Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 08:59
Il parait que la Bérézina fut une victoire française. Le seul inconvénient c'est qu'on y perdit une armée, oh, pas bien grosse, une petite armée de rien du tout.
C'est sans doute pour cela qu'on l'appelait la grande armée. Les nabots aiment bien ce qui est grand. C'est Napoléon qui l'avait baptisé ainsi.

Dans les annales, 2004 étaient déjà une fessée pour la majorité présidentielle, mais 2010, c'est encore pire.
En 2004, l'UMP était en majorité absolue dans 6 départements, et en tête dans 10 autres, avec les triangulaires.
En 2010, l'UMP obtient la majorité absolue dans 2 départements, plus un d' outre-mer, et la majorité relative dans 4 départements, plus un d' outre-mer.
Elle n'est même pas seconde dans le Pas de Calais, où elle laisse la place à Marine Le Pen.
C'est en outre, caricatural : la côte-d'azur, l'Alsace, le Cantal et les Yvelines.
En outre, le "triomphe" cantalou est il fort modeste : 51.04 %.

 Le PS n'est souvent pas en meilleur forme : sa majorité n'est souvent que relative en cas de triangulaire, et il a été carrément éjecté du languedoc, éliminé sans rémission au premier tour.
Pour le premier tour, les départements où le parti unique de la majorité arrivent en tête se limitent à 33.
C'est peu, très peu, et les avances étaient faibles.

Au total, au second tour, les résultats sont les suivants :

- inscrits :       43 354 968,
- abstention : 21 148 548,
- votants :       22 206 420,
- blanc et nul :  1 013 554,


- front de gauche        56 089,   soit    0.27 % des suffrages exprimés,        réellement :  0.13 %,
- PS                           738 454,   soit   3.48 % des suffrages exprimés,                "             1.70 %
- Divers gauche        715 625,  soit    3.38 % des suffrages exprimés,                "             1.70 %
- Union gauche      9 833 795,  soit   46.40 % des suffrages exprimés,               "           22.68%
- EE                           207 435,  soit      0.98 % des suffrages exprimés,               "             0.48 %
- MODEM                 178 852,   soit     0.84 % des suffrages exprimés,               "             0.41 %
- majorité Pres.     7 516 302,   soit   35.47 % des suffrages exprimés,               "           17.34 %
- FN                        1 943 643,   soit     9.17 % des suffrages exprimés,               "             4.48 %
- régionalistes          127 326,  soit      0.60 % des suffrages exprimés.               "             0.30 %.

49.20 % des électeurs ont votés. On assiste aussi à des tendances centrifuges fortes, comme elles ont toujours existé en période de troubles.
Les barons occitans se portent bien. D'abord Frêche, mais aussi Lassalle, qui sans doute est devenu indéboulonnables dans son fief et qui sans doute, à l'occasion fera beaucoup mieux.
Mais on peut citer aussi MS Royal dont le score dans sa région est trop fort pour être totalement honnête.
Les autonomismes portent différentes couleurs : rouge dans le Limousin, vert en Bretagne, sans parler des autonomistes corses.
Même le vote UMP en Alsace, en Côte d'Azur et dans le Cantal est plus porteur d'irrédentisme local que d'adhésion à la politique présidentielle.

Enfin,  le plus gros morceau : le FN perce dans le Nord-Pas de Calais, mais aussi dans le coeur du pouvoir : le bassin parisien.
Ses scores Rhône alpin et en PACA révélent aussi que les forces centrifuges travaillent ces deux régions.

Pour résumer : le bipartisme officiel vient sans doute de sonner l'heure de l'alternance. Le pouvoir en place est trop bling-bling, trop voyant, pour être respecté.
Mais les signes de rejet de ce pouvoir parisianiste et mondialiste se font de plus en plus forts. Partout par la montée de l'abstention, ailleurs par la montée des dissidences, soient incorrectes politiquement parlant comme FN ou Frêche, soient plus soft dans la vulgate politicienne : le rescapé Lassalle, la pestiférée Ségolène, EE en Bretagne, les rouges en Limousin. Même l'UMP Alsacien, à contre courant, est une marque de localisme.

