Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 19:44

Il est clair que les soutiens de Macron ne souffrent même plus qu'on critique, qu'on ne puisse pas voter pour leur poulain, voir même qu'on aurait pu éventuellement le critiquer.
Sputnik est accusé de propos qu'ils n'ont jamais tenus.

Et MLP est accueillie par une "foule" hostile d'une centaine de personnes à Reims.

En réalité, la nomenklatura ne fait qu'importer ici, le comportement normal qu'ils se contentaient pour "là-bas".

Le manant, comme hier Saddam, Bachar, et Mouammar, sont priés de se rallier avec enthousiasme au conducator, duce, fuhrer, pardon, meilleur d'entre nous, meilleur économiste de France, lumière éclatante et clignotante de l'humanité...

Enfin, il faut se rendre compte de la réalité : le système après la liquidation de Trump, l'effacement de Merkel, compte désormais comme phare de l'humanité, avide de concurrence libre et non faussée et d'économie de marché, qui, demain, nous apportera le plein emploi (c'est sûr, je l'ai lu dans des entrailles de maquereaux), le p'tit marquis de belgueulle, pour lequel on écrira une chanson :

"Miiiiiiiicron nous voilà, nous tes gars ! Devant toi, le sauveur de la France
Nous jurons, nous, tes gars De servir et de suivre tes pas !

La bonne nouvelle, finalement, c'est que le fait infirme complétement le propos. 100 personnes à Reims, ça fait non seulement ridicule, mais pour les 100 personnes, ça fait terriblement limité intellectuellement parlant... Je savais pas que les huitres pouvait manifester. Parce qu'arrivé à ce stade là, c'est un QI d'huitres qu'il fallait...

Si le ridicule tuait, ils seraient tous morts.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 16:48

" Plutôt d'accord avec T. Meyssan, tout cela laisse l'impression d'un divorce entre deux pans de la population. Cette élection a validé les travaux de C. Guilluy. D'un côté les relégués de la France périphérique (la France qui vote Le Pen, Mélenchon et où il n'y a pas de 4G...), de l'autre les gagnants de la mondialisation qui veulent faire durer le système. Seul hic il faut exclure toujours plus de monde pour sauver les marges, la croissance n'existe plus... Pour ceux qui vivent entre ces deux mondes, le passage d'un Macron les aidera vite à choisir leur camp... "

Et :

" Arrive un moment où le mieux est encore d'aller se coucher. La société française c'est pareil, l'augmentation de la pauvreté et de la précarité est une chose inéluctable qu'il faut accepter tout simplement. "

Rien n'est inéluctable, l'inégalité est une phase ayant sa propre autonomie, comme les dernières phases d'inégalités, celles qui ont déclenchées la révolution française, avant elle, les guerres, dites "de religion", et qui étaient des guerres sociales, et avant elle, la "grande commocion".

Les manants sont priés de se défoncer aux opiacés, comme aux States, pour éviter de faire chier les importants. Le seul problème, c'est qu'ils se défoncent et font chier quand même.

Quand aux "républicains", les rangs sont désormais clairsemés. Il faut simplement, dans l'optique actuelle que MLP digère, analyse son -très relatif-échec, parce que le p'tit marquis de belgueulle, lui, aura tôt fait de mettre la goutte d'eau qui met le feu aux poudres.

C'est un phénomène classique de perte de foi, avec une autre foi de remplacement qui monte. Macron aura tôt fait de dégoûter ses propres électeurs de lui.

" Il le fait à l’occasion d’un discours de McMacron hier, particulièrement virulent, non pas tant contre Le Pen que contre ses électeurs où il n’y a pas que des lepénistes, ce qui le met dans la catégorie d’une Hillary lorsqu’elle nous parla des Deplorables (les électeurs de Trump, à jeter à la poubelle des camps de concentration-extermination prévus pour eux)... L’interprétation de Gurrie, plus audacieuse que celles des sympathiques et conformistes commentateurs officiels français, implique une violence potentielle extrême, grosse de guerre civile de quelque sorte que ce soit. "

"Je crois que le Système, au sommet de sa surpuissance et donc pas loin de l’autodestruction, comme la Roche Tarpéienne est proche du Capitole, a décidé que l’on passe aux choses sérieuses. Alea Jacta Est."

