Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 22:11

L'USAF a sorti ses vieux broncos, pour faire la guerre aux islamistes. Il est vrai qu'avec sa mécanique sans électroniques, ni ordinateurs, avec des pilotes agissant comme à l'époque, c'est à dire avec une formation beaucoup plus frustre et rudimentaire, on arrive sans doute à des résultats similaires, avec un coût bien moindre.
1000 usd l'heure, dans un cas, 40 000 dans l'autre, pour le F15. Ne parlons même pas du F35, qui laisse le F15 comme arme du pauvre.

Le F35 coûte 176 millions de dollar l'unité, le rafale 110. Le bronco 10.

Pour une guerre menée contre des gueux, même le F15 est surdimensionné. De plus, le Bronco, s'il y a perte matérielle, cela ne sera pas considéré comme grave. C'est un vieil appareil.

Mais, comme le disait un lecteur, au bout d'une semaine, plus de kérosène, d'obus, etc, il ne reste que les armes individuelles. Et même celle-ci, peuvent être aussi très vite sans utilité : elles consomment des munitions très vite.
Raison pour laquelle certaines armées n'ont pas renoncées à leurs armes à verrous, le mosin nagant étant le plus courant. Pas cher, facile d'entretien, en condition de combat, imbattables.

Le problème des armes US est qu'elle sont chères et délicates, de plus en plus chères, et de plus en plus délicates. Rien d'étonnant, donc, à ce que de très vieilles soient utilisées, même contre des armées modernes.
Rappelons Stalingrad, l'escadrille féminine de bombardement nocturne, "les sorcières de la nuit", volaient sur des vieux polikarpov, ce qui ne les empêcha pas d'acquérir une réputation d'invincibilité. Voulant prouver le contraire, le commandement de la Luftwaffe envoya un général d'armée abattre un de ses appareils. Voyant cela, le troufion de base en conclut que puisqu'il fallait qu'un général se déplace, elles étaient réellement invincibles...

En partant plus loin dans l'histoire, l'armée confédérée, pendant la guerre civile, se comporta très honorablement, tout en étant armée de bric et de broc, et de manière très improbable. Pour certains de leurs soldats, leurs fusils avaient fait aussi la guerre d'indépendance.

Le tout, dans une guerre, c'est de tuer le plus possible d'adversaires, au moindre coût humain et financier.

la débauche de moyens, n'est pas forcément synonyme d'efficacité, au contraire.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 17:14

J'ai vu quelque part que Marion Maréchal Le Pen, voulait l'alliance avec certains hommes politiques LR. Visiblement, elle n'a pas compris son époque.

Un parti protestataire qui s'allie avec un autre parti risque d'être entraîné dans sa chute. C'est l'alliance du pur sang avec le cheval de labour, et même pire que cela, l'alliance du jeune étalon et de la vieille carne en train de mourir. Le jeune étalon n'entraînera pas la carriole, il sera stoppé par la mort de la vieille carne.

Il suffit, pour un parti protestataire, de se laisser porter par le tapis roulant du passage des vaches grasses aux vaches maigres, puis, aux vaches rachitiques, puis aux vaches mortes. ça, ça va ramener du monde, et comme les prouvent les performances de Sanders et de Trump, qui se répercuteront aussi en Europe, qui s'y répercutent déjà.

La vieille classe politique entraîne rejet, dégoût, on ne l'entend plus. Le discours bien pensant, politiquement correct, non seulement devient lui aussi inaudible, mais repoussoir. Le dogme est de plus en plus rejeté, et de plus en plus entraîne l'hostilité, jusqu'au jour au l'hostilité passera du stade de la parole, à celui des actes.

L'antifasciste (de plus en plus rare) est de plus en plus assimilé à un vieux con, avant on se taisait, jusqu'au jour où on lui réplique, jusqu'au jour où le mince vernis de civilisation craquera.

Le totalitarisme actuel n'est pas négociable, ni amendable, il doit périr. Il va périr.

La percolation ou migration des électeurs, est un phénomène lent, mais qui a notablement évolué avec un FN a 30 %, mais qui ne pourra que s'accélérer, avec la hausse du nombre d'exclus.

