qui donne les pertes, donc je préfère les minorer à 1000 tués et 3000 blessés, chiffres sans doute sous estimés, mais données par d'autres sources plus favorables aux rebelles.

On peut néanmoins souligner la faiblesse des effectifs engagés dans une bataille "cruciale", qui indique que les islamistes manquent quand même de monde. 10 000 ou même 20 000 hommes, c'est que dalle, même bien armés. Et même se battant comme des kamikazes. Les fanatiques, il y en a. Mais peu.

Après tout, on a connu ce genre de front. Dans les années 1940, c'était le front de l'est, où, après les grandes moissons d'hommes du début de la guerre, russes et allemands se battirent sans faire ni attendre aucun quartier.

On dit qu'à Stalingrad les dernières unités à se battre furent celle de feldgendarmerie, connues pour fusiller comme elles respiraient. Toujours à l'arrière, elles étaient mieux nourries et en meilleur état physique. Et n'avaient aucune pitié à attendre.

Mais les a priori les mieux implantés ne sont pas là. Connaissez vous plus raciste qu'un anti raciste ? Moi pas.

Ils vous disent, "l'Europe restera attractive, car il y aura 2 milliards d'africains, pour seulement 500 millions d'africains". Pensent ils que ce sont des sous hommes ? Incapables de bâtir des sociétés plus harmonieuses qu'elles ne sont ? Moi pas. Le principal problème des sociétés africaines a été paradoxalement le manque de population, qui fait qu'il est plus simple de la déplacer au gré des problèmes, plutôt que de faire des travaux d'infrastructures. Pour faire ces travaux, comme il y eu en Chine, en Inde ou en Europe, il faut une main d'oeuvre monstrueuse et l'impossibilité justement de la déplacer. Sur 2 milliards d'hommes, la migration ne peut être que marginale, c'est le premier point, ensuite, deuxième point, il faut que l'Europe reste attractive.

Là, on en arrive à la question énergétique. Déjà la majeure partie de la dite Europe ne semble pas attirer grand monde. Ce qui attire, c'est Suède, Allemagne, et marginalement, le reste.

Là aussi, on a du mal à penser neuf, sur la question énergétique. Même 600 millions d'hommes en âge de travailler, à 100 KWh par an, ça ne donne pas grand chose. Comme les ressources énergétiques ont désormais du mal à se dégager, et qu'elles devraient chuter sous peu (version pessimiste, vers 2020) soit, sous peu, (version optimiste, en 2050), on a du mal à imaginer le simple maintien de la population. Quand à une migration, il faudrait avoir de quoi bouffer en route aussi. Et apparemment, les dites routes sont dangereuses et meurtrières.

Il est absolument aberrant que les prévisionnistes et hommes politiques de tous bords soient dans l'incapacité d'anticiper l'avenir, ou comme disent les militaires de "varianter", les hypothèses. Ils sont bloqués, sans doute par effet de génération sur le mode "croissance", alors que la croissance, elle, n'est plus là. il y a des menteurs, et de plus gros menteurs.

Visiblement, le bordel régnant au Venezuela ne leur indique rien. Le pays regorge de pétrole, mais c'est un pétrole très cher. Inexploitable, sauf pour des quantités marginales.
A 200 $ le baril, soit 1.3 $ le litre, c'est plus compliqué de faire le plein. ET de maintenir le même train de vie.

Alors, on change. Le solaire a trois ans d'avance sur les prévisions, mais cela ne doit pas faire oublier l'essentiel. Les écroulements de civilisation ont souvent vécu des changements techniques forts. A la fin de l'empire romain, comme au XIV° siècle, le débouclage technique a été intense. La situation précédente avait bloqué sa diffusion, soit volontairement, comme dans le cas romain, soit involontairement (surpopulation relative) au XIV° siècle.

Au XVI°, Olivier de Serres publia un bouquin célèbre pour deux siècles. Mais il avait eu un avantage : toute la population de son domaine avait déguerpi pendant la guerre civile, il avait pu réorganiser comme il le souhaitait. Il faudra attendre 1830 pour que ces préconisations soient généralisées.

Les nobles du XVIII° ont voulu moderniser. Mais cela eu lieu dans un climat de défiance, de sabotage et de haine, pas étranger à ce qui donna la révolution.

Dans le Mexique de Porfirio Diaz, l'élément déclencheur de la révolution mexicaine fut la haine des "cientificos", qui bouleversaient tout.

Il ne suffit pas de disposer des instruments techniques pour modifier, il s'agit de pouvoir le faire. Quand on est bloqué, notamment par les lobbys, on laisse passer la bonne période.

La croissance dont on se gargarise actuellement est totalement artificielle.

Partout les chiffres sont biseautés, et ça commence à se savoir. La monnaie n'a plus de valeur.

La Chine couvre ses entreprises déficitaires de crédits. Elle ne restructure pas ou insuffisamment la sidérurgie ou le secteur charbonnier. Sans compter le reste. Ces usines arrêtées ou détruites après n'avoir même pas servi une année. Ces machines outils entassées et qui n'ont jamais servies, dans certains secteurs, c'est 90 % du total des machines... Elles ne serviront jamais d'ailleurs, rouillées sur place.

Bref, peu de responsables, encore moins de pisseurs de copies, qui posent les bonnes questions.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article