Il y a toujours, à toutes les époques, la croyance chez les importants qu'ils arriveront encore et encore à maitriser les évolutions. Le seul inconvénient, c'est que les déplorables sont très nombreux, et les prétoriens, largement acquis au FN...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 18:08

Le point de vue de TH; Meyssan sur le débat MLP est sans appel :

" Quoi qu’il en soit —que le président Macron préside seul ou qu’il gouverne en associant ce qui reste de l’UMP et du PS—, le gouffre qui sépare les deux France va continuer à se creuser et à s’élargir. Les citoyens qui souhaitent défendre l’Intérêt général, c’est-à-dire la République, n’ont d’autre choix que de s’organiser pour résister, derrière la cheffe élue de l’opposition, Marine Le Pen, et de se préparer à exercer le pouvoir. Ils doivent admettre que le temps de la courtoisie est fini et que la colère gronde. "

Il n'a pas vu le même débat que les journalistes aux ordres :

" Marine Le Pen est apparue affranchie de son éducation d’extrême-droite, à la fois mère maternante et sévère. Avocate, elle s’est montrée soucieuse de justice sociale et a placé son talent au service de la « France d’en-bas ». Elle ne dispose pas d’un esprit brillant capable d’éclairer des salons parisiens, mais d’un discernement clair qui lui permet instantanément d’éliminer la verroterie et les élucubrations. "

Les élucubrations de Macron sont brillantes, comme le personnage.

" C’est une personnalité narcissique, souvent malveillante, dénuée de scrupules et de remords. "

Les personnalités narcissiques, à ce poste n'ont pas manquées. Ridicules à la Giscard, suffisant comme Mitterrand, ou racontant n'importe quoi, mais sûr des soutiens de citoyens, visiblement, très courts en mémoire (Philippe Pétain : "Français, que vous avez la mémoire courte), sauf pour le nazisme, dont le culte névrotique atteint les sommets.

La campagne des médias pour Macron atteint les sommets, signe de panique. Pourtant, il n'y avait pas de quoi faire un fromage.

Les journalistes savent raconter n'importe quoi, vous disant qu'ils ont gagné, parce qu'il a dit "vous n'avez pas le monopole du coeur", "vous êtes l'homme du passif". Il est clair que prétendre ça, c'est de la connerie puissance 100. Qu'en savent ils ? Je me rappelle du débat Giscard Mitterrand de 1981, tout le monde disait que Giscard avait gagné, qu'il avait été bien meilleur. Mais cela n'avait strictement rien changé à leurs intentions de vote... Et on ne vote pas forcément pour le meilleur. Il peut être repoussoir.

Quand au petit marquis de belgueulle, il sera surement élu, mais comme l'a dit Meyssan, après, c'est une autre histoire. Il pourra aller se faire une bouffe avec ses copains, mais ceux qui le soutenaient au premier tour et qui veulent réellement le voir président, c'est 20 % de la population.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 15:08

“Nous, jeunes de la droite et du centre, refusons les consignes de vote en faveur d'Emmanuel Macron”.

Il faut leur rappeler la réalité, les caciques du parti n'en ont rien à foutre de leurs troupes.

Les troupes de Mélenchon officiellement refusent de voter Macron. Et si l'opinion "Vote le Pen", avait été acceptée ??? Sans doute aurait on vu un équilibrage, comme s'équilibre sans doute le vote Fillon.

Comme je l'ai dit, certains ont oublié l'histoire. Le CNR, conseil national de la résistance, était formé de 8 organisations, allant de la droite nationaliste et germanophobe, au parti communiste (le Front national d'alors). Le PCF avait changé sa politique du jour au lendemain, le 22 juin 1941, passant de la main tendue aux occupants qui se gardait bien d'y répondre, à la  "résistance", aux attentats, faits pour déclencher le cycle attentats/répression et les massacres.

Je ne rappellerais pas la trahison du PCF, suite à la signature du pacte germano-soviétique, et que le De Gaulle de 1939 était plus qu'à droite.
Pourtant, le CNR a réussi à s'entendre sur un programme, malgré les abîmes de méfiance. Parce que le danger était là.

Visiblement, "peuple de gauche" et "peuple de droite", sont en train de reconstituer le front qui s'unit pendant la guerre, en s'agrégeant à MLP. Et la résistance à ses débuts, était très peu à gauche, mais venait de gens têtus, bornés, qui n'aimaient pas le boche (racistes ?).