LE FAIT INCONTOURNABLE AUX USA, C'EST 100 MILLIONS ET PLUS DE NON EMPLOYES.

ET LE PROBLEME EST LE MEME AILLEURS.


La vache maigre, de plus en plus rachitique, elle, voit arriver des migrants, et un marché de l'emploi pour lesquels ils sont inadaptés, pour le moins, qui les rejettera toujours.
Et pour cause, au moment de la robolution, même ceux en place seront sabrés à qui mieux mieux. Alors, s'insérer...

Un robot coûte le prix d'un salarié sur un an. Le robot peut travailler 24h/24, 7Jours/7, a un coût ridicule, quelques centaines d'euros d'électricité, de pièces et de fournitures.

La violence de l'ajustement sera telle qu'il n'y a aucune chance que l'humain s'adapte.

En Chine, on en est aux années 1950/1960 en Europe avec les mines de charbon. Les charbonniers, entreprises zombies, qui ne vivaient que de subventions largement accordées par les autorités locales pour assurer la paix sociale sont sur la sellette.

Là aussi, c'est la même problématique. La plupart ne retrouveront jamais d'emplois. Le niveau d'étude est bas, le débouché inexistant, et comme ailleurs, les entreprises chinoises les plus en pointes robolutisent tant qu'elles savent en faire. Là aussi, c'est plus simple de gérer 30 employés que 300.

Alors, prenons la loi travail à l'envers. Pourquoi brider les indemnités ? Et vouloir la régression comme norme ? Les gens restant employés devront avoir un haut niveau de compétences. On ne pourra pas les traiter comme des chaussettes.

Le problème des mineurs chinois est pire encore. Dans les années 1960, la quantité de pétrole disponible augmentait de 6.9 %. Aujourd'hui, le charbon EST la premières source d'énergie en Chine, et le pétrole n'est pas en quantité pour le switcher.

Dans ce contexte, très lourd, socialement et économiquement, on voit mal des gens surchauffés, rejeter des candidats, parce qu'ils ne sont pas polis, disent des gros mots, ou ont des mauvaises manières. C'est le degré zéro de la critique politique.

Etonnantes primaires US, surtout républicaines, ou le premier en course est un batteur d'estrade, et le second, un homme haï universellement dans le parti. Reste t'il la "solution" JFK ? Sans doute même pas, ou même plus. Cette "solution", entrainerait sans doute aucun la dissolution du pays. Les gens qui ne pourront plus voter Trump pour se défouler, risquent d'avoir des réactions plus violentes encore.

Les gens ne sont pas idiots. Ils votent justement pour ces gens, PARCE QUE ils ne sont pas polis, PARCE QUE ils sont grossiers, PARCE QUE, ils ont des mauvaises manières, PARCE QUE on sait qu'ils sont haïs.

Quand à l'état de la démocratie ? Voyez le 16° arrondissement, si politiquement correct. Ils ne veulent pas de chances, pardon de migrants chez eux, mais la mairie a eu une concertation quand même, d'un genre étrange. Elle a décidé, puis a fait une réunion de béni-oui-oui.

Et la réaction est sans appel :

" J’ai voté Hidalgo, Mais ce site pour SDF va faire tomber le prix de mon appartement."

A l'heure où la BCE injecte 80 milliards par mois pour "sauver l'économie", les biffins réapparus n'ont jamais été aussi nombreux...

Si cela n'est pas un effondrement de civilisation, cela y ressemble beaucoup. Les remontées de mortalités en France et en Italie, indiquent une vraie crise, plus profonde qu'une crise économique.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 17:14

Nique l'aristocratie,

à mort les huiles.

Destroy the establishment.
Voilà le message envoyé, par l'électorat US à la classe dirigeante, et ce n'est pas son verbiage, qui y peut quelque chose. On ne l'écoute plus. Mieux, ce verbiage fait vomir.

Alors, Soros, a fait comme en 1848, il a envoyé son lumpen prolétariat, largement noir ou hispano (mais pas seulement, il y a aussi les anti-racistes professionnels), troubler les fêtes, en suscitant, ailleurs, une mobilisation grandissante, et incrémentant, à l'américaine, les milices.