Comme au temps du réferendum de 2005, Paris et sa région voit s'affronter les partis corrects de gouvernement, PS et UMP, dans un quand à soi qui en dit long.
Comme on ne change pas une politique qui perd, on va donc réformer les retraites et accentuer encore la dissidence.

Par rapport au premier tour, on observe un tassement de la Gauche en général, et un rebond de l'UMP. Mais ceci est assez classique en bipolarisation.
Mais l'avance était telle et le rebond si modeste que cela n'a rien changé.
Autrement, là aussi, c'est la bonne tenue du FN qui attire l'oeil. 2 223 800 voix au premier tour et 1943 643 au second, en n'étant pas représenté sur la moitié du territoire, c'est une performance remarquable.

Comme je l'ai déjà dit, en assistant au dépouillement dans une région où il n'avait pu se maintenir, j'ai pu constater personnellement que les bulletins FN étaient quand même particulièrement nombreux dans le vote nul.    
Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 22:19
A l'image du Viet Nam, les occupants ne contrôlent plus rien la nuit.
La reprise de Majah, annoncée bruyamment, après une offensive qui devait tout régler, est contrôlé de fait par les talibans, qui tiennent réunions chaque nuit, et se déplacent sans armes.

Les occidentaux sont claquemurés dans leurs bases, et poliment, s'abstiennent de les déranger en venant dans des endroits où ils ne sont pas invités, ni bienvenus.

Alors qu'ils auraient pu honnêtement se faire pulvériser par les B52 en résistant à découvert, ils ont laissés passer l'offensive, pour revenir après.
L'OTAN et l'armée US ont pu se livrer à leur plaisir favori : dépenser un tas d'argent complétement inutilement.


Ne craignant absolument pas le ridicule, les occidentaux et le gouvernement Afghans  négocient avec Gulbuddin Hekmatyar.
Girouette tournant à tous les vents et porte-poisse intégral, celui-ci n'est remarquable que par sa capacité à survivre à tous ses échecs (la totalité de ses actions).
Encore un signe supplémentaire que les occidentaux sont en train de perdre la guerre...
Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 08:41
Paf, c'est comme au tiercé, on attend un favori, c'est le tocard qui arrive en tête.

Le résultat du second tour est sans appel. Le réel vainqueur est le front national. D'habitude, il faisait un bon score au premier tour, puis connaissait un ressac au second, victime du "vote utile", en faveur de la droite ou de la gauche.
Aujourd'hui, plus de ça. Partout où il a pu se maintenir, il progresse en % comme en votes absolus.

Il repose donc sur le rejet du bi-partisme UMP-PS, plus connu sous le nom d'UMPS.
Le score socialiste reste modeste dans les triangulaires :
- 49 % pour le PS
- 33.5 % pour l'UMP,
- 17.5 % pour le FN. 
Cela correspond d'ailleurs à une règle démocratique : les votes s'équilibrent globalement autour de 50 /50.

En Aquitaine, la forte poussée de J. Lassalle, seul rescapé du MODEM indique le rejet de Zébulon Sarkozy, monté sur ressort.
Le Limousin connait, lui, une forte poussée d'extrème gauche.

Le triomphe socialiste n'est assuré qu'en cas de duel. Là aussi, le nain de jardin pétomane, ça fait rire un temps, puis ça lasse.
Au niveau global, cela donne :
- PS : 54 %,
- droite : 36 %,
- FN : 9 %.

Il y a clairement eu un jeu de chaises musicales. Si globalement, la participation est meilleure (51.2 %), on a un chassé croisé des électeurs. Par réflexe de bi-partisme, certains ne vont voter qu'au vote qui compte, le second, mais le rebond de l'UMP est éclatant de médiocrité.

j'ai aussi une remarque personnelle. Je vais souvent assister aux dépouillements, et là, sur 380 votants, le nombre de vote blancs ou nuls étaient important : 39. Le nombre de bulletins FN aussi était important (12), dans une région où il n'était plus en lice.
Cela représente 3 % des suffrages...

