Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 15:59

- Fillon est mis en examen. Aura t'il son diplôme ? Si la mention recherchée est "es ladrerie humaine", il a toute ses chances.
Bien qu'Auvergnat convaincu (et militant), disant être économe plutôt qu'avare, je dois reconnaitre que je ne lui arrive pas à la cheville. En effet, j'ai jamais chouré la tirelire de mes enfants, ne leur ayant jamais fait rembourser le prix de leur mariage, et le coût de leurs chères études. je pense que je ne me différencie pas beaucoup de la plupart des parents.

Il est d'autant plus bizarre, d'ailleurs, qu'ayant des diplômes bien plus prestigieux que celui des enfants Fillon, ils ont été content quand on les a payé le smic, pendant ces dites périodes de stages.

Sans vouloir faire de la peine à quiconque, surtout pas à M. Fillon, pour l'avoir fait, la fac de droit, ça casse pas des barres. On peut même faire un sondage. Toute personne ayant eu un stage payé 3800 euros peut se signaler... Surtout en deuxième ou troisième année de droit...

- Une autre espèce de ladres, de gens qui n'ont rien compris au capitalisme.

"Électricité renouvelable : le mercantilisme allemand met en danger l’Europe de l’énergie". Le propre du capitalisme, c'est qu'un jour, le capital doit être désinvesti. Et que la rupture technologique conduit souvent à des déclassements massifs d'avoirs. Je vois avec plaisir qu'on a largement dépassé le stade de la moquerie pour atteindre celui de la désolation, de la plainte, devant la concurrence forcément déloyale, puisque le renouvelable est bien moins subventionné que le fossile (selon le FMI, les énergies classiques recevaient 14 milliards de subventions par jour).
Rappelons nous qu'il y a peu, le renouvelable ne pouvait absolument pas dépasser 2 % de la production totale...
Il est amusant de penser aussi, que le renouvelable ne pouvait aussi qu'être un appoint minime... Un jouet pour des situations exceptionnelles. La réalité islandaise et des iles, rappelle une seul chose. C'est que seul l'exigence de rentabilité et de profit, implique les grands réseaux centralisés. Et les iles, c'est pas rentable, ça ne le sera jamais, et il a fallu, au contraire, trouver pour elles des solutions économes, ou les subventionner...
 
- Portefeuille toujours, en Normandie. On râle contre la fermeture d'une piscine, dont la réouverture, doit se faire... On ne sait pas. Une âme généreuse avait penser faire une levée de fond, mais finalement s'est contenté de faire signer une pétition.
Regardez bien vos piscines et salles des fêtes, ces gouffres financiers. Comme les thermes romains, ils sont appelés à disparaitre, mais feront, et de loin, des ruines beaucoup plus moches.
 
- Toujours un portefeuille en peau de hérisson. Les retraités canadiens de Quebecor ont perdus la moitié de leur pension. Leur fond de pension est en faillite. Ils ne savaient pas que les fonds de pensions, ça finit toujours ainsi ???
Un budget social, ça peut perdurer longtemps, par contre. La dîme avait été crée par Charlemagne, et avait duré 10 siècles. Elle était, à l'origine, le budget social. Son détournement date de 1515, et du concordat de cette époque, qui fit des châtelains, nommés aux "bénéfices", les gros profiteurs de cette manne. C'est bizarre, ce comportement des châtelains aux cours des âges. C'est contagieux, docteur ???
 
- L'espérance de vie vient de baisser aux USA, globalement. Le fameux "obamacare", vanté, que certains châtelains auraient bien voulu voir ici, c'est à dire, la mutuelle généralisée, ça coûte 12 000 $ par an, avec une franchise de 5000 $, pour la version la plus "simple".
Inutile de dire, que la plupart des gens n'ont simplement pas les moyens de se la payer, et que le système de santé implose. Il assure un niveau médiocre de santé publique, avec un coût phénoménal. Il doit donc s'effondrer.
Seul le fait que les entreprises prennent (ou pas) en charge les mutuelles, permet une couverture large.

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 07:29

" > La preuve de l'intelligence apparait dans la réaction à la situation imprévue. Pas dans le pré-mâché.

C'est vrai. En prépa, c'est du par coeur et rabâchage car ce sont des bases que tu dois savoir par coeur.

