Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 00:40

"Sur très long terme, il n'y a aucun doute que c'est bénéfique économiquement" qu'il nous dit. C'est bien, mais totalement erroné, et cette affirmation répond à une idéologie, mélangé à de la stupidité, et non à la réalité.

En effet, un homme c'est un homme, et un homme, sans pétrole ou sans énergie fossile, ça produit pas beaucoup.
Et avec du pétrole en moins, l'homme devient totalement inutile, pire, il devient un poids mort.

Comme le dit Jancovici, la consommation de pétrole et de gaz baissent en Europe.

"Nous le savons tous : trop de locataires dans le même appartement, trop de bénéficiaires du même salaire, ou trop d’estomacs affamés autour d’un même repas ne sont jamais faciles à concilier avec l’harmonie du "vivre ensemble". C’est bien là le défi que l’Europe doit désormais affronter. Physiquement, notre continent est de plus en plus à l’étroit : les terres agricoles se contractent, notre production minière est en diminution, tout comme notre approvisionnement énergétique depuis 2007. "

La consommation de pétrole décline depuis 2006, et le gaz, lui, a commencé son déclin en 2005. Le recul pour le pétrole (16 % de 2006 à 2013) et le gaz (12 % de 2005 à 2013) infirme totalement une affirmation aussi stupide.

Tout nouvel arrivant, prend sur un gâteau en diminution, et dit aux gens en place, pousse toi un peu. Prendre le pain des européens ? On y est.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 18:46

D'après le dernier sondage, Hollande prend tellement l'eau, qu'il va probablement rejoindre le Titanic au fond de l'océan.
Il faut dire qu'il s'en donne la peine.

Néo-libéral et européiste absolu, il se contrefiche complétement de la population, et ne se réveille que pour les sujets "sociétaux" : homosexuel et migrants. Parce qu'en matière économique, il n'a rien à dire, il n'y a plus que son église à voter pour lui. Les gens qui mourront plutôt que de devoir changer d'avis.
La manipulation sur la photo de Aylan ne convainc que les convaincus. Les autres, eux, mettent le doigt sur la carambouille. Et sans doute, la manipulation fait plus de mal à "son camp", qu'à l'autre, qui met en exergue la malhonnêteté profonde des migrationnistes.

Ils ne voient ou ne veulent pas voir l'effondrement économique des sociétés européennes, et que la "brillance" de l'Allemagne est la brillance de celui qui fait du sur-place, à 0 %, alors que tous les autres reculent, et que les "croissances" observées après des années de dégringolade, ne sont que des consolidations inévitables.

Pour les USA, en dix ans, la population inoccupée a augmenté de 20 millions...

"Préserver l’Europe dans ce contexte, cela va bien ressembler à garder l’harmonie dans un appartement de plus en plus peuplé, avec une table de repas qui a tendance à se dégarnir, et un compte en banque qui suit le même chemin. Vaste programme, auquel tout amoureux de la paix doit s’atteler en urgence. "

Evidement, tous les gens ne sont pas prêt à synthétiser cela. Mais une écrasante majorité le sent. Sauf bien entendus, certains retraités, et des portefeuilles bien garnis.

Je vous laisse imaginer ce qui va se passer à la table du repas, quand il y aura des tickets de rationnement...

Mais, si Marx n'a pas vu l'impact du fossile sur son analyse, il n'y a aucune chance que les benêts qui nous gouvernent arrivent même à appréhender la notion de pic pétrolier, et de ses conséquences sur notre vie.

A l'heure actuelle, ceux-ci sont prêts aux gabegies, comme faire la guerre en Syrie, au Donbass, payer les intérêts de la dette, mais certainement pas à préparer le futur.

Braudel, tu nous manques !

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 17:39

Le maître a parlé, le bwana POTUS (président of the united states), par l'intermédiaire du secrétaire d'état à l'énergie, et il faut que la crise soit grave pour qu'il passe par dessus la tête de tous les lobbys énergétiques et lobbys en général qui existent aux USA.