Malvy ou Royal s'offrent des scores impressionnants. Là où il n'y avait le choix qu'entre les socialistes et les sarkozistes, le rejet a été profond.
Le chef de l'état vient de vivre ses "mid-terms" élections à l'américaine. Il peut devenir un président impuissant. Ce phénomène est courant aux USA où souvent, même le camp qui le soutient s'éloigne pour éviter les dégâts.
Là, au niveau de l'UMP, il risque d'y avoir des remous, et des marginaux risquent de se retrouver bien encadrés.

Un bonnet d'âne à JF Kahn : "
Parce que, demain, il va falloir dire la vérité aux Français : c’est-à-dire que la situation économique, sociale et financière est plus dégradée qu’on ne l’a prétendu et qu’on n’échappera ni à la « rigueur » ni aux hausses d’impôts " .

Et remettre en cause des idées préconçues comme loi de 1973, euro  et construction européenne, ça lui vient à l'idée ? Parce que ce n'est pas les résultats de ces fatras qui plaident en leur faveur...
Mais cela, pour un hiérarque socialiste, c'est un tabou et une vache sacrée...
Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 14:29
Elle a deux composantes.
- L'évaporation économique, en cours, particulièrement depuis 1990.
- Le technologisme débridé, qui consiste à dépenser des sommes folles dans des nanards, non pas malgré leur coût, mais A CAUSE de leur coût : c'est cher, donc ça doit être efficace et bien. Et si ça n'est pas le cas, en dépensant plus, ça le deviendra...

En face, on utilise quelque chose de bien moins coûteux, en revenant aux principes de Pétain de 1917 : le fantassin bien instruit et qui sait combattre.
Entre les deux, le gouffre. L'un dépense 1000 milliards, l'autre pratiquement rien.

Revenons à 1914, un jour j'avais dit que l'effort de guerre des bélligérants de la première guerre mondiale était, par rapport à l'idée que nous nous en faisons, fabuleusement modeste.
On mise tout sur le fantassin, son équipement, son fusil, et même le nombre de cartouches est modeste.
La France de 1914 commencera la guerre avec 5 millions de fusils, 1500 cartouches/chacun, le nombre de mitrailleuses se monte à 5000, le nombre de canons (le 75) à 6000 disposant d'une dotation de 1500 obus chacun.
Le plan d'extrême urgence artillerie lourde n'est voté que le 15 juillet 1914. A cette époque, la dotation en artillerie lourde est de 276 pièces pour toute l'armée de terre.

Le général Boulanger devra sa popularité à une chose toute bête : il s'occupera du confort des soldats dans les casernes. On lui doit les premiers réfectoires. Après son intervention, on pourra le considérer comme modeste. Mais dans l'optique du temps, ça reste correct.

En réalité, les choses sont loin d'être égale entre occidentaux et leurs adversaires. Les uns ont la hiérarchie et les lobbys, les autres des chefs de guerre. Des vrais, avec le sens du combat.
Leur arsenal est d'une stupéfiante modestie. Des armes individuelles en abondance, mais c'est quasiment tout.
Par contre, leur sens de la stratégie a été aiguisé par ces guerres longues. Les incapables ont été éliminés ou marginalisés, seuls restent les motivés et les compétents.

La mise en pression du proche orient ne s'est pas faite du jour au lendemain, et on assiste sans doute à une volonté similaire en Amérique Latine.
Seulement, les temps ont bien changés, les moyens se sont érodés, et la puissance impériale est saignée par ses armes aussi coûteuses qu'inefficaces et son économie est en déliquescence.

Un empire, ça demande aussi et surtout du fantassin pousse-caillou.
Eisenhower mis en garde le peuple américain contre le complexe militaro-industriel (c'est lui qui inventa le mot). Sa mise en garde est d'une actualité éclatante.
Toute tentative de "renforcer" ce pouvoir, est contre-productif. Le système s'effondre sous son propre poids.