En école d'ingénieur, c'est déjà plus orienté réflexion mais cela reste apprendre à reproduire une expérience qui a déjà fonctionné. Cela reste technique et pratique car on doit apprendre son métier.

J'ai continué en thèse et là cela a été un choc. Lorsque j'ai demandé de l'aide à mon directeur de thèse, il m'a répondu : "C'est toi le spécialiste, débrouille toi et viens me dire ce que tu as trouvé". Donc là oui en recherche tu te retrouves face à une situation imprévue et inconnue. Mais bon c'est à bac + 5 et tu dois être à même d'avoir suffisamment de bases et d'outils pour raisonner. Tu as trois ans pour le montrer. "

J'avais à une époque, un collègue arabe (pas trop instruit) qui m'avait livré la même réflexion, en parlant de son fils :  "Mon fils, je vais te donner le secret, que m'avait donné mon père, et que tu transmettras toi même à ton fils : tu es un homme désormais, tu te démerdes"...

On peut dire ça d'une autre manière. "Sciences sans conscience... etc".

Une prépa, ce ne sont que des outils. Et visiblement, une certaine fraction, pas toute, loin de là, de ces gens issus des prépas, en ont fait un usage qui ne démontre pas l'intelligence de celui qui en a bénéficié.

Au contraire. Phil a été mis au pied du mur, et c'est certainement là, qu'il a fait "coaguler" sa formation initiale. Il a commencé à marcher seul.

Quand on voit ces hommes politiques, bien proprets, bien formés, incapables d'avoir une idée personnelle, mais référer à un culte qui n'est pas autre chose qu'une récitation, on voit qu'il y a un problème.

Face à des imprévus, ils cherchent la fuite dans des certitudes. On m'a demandé des certitudes. On m'a demandé des bilans prévisionnels. Pour moi, ce n'est ni plus, ni moins que de prédire l'avenir qu'on m'a demandé, sous une forme pseudo-scientifique.

Je l'ai fait, mais, au fond, qu'est ce que je pouvais avoir comme appréciation sur ces gens ? Une fois, j'ai poussé le mépris en indiquant, en annotation sur une demande de subvention que s'ils ne me l'accordaient pas, Krôm les jetterait loin du Valhalla et rirait bien d'eux. (C'était un jour où j'avais un peu forcé sur l'apéro d'entreprise). Mais la subvention est quand même bien arrivée.

Je me pose depuis lors, la question de savoir si quelqu'un a lu ce dossier, ou si j'ai bien fait rire le lecteur éventuel, qui devait lui aussi, avoir de l'humour, ou était totalement incrédule devant son travail...

" Sous ces conditions, que les dirigeants européens continuent à se demander pourquoi les électeurs européens abandonnent les partis qui sont au pouvoir depuis plus d'une génération montre à quel point ils sont déconnectés de la réalité. "

"Les dirigeants européens pratiquent non pas une vraie politique, c'est-à-dire une série de décisions dont le but est réagir à la réalité ou de peser sur elle, mais au contraire une liturgie. Leurs actes doivent être compris non pas comme des mesures prises dans le monde tel qu'il est, ou en rapport avec celui-ci, mais au contraire comme une série de gestes symboliques dont le seul but est d'invoquer l'idéologie (ou la religion) en laquelle ils croient, celle du post-nationalisme et de la fin de l'histoire. Tels des initiés gnostiques, les dirigeants européens se considèrent comme un clergé doté d'une clairvoyance que les simples mortels n'ont pas ; s'enorgueillissant d'avoir avancés au-delà du concept passéiste du rapport de forces, et se vantant de leur approche post-moderne, les Européens dédaignent les Etats arriérés comme la Russie, la Turquie ou encore les Etats-Unis qui, eux, continuent à croire en leur puissance et en l'utilité de celui-ci." 

Les gens les mieux instruits sont donc ceux qui font appel non pas à la réalité, mais à un dogme. L'Union européenne est une construction religieuse. J'avais indiqué ce point de vue il y a bien longtemps. Le pouvoir religieux est à Francfort et Bruxelles.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 11:39

En Amérique du sud. Pour "the economic collapse", Venezuela (pour Snyder, c'est normal, c'est socialiste), mais aussi Brésil, s'effondrent économiquement. 70 % des vénézuéliens ont perdus du poids. ça se passerait aux USA, on pourrait saluer la nouvelle.