Donc, pour le secrétaire d'état à l'énergie, un physicien nucléaire, le renouvelable éolien et solaire, a tellement baissé qu'il est compétitif avec toutes les autres sources d'énergie.
Cette affirmation est tout ) fait remarquable, dans une état complétement dominé par les pétroliers, et à peine 7 ans après la présidence Bush, qui était un des leurs, et en plein "miracle" du pétrole de schiste.

Il faut vous dire aussi, que le POTUS, c'est qu'un mec chargé de lire le prompteur, télégénique, mais sans plus.

Il faut donc, que toutes les déclarations de son administrations passent par des filtres diverses, et qu'on la laisse passer. Quelquefois, le POTUS peut dérailler, mais il est vite remis dans les clous, et la "réalité", hollywoodienne du cercle de pouvoir de Washington.

On parle aussi, à la base, de maisons économes en énergies, aux USA, ce qui est une rupture. En effet, hier, le ouinneur, c'était celui qui payait sans sourciller ses factures, de préférences grosses, parce qu'il était, justement, un ouinneur. Plus elles étaient grosse, plus la sienne était grosse... Question de virilité. Avec l'abonnement au golf. Le golf, en lui même est un "sport", abscons, sans aucun intérêt, sauf de payer une cotisation très chère et qui fait que les golfeurs se retrouvent "entre eux".

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 16:15

Le temps de crise finale, semble arriver. Il sera un mix d'effondrement des prix et d'effondrement de la production pétrolière. Indépendamment d'autres choses. Il sera suivi par l'effondrement de la production, industrielle et agricole.

L'effondrement des prix pétroliers ne permettra plus de forer comme des fous, comme c'était le cas.

En France, on s'acharne à continuer comme avant, avec un EPR gouffre qui coûte déjà 10.5 milliards d'euros, des objectifs ridicules pour le renouvelable et la construction d'un aéroport aussi superflu que coûteux.
Quand au chemin de fer, il est, lui, prié de laisser la place au pétrole, via les bus.

Daniélo, sur son blog, dit que "le monde n'est pas clos". C'est vrai et faux. C'est vrai que le bombardement solaire assure de l'énergie, mais il est vrai aussi que notre monde est rempli d'inadaptés.

L'inadaptation est technique, mentale, et comportementale. Pour passer à une société tout renouvelable, il faudra en passer, par 50 ou 100 ans d'adaptation, un écroulement de civilisation, qui se traduira aussi par un écroulement du chiffre de la population.
Si Moïse passe 40 années dans le Sinaï, ce n'est pas parce qu'il faut 40 ans pour le traverser, même à pied, il ne faut pas plus de 40 jours, c'est que des gens qui sortent de l'esclavage ne sont pas aptes à devenir des hommes libres. Mentalement, il resteront toujours des esclaves, mêmes s'ils sont prétendument, libres. Il faut que la génération suivante soit adulte, et apte à se prendre en charge. De plus, le nombre sortant du Sinaï devait être beaucoup moins important que celui entrant... Même avec la manne.

En attendant, donc, on aura le monde à deux vitesses. Une frange de plus en plus réduite de gens vivant "normalement", dans une société pétrolière qui ne veut pas mourir, et une frange de plus en plus importante de laissés pour compte, qui eux, entament leur transition politique, technique, comportementale.
Braudel décrivait les pauvres comme étant innovant. Pour survivre. Les plus riches, eux, dominent socialement. Et ont acquis les sociétés anciennes.

En attendant, les faillites vont se multiplier... Faillites d'entreprises, d'états, de concepts. Combien de gens sont prêts à s'entendre dire qu'il n'y a plus assez de pétrole ? Pas beaucoup.

Plus de 750 milliards de dollars/an dépensés dans le pétrole classique, au lieu de 250 milliards par an au début du siècle. Plus 1700 milliards pour les 4 millions de barils du pétrole de schiste.