Anecdocte mexicaine. Le pays est en guerre, contre les cartels de la drogue. Il n'y a eu aucun résultat.
La seule cible, détruite en une nuit de l'armée et de la police, a été un syndicat d'électriciens...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 13:18
fer_a_repasser.jpgGrâce à "La Chute", vous pouvez bénéficier en avant première de la photo du JSF, alias F35 Lightning, orgueil de l'US air force, de la marine, de l'armée de terre, des pompiers de kansas city, ainsi que du club des mémés tricoteuses (commandes de chandails en gros ou au détail) du comté de Clayton (Géorgie) et de l'association cynophile des postiers de l'état de new-york. (liste non exhaustive). C'est dire si du monde soutien le JSF.

Le F35 B, à décollage vertical, est si terrible, qu'il détruit même les pistes qui étaient censées l'accueillir.
Aucun matériau connu et utilisé à l'heure actuelle ne résiste à la poussée des réacteurs.
Pour pallier le défaut, la décision a donc été prise de construire des pistes horizontales, pour faire décoller cet appareil à décollage vertical.
On voit donc que l'intelligence a un niveau rarement atteint dans l'histoire militaire.

Quand au Brésil, il a eu droit à la visite du porte-avion Carl Vinson, et une démonstration du F/A-18, dont le résultat a été sans appel.

Il n'y a désormais plus aucune opposition dans l'armée brésilienne pour l'achat du Rafale. C'est Dassault qui va être content.
Les USA avaient pourtant promis des rouleaux de scotchs pour remédier aux fissures prématurées apparues dans les carlingues et qui ont conduit au retrait d'une centaine d'appareils du service.

Poliment, l'armée brésilienne a suggéré qu'elle n'avait pas à s'immiscer dans le choix du gouvernement brésilien. "
L'armée de l'air du Brésil a donné carte blanche au gouvernement pour faire son choix entre les avions de chasse français, américain et suédois, a rapporté jeudi le quotidien Estado de Sao Paulo. "

Il est bien connu que les militaires sud américain ne s'ingèrent JAMAIS dans les décisions politiques des états du continent.
Il va s'en dire que le seul élément fondamental en faveur du Rafale, le transfert technologique, n'est désormais plus contrebalancé par le poids du lobby pro-US arc bouté sur la qualité des produits "made in USA".
Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 13:38
Ville-au-Moyen-Age.jpgL'expérience Milgram, repeinte aux couleurs d'un jeu télévisé a été diffusé. Ses résultats ont été sans appel.
81 % des participants ont été jusqu'au bout.
A l'époque des travaux de Milgram, c'était 20 % en dessous.
Encore n'y avait il aucun risque à refuser d'obéir.

Les armées, quand à elles, fusillent sans relâche les désobéissants. Que ce soit en Algérie, dans les camps de concentrations, ou en Pologne, il était beaucoup plus délicat de dire "non".
Il ne fallait pas rater son coup, si, par hasard on avait des intentions de désobéir, mais souvent, celle-ci était absente. Tout simplement parce qu'elle signifie la mort, ou de très gros ennuis.

Mais qui obéit dans un "comportement Milgram" ? Tout d'abord les gens les plus intégrés. Le néolibéralisme est une "politique Milgram".
On torture une population, en lui faisant porter le chapeau de ses difficultés. Le rmiste, le chômeur, c'est une évidence, se complaît dans son état.
Le torturé lui, n'est pas dans le même état d'esprit.

On a voulu opposer ce comportement barbare, au comportement ordinaire. Celui qui s'occupait des personnes âgés a lui été jusqu'au bout.
En réalité ce n'est pas incompatible. S'occuper des autres est souvent un comportement de tartuffe et formaté. Le quidam ne fait simplement que se couler dans le moule. C'est bien de s'occuper des personnes âgées, il s'occupe des personnes âgés. C'est typiquement le genre de personne qui fera, quoi qu'il arrive, ce qu'on lui demande.

Le comportement Milgram d'ailleurs, n'est pas exempt de la sphère politique. Angela Merkel et le FMI envoient des charges électriques de plus en plus puissantes, simplement pour ne pas se déjuger.

La cure d'austérité exigé de la Grêce et des autres pays méditerranéens reviendrait en pleine gueule de l'Allemagne, par la baisse des commandes ? On ne voit pas si loin.
On joue au poker. Bluffe ou pas bluffe. On n'est pas dans les jeux d'échecs. Là, il faut avoir plusieurs coups d'avance et faire des choses en apparence disjointe (parler de chose disjointe est un reproche qui m'est adressé souvent dans mes articles).
En réalité, comme les pièces du Puzzle, tout se met en place.

Les électrocutés commencent à être nombreux. Et qui plus est, tout le monde désormais pense qu'il peut être amené à jouer le rôle du torturé.  Il va y avoir des comptes à règler.
l'anti-comportement Milgram, c'est un comportement de rebelle.
le premier rebelle, dans la vie, c'est le cadet.

Comme je l'avais déjà dit, on a étudié le vote sur la mort de Louis XVI en fonction du positionnement familial. Les cadets ne l'ont pas voté, à une très forte majorité. Ils ont eu du courage, il fallait en avoir, des principes et peut être de la sympathie pour le malheur.
Les aînés eux, avaient changé de moule, mais ils étaient toujours été aussi obéissant. Pourquoi l'aîné contesterait il ? C'est lui, qui, la majorité du temps bat petits frères et petites soeurs et qui profitait -et profite encore- du droit d'aînesse et des relents qui existent encore.
Il n'a aucune raison de contester.
Même le Che Guevara a eu droit à l'étude. Bien qu'aîné, il était "cadet fonctionnel", en raison de sa faiblesse physique causée par son asthme.
Quand à Robespierre et Staline, il avait appris, chez les religieux, à être de parfaits faux-jetons. On m'a souvent dit qu'un curé était la meilleure fabrique de communistes...

Résumons : les profiteurs du système n'ont pas un grand potentiel de rebellitude.
La plupart se coulent dans le moule. Sans compter que chaque société sécrète des tartuffes à la pelle. Religieux aux temps de Molière, "sociaux" de tous poils aujourd'hui, ils sont la laïcisation des ordres des siècles passés.
La structure familiale y prédispose, comme elle prédispose aussi à l'obéissance ou à la contestation.
Les traditions familiales y incitent aussi. Un Jehan de Gaulle ferrailla 2 années durant en Normandie dans les années 1420 contre les anglais, avant de se replier sur la Bourgogne.
L'on sait aussi le rôle de la géographie. Le sud de la France est mieux taillé pour la guerre et la résistance que le nord.
Etre rebelle nécessite donc des prédispositions.
Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 17:14
C'est tout ce qui reste quand le reste s'écroule.

"le nombre de chômeurs britanniques a reculé de façon inattendue au mois de février, à un rythme plus observé depuis 13 ans...  ".
On peut reprendre la VRAIE information de cette manière : 
"
le nombre de chômeurs britanniques INDEMNISES a reculé  au mois de février, à un rythme plus observé depuis 13 ans... " (je passe sur la formule de politesse "de façon inattendue",
ou on peut voir comme ça aussi:
"
le nombre de chômeurs britanniques indemnisés a reculé de façon inattendue au mois de février, à un rythme plus observé depuis 13 ans... ".

Ce qui n'est pas du tout la même chose.

Au fait les invalides, c'est bien dix fois plus nombreux en GB qu'en France ? (5 millions contre 500 000), mais ça se comprend, même les godons, ils supportent pas leur climat.
Et les mères célibataires, c'est 2 millions, donc le nombre réel de chômeurs en GB atteint les 9.5 millions, ce qui donne 15 % de la population (pas active, totale), et un taux réel situé entre 25 et 30.
Comme une heure d'activité dans le mois vous éjecte des demandeurs d'emplois, je pense que 30 % de chômeurs, c'est le bon chiffre.

Je vois pas pourquoi on s'offusque que la Grêce ait truqué ses comptes, en matière de chômage, tout le monde le fait. On encule les mouches pour 0.1 %.