Il a oublié l'Argentine, depuis que Macri est revenu au pouvoir, je vous passe les cas des autres, Colombie, Pérou, etc, guère plus brillants, mais le panachage entre états "socialistes", et état "libéraux", est évident, et surtout, l'implication de tous dans l'économie mondiale.

La globalisation désormais, apporte des vents mauvais.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 11:28

Je vous les laisse découvrir. L'avantage, c'est qu'ils "risquent" de ne pas souffrir très longtemps...

Mais on peut aussi allonger notablement la liste des endroits où il ne faut absolument pas vivre. Et elle est déjà longue.

Pour vous entrainez psychologiquement, vous pouvez regarder l'intégralité de la série "Viking". Outre les provisions du monde d'avant, vous pourrez stockez aussi les arcs à poulie (et flèches) arbalètes, diverses armes blanches, et réunirent régulièrement quelques amis pour le barbe à queue. Je sais pas pourquoi on a adopté le terme de barbecue, c'est idiot.

Que les amis soient bas de plafond, n'a strictement aucune importance. Au contraire.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 09:50

Les hommes politiques actuels sont pitoyables. Prêts à vendre leur cul pour un plat de lentilles.

Après les salaires mirifiques pour une charge de travail, tout autant mirifique par son inexistence, on en vient à se faire tailler des costards.

Circulez, il n'y a rien à voir.

Comme je l'ai dit, d'une manière générale, faire maths spé, maths sup, ça ne rend pas intelligent.

La preuve de l'intelligence apparait dans la réaction à la situation imprévue. Pas dans le pré-mâché.

Obéir à un dogme, c'est rassurant. Mais le dogme reste un dogme, quelque chose d'improuvé, mais auquel on se DOIT d'obéir. C'est le contraire de l'intelligence. La science, c'est que dans une situation donnée, la même expérience donne toujours le même résultat.

Si le libéralisme économique donne toujours le même résultat, c'est dans la version désastre final qu'il faut trouver son aboutissement. Entre temps, on peut vous raconter des salades, parce qu'on part d'une situation antérieure, et qu'on part d'avantages différentiels.

L'avantage différentiel, quand il disparait renvoie à autre chose. Le Royaume Uni a bien profité de son charbon, de son pétrole et de son gaz.

Il en a tiré parti pour dominer la planète dans un cas, pour lui donner des leçons de libéralisme dans l'autre.

Mais, au bout du bout, on s'aperçoit qu'il faut faire sans. Et que ce n'était qu'un stratagème des plus puissants pour s'en mettre plein les fouilles, se faire payer des costards, et des habits de soie.

Le commerce de la soie a eu raison de l'empire romain, en raison du déficit commercial qu'il entrainait.

Aujourd'hui, la Chine a profité à plein du libéralisme des occidentaux. Son problème, c'est que sans son charbon, elle n'en profitera sans doute plus longtemps.

Là aussi, c'est une loi d'airain "qui a moins de charbouille, finira en quenouille"...

Ps : charbouille = charbon...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 17:14

Sortez vos mouchoirs, pour nos "pôvres", députés, qui, sont des tâcherons avec leurs 5000 euros nets par mois (mieux que 96 % de leurs concitoyens).
Pour Hervé Mariton, sans "revalorisaton", " « À un moment, on trouvera pour être parlementaire en France des retraités, des riches ou des nuls » ".
Cela fera un très gros changement, parce qu'à l'heure actuel, les députés sont les 3 à la fois. Il suffit de regarder M. Mariton.

Avoir une prestigieuse formation peut se révéler, sur une personnalité non trempée par les épreuves, une redoutable aventure. En bref, passer par des grandes écoles, c'est souvent un moule-à-con mortel.

Etre riche est parfaitement subjectif, M. Mariton est riche pour la plupart des ses concitoyens, même s'il estime, lui, ne pas l'être. (Définition du riche : c'est celui qui possède plus que moi).

Quand au "métier" de député, c'est largement, déjà, la maison de retraite. Et le sénat, la MAPAD.