Combien de gens sont prêts à faire face aux conséquences de la raréfaction du pétrole ? encore moins. Les vacances aux Seychelles, finis, finis aussi les scrupules des retraités face aux migrants.

Comme l'a dit un lecteur, ils reçoivent du système beaucoup plus qu'ils n'ont donné.

Comme je l'ai dit, le sketch de Fernand Reynaud sur le boulanger, il est très marrant quand il n'y a pas de problèmes alimentaires.

Après, le boulanger, c'est lui qu'on mettra à la lanterne.

2015. Naissance du nouveau siècle.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 18:35

Il y a une impossibilité flagrante que ne veulent pas voir politiciens, gens ordinaires, c'est celui du collapsus du système. Bien sûr, on peut acheter/intimider des dirigeants, comme hier, Gore, et aujourd'hui Tsipras, en menaçant leur famille et en les récompensant généreusement après. Le système a abandonné le fait de pouvoir acheter tout le monde et la paix sociale.

Le modèle est à bout de souffle. L'effondrement économique de celui-ci réglera, finalement, beaucoup de problèmes. On peut le maintenir, un peu, en achetant les élites et les dirigeants, mais la vérité devient difficile à balayer sous le tapis.

La vérité, c'est la chute de la production industrielle depuis 2007, qui indique la régression absolue du niveau de vie, pendant que les bonnes âmes, faisant référence à un passé révolu, rêve d'immigration. On ne multiplie pas les bouches, quand la ration diminue.

La "société de l'illimité", montre elle même, ses limites. La croissance est morte, définitivement, et ne reviendra pas. Il n'y a plus d'énergie en suffisance.
L'Egypte défraie aujourd'hui la chronique. Un gisement de gaz "géant", vient d'être découvert, et sans doute, l'Italie, en état de famine gazière, l'attend.

En réalité, ce gisement est finalement, étroit, même s'il correspond à ses attentes. l'équivalent de 5.5 milliards de barils de pétrole. Soit une soixantaine de jours de consommation mondiale. S'il est exploité vite, il sera aussi, très vite vidé.

D'ailleurs, une Egypte de 80 millions d'habitants est très capable de vider elle même le gisement, même sans en exporter un M3.

ça ne changera pas les données du problème : famine énergétique dans le sud de l'Europe. Et la question migratoire pose aussi la question de l'accueil. Le nouvel arrivé sera vite impopulaire. Et comme la bouffe, c'est du pétrole, on voit que la question des ressources devient cruciale.

L'UE rêve d'envoyer des africains en Ukraine, où ils se contenteraient d'une vie frugale et autosuffisante sur des terres abandonnées. Il reste que les dits africains ne rêvent certainement pas de ça, et de revenir dans un village qu'ils ont quitté chez eux. Et visiblement, les ukrainiens ne sont pas les occidentaux. Il n'y a pas de terres abandonnées, la production dans le cadre économique actuel, ne vaut rien, et la population autochtone est rétive.

Et puis, des gens rêvant d'une promotion sociale, et pas de sécurité (sinon, ils s'arrêteraient en Grèce) se verraient mal cultiver des jardins en Europe... C'est pas leur vision. Leur vision, c'est gagner beaucoup d'argent, et revenir au pays une fois par an, et faire le beau.

Il reste que la question énergétique va vite poser une autre question. Celle du niveau quantitatif de la population.

Certes, comme je l'ai dit, l'investissement dans le renouvelable est dramatiquement ridicule en France. L'Objectif solaire de 2020, remonté à 8000 mégawatts est très relatif : certains pays font plus en une seule année... Mais cela ne règle pas la question du pétrole, qui, seul, peut nourrir la planète, avec, peut être, un peu de gaz...

Donc, la question de l'effondrement économique de l'empire occidental reste à l'ordre du jour, et elle emportera tous les défenseurs du systèmes, belles âmes et "cosaques sociologiques". Quand ils en auront pris vulgairement plein la gueule, ils penseront beaucoup moins, à "défendre la démocratie", contre le FN, parce qu'ils s'occuperont d'une tâche beaucoup plus urgente ; bouffer.

On nous dit qu'il existe des risques de guerres entre population autochtones et allogène, et entre autochtones, j'y crois peu. Comme je l'ai dit, quand les autochtones en seront réduit à savoir s'ils vont bouffer, ils ne penseront pas à faire la guerre, quand aux allogènes, ils sont d'origines diverses, et seront beaucoup moins tentés d'arriver... Pour un pays en guerre, et dont la réalité économique sera révélée.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 16:59

On se paie ici et là, la fiole de Ségolène, pour son plan de remplacement des ampoules et de convecteurs électriques. Se payer sa tête, c'est vraiment faire preuve de la connerie la plus extrême et la plus infâme, parce que là, on a une VRAIE politique.

Explications. Le plan prévoit, pour 6 et 20 millions d'euros, environ, le remplacement d'un million d'ampoules et de 200 000 convecteurs, par du matériel plus moderne et moins énergivores. S'il y a une chose à regretter, c'est le peu d'ampleur, et vue le coût, ce sont des cacahouètes, rien, négligeable.

Mais ce qu'il faut souligner, c'est que ce genre de politique, cela a déjà été conduit, avec beaucoup de succès, et à grande ampleur. En Californie, mais aussi en France, dans les DOM TOM. A l'heure où les ampoules à économie d'énergie, ça n'existait pas en France, EDF avait complétement équipé les dits DOM TOM.

Les compagnies californienne d'électricité subventionnaient et subventionnent les ruptures technologiques et l'achat de matériel moins gourmands. Pourquoi ? Parce qu'elles y ont intérêts. Au bout d'un certain moment, elles n'arrivaient tout simplement plus à fournir, même en important massivement.

La Californie d'ailleurs, est le prototype du lieu où les ressources hydriques et électriques, arrivent au bout du bout. D'ailleurs, la dite Californie voit littéralement son sol s'effondrer sous ses pieds.

Conçu comme un cadeau aux plus pauvres, c'est encore nettement insuffisant. Mais il ne faut pas peiner EDF, dont le PDG voulait bien passer à seulement 50 % de nucléaire, à condition, bien sûr, de doubler la consommation.

Il faut être prudent quand on voit les effets. Ce sera désastreux, si on s'arrête là. Ce sera de la grande politique, si c'était une manière de mettre le pied dans la porte. Et faire accepter, à EDF, une évolution.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 23:26

Le premier réacteur nucléaire nippon qui devait redémarrer a calé sur une panne. Il a été arrêté, pendant que groupies et pompom girls du nucléaire et fossile réunis arguaient l'échec énergétique du renouvelable, et son abandon par les politiques, pour cause de coût trop importants.
En réalité, et comme le dit le FMI, qui n'y avait pas cru lui même, les énergies fossiles sont subventionnées à hauteur de 15 milliards d'USD journaliers. Et si les USA sont eux mêmes encore producteurs de pétrole, via des indépendants, c'est surtout que fiscalement, le puits de pétrole en extinction, (et avant ça, celui en forage), est une superbe vache à lait fiscale.

Bref, l'Union soviétique est loin d'être morte dans le domaine énergétique. Et ce chiffre, 5300 milliards annuels, n'apparaît même pas comme surprenant.
Pour en revenir à la centrale nucléaire nipponne, même Godzilla semble rechigner. En effet, une putain d'éruption volcanique vient d'avoir lieu à une cinquantaine de kilomètres de la centrale, ce qui est, en fin de compte, très peu.

Il est clair aussi, que les crises de l'Europe du sud, sont étroitement liées à leur consommation pétrolière, importante et difficilement compressibles. Raison pour lesquelles les allemands s'intéressent aux aéroports iliens grecs. Ce seront les derniers atteints. Et à un prix, dans ce cas là, d'ami.

Tsipras annonce donc des élections, avant que sa côte de popularité ne baisse tellement qu'elle en arrive à trouver du pétrole, et parce qu'une bonne partie de son parti le largue.

Mais, l'agressivité anti-renouvelable actuelle, a, dans mon analyse, une autre cause. La crise que nous vivons depuis 2007/2008 a semble t'il atteint le pallier d'un nouvel "L", et peut être, le "L" final. Et en cas de crise, on a plus tendance à sabrer des capacités de production, qu'en créer de nouvelles.

Le monde de l'énergie est aussi passé en "mode panic ON", et cela aussi se comprend. Vu le montant d'allaitement par le contribuable du secteur, il est certain qu'il devra aussi, trinquer.

Les pays émergents semble entrer en crise profonde, comme les pays développés. Les abrutis qui nous gouvernent ont crées tellement de liens, que ces liens transmettent les crises, et n'en protègent plus. La situation chinoise inquiète au plus haut point, mais dans aucun endroit au monde, on ne semble avoir la moindre perspective.

L'union européenne croule sous les excédents extérieurs, et la France affiche un record de touristes. Mais un pays peu être sous développé et avoir des touristes, et le motif de venue en France peut être pervers, comme par exemple, l'effet des attentats dans les pays arabes ?

Les excédents extérieurs sont le signe de la compression de la demande, et une nouvelle accélération pourrait envoyer valdinguer le monde dans une crise globale. On ne leur a rien appris ? Pas plus qu'avec la Grèce, les dirigeants européens n'agissent avec bon sens, sens de la mesure, et vue au delà de l'effet d'annonce.

Mais, pour la prochaine présidentielle, on nous annonce lave-plus-blanc-juppé-meilleur-d'entre-nous, devenu papabile depuis son séjour dans le continent nord américain, et recyclage dans le néo-conservatisme bon teint. On avait déjà eu droit à l'excité, au capitaine de pédalo, on aura droit, à quoi ? Au "sauveur des retraites" qui la fera passer de 62 à 67 ans ( + 4 millions de chômeurs),ou au capitaine qui ne sait faire naviguer que des canards dans la baignoire ?

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 23:55

S'il y a une chose que les dirigeants chinois surveillent comme le lait sur le feu, c'est l'affirmation très ancienne que le mandat du ciel a été retiré à la dynastie. La dynastie actuelle étant le PCC.

Mais il est clair qu'il n'y a pas qu'en Chine que le mandat du ciel vient d'être retiré à la dynastie.

Ce retrait du mandat du ciel se signalait par l'accumulation de catastrophes, qui pouvaient être naturelles, mais qui souvent ne signalaient que l'incurie des administrations, incurie grandissante avec le temps.

De Louis XIV à Louis XVI, les règlements de marine étaient les mêmes. Sous Louis XIV, la mortalité en mer était rare en ce qui concernait les maladies, sous Louis XVI, elle atteignait sempiternellement 10 % de l'équipage.

Les canaux non curés, les équipements laissés des décennies à l'abandon... Tout cela explique ce sentiment d'abandon, et explique l'ampleur et le coût des catastrophes.

Le port de Tianjin vient quasiment d'être rayé de la carte par une série de très grosses explosion, et pour la première fois depuis longtemps, la Chine dévalue sa monnaie.

Mais dans la série, ce n'est qu'un épiphénomène. On voit que tout se déglingue. MacDonald ferme 900 magasins, de préférence là où la croissance, est, soi-disant, du tonnerre de Dieu, les USA, la Chine, le Japon.

En réalité, la croissance n'existe que sur le papier, dans la magouille des stats, et l'économie réelle, ce sontles magasins qui ferment.