Aux Texas, les programmes scolaires vont alléger Roosevelt et promotionner Reagan (ses films doivent moins se vendre).
 Le président Jefferson, rédacteur de la déclaration d'indépendance mais premier homme politique en faveur de l'abolition de l'esclavage et partisan de la séparation de l'église et de l'état est relégué au profit de Calvin, et même Lyndon B Johnson, Texan pur jus, est aux oubliettes aussi : il s'était occupé de la lutte contre la pauvreté et de l'intégration, au lieu de se contenter honnêtement de napalmer et frire des niakoués, chose pour lesquels il avait des
drapeau-URSS-copie-1.jpg
dispositions et dont aucun vrai américain ne songerait à lui en faire grief...
le clou du cercueil : "
Les États-Unis ne seront plus décrits comme une «démocratie», mais bien comme une «république constitutionnelle». Un passage sur la liberté de religion a été biffé.  "
Je leur proposerais aussi au Texas d'adopter le drapeau ci dessus, il ira pile poil.

Non seulement on est C. comme des balais au Texas, mais on insiste et on ne se soigne même pas. Mais tant qu'on a un peu de pétrole ou de gaz dans le sous sol, les libéraux en tous genres grouillent. De vrais cancrelats. les hydrocarbures, ça doit attaquer le cerveau.
Par contre, en Angleterre, quelques voies discordantes se font jour sur la période Blair Thatcher Major (ils sont interchangeables) : "
l’indispensable rôle de l’Etat dans le redressement économique,  Michael Meacher, député britannique ".

Pour lui  : "
Contre la majorité de ses collègues, qui continuent d’adhérer aux dogmes libéraux, il affirme que la sortie de crise ne s’opérera pas sans une intervention massive des pouvoirs publics, seuls à même de compenser l’effondrement de l’investissement du secteur privé, et de relancer l’activité par des grands travaux, en particulier dans le logement social, et une ré-industrialisation de la Grande Bretagne. "

Les dits collégues pourront d'ailleurs, continuer à avoir une utilité. Dans les massacres de septembre, il faut bien quelques uns qui fassent les victimes.
Mais, même dans ce cas là, aucune perte en vie humaine ne serait à déplorer.
Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 10:14
Des bavures avaient fait des morts en Afghanistan, les américains ont offerts des compensations (2000 $ par tué), mais sans vouloir même savoir ce qui s'était passé.
Il est à noter que ce montant, même en Afghanistan est quasi insultant...
Les parents ne veulent pas de ça. Ils veulent la justice, et s'il n'y a pas la justice, la vengeance.
Le sang entraîne le sang, et "on sait ce que c'est la patrie, quand on la voit envahie par une armée".
Les talibans apprennent le sentiment national, recentrés sur une lutte nationale, et non plus sur une révolution islamique mondiale, ils marquent les points.
Ils sont devenus moins pesants sur la population, acceptent écoles désormais, protègent tant qu'ils le peuvent la population civile, structurent leur effort de guerre avec succès.
En un mot, ils ont laissé ce qui faisait la dictature, pour une politique nationale.

L'URSS de Staline avait évolué ainsi au début de la "grande guerre patriotique". On y était passé d'une guerre internationaliste, à une beaucoup plus classique défense de la grande Russie.
Le résultat est là. 75 % du pays sont contrôlés par les talibans (les 25 % restants sont faciles à reconnaître, c'est là où il y a le bordel).
La logistique aussi semble impressionnante : 8000 engins explosifs déposés l'an dernier.
On reconnaitra là aussi, la méthode ho-chi-minh. Les batailles d'Hoa Binh et de Dien-Bien-Phu reposèrent sur une logistique sans faille, même si les approvisionnements se faisaient à vélo...

La volonté de vengeance motive aussi.  Il n'est d'ailleurs jamais bon de trop pousser lorsqu'on semble l'emporter. Ce qui a empêché les talibans de se disloquer en 2001, ce sont les massacres de milliers d'entre eux dans le nord. Comme il y a toujours des survivants, le souvenir et le vécu en fait de redoutables combattants.
Les généraux romains qui étaient à Zama (202 av JC) étaient aussi des survivants de Cannes (216 av JC) et de bien d'autres combats ultérieurs. Ils avaient des comptes à régler, ils avaient appris et vus les erreurs, tout comme les capitaines de Charles VII qui inversèrent le cours de la guerre en 1430. La plupart étaient des survivants d'Azincourt.

En face, par contre, on perd pied face à la réalité. Thomas Friedman le dit pour Israël, mais c'est vrai pour la totalité du monde occidental et du complexe militaro-industriel occidental, dont Israël est un bourgeon le plus abouti.
Quand à la Russie, elle vient de changer de doctrine de défense. Le mépris du droit par les occidentaux l'a amené à classer l'OTAN et les USA comme ennemis, au même titre que le terrorisme (ça, bien que ça n'existe pas, c'est commode pour brider les oppositions intérieures).
On compte, en Russie, donc, sur l'armée russe et rien d'autre, d'autant que la guerre en Géorgie a montré que les USA n'avait ni la volonté, ni la possibilité de l'affronter.
Les révolutions colorées s'essoufflent, au même rythme que le modèle US.

Par contre, c'est la frontière mexicaine qui s'embrase, et les habitants vivent dans un état de quasi guerre, avec des incursions des cartels, de l'armée mexicaine, des fusillades incessantes, au point dans la région qu'on se pose la question de savoir ce que font les soldats en Corée et à Okinawa, et qu'ils seraient plus utiles sur la frontière mexicaine. 

Mais le torchon brûle aussi entre les USA et Israël. Les militaires US sont les plus hostiles à une guerre contre l'Iran, que Néthanyaou veut de manière quasi obsessionnelle. On assiste à un jeu compliqué entre trois entités : l'armée US, le gouvernement US, le Gouvernement israélien.
Entre temps, les relations armée US/ Iran, sont au beau fixe. Les deux ont conclus une alliance de fait; pour éviter de se laisser entraîner dans une confrontation non voulue...
Les liens se multiplient au sommet de la hiérarchie, comme à la base...
Les militaires US se pose la question de l'utilité de l'alliance israélienne. En réalité, ils ne la posent pas. Ils constatent, pour eux, sa nocivité profonde.

Nous vivons une époque formidable !!! Les alliés sont en crise et ne se supportent plus, et nouent des liens avec les "adversaires" potentiels et de tous poils. 

Dernier avatar : la vérité officielle sur le 11 septembre, vérité avant tout médiatique, se fissure aussi. La lame de fond pour la vérité est si forte, qu'elle emporte les médias officiels.
Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 11:26
Ce qui est frappant dans ce premier tour, c'est la calotte.
Les partis "de gouvernement" sont littéralement tous les trois, assassinés (UMP, PS, EE), par l'abstention et le vote blanc.
53.65 % pour l'abstention, contre 39.2 en 2004, 42.3 en 1998, 31.4 en 1992 et 22.1 en 1986. Le résultat est sans appel.
Contre les partis de gouvernement, les pavés.
A cela s'ajoute le vote blanc, dont nous n'avons aucune idée à l'heure actuelle, mais qui corse la sauce, la victoire de certaines grandes gueules, G. Frêche, baron de Languedoc, qui écrase toutes les brindilles qui voulaient s'opposer à lui, et renouvellant la quasi-sécession de Montmorency-Damville de 1574-1576.
On peut aussi citer, en Auvergne Chassaigne, en Picardie Gremetz,  en Aquitaine Lassalle et partout le FN (grand spécialiste des grandes gueules), mais aussi la quasi pestiférée au PS, Ségolène.

Pour les résultats globaux :
- 30 % pour le PS,
- 27 % pour l'UMP, (vraiment "parti unique" et unique parti de la "majorité"),
- 12.5 % pour EE (Europe écologie),
- 12 % pour le FN,
- 6.2 % pour le front de gauche,
- 4 % pour le Modem,
- 1.3 % pour le NPA...