L'intelligence, ce n'est pas passer par maths spé ou maths sup. L'intelligence, elle n'est pas innée. Elle s'acquiert souvent en ayant vu le loup.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 15:59

Par les efforts de Sears pour se restructurer. Mais pas découragés par la baisse de 10 % et plus de ses ventes. On se satisfait, aussi, en bon néo-libéral, de la baisse de ses stocks de 5.2 à 4 milliards, pendant que 7.3 à 6 milliards, et ses charges de 7.84 à 6. 77 milliards.

Bon, bravo, le commerce de détail s'effondre, et pas qu'au bénéfice de la vente internet, mais au "profit", de pas de vente, du tout.

Les baisses de vente ont l'air mondialisées. C'est le désavantage de l'économie dite mondialisée. Quand ça foire, c'est l'ensemble. Tout s'arrête.

Même la Chine connait un déficit commercial.

Sears, d'après ces chiffres a tout de la firme condamnée à brève échéance, et Wal-mart voit ses marges fondre.

On voit souvent un résultat paradoxal, le nombre de magasins augmente, mais les ventes ne suivent pas le mouvement. Nouvel indice de pic de tout.

Il y a d'ailleurs, dans les chiffres de Wal-mart de graves incohérences : hausse de 1.4 % de la fréquentation, de 1 % du chiffre d'affaire et hausse des ventes en lignes. Alors, les consos viennent faire la promenade au Wal-mart ???

Cela ne change rien au fait que la consommation baisse et tue un pan entier de l'économie. Des espaces qui faisaient de l'emploi, de l'animation, dans un contexte ou l'activité transport baisse beaucoup aux USA.

La baisse des commandes en Allemagne est aussi alarmante.

Pendant ce temps, des gens pas très clairs dans leur tête veulent pallier le risque d'effondrement de l'UE en créant un état fédéral. Histoire de se taper une guerre civile ???

 

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Economie
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 16:08

Il parait que Fillon accélère la crise de régime. Mais la crise de régime, il n'y a pas que Fillon qui l'accélère.

Visiblement, certains d'ailleurs, feraient bien de s'y mettre au régime, avant de mourir d'embonpoint. Dire qu'il faut 9000 euros net par mois à un député, est parfaitement répugnant. Et bien sûr, nous dit on, c'est pour "moraliser", la vie public.

Par contre, côté salaire minimum, et salaire médian, ça n'a pas l'air de déranger beaucoup Julien Dray. Si monsieur Dray sent ses oreilles siffler en ce moment, c'est à cause du nombre d'injures qui lui sont adressées par tous ceux qui lisent ses déclarations. Je suggérerais à Monsieur Dray de s'inscrire d'urgence à un cours de vie sociale et familiale. Pour le diététicien, c'est comme il veut.

Douceurs pour les uns, serrage de ceintures pour les autres. Dans les départements, ça serre sec, et pas forcément de manière injustifié. Les Bouches du Rhône sabrent le 1/3 du budget communication. Ils auraient pu aussi sabrer les 2/3 restant. On se demande pourquoi ce gaspillage continue. Après tout, pour la com, un site internet, à l'heure actuelle, ça suffit, sauf pour faire faire des fausses factures.

A Grenoble, une usine "quasi neuve" va être détruite. Une usine de pâte à papier. C'est à la fois, un scandale, et le canari de la mine.

Le secteur du papier carton et de la pâte à papier sont en effet cruciaux. Si ceux-ci ne s'en tirent plus, c'est que c'est foutu de chez foutu.

Quand à LafargeHolcim, on critique l'entreprise pour vouloir participer à la construction du mur avec le Mexique. Ce que feignent d'ignorer certains abrutis, c'est que la plupart du mur, c'est déjà du construit, que 46 kilomètres avaient été budgétés, qu'il ne restait pas grand chose à finir, et que les arrestations étaient en chute libre. Faute de combattants.

Bref, crise de régime, et pourtant on nous annonce le marquis de belle gueule à 2/3 des intentions de votes.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 10:44

Et démocratie ? On ne rit pas sur le blog. Cela sous entend que nous sommes en démocratie, ce qui est très incertain. Vu comme les politiques s'assoient sur les voeux du peuple, et pillent les finances publiques, on peut être dubitatif.

Quand certains appellent le salaire de Penelope, un "complément de rémunération", c'est qu'on ne manque pas d'air.

Le problème de l'oligarchie au pouvoir, c'est qu'elle est en état d'échec économique, et que c'est sans appel.