Faut il rappeler que la chambre qui donna les pleins pouvoirs à Pétain était celle du Front populaire, moins les députés communistes considérés et traités comme des traitres.

Bien entendu, les autorités des partis sont en décalage de plus en plus grand avec leur électorat.

JLM lui, dit que tout le monde sait ce qu'il va voter. Non. Je ne le sais pas. Après tout ce qu'il a dit, il n'y a rien d'évident sur son vote. Après avoir une bonne dose de programme commun avec MLP, et aucun atome crochu avec Le p'tit marquis de belgueulle, on pourrait en conclure facilement que le vote pour lui, est automatiquement celui en faveur de MLP...

Le fascisme, aujourd'hui, ça s'appelle le néo-libéralisme, et c'est la mise à disposition de l'état, au service des grandes entreprises. Curieux qu'on nous demande de rejeter un fascisme éventuel, pour un tout à fait actuel, présent et au pouvoir.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 10:05

Il y a eu une manifestation anti-Dupont. Pour le symbole, ça devient un symbole. Tous ceux qui' n'avaient jamais voté pour lui, et qui souvent d'ailleurs, ne résident même pas dans sa commune, viennent demander sa démission. Impressionnant.

Là aussi, le ridicule ou sa peur, ne tuent pas...

les manifestations anti-fn, en 15 ans, ont diminués de 90 %, ne laissant que les professionnels de l'indignation sélective.

Mais, le plus frappant n'est pas là. Certains disent que l'oligarchie, atteinte de panique, ressort la vieille rengaine anti-fa. Sans doute est ce vrai. Mais pour cette fois, je pense que Macron sera élu, mais qu'on vient de s'apercevoir dans ces milieux dirigeants, de la vacuité totale et problématique du personnage.

Pendant ce temps là, à la rubrique des chiens écrasés, Tati en Faillite, 1700 personnes à la rue, sans doute l'emplacement n'était il pas favorable ? (Lol, comme on dit). A 46 ans, on devient trop vieux pour l'emploi...
On nous refait le coup de la terre qui va se fendre en deux.

Le monde simplement, est en train de changer. Les pétroles lourds canadiens s'évaporent comme neige au soleil, et l'Arabie séoudite est en crise profonde.

Et contre cela, l'oligarchie peut mettre des dizaines de Macron en ligne, ça va finir par transpirer...

La globalisation nous transformera tous en pouilleux. D'ailleurs, les punaises de lit sont dans un grand retour. Notamment en Région parisienne. Payer des loyers démentiels, pour des logements remplis d'insectes...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie
commenter cet article
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 09:18

Le parti nommé "les républicains", par hommage du vice à la vertu, et sans doute aussi parce qu'il ne compte aucun républicain dans ses rangs, vient de créer son site anfi-fn.

Sa lecture est très instructive. Notamment dans la médiocrité intrinsèque des reproches fait au FN.

Gestion municipale :

- Suppression des subventions et du local de la LDH, accompagnée d'une réclamation de 36.000 euros d'arriérés de loyer de 5 ans. Oui, et alors, je croyais que le projet François F, qui prévoyait de faire massivement des économies. De quoi ils se plaignent ? De plus la LDH ressemble désormais à une secte mâtinée de soviet, sans adhérents (- 90 %). La LDH est elle, de plus, dispensée de loyers ???

- Refus de célébrer la journée commémorative de l’abolition de l’esclavage. Ouh, c'est pô bien. Il faudrait aller plus loin dans la logique et crée un jour de congé supplémentaire, non ?

- Suppression des subventions à la CGT et FCPE. Là, je pleure.

- Augmentation des tarifs de la cantine pour les plus pauvres. 

- Accueil périscolaire payant, envisage d’interdire les cantines aux enfants de chômeurs.

- Suppression d’un centre social. Pour ce que ça sert... A part distribuer des salaires à des permanents.

- Subventions aux associations diminuées de 22%. Là aussi, cf projet François F. 

- Retrait du local de la LDH car « La LDH ne défend pas l'intérêt général. » C'est une évidence.

- Arrêté anti-mendicité et expulsion du secours populaire de son local.

- Propos anti-islam. Les propos anti-islam proviennent surtout, à mon sens, de l'état islamique et de al qaida.

- A fait repeindre une œuvre d’art sans demander l'autorisation à l’artiste. Ils ont pas du comprendre que c'était une "oeuvre". Le caca de mammouth abandonné, il faut comprendre que c'est une oeuvre d'art.

- A été placé en garde à vue et mis en examen pour soupçon de favoritisme dans l’attribution d’un marché public. Il a déjà été condamné à 1 an d’inéligibilité en décembre 2014 pour des irrégularités dans ses comptes de campagne.

CF, François F, Alain J, Jacques C, etc...

- .../... Signalement aux services sociaux des parents qui ne payent pas la cantine. Ben quoi, c'est pas la marche à suivre ???

- Projet de supprimer la prime fin d’année pour les fonctionnaires. Supprimer 500 000 fonctionnaires, projet de François F.

- Augmentation de la rémunération du maire et de ses adjoints de 15%. Là aussi, voir François F, Jacques C, Alain J.

- Réduction de 67% des subventions de deux centres sociaux, arrêt total pour l’un d’eux. Oui, et alors ? La politique, c'est l'art du choix. Il n'y a pas de reconduite automatique prévue.

- Suppression des abonnements à Libération et Le Figaro à la médiathèque. Pénurie de torche-cul en vue ?

- Diminution de 25% des subventions aux associations. De gauche ? Si à droite on avait des cojones, il y a longtemps que cela aurait été fait.

La totalité de ces reproches sont insignifiants, et pas tellement éloignées des vies municipales des communes qui ne sont pas FN.

Personnellement, je ne vois pas la différence entre sucrer une prime, et supprimer, comme se vantent certains, 400 fonctionnaires municipaux. C'est la même logique. Et puis rien n'oblige une municipalité à subventionner des gens qui ouvertement, sont hostiles. Ils veulent continuer à être hostiles ? Bon vent leur fasse. Mais sans l'argent du contribuable local.

Quand aux services sociaux, ils sont sensés s'occuper des gens en très grande détresse, et notamment de ceux qui n'arrivent pas à payer la cantine.

Pour les centres sociaux, ils ressemblent beaucoup à l'église de 1788 : d'énormes frais de fonctionnement, et un service rendu à la collectivité, totalement insignifiant.

A faire ce genre de coupages de cheveux en 4, "les républicains", démontrent surtout leur propre bêtise... Je ne vois dans tout ça, rien de choquant, seulement des choix politiques.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 18:14

Bon, le p'tit marquis de belgueulle a été faire son viron à Oradour.

Là, une unité de la Waffen SS a massacré de manière ignoble la population civile. Est en cause la 2° panzerdivision Das Reich.

Il faut lui rappeler que la Waffen SS était une armée EUROPENNE, l'armée du parti national socialiste, qui lui servait de légion étrangère, et dans laquelle, les volontaires étrangers finirent par être majoritaire.
Elle était, pour le recrutement, en concurrence avec l'OKW, qui appréciait peu qu'on siphonne ses recrues.

Son chef était Heinrich Himmler, reichsfuhrer ss, EUROPEEN convaincu et militant.

La matrice idéologique de l'Europe actuelle, c'est le nazisme. Et on admire le caractère collaborationniste du p'tit marquis, dépassant même celle de "l'état française", vous savez, ce régime qu'on appelle "le régime de Vichy" et dont c'était le nom officiel.

Quand Chirac, d'ailleurs, parla de la "responsabilité de l'état français", il ne concéda rien du tout. Il se contenta de dire : "c'est la faute à Vichy".

D'ailleurs, le dit gouvernement de Vichy était menacé d'être débordé par divers personnages, appelés "Ultras de la collaboration" (Déat, Darnand, Doriot), qui se faisait fort d'aller beaucoup plus loin que lui dans cette politique.

C'est d'ailleurs pour avoir troublé une réunion de ces ultras, que F. Mitterrand se distingua. En faisant cela, il arrivait d'ailleurs à se mettre bien aussi bien auprès du GPRF (gouvernement provisoire de la république française), que du gouvernement "de l'état français".

Les "ultras de la collaboration", d'ailleurs, n'étaient même pas en odeur de sainteté auprès des autorités allemandes...

Heureusement pour le p'tit marquis qu'il ne fait pas campagne en Biélorussie. Là, les allemands firent l'équivalent de 600 Oradour(s) et 9 200 villages détruits et pillés. Il aurait été vraiment occupé à tout visiter...

De plus, il a quand même été omis que ce sont des allemands qui ont tué, à cette occasion, 642 français. Tous civils.

Pour ce qui est des négociations avec les autorités allemandes, même ledit régime de "l'état français", était plus pugnace vis-à-vis de Berlin que ne l'ont été Chirac, Sarkozy, sans parler de Hollande, et bientôt le marquis de belgueulle.

Pierre Laval, quand il partait négocier, emmenait sa capsule de poison. Sans doute, les milieux économiques collaborèrent bien plus que le gouvernement... Quelques secteurs se distinguèrent particulièrement, avec un taux de livraison destiné à l'Allemagne atteignant les 100 %.

Le  CNR (conseil national de la résistance), quand à lui, et son programme qui fut appliqué après la guerre, est le résultat d'une aberration que Jean Luc Mélenchon ferait bien de méditer : la collaboration entre gens qui en majorité se détestaient avant guerre : communistes et droite dure nationaliste. D'ailleurs, De Gaulle, dont le mentor était Pétain, et qui était réputé, avant guerre, "être sa voix", était lui-même très à droite, et considéré par les anglo-saxons, comme un quasi-fasciste.

La résistance communiste, elle, n'apparait que le 22 juin 1941, date de l'invasion de l'URSS. L'OCM (organisation civile et militaire); est très à droite, très militaire.

La période fut trouble, en gris nuancée, loin de correspondre aux simplifications d'aujourd'hui.  “Un paradoxe français – antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance”.
Quand à Pétain et à son gouvernement, l'avis de la population ayant vécu la période fut nuancé. Plébiscité à son arrivée, plus impopulaire à la fin de la guerre, on se gardait souvent de le condamner de manière ferme, sinon de le condamner, tout court.
Les français ont eut très peur, et vécu avec la peur au ventre 4 ans durant. Il ne faut pas l'oublier. Les allemands n'étaient pas des gens obligatoirement civilisés, et pouvaient se comporter comme des sauvages. La preuve par l'est.

En 1940 la Biélorussie avait 9, 05 millions d'habitants, en 1945 6.670 millions. Les allemands avaient tués 2 230 000 habitants.

En Pologne (le gouvernement français craint la "polonisation"), le chiffre de victimes oscille entre 6 et 7.5 millions (les juifs sont 2.9 millions).

Ils auraient pu se comporter de la même manière en France. Et les Oradours être des milliers.

 Werner Rings, allemand antinazi qui fit toute la guerre dans les armées alliées, il écrivit "vivre avec l'ennemi". Il en conclut que pour les populations civiles, plus l'occupant était sauvage (ce qui fut en général, la règle), plus elles adoptaient une attitude de collaboration tactique de plus en plus poussée, simplement, pour survivre.

D'ailleurs, la résistance est assez peu une option. La résistance polonaise, toutes tendances confondues a tué 22 000 allemands. Pour 6 000 000 à  7 500 000 polonais tués...
On nous parle d'un "devoir de mémoire", qu'on ferait bien de mettre en marche.

" "En outre, précise Werner RINGS, les Allemands ne s'en tenaient pas une fois pour toutes à une politique d'occupation donnée. Des changements brusques survenaient, en général consécutifs à de soudaines et imprévisibles décisions de Hitler.(...) Dans ce mélange anarchique de sept formes d'occupation mal définies et souvent interverties, venaient de plus s'immiscer les divers ministères berlinois rivaux, essayant de se faire une place au sein même de l'administration existante, en y introduisant leurs agents, voire en établissant des services parallèles. Dans cette lutte pour le pouvoir remplie de contradictions, de jalousies et de conflits, chacun défendait ses intérêts sans trop hésiter sur le choix des moyens. En définitive, la politique d'occupation allemande était une constante improvisation. Selon les besoins, l'on prenait l'un de ces modèles d'administration et l'appliquait à la situation particulière du moment. Et comment aurait-il pu en être autrement? Ni Hitler ni les autres hauts responsables du Reich ne s'étaient jamais attaqués aux difficiles problèmes de l'administration et de l'organisation d'un territoire occupé. Au mieux, quelques services isolés s'occupaient de ces problèmes : des groupes de jeunes fonctionnaires ou bien un homme comme le spécialiste SS de la gestion Werner Best, qui devait devenir plénipotentiaire du Reich au Danemark. (...). L'improvisation et le chaos administratif, les conflits de compétences, demeurèrent dans l'ensemble cachés à l'opinion. De toute façon, c'eût été trop contraire à l'image que l'on se faisait généralement de la puissance d'occupation. Une propagande intensive avait depuis longtemps veillé à ce que la majorité des Européens considèrent le Reich comme un colosse fortement centralisé, qui exécutait exclusivement et toujours des ordres venus du sommet de la hiérarchie. Les contradictions et les absurdités apparentes paraissaient par conséquent intentionnelles, prévues, résultant d'ordres supérieurs. Les conséquences devaient être particulièrement vénéneuses, car l'impossibilité de concilier l'expérience quotidienne avec l'image d'un Reich monolithique prêtait à la force d'occupation des traits démoniaques. Derrière la confusion des intérêts personnels et administratifs, derrière les ordres contradictoires et les mesures incompréhensibles, les victimes croyaient voir une intention maligne qui semblait faire partie d'un plan d'ensemble où tout était prévu - alors que la politique d'occupation allemande était tout simplement dénuée de plan. Non seulement, ce qu'était la politique d'occupation, mais aussi ce qu'elle n'était pas, devint une provocation permanente." "