Donc, le résultat est clair : tous sont battus, l'UMP est étrillée : pour le score réel dans l'opinion, il faut diviser par 2.2.
Le PS est devenue un candidat à l'alternance, mais visiblement pas une alternative.

Une seule indication indubitable, le seul parti défendant la politique actuelle, le parti fusionné UMP, a vu sa stratégie échouer complétement : 1 + 1 = 1. 27 % pour un parti unique de la majorité, c'est misérable, rapporté au nombre d'électeur, c'est aux alentours de 12 %, soit un adulte sur huit.
L'UMP, donc, a réussi son OPA : elle ne rassemble plus que la moitié de la réelle "classe moyenne" française. Le reste l'a abandonné.

53 % d'absentions + 24 % pour la gauche + 10 % pour les protestataires de tous poils (FN, DLR, Dissidents, Modem), ça ne fait plus beaucoup pour défendre la politique économique menée.

"Insensiblement, petit à petit, les gens se détournent du régime" (Guy Chaussinand Nogaret dans "la vie quotidienne sous Louis XV), mais visiblement, là on approche du point de collapsus, le détournement se fait de plus en plus rapide...
Parmi les battus, les uns peu moins battus sont les protestataires, et notamment le FN. Bien que son score soit médiocre, il a réussi à survivre, ce qui n'est déjà pas une mince performance (regardez le Modem, et même les verts) et se pose en arbitre...schtroumpf 01

Personnellement, j'ai voté pour un rebelle : j'ai mis un bulletin "Moi, je vote pour le grand schtroumph".
je me demande si je vais appeler à voter pour lui au second tour, ou si je mettrais le schtroumph grognon disant "moi, j'aime pas les candidats !"
Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 17:34
J'ai beaucoup évolué sur l'Union Soviétique. Je ne faisais pas franchement partie de ses amis en 1990, mais elle est tellement attaquée par une certaine presse, 20 ans après sa mort, que j'ai fini par me dire qu'elle ne pouvait pas être tout à fait mauvaise.
J. Ferrat vient de mourir, et je viens d'apprendre que "Potemkine" était une chanson antisoviétique. Si effectivement, en URSS le sujet a toujours été délicat, ce que chantait Ferrat, c'était la révolution de 1905, et pas le fait qu'elle ait largement été menée par Trotsky.
Le dit J. Ferrat se verra bientôt récupéré comme ennemi de toujours de l'URSS et du communisme.
En 1965, date de la chanson, J. Ferrat n'était pas particulièrement fâché avec le communisme et encore moins avec le PCF. piece-etat-francais.jpg
Cela me rappelle la campagne de désinformation, quand J. Chirac "
Le 16 juillet 1995, il avait été le premier président français à reconnaître la responsabilité de l'Etat français dans la déportation des Juifs."
Le seul "hic" dans l'affirmation, c'est que "l'état français", c'est, devant l'histoire, l'appellation officielle de ce qu'on connaît sous le nom de "régime de Vichy".
Dans les faits, J. Chirac a seulement dit ce qu'avait dit tous les présidents avant : c'est la faute à Vichy, "état de fait" dans la terminologie gaulliste.
On a donc affaire à l'utilisation d'une homonymie dans un but tout à fait malhonnête, et à terme, contre-productif.
A force de ressasser, on arrive au stade du syndrome de "l'ancien combattant de 14-18", où, quand l'un d'eux prenait la parole :
- on priait pour qu'il n'en parle pas (des tranchées),
- quand inévitablement il en parlait, on lui disait (malpoliment) de se taire, car c'était la 3500 ° fois qu'il la racontait...

Un peu de patience, et quand l'empire US se sera effondré, on ne verra plus que des ennemis de toujours de cet empire. Des floppés de gens qui ne "s'en laissaient pas compter" et qui disait "franchement les choses".

Image : pièce de 50 centimes de 1940-1945 (a circulé beaucoup plus longtemps), on y reconnaît la Francisque, l'emblème du Maréchal, et on voit l'appellation "Etat français" en opposition avec "république française", dont il se voulait la rupture et la négation...
Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article