Visiblement, la noblesse transnationale a choisie la guerre pour les USA. Il sera d'ailleurs très intéressant de voir ce qu'il reste de l'économie mondiale, si les USA connaissent des troubles, avec des relents de guerre civile non purgée.

Non purgée à différents niveaux. Les blancs du Sud ont abandonnés largement le parti démocrate, pour un parti républicain devenu plus réac que les redeemers, validant entièrement le point de vue du président Johnson sur le vote noir, qui serait selon lui, instrumentalisé, totalement.

Pourtant, si les manifestants se réclamaient de Sanders, c'est pour Clinton, qu'ils roulent, des Clinton, qui, paradoxalement, ont le soutien de la communauté noire, alors que la présidence Clinton a été la pire pour cette communauté, depuis l'esclavage. Lois Jim Crows réactualisées, approfondies, débarrassées de ce qu'elles pouvaient avoir de non politiquement correct, mais excluant, de fait, les noirs de la plupart des emplois bien payés.

" un pipeline conduisant des écoles vers la prison a été mis en place, un système qui déplace les jeunes de leurs écoles sous-financées et décrépies vers des prisons high-tech flambant neuves."

Le taux de chômage, aussi, avant et après incarcération n'a plus la même tête...

De plus, s'il y a tendance à l'affrontement, il y aura création de milices (les ex-confédérés sont pas manche à ce jeu là, mais ils ne feraient plus la guerre seuls, ça tombe bien, parce que ça se mobilise aussi pour Trump dans le nord et dans l'ouest).

Politiquement, il n'y a pas qu'aux USA que les establishment dévissent. Hollande et Valls se vautrent dans l'impopularité, ou plutôt bénéficient encore de courbes de popularité importante, vu leurs nullités respectives. Diable, faire 17 et 24 %, c'est encore très respectable.

En Allemagne, AFD fait une percée remarquée. Et remarquable. D'ailleurs, si l'on compare sa présidente, avec Merkel, j'aurais toujours plus confiance dans une femme qui a eu 4 enfants, que dans une femme qui a choisie de ne pas en faire. Et ne parlons même pas d'un ministre qui prend une femme qui pourrait être sa mère. Et l'instinct ?

Quand à la remarque de l'AFD sur l'accueil à faire aux migrants (à coups de fusil, pour elle), elle pose la question de l'impuissance volontaire des gouvernants. En effet, les autorités disposent de tous les moyens de la contrainte, et en même temps, de sa légitimité.

Ils peuvent interrompre le mouvement, facilement, et à tout moment.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 20:55

En Chine, on va investir pour construire 30 minéraliers, qui devront aller chercher le minerai au Brésil, "quand le marché repartir".
On se fout de la gueule du monde. Avec 1200 millions de tonnes de capacités, 804 millions de tonnes de production, et 340 millions de tonnes d'excédent, le marché est mort.
La seule chose que veut faire le pouvoir chinois, c'est de donner de l'air à des constructeurs navals asphyxiés par la chute du nombre de commandes : " les commandes de navires, tout type confondus, ont plongé de moitié entre 2015 et 2014, selon le ministère de l’industrie et des technologies chinois. "

C'est une politique à très courte vue, et dans l'état de surcapacité du marché, totalement dénué d'intérêt, contrairement à ce que dit Ruello.

Simple espoir de gagner du temps, d'ailleurs, les dirigeants chinois sont dans l'optique de gagner du temps, pour gagner du temps. Pourquoi faire ? Mystère.

Raisons pour lesquelles aciéries, mines de charbon inutiles, continuent à fonctionner.

Mais cela aura une fin. D'ailleurs, un aciériste parle de supprimer 50 000 de ses 80 000 emplois. Il est donc clair que le gouvernement chinois aura du mal à piloter le crash...

Aux USA, insurrection qui vient, un type aussi nul que Romney a eu un premier geste politique : il vient de réveiller la majorité endormie, et le capitalisme de connivence ne fait plus recette. Tant que tout le monde en profitait, ou croyait en profiter, cela avait du sens, mais maintenant, plus personne ne croit en profiter, sauf les 1 % qui en tire bénéfices, et 9 % de connards suiveurs.