Parce que le consommateur, il n'a pas un rond, et je discutais ce matin avec la tenancière d'une boutique, qui elle, a le vent en poupe, et qui fait dans le dépôt vente. Elle ne sait où donner de la tête...

Les deux "canaux français", Suez et Panama, se voient retaillés. Pour compenser la chute de trafic, en raclant tout ? Sans doute. Mais les projets de Lesseps butent désormais sur la chute du trafic, une moindre abondance de ressources fossiles, et sur la géographie.

La géographie, c'est que Panama, pour le trafic inter-nord américain, c'est très bas, dans le continent. trop loin. Comme dans la série "sur écoute", le port de Baltimore est juste "un poil trop loin", et ce qui reste de classe ouvrière dans ce port, se voit voler la vedette par la vraie activité de la ville, le trafic de drogue.

De plus, faut il rappeler que le chiffre de la croissance chinoise est tellement absurde, qu'il faut être un connard de néo-libéral européiste pour y croire. Et que la majorité de la production s'effondrera quand on ne construira plus. Et la Chine, il faut le dire, c'est trop peu peuplé, pour les capacités de productions existantes.

La production américaine de pétrole est stéroïdé, et gonflée artificiellement, la croissance en France n'existe plus depuis 2007, -officiellement-, et en réalité, c'est la chute libre, avec une dégringolade de 10 % de la production industrielle. Maintenant, c'est dans la presse officielle. La petite baisse, le - 1%, pas le - 10 %.

La baisse du prix du pétrole, dont on attendait tant, n'a pas permis la croissance espérée. la seule croissance que cela apporte c'est celle des morts sur la route. Mais le monde est en voie de désintoxication, par paupérisation et changement technique.

Bref, on nous dit, ici et là, que la baisse de la population mondiale est déjà programmée. Mais pas comme on le pense dans les hautes sphères.

Elle est programmée par la baisse des disponibilités pétrolières et énergétiques. On peut nourri combien de personnes sans pétrole ?

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 17:49

Potus, donc, vient de livrer au monde ébahi le plan de lutte contre le communisme, pardon le réchauffement climatique, qui, comme le communisme et chacun le sait, vient de Sibérie.

Hollande, toujours pas avare d'une c....ie, salut son courage. Mais, là aussi, le courage est plus que relatif, parce qu'il prend les évolutions antérieures, et se contente de les prolonger...

Le plan, français, lui aussi, est largement la même chose : on prend les évolutions récentes (depuis 2007), et on les prolonge. On va pas se fâcher avec les lobbys. Avec la circonstance aggravante en Europe, que l'Asie productrice d'énergie semble plutôt s'orienter vers la Chine, mais aussi l'Inde et le Pakistan, assoiffés de gaz...

La disette aussi, d'énergie, l'effondrement du coût du renouvelable, rendent, de toute façon l'évolution inéluctable.

Donc les gouvernants font semblant de piloter une évolution, qui lui échappait totalement.

Pour ce qui est des républicains, et des lobbys, les républicains se partagent entre ceux qui ont été achetés par lesdits lobby, et les libertariens pour qui l'autonomie, c'est l'indépendance et la liberté. Pour les milieux d'affaires, ils cherchent finalement, simplement à gagner du temps, parce que, chaque mutation est accompagné des faillites.

Les lettres de mon moulin, de Daudet, en étaient l'archétype. La capacité, totalement dépassée du moulin à vent, a entraîné son déclassement complet, alors que pendant des siècles et des millénaires, le possesseur du moulin était un bourgeois aisé d'un fort honorable gabarit.

Dans les années 1950, le moulin hollandais valait un florin. Comme la maison de Roubaix, ou d'ailleurs.

Un effondrement, d'ailleurs, est souvent une opération salutaire, techniquement parlant. la mise au rencart d'une technologie dépassée, de postes inutiles, ne peut se faire que dans ce cadre là, que ce soit au XIV° siècle, à la révolution, ou à la fin de l'URSS.