Quand à comparer des partis politiques actuels, aux partis fascistes ou nazis, c'est complétement farfelu, ne serait ce qu'à cause des effectifs. Le parti fasciste en 1922, c'était 700 000 membres, le NSDAP en 1932, 1 400 000 personnes... Combien pour les partis existants ? Quand il y a un vantard dans la classe, il en revendique 200 000. Certains ont du mal à trouver des candidats aux élections...

Bref, il faudrait que nos concitoyens connaissent l'histoire... Au lieu de faire les perroquets.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 14:02

Jacques Sapir disait que le souverainisme gagnait la bataille culturel.
C'est visible dans la prise de position des candidats à la présidentielle.

Ont choisis la neutralité : Lassalle, Poutou, Asselineau, Arthaud, Cheminade,

Ont pris partie pour MLP : NDA.

Ont pris position pour Macaron : Fillon et Hamon...

Je ne veux pas dire, si les uns sont lilliputiens, les autres des has been décrépis et faisandés. Et NDA et MLP ont toutes les raisons d'être contents. L'une parce que, même si elle rallie un parti pas très important, une barrière s'effondre.

L'autre, parce qu'il a peut être réussi le coup de F. Mitterrand, en 1965, avec la FGDS.(Front des Gauches démocrates et sociales). A savoir, coincé entre SFIO et PCF, F. Mitterrand réunit quelques députés indépendants, pour peser autant qu'eux, la grenouille se fait grosse comme un boeuf, et devenir candidat unique à la présidentielle.

Quand on voit, d'ailleurs, les responsables de la bronca contre Dupont Aignan, il doit être à la veille de mourir de rire.

Quand au FN, il doit se dire, comme le dit Rougeyron, il doit se dire que s'il est battu, il doit se battre pour avoir une défaite glorieuse, comme Bir Hakeim, qui prépare El Alamein.

L'histoire est remplie de ces défaites qui annoncèrent le renouveau...

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 13:32

Visiblement, les français vont être écoeurés jusqu'à la gueule, de la prise de position des soi-disant "élites", bien sûrs, toute en faveur du p'tit marquis de belgueule.

Elites est mauvais mot, parce que pour être une élite, il faudrait être intelligent, et voter pour le marquis de Belgueule, c'est surtout faire preuve de suivisme, après un battage médiatique intense. Et dans la palette de ces importants, je ne vois aucun signe d'intelligence : «Si Le Pen gagne, je rendrais mon passeport français».

Et bien entendu, il est facile de répondre à Zidane, qu'il est millionnaire, et que savoir taper dans un ballon, c'est très limite pour le justifier. Manipulateur de symbole grassement payé par le système pour fournir l'opium des peuples, il aurait mieux fait de se taire. Comme d'habitude. Quand il l'ouvre, c'est pour braire des âneries.

Si les quidams croient que quelques uns tiennent compte de leur avis, ils se trompent lourdement.  Et la promesse de foutre le camp est rarement suivi d'effets. Je ne me rappelle pas beaucoup d'exils de ces importants citoyens américains après la victoire de Trump. Pourtant, ce devait être une formidable hémorragie. Mais visiblement, ils ont choisis de "résister", dans leur villa californienne à 20 millions de $, protégée par 20 gardes armés. Protégés, pas de Trump, mais de la populace. 

Ces élites, le sont par leur revenu, souvent le revenu de manipulateur de symboles. Le problème, c'est qu'ils manipulent de moins en moins, et même le "front anti-fasciste", ça rappelle 2002, mais avec des limites : contrairement à ce que l'on dit, beaucoup de gens se souviennent d'avoir été enc...é par le Chirac et sa politique, les 5 années suivantes.

"L’élection de 2002 n’a aucun rapport avec celle que nous venons de vivre. Il n’y a que les diplodocus et les « antifas » pour ne pas comprendre que nous avons changé d’époque. "

Ces prises de positions sont souvent, totalement contre-productives. Il n'y a aucun argumentaire, et quand il en existe un timide, il est complétement à côté de la plaque. Le français de base a déjà l'impression d'être dans un état de catastrophe économique total. Le président d'université qui n'engage que des vacataires a t'il autorité pour donner des leçons ???

La non prise de position de certains politiques apparait comme plus intelligent, et la position de 2002 apparait avec le recul, comme une catastrophe sans égal. Chirac a comblé de faveurs les plus riches, et tapé sur le populo.

Visiblement, appeler à voter François Macron, à terme, peut s'avérer tout aussi dangereux, comme remonter sur le Titanic après l'iceberg, parce que le canot de sauvetage est trop froid.

La droite a perdu l'élection, parce qu'elle la considérait comme imperdable. Le Giscard de 1981.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 06:33

J'ai vu un lecteur qui réagissait ainsi (à la question énergétique) : " Les élites n'y sont pour rien. "

 

Si; entièrement et à 100 %. Le rapport Meadows était un avertissement. La réaction ? Nulle ou proche de zéro.

Le rapport Meadows, c'est pas un groupe de pression économique, et le groupe de pression économique, l'horizon à 40 ans, il s'en fout. Ce qui "compte", pour lui, ce sont les comptes du prochain trimestre, ou au plus, du deuxième trimestre.

Pourtant, certains ont réagis quand ils ont vu le problème. Mao et sa politique d'enfant unique, Gandhi (Indira), avec aussi une politique de réduction de natalité.

" L'énergie n'est plus un sujet dans le monde aujourd'hui, du moins sous l'angle quantitatif. "

On voit donc la capacité des élites à dire n'importe quoi, et à s'auto-intoxiquer, par des nouvelles bidons.

Mais, comme je l'ai dit, il y a césure claire entre villes centres, et périphéries. Comme l'ont indiqué des internautes, les villes comme Paris, Lyon, Toulouse ou Bordeaux ne sont pas tellement FN, qui y est très minoritaire, et la Bretagne rétive aussi : " Les agriculteurs sont peu nombreux. Beaucoup de fonctionnaires, et gens qui travail dans l'agroalimentaire, et de parisiens ayant acheté des résidences secondaires.
C'est également la région qui se porte le mieux économiquement, et le nombre d'immigrés y est très faible. "

De plus, on peut voir la césure claire, entre ouvrier Whirlpool et encadrement. Ces empaffés se croient indispensables. Ils vont être lourdement déçus.

Il ne vient visiblement même pas à l'idée des importants qu'on puisse commercer sans libéralisme économique.

Le problème énergétique/économique/politique ne leur saute même pas aux yeux, ils habitent les beaux quartiers, et n'ont aucun problème à ce niveau là. Pourtant, il est souvent simple à voir. Il suffit de rouler hors des heures de pointe. Si les tuyaux sont complétement entartrés aux heures de pointes, en dehors, c'est royal, même s'il y a un peu plus de circulation. Même en cas de travaux importants, comme au Viaduc de la Ricamarie, dont j'ai parlé. On roule plus vite que d'habitude en heures de pointes. La cause ? J'ai revu la circulation automobile des années 1970... Toujours hors pointe bien sûr.

Alors, doucement, les personnels politiques sont en train de changer. " Le clivage politique fondé sur la distance aux villes [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.469] observé dès 2002 ne cesse donc de se renforcer. "

Le fort renouvellement urbain, qui paupérise certaines villes et de bobo-ïsent d'autres, influe fortement sur le vote. Certaines sont des centre-villes dégradées à forte population immigrée et relativement bon marché, d'autres, des réserves de riches endettés. Macron a séduit tous les incultes, cela fait du monde.

Ceux qui pensent, comme Clémenceau à son époque, que l'essence, il en prenait chez son épicier.

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie Economie Politique
commenter cet article