Historiquement, des conventions ne se sont pas déroulées comme prévues aux USA : la convention démocrate de 1860 et sa division ont entraîné la guerre civile, et plus tôt, le parti whig se désagrégea.

Un candidat, ex-président, veut supprimer 300 000 postes de fonctionnaires. "Pour faire des économies", dont on se demande bien où elles seront, parce que les suppressions de postes, ce sera des départs à la retraite non compensées, et que les personnes non embauchées iront gonfler les chiffres du chômage.

Pour supprimer des postes de fonctionnaires, il faudrait qu'il y ait des perspectives d'embauches dans le privé. Il n'y en a pas, et la plupart des fonctionnaires sont inemployables ailleurs.

En Afrique du sud, le secteur minier aurifère s'effondre, ou plutôt, continue sa dégringolade, entamée depuis longtemps. En 1970 or et Afrique du sud étaient synonymes. Rien d'étonnant, d'ailleurs, les mines s'épuisent, et, d'une manière générale, le secteur minier s'effondre en Afrique du sud, pris en étau entre des prix qui baissent, et des coûts à la hausse.

Il est clair aussi, qu'en France, la "loi travail", ou baisse des salaires, mettra le feu aux poudres.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 18:11

Les loyers baissent dans 70 % des grandes villes, et, là où cela monte, souvent la baisse avait été forte l'année dernière.
Le marché de la location est donc comme le marché de la vente, avec le vent en poupe grâce à une baisse des prix qui peut être carabinée, malgré la modestie affichée des taux de baisse.

1 % de baisse globale, cela veut souvent être traduit par - 10 % ou - 20 %, ou pire.

L'immobilier est un puissant câble, soutenant la stabilité sociale. Celui-ci montre, indubitablement, des signes de fatigue et d'usure, montrant que lui aussi peut casser net à tout instant.

Une fois le locataire parti, qui donc va le remplacer, parce que le solvable ne court pas les rues, avec plus de 50 % de propriétaires. Avec la loi de la connerie maximale et exponentielle, on va rire. Valls, Hollande et l'UE me font penser à un canard sans tête qui continue de marcher.

Une bande de crétins veut simplement supprimer la demande solvable.

Et cette rupture a des conséquences politiques importantes et en aura en 2017, face aux "bons sentiments", européistes et immigrationnistes de la classe dirigeante.

Dans un climat de dégradation totale, d'ailleurs, l'inexistence de marché immobilier peut totalement geler la baisse. Moi, ce que j'ai entendu, c'est qu'à 3, 4 ou 5 euros le m2, il n'y avait pas de demande...

Ce mouvement, parti du rural, métastase de loin en loin. Comme les molécules échauffées, les 24 euros le m2 du marché parisien ne sont dû à rien d'autre qu'à cet échauffement, causé par l'entassement, et des voies de communications, dont le caractère vétuste s'accroit de jours en jours.

On peut rigoler d'ailleurs de plus en plus, devant la réaction des autorités sur le "Paris 1910". On va dépenser moins d'un million d'euros pour penser un événement pour lequel on n'a pas un rond pour le préparer, ou du moins, des budgets tellement lights que cela en est ridicule.
D'ailleurs, là aussi, c'est une falaise de Sénèque. Il sera moins coûteux de laisser détruire la ville que d'essayer de prévenir la catastrophe. Et moins coûteux de déplacer une population ayant tout perdu, que de reconstruire.

D'ailleurs, en ce qui concerne le pourrissement politique, les primaires US sont un exemple éclatant : on se presse aux primaires républicaines, qui met en tête Trump, puis Cruz, tellement haï par l'establishment politique que les candidats "politiquement corrects", sont plus que marginalisés, et c'est la chute de participation aux primaires démocrates, où hillary ne s'appuie que sur le vote ethnique des noirs, qui visiblement, n'ont rien compris au personnage, sa bassesse, sa veulerie vis-à-vis des puissants, et sa dureté vis-à-vis des petits. Mais ils sont contents.