On nous chante que le libre échange globalisé et immigrationniste fera revenir le monde infini. La suite est toute tracée. Soit des côtes de popularité en chute libre, à la Hollande, mais en plus rapide, au pire, la fin de la "démocratie", démocratie étant le nom du régime existant, mais guère démocratique dans son fonctionnement, et qui chie ouvertement sur le "peuple", considéré comme nuisance.

Le problème principal du pouvoir est le suivant. Avant 1973, la production pétrolière augmentait de 10 % l'an. Après, de 1 %, après 2005, ça patine sec. Et les augmentations sont obtenues ailleurs, spécialement dans les condensats de gaz naturels, plus que dans le pétrole de schiste, ou les sables bitumineux.

On voit donc que le reste, comparé au NGL (Natural gas liquids), c'est important, mais reste très marginal. Assez important pour faire chuter les prix, parce que c'est la quantité marginale qui importe, mais pas assez pour peser significativement sur la tendance à la raréfaction.

De plus, sur le taux de retour énergétique, toutes les améliorations techniques ne sont que du blabla. le taux chute, incontestablement. On ne s'accorde guère pour savoir dans quelle mesure, mais la tendance non contestée, c'est qu'ils chutent.

Quand à la source charbon, elle, elle souffre d'un double problème, les épuisements géographique, patents dans certains cas (Chine), et la concurrence du gaz et du renouvelable, qui en fait une énergie désormais non rentable.

On peut se demander, d'ailleurs, si ce n'est pas le pied qui s'est levé dans la prospection et l'exploitation minière, qui explique la détente des prix du pétrole. Il est vrai qu'aujourd'hui, la brouette ou le wagon, c'est pas beaucoup utilisé dans l'exploitation minière.

On est bien dans le cadre d'une chute des rendements, et une chute qui va très vite. Le système est il en train de craquer ? Sans doute.

Aux USA, l'exploitation du pétrole a visiblement un taux de retour énergétique deux fois inférieur au reste du monde, et n'est masqué que par les subventions. Le reste du monde, lui, n'a pas la monnaie de réserve pour faire la même politique.

Le pétrole de schiste, visiblement, a un TRE deux fois inférieur au pétrole produit aux USA. Malgré l'amélioration du rendement.

Le problème fondamental ne se situe pas aux USA. Ailleurs, la machinerie globale n'alimente pas la prospection pétrolière, c'est la prospection pétrolière qui fait tourner la machine. Donc, les USA peuvent faire, tant et plus, fonctionner leur propre production, c'est la baisse du TRE ailleurs qui pose problème.

Sans une monnaie mondialement reconnu, la production de pétrole US serait devenue confidentielle. On voit bien les problèmes des voisins mexicains et canadiens. Ne bénéficiant pas de la même manne du dollar US, ils sont en graves difficultés.

Un autre schéma :

Le pétrole terrestre est en pic depuis les années 1970. le pétrole offshore a comblé la différence. le pétrole terrestre est le moins consommateur d'énergie, le pétrole offshore, lui, la boit littéralement.

De même, pour le charbon, le plus rentable aux débuts des années 1970, c'est le plus mécanisé, donc le plus gros consommateur de pétrole. Là aussi, baisse du TRE assurée. Et le gisement qui s'épuise devient aussi, très rapidement, déficitaire.

Le déclin du "libéralisme", est aussi le déclin de son carburant, et pour cela, on ne peut rien faire, à part si on trouve, comme dans "retour vers le futur", le moyen de faire une énergie avec les peaux de bananes des poubelles.

Mais ça, j'ai comme un doute. Donc, le futur se jouera entre chute de popularité et crise politique. Pendant que not'bon président accélère la vertu foudroyante qui s'abat sur les candidats excommuniés.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie
commenter cet article
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 07:53

En 1938, le gouvernement français s'engage pour la destruction des taudis, et la construction d'habitations bon marché à loyer modéré. 250 000 personnes y vivent, et on y compte 2 morts pour une naissance, et des frais élevés de santé.

Rien n'a changé, sauf la ladrerie de la république bourgeoise. Cette même république bourgeoise près de ses sous, qui a sous équipé l'armée française en 1914, et a appliqué la loi sur les HBM (habitations bon marché) avec une nonchalance proverbiale. Il n'y avait jamais d'argent pour en construire, et très peu après, pour la loi Loucheur.

Mais, déjà, la population des bidonvilles n'est pas concernée. On espère simplement qu'elle se déversera dans les logements laissés vides par ceux qui iraient dans les nouveaux logements bénéficiant du confort. Ils se passeraient beau avant que les habitants des taudis accèdent à leur tour aux logements avec confort.
Bien entendu, en 1938, on peut considérer que 90 % de la population habitait dans des taudis, selon les normes d'aujourd'hui.

Seule, une fraction de la bourgeoisie connaissait le tout confort. Le tout à l'égout est d'après guerre, avec l'eau dans les maisons, et le chauffage central ou pas, l'électricité, paradoxalement était quasiment partout en cette période d'avant guerre.

Comme nous le montre les films de l'époque, les hôtels étaient bondés de locataires éternels.

Mais, 1938 montre une inflexion. Un effort violent de réarmement oublié aujourd'hui, digne de 1914, fait avaler la couleuvre des budgets en augmentation pour le logement.

Les 260 000 logements prévus en 1928 par la loi loucheur étaient modestes et faisaient baver d'envie les ménages. Certes, aujourd'hui, ces logements sont "dans leur jus", mais pour l'époque, c'était des palais.

J'ai souvent rappelé l'histoire de la pissotière de Clochemerle, qui dépeint une époque. Les soldats étaient revenus de la grande guerre, la plupart avaient revu la Rhénanie et l'Alsace Lorraine, et souvent, avaient été impressionnés par le tout à l'égout généralisé et simplement, les chiottes. Chez eux, c'était le fossé, ou le seau hygiénique qui ne l'était souvent guère.

J'ai eu moi même un grand oncle, revenant de la guerre, et entrepreneur en maçonnerie, il avait crée une situation à la Clochemerle. Il s'était mis dans la tête d'installer des WC intérieurs, chez lui, comme en Allemagne, et chez les riches.

La situation dans le village avait quasiment tourné à la guerre civile, y compris dans son ménage. Voyons, on ne dépensait pas de l'argent pour une faïence, et c'était sale... Finalement, il installât ses WC à côté de son dépôt d'entrepreneur, en face de chez lui, de l'autre côté de la route, et la faïence fut une pierre de volcan qu'il avait lui même taillé. C'était idéal, surtout la nuit, et quand il faisait froid. 50 ans plus tard, les braises de la dispute se racontaient encore.

Mais il avait germé une idée. Les toilettes "loin", se multiplièrent pendant l'entre deux guerre, et elles rentrèrent dans les maisons après guerre.

Mais, à l'époque, les femmes ne travaillaient guère à l'extérieur. Il faut dire que rien qu'aller chercher l'eau à la fontaine, c'était une tâche écrasante.

La norme d'aujourd'hui, est très loin de la norme d'hier. Marcher à pieds ? Vous n'y pensez pas, c'est de l'esclavage...

Le taudis, d'ailleurs, c'est une notion variable. Les quartiers modernes des années 1960 ont souvent tourné au taudis vertical, avant de redevenir terrain vague.

Tout est ordre de priorité, quand on se donne des limites budgétaires. Visiblement, on préfère claquer 78 millions d'euros, sans utilité, dans un stade rénové, en gros pour les riches, plutôt que de s'occuper de la population.

Le dit stade, le maire le vendrait bien 200 millions, valeur patrimoniale, le club le rachèterait l'euro symbolique. Il faut dire qu'avec 62 millions de recettes et 62 000 euros de bénéfice, "ils n'ont pas les moyens". Projetons nous dans l'avenir, et 50 ans plus tard, le club, s'il existe encore, (la ville et l'état aussi) demandera l'aide des pouvoirs publics pour la réhabilitation. La dite ville aurait mieux fait de ne rien faire, et choisir de de désendetter (350 millions d'euros de dettes).

Là aussi, travaux inutiles de prestige, plus problématiques que rentables, sauf pour le bétonneur. Le simple retour sur investissement est une vue de l'esprit. La simple augmentation des recettes, une bouffonnerie.

Un présage pour les JO de Paris ? Oui, et une promesse : si le pays n'a pas traversé une crise majeure d'ici là, ce sera le détonateur.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article