Il y a en occident, bien trop de peigneurs de girafes, d'usages absurdes, pour que ce monde perdure. Ukraine comme Chine semble s'effondrer économiquement...

Il est d'ailleurs absurde de croire à une Chine avec une croissance de 7 %, quand la consommation d'énergie n'atteint pas ce rythme. On sait qu'en croissance, on ne regarde pas le prix de l'énergie.

Là-bas, c'est la construction qui a largement tiré la production industrielle. Et comme en occident, une fois équipée, il n'y a plus lieu de rien faire.

Aux USA, d'ailleurs, la confiance dans le système qui avait atteint un niveau très bas (10 %, contre 80 %), a remonté, avant de se dégrader à nouveau.

Visiblement, on veut y croire, mais objectivement, la confiance est cassée. D'ailleurs, il est clair que l'indice "Tanguy", ne s'améliore pas. Le jeune n'a pas l'air très décidé à aller vivre dans son container poubelle à 1000 $/mois; d'autant qu'il est déjà ruiné pour avoir fait ses études.
Depuis 1977, le coût des manuels scolaires a augmenté de 1041 %, contre seulement 308 % pour le coût de la vie.

je vais donc faire ma mauvaise langue. Le coût des études n'y a pas forcément augmenté plus que le coût de la vie, mais l'indice du coût de la vie est tellement faisandé que la petite différence observée (700 %), vient de ce faisandage.

Pour le prix d'une maison au début des années 1970 (20 000 $), vous avez désormais un container (remarquez, pour déplacer, c'est plus simple).

bref, comme d'hab, on peut faire le bilan. Le POTUS, c'est le mec qui lit le prompteur.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 00:09

Rien d'étonnant aux nouvelles. Le tourisme se fait de moins en moins loin, et s'effondre dans les pays arabes, qui sont... désertés...

Là, je crois que Dieu a le sens de l'humour...

Cela profite aux pays du sud européen, et en même temps, les budgets fondent de manière conséquente (- 5 %). Mais qu'on donc fait les français de la chute des prix du pétrole, qui leur permettait d'économiser... 240 euros par an, soit 20 euros par mois ? Réponse : ils ont pris un choupa-choups supplémentaire au tabac du coin...

Les hôteliers, eux, ne sont pas contents des locations entre particuliers. Mais il y a quand même mieux : " Jean-Pierre Mas observe encore une augmentation significative de l'hébergement non marchand auprès de ceux qui restent en France ou partent à l'étranger: «Ils préfèrent habiter chez des parents ou des amis, ou encore avec des proches, plutôt que d'opter pour l'hôtel. La démarche répond à un souci d'économies. Mais elle résulte aussi du souhait de partager le moment précieux que sont les vacances avec ceux qu'ils aiment. Une manière de retrouver le lien et d'en profiter.»"

Donc, pour les professionnels, il devient de plus en plus difficile de sodomiser sans vaseline le client.

Là, on se demande comment notre génial président va interdire ce uberpop du logement de vacances.

Il faut dire aussi qu'avec dix millions de chômeurs, chiffre réel, ou pas loin, ce sont les dépenses de survie qui sont primordiales.

Pour les amateurs de séjour à l'étranger, l'Espagne, le Portugal et la Grèce sont redevenus ce qu'ils étaient dans les années 1960.

Et puis, en France, le caractère onéreux peut s'effacer dans le cadre de vacances familiales.

Mais, on ne peut pas non plus sous estimer la voix officielle qui dit que tout redémarre. On nous mentirait ? Globalement, il n'y a pas plus, mais moins. Après, une répartition différente suivant les destinations. La Tunisie, et les pays arabes, c'est, globalement, passé de mode (on se demande pourquoi ?).

Comme dirait Philippe Grasset, la classe dirigeante est dans la narrative, et le reste de la population, dans la réalité.

Le tourisme, dans la crise financière, la paupérisation et dans la crise pétrolière, est en train de disparaître...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article