D'ailleurs, le résultat est étonnant : le sud blanc est devenu quasiment totalement républicain, et le sud noir, totalement démocrate. Et la classe politique noire démocrate, chargée de gouverner des bantoustans qui ne disent pas leur nom. Sans oublier, bien sûr, le taux de remplissage des prisons par des noirs, qui sont une variation des lois jim crow, qui avaient au moins l'avantage de ne pas se cacher...

On a voulu faire la déségrégation des bus. Mais il n'y a plus de bus, ou très rarement aux USA...

Donc, le Michigan a donc voté tout à fait logiquement, pour un candidat protectionniste, plutôt que pour les jean-foutre libre échangistes, qui ont laissé s'envoler les usines en Chine. Jean-foutres, qui, de plus, clament haut et fort que cette politique est géniale, et qu'elle profite à tous.

A Flint, c'est devenu très simple d'assassiner quelqu'un qui ne vous revient pas : on lui paie à boire...

L'effondrement économique des infrastructures et de l'immobilier, implique, elle aussi, la transformation politique. Le "classe moyenne", devenu "redneck", contre ce qui reste de bobos, avec leurs alliés des minorités.

Demain, tous confédérés...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 18:33

La capitale de l'état islamique a vu des combats entre la population, et les rebelles. Apparemment, 200 jihadistes prudents ou sentant venir le vent, sont passés du côtés des insurgés (insurgés contre l'insurrection), et 5 quartiers de la ville sont tombés, les couleurs nationales ont été hissées, et contact a été pris avec l'armée syrienne.
Sans doute, ce mouvement est il fort peu spontané (l'insurrection venu d'en bas, c'est douteux), mais l'EI est très faible, en effectifs, comme en force.

Et puis, les guerres s'accélèrent, quand un camp, finalement, se reconnait vaincu. Sans doute, y a t'il eu perte de moral, et sentiment de ne plus y arriver. Les extrémistes combattant jusqu'à la mort, il y en a eu dans toutes les guerres, mais cela ne change pas les résultats.

Si la capitale, Damas, avait été prise par l'EI, sans doute aurait on dansé de joie dans les rues de Raqqah.

Mais, quand on gouverne, et sauvagement de surcroit, on a vite fait d'endosser la responsabilité de l'impopularité. Staline, grand manipulateur de terreur, savait l'arrêter quand il le fallait. Quitte à la recommencer plus tard. Avec d'autres cibles.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 18:03

Il est clair que le super tuesday a clarifié la situation côté républicain, et pas du tout côté démocrate, enfin, du moins, pas suffisamment.
Rubio et dans les choux, avec le reste de l'establishment, Trump gagne la majorité des états, et Cruz en ramasse deux. L'establishment, avec Rubio, a réussi l'exploit d'emporter 1 état...

Côté démocrate, le vote protestataire est Sanders, le vote ethnique est Clinton. Le problème pour Clinton, c'est qu'elle emporte massivement dans le sud, qui ne lui enverra que peu ou pas de grands électeurs, lors du vote final.

On voit donc, la prégnance encore aujourd'hui, du syndrome post guerre civile, entre des blancs, majoritairement conservateurs, le "solid south", et le vote, ou le non vote des minorités.

Si Trump casse la baraque, et Sanders, a un degré moindre aussi, c'est qu'ils cassent la baraque des codes du politiquement correct.

Le politiquement correct, c'est l'anti-racisme, qui gave, gravement, tout le monde, et c'est l'alignement sur le patronat qui veut de l'immigration et du libre échange. Et, bien sûr, la régression sociale que cela implique.

L'immigration nouvelle, d'ailleurs, gave même les immigrés anciens.

Il parait que le parti républicain est à 65 % contre Trump. Sans doute, mais pas les votants.

La vérité toute crue d'ailleurs, se fait jour, y compris en Europe, y compris en France. Intermarché veut jouer le jeu, et acheter la viande un peu plus cher aux producteurs français ? Hola, pas question, le dogme d'abord !

Le dogme, ici aussi, gave gravement. la politique actuelle, US ou européenne n'est pas aménageable. On ne peut que la briser, et toute personne saine d'esprit veut en sortir. L'effondrement en cours du bi-partisme américain, l'effondrement en cours des sociaux démocrates, saloperies de collaborateurs de l'occupation néo-libérale, se continuera. SI, par un dernier effort, Juppé ou Clinton, étaient élus, ce serait pour arriver au pouvoir dans un état de délabrement extrême, et, déjà, à bout de souffle...

Le problème, c'est leur politique. A l'image de l'URSS finissante, qui à Elstine avait opposé toute la gamme possible et imaginable de candidats bien sous tous rapports, le problème de ces candidats, c'est qu'ils disent tous la même chose, et qu'un regard souriant, bien gominé ou bien chauve, ce n'est pas un programme, et qu'on sent bien qu'on arrive au bout de quelque chose.

Dans un monde totalement interconnecté, il n'est pas anodin de voir la Chine supprimer 6 millions d'emplois.

Ces 6 millions d'emplois supprimés, grâce à la globalisation, se transforment immédiatement en exportation de crise ailleurs, en Europe, et en Amérique.

D'ailleurs, on voit que la Chine, elle même adopte une rhéthorique occidentale : priorité à l'emploi, formation, favoriser l'entreprenariat. Rien qu'à cette verbiosité, on peut dire que la Chine est rentrée dans une crise violente.

Alors, notre empire, rentre dans la phase politique de la crise, longue et ancienne, déjà. Et on n'a même pas abordé la vraie question : l'allocation des ressources énergétiques restantes. Parce qu'il n'y en a pas pour tout le monde et tous les usages.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 19:29

On peut se poser des questions sur la santé mentale de certains.
Notamment, ceux qui nous annoncent tranquillement que RBS se renforce. Si se "renforcer", veut dire perdre de l'argent en ininterrompu depuis 8 ans, cela veut dire "renforcer les pertes".

La bourse s'impatiente, nous dit on, bicoze, il n'y a pas de dividendes. Enfin, un dividende, avec des pertes, ça ne se fait pas trop. Enfin quand on est orthodoxe.

La loi El Khomri voit sa représentation reportée. Au même moment, en Suède, on voit arriver la journée de 6 heures. Pour tout ceux qui ont une idée de ce que c'est le travail, 6 heures, c'est la durée réelle de travail efficace. Le reste, c'est souvent n'importe quoi, alors, 10 ou 12 heures par jour, c'est se foutre de la gueule du monde. Et 60 heures par semaines, du grand guignol.

Preuve de l'extrême indigence intellectuelle du MEDEF et de ses pom-pom girls.

On peut se demander d'ailleurs, si quelques "niouzes", comme le malaise de la ministre a été causé parce que, pour une fois, elle a fait fonctionner son cerveau.

D'ailleurs, dans le monde de fous, j'ai de plus en plus de sympathie pour Donald Trump, par le fait qu'il apparait lui même fou pour les gens "raisonnables".

Négocier avec Poutine, et passer un accord avec lui, réduire la présence militaire en Europe, revenir sur tous les accords de libre échange, faire éliminer Kim Jong Un par la Chine, laisser Poutine et Assad régler le problème Daech, c'est plutôt une marque de bon sens. Quand au sort de l'immigration, c'est plutôt une marque aussi, de bon sens.

Mais cela ne correspond pas aux standards actuels, en vogue dans les classes dirigeantes.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 01:20

Telle est la leçon des politiques menées en Irlande.
Les partis obéissants aux ukazes de Bruxelles sont laminés ou en net recul, les protestataires de tous poils avancent.

L'effet propagande, l'effet TINA (there is no alternative), l'effet de ceux qui ont encore un travail, l'effet de lutte des classes fait que les partisans du statu quo ont encore une représentation politique disproportionnée vis-à-vis des bénéficiaires de leur politique, le 1 % d'en haut.

En obtenant -encore- 32 et quelques %, on voit qu'il y en encore plus de 30 % de paumés complets, qui n'ont rien compris au film.

Ce n'est pas l'austérité qui a provoqué la croissance. La croissance a eu lieu malgré l'austérité. Même dans un monde stationnaire, il peut y avoir plein emploi. L'Islande s'en est bien tiré.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 21:42

Le système semblait bien verrouillé aux USA. Pourtant, visiblement, dans les primaires, il est en train d'imploser.

"De Defensa", parlait d'un "american gorbatchev", visiblement appelé de ses voeux par le peuple depuis longtemps, ils n'ont eu, ces 8 dernières années qu'un majordome videur de pots de chambres.
C'est bien connu, quand on veut changer quelque chose, quand il faut changer quelque chose, il faut un type de l'intérieur, du plus profond de l'intérieur, et qui en connait tous les rouages. Pas l'affiche publicitaire que fut Obama.

The Donald, correspond mieux au profil. Il connait le système, en a profité, est devenu riche, et peut désormais lui pisser à la raie, au système.

130 millions de $ le fiston Bush, dépensés en pure perte. Les -riches- donateurs doivent se dire qu'il y a des aléas dans les investissements.
Donald, lui, correspond mieux à l'homme politique, finalement, qui veut accéder au pouvoir, par goût du pouvoir, et non se laisser acheter comme les Clinton-Bush-Blair-Sarkozy, etc, au prix de quelques millions de conférences stupides et débiles, qui ne sont qu'un renvoi d'ascenseurs. Ces tristes sirs n'ont même pas eu le loisir de se vendre cher. Ils ont vendus leur cul pour rien. Ou quasiment rien.

Bush Jeb, a jeté l'éponge, en faveur de Rubio, qui ne finit que troisième au Nevada, que remporte Donald, haut la main, (42 %), et même très haut la main, chez les hispaniques (44 %), que ses projets (murs et expulsions), étaient sensés lui aliéner...

Moralité ? Les autres sont ils encore plus détestables que pourrait l'être Donald ? Il faut bien se dire que l'immigré ancien, ne voit pas FORCEMENT, le nouvel arrivant d'un bon oeil, parce qu'il va essayer de lui piquer son boulot, déjà mal payé et précaire, pour un prix inférieur.
Mais, cela, c'est difficile à expliquer aux crétins, connards et abrutis, que l'on appelle anti-raciste.

Quand à Ted Cruz, c'est un "con insupportable", haïe par la totalité de l'establishment du parti. Donc avec 2/3 du parti républicain pour des candidats de rupture, ça risque d'être très dur de présenter un "candidat système" adéquat.

Les désistements, donc, dans les primaires, n'entraineraient donc pas forcément un affermissement des candidats "présentables", mais sans doute, finiraient de les plomber. Rubio n'a pas beaucoup profité, visiblement, du retrait de Jeb Bush, et des appels en sa faveur.

En réalité, ce qui pousse en tête Donald, c'est l'effondrement de l'économie des USA (23 % MINIMUM de taux de chômage), particulièrement sensible dans les états pétroliers du continent nord américain.

Ce taux de chômage, est il lui, sans doute sous estimé, car il est recalculé sur le taux de chômage US de 1980, lui même, déjà très contesté.

Un empire se constitue toujours par sa force économique, qui lui permet de constituer une force militaire importante, et sécrète sa propre fin : les lobbys, les importants, sont attachés à l'ordre social et particulièrement à paralyser les progrès techniques qui remettent en cause cet ordre social. L'empire chinois était très prolifique, pour les découvertes, mais ce n'était que des curiosités inemployées.

L'empire, souvent, progresse peu techniquement quand il a atteint sa maturité, ou plutôt, il a beaucoup de mal à rester leader dans les nouvelles technologies qui pointent. S'il arrive à les acquérir, il n'est souvent qu'un suiveur, pas un innovateur.

Les romains, qui étaient à la pointe de la technologie en l'an zéro, ne le sont plus en 400. Là, les barbares les submergent, non sous leur nombre, mais par la puissance que leur donnent leurs innovations techniques.

La dégradation des conditions sociales dans les pays développés, le recul social, indiquent donc une érosion massive, aux USA, en Europe, en Grande Bretagne, de l'état technique. Erosion causée par le plafonnement pétrolier, et aggravé par des politiques libre-échangistes.

Rien d'étonnant, aussi, que les candidats responsables de cet épuisement, reculent politiquement. Il est d'ailleurs étonnant que ce recul n'ait pas eu lieu, massivement, beaucoup plus tôt, mais c'est la perception qu'en a monsieur-tout-le-monde, qui en est la cause. On a mis beaucoup de temps à s'apercevoir de la décrépitude économique...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article