Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 08:53

Pour le magasine "sciences et vie", le nucléaire français tourne au cauchemar. Rien ne va plus.

Age critique des réacteurs, et oui, un jour il faut bien désinvestir ce que l'on a investi, un EPR qui souffre de graves défauts, des travaux de prolongements pharamineux, un héritage ingérable. On ne sait même pas comment démanteler les vieux réacteurs à graphite, "une vraie vacherie !". Et cette vacherie, doit être reprise à zéro... Pour le XXII° siècle.

Bref, l'article parfait pour un anti-nucléaire...

Mon pronostic reste entier. Il y a de grosses chances pour qu'on ensevelisse les anciennes centrales, sous des montagnes de béton...

Mais le problème ne se situe pas qu'ici. Comme je l'avais déjà signalé, il y avait des gros problèmes d'approvisionnement en uranium, devant entrainer une crise de la filière nucléaire en cascade, et la fermeture de nombreuses centrales. C'est bien ce qui est arrivé, avec :

- le Japon (52 centrales),

- les USA (15 centrales),

- l'Allemagne (8 centrales),

- Grande Bretagne, 2 centrales arrêtées en 2012, 16 en activités, mais leur fermeture est proche. Même si Hinckley point était construit, ce qui reste douteux, ce serait alors les deux seules centrales en activité.

- La Belgique doit aussi sortir du nucléaire en 2025.

La crise du nucléaire est donc bien engagé, et la fin de l'approvisionnement du combustible d'origine militaire recyclé (20 %), devrait logiquement, entrainer une décroissance similaire du parc en exploitation (qui devrait passer de 440 à 350), avec la circonstance aggravante qu'il y a une soixante de centrales en construction. et plus de 170 prévues...

- On voit la situation financière d'EDF se dégrader irrésistiblement, avec 7000 suppressions d'emplois prévues, et un bénéfice en chute libre. Il reste que cela ne changera pas grand chose de tailler dans les effectifs, quand le régime de retraite est à sa charge.

En France, le mensonge des stocks commence à transparaitre, ils sont tombés en 2014 à 16 000 tonnes (pour une consommation de 8 000 tonnes annuelles). Ils étaient de 20 000 tonnes, et ce stock n'était pas, soi-disant, sollicité. Le déficit de production reste patent, même si, grâce au Kazakhstan, il est devenu moins important.

Mais dans le monde de l'énergie, on ment comme on respire, et le journaliste qui pond des articles, est con comme une valise.

Le meilleur exemple du mensonge énergétique, c'est l'Arabie Séoudite, qui depuis 40 ans, à toujours 261 milliards de barils de pétrole en réserve, bien qu'elle en ait tiré en moyenne près de 3 milliards par an. Et pour ce qui est de l'exploration pétrolière en Arabie, c'est simple, elle se chiffre aux alentours de zéro.

Autre chose à signaler, Cameco, le producteur canadien qui vient de virer quelques centaines de mineurs (le cours de l'uranium vient de chuter à 20 $ la livre), est en bisbille avec Tepco, l'exploitant japonais, pour rupture de contrat. Il va y avoir procès, et avant résolution, Cameco va passer des jours difficiles. Les clients ne se bousculent pas. Et les prix non plus...

Les dites réserves d'uranium dont on se gargarise à EDF et AREVA n'existent pas. Elles ne sont pas, pour l'instant, économiquement exploitable. Et puis, l'avis d'entreprises, l'une étant en faillite avouée, et ayant acheté des mines inexploitables, et l'autre au bord de la faillite, est pour le moins sujette à caution.

Comment ajouter foi à des entreprises pratiquant une "politique de l'autruche" si visible ??? D'ailleurs, la politique de l'autruche dans l'énergie est si répandue que s'en est même une règle : "La politique de l'autruche des entreprises pétrolières et gazières". Ils ne retiennent que les scénarios qui leur sont le plus favorable, et nient les évolutions en cours, notamment dans le bas carbone.

Journalistes et articles, d'ailleurs, se gardent bien d'analyser la réalité, pour les dogmes du jour : "Berlin doit abandonner le charbon d’ici 2035 pour respecter l’Accord de Paris". On ne parle presque plus de charbon en Allemagne, dont la production atteint péniblement les 8 millions de tonnes, mais de lignite, dont les réserves atteignent, elles, les 40 milliards de tonnes. Comme la lignite sert quasiment exclusivement à la production d'électricité, il est clair que la transition énergétique se fera au dépend de celle-ci, du nucléaire. Le charbon, lui, massivement importé, a déjà été fortement ajusté dans la production d'électricité.

Il reste que les producteurs classiques d'électricité, et leurs fournisseurs ont fait preuve d'une inadaptation totales aux conditions économiques. L'éolien et le solaire ont fourni des quantités très modestes d'électricité en France, respectivement l'équivalent de 2 millions de TEP (tonnes équivalent pétrole)  et 1.75 millions de TEP , contre 20 et 8 en Allemagne (source Usherbrooke). Pourtant, l'onde de choc des crises occasionnées est beaucoup plus importante que ces encore modestes chiffres pouvaient le laisser imaginer.

Ces entités privées doivent donc être regardées comme des dinosaures, incapables de s'adapter à un changement léger de paradigme. De parfaites bureaucraties -privées- prêchant la flexibilité à leurs salariés, mais incapables de la vivre. EDF en est le parfait exemple. L'idéologie du nucléaire empêche de faire ce qu'il faudrait, c'est à dire arrêter simplement quelques centrales nucléaires (définitivement), et engager une politique de réduction des besoins. Pas compliqué d'ailleurs, il suffit d'aller voir les hommes politiques, et de les orienter dans la bonne direction : interdire le chauffage électrique (c'est pour la planète !), pour le logement neuf, donner des crédits d'impôts pour la transition du logement ancien, prévoir la généralisation du chauffe eau solaire, chose qui ne coûterait pas un rond à EDF. Il vient un moment où l'intérêt de l'entreprise, c'est de gérer la décroissance de la demande, ou mieux, de l'organiser.

Mais cette norme du secteur privé, échappe visiblement à la cervelle très réduite des dirigeants...

Le tout, ce n'est pas d'avoir un gros chiffre d'affaire, mais de gagner de l'argent.

Mais si Fukushima n'avait pas eu lieu, on aurait assisté à quelque chose de beaucoup plus marrant : l'arrêt des réacteurs, faute de combustibles... Près de 80 centrales arrêtées, ça finit par faire du volume...

 

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie Politique
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 12:07

Une race d'hominidé vient de disparaitre. La Maison Blanche prend acte (sans doute à cause du réchauffement climatique) que Homo davosius simplex simplex simplex (3 fois, parce qu'il était vraiment très simplex), vient tout bonnement de disparaitre, et qu'il ne reste plus que quelques vieux débris, pardon, specimen, en vie, trop vieux pour se reproduire (et c'est tant mieux).

Donc, c'est la fiesta pour l'annoncer, tant du côté de "zerohegde", que "de defensa", que du "saker".

J'ai une préférence pour le saker, qui se livre quand même à un gros travail de traduction, et donc, met à la portée de monsieur tout le monde, les informations importantes.

On va, de plus assister à un exercice savoureux, à savoir comment conserver un empire, la globalisation, sans centre, depuis que les USA, avec Trump, ont jeté l'éponge.

L'ambassadeur des USA auprès de l'UE voit Juncker comme un maire de grande ville.

D'ailleurs, il paraitrait qu'il y a une conspiration contre Juncker. Des personnes dont les intentions ne sont pas transparentes, conspireraient pour lui envoyer, chaque jour, quelques caisses d'alcool en tous genres. Je ne sais pas pourquoi, j'ai pas compris...

Il apparaitrait donc que Trump est donc bien en guerre contre la structure impériale. Il est donc clair, aussi, que certains profiteurs, les industriels allemands et chinois, notamment, ont beaucoup à y perdre.

Pour ce qui est des constructeurs automobiles, ce sont des larmes de crocodiles. Ils sont capables d'ouvrir des usines à la pelle. Ils pourront donc sans peine, ouvrir usines de montage automobile et usines de pièces détachées aux USA. ça ne pose aucun problème technique, et les plans sont tous faits.

L'adhésion à la mondialisation/globalisation est une question de foi, et non de données objectives. Utilisant le terrorisme ("les déplorables"), les élites peuvent obtenir une adhésion de façade, mais sont surprises quand cela dérape dans les urnes...

Toutes leurs vaches sacrées sociétales, personne ne les aiment, et leur caractère de vache sacrée ACTUEL, les exposent à de sérieux ennuis APRES.

Selon l'adage, on brûle ce que l'on a adoré.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 19:43

Que doit on faire des assistés qui reçoivent de l'argent sans travailler ?

- réponse A : les virer du gouvernement,

- réponse B : les virer de l'assemblée nationale et du sénat,

- réponse C : dissoudre le MEDEF.

Celui qui aura répondu : les trois ensembles a gagné.

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 10:00

C'est la crise du petit commerce, comme du grand, en réalité, une crise différente et généralisée de l'immobilier.

Depuis l'an 2000, la France a beaucoup changé. On a beaucoup construit, et si l'on avait, côté pouvoir public, en ligne de mire, les 500 000 logements neufs par an, comme jadis G. Marchais, le million d'adhérents au PCF, on voit mal la finalité du truc. Oui, on aurait atteint 500 000 logements, et Jojo son million de militants. Et après ?

Le seul problème, c'est que le chiffre de construction n'est pas un bon paramètre. Les bons paramètres ne sont pas uniques, mais agissent en faisceaux, se conjuguent, se scindent, dans des effets jamais prévus.

300 000 logements, en année basse, c'est quand même de quoi loger 750 000 personnes, avec des ménages à 2.5 personnes.

400 000 logements, c'est de quoi loger 1 000 000 de personnes.

800 000 transactions dans l'ancien, c'est le mouvement de 2 000 000 de personnes. Donc, rien que le marché de l'accession, c'est 3 000 000 de personnes qui bougent, avec une population qui augmente de 300 000 personnes / an.

Cette population, qui bouge beaucoup, abandonne le sans confort, souvent urbain et central, pour des normes plus actuelles, mêmes si elles sont, en fait, plus enfantines souvent.

Des lieux se paupérisent, pendant que les "classes moyennes", s'externalisent dans les pavillons. Le centre ville se paupérise, et l'habitant de pavillonnaire abandonne son réseau de commerces locaux, pour aller au plus près, et au moins cher. Quitte à prendre sa voiture, autant aller là où le parking est facile, et aussi, gratuit.

Deuxième effet néfaste, le rôle du banquier. Parce que les économies occidentales, désindustrialisées, devaient quand même fonctionner, on a laissé la bride au crédit bancaire immobilier, avec le double effet kiss coule (et ça coule vraiment, comme un camembert), d'obtenir la paix sociale par endettement, et réinjecter massivement des liquidités, et un pib fictif.

Comme je l'ai souvent dit, à une époque, le crédit bancaire n'aimait pas l'immobilier, trop long, trop peu rémunérateur. Ce qui faisait le prix, c'était les apports personnels, les prêts amicaux, les prêts vendeurs. Et cela s'explique aisément. Il y a 30 ans de cela, mon propriétaire, âgé et désireux de se séparer de son appartement, me proposa de l'acheter. Je ne désirais pas l'acheter, et de toutes façon, je lui dit que m'endetter à 10 % l'an, très peu pour moi. Il me proposa de me faire crédit, au taux de 4,5 %, ce qui était le taux du livret A, à l'époque. Et un prix tout à fait correct.

Mais les éléments de répulsion étaient trop nombreux...

Et les centre-ville, n'avait qu'un avantage, leur centralité. Elles l'ont perdus, au profit de centre commerciaux excentrés, nouveaux centre-villes désormais, quand ils ont des logements à proximité.

Finalement, on s'étonne des conséquences des effets d'une bulle immobilière, sur le commerce, la cherté des baux commerciaux, et l'effet bling bling des grands centres commerciaux, ou effet "Donald Trump". Ces centres son coincés entre la baisse du pouvoir d'achat, et les rentes de tous ordres qu'ils doivent verser.

Le commerce, en effet, vend peu de produits, mais beaucoup de situation immobilière. Le magasin du centre avait vu ses loyers exploser, et les voient toujours chers, mais avec la conséquence logique partout. Les bons emplacements arrivent encore à se louer, les mauvais non. C'est la même situation que dans l'immobilier de résidence. Après cela, la paupérisation des centres n'est pas étrangère au phénomène, et la non possession de véhicules pour une partie variable de la population (de 15 à 30 % de la population), n'est pas une donnée optimiste. Cela veut dire qu'on ne cible qu'une clientèle très réduite. Et cela ne veut pas dire non plus que ces personnes ne font pas leurs courses en voiture. On peut très bien aller en voiture, faire les commissions pour quelqu'un de la famille, qui n'a pas de voiture. C'est très courant.

La société pétrolière, à l'aube de son déclin, est plus que jamais éclatante. Elle a structuré l'espace, et contrairement à l'union soviétique, qui ne construisait que là où c'était cohérent à long terme, on a pratiqué une segmentation sociale.

On a multiplié des bus, qui roulent à vide. On fait du ramassage scolaire, dans des endroits où 70 % des ménages n'ont pas d'enfants. Mauvaise allocation généralisée des ressources. Il suffit de regarder des films de villes des années 1970 ou 1980, pour s'apercevoir qu'à l'époque, la bagnole était finalement assez rare en ville, par rapport à aujourd'hui. Là aussi, on s'adresse à une clientèle réduite.

Les bétonneurs, quand à eux, une fois bétonné, ils n'en ont rien à cirer que le logement soit vide, le centre commercial au bord de la faillite, l'aéroport vide.

Le politique, dans son laissez faire, laisser aller, a conduit à la catastrophe. Ils auraient du engager des attachés parlementaires pour surveiller le phénomène.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie Immobilier
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 09:58

Petite, mais éloquente :

Top 3 des trucs introuvables en France :
1- Xavier Dupont De Ligonnès
2- Une preuve du travail de Penelope Fillon
3- Le programme d'Emmanuel Macron.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 17:17

C'est vrai nous vivons une époque formidable !

L'Histoire n'a pas pour vocation de repasser les plats, mais il faut admettre qu'elle a souvent un goût de "reviens-y".
Tout est lié comme vous dites, c'est que l'Empire dans lequel nous vivons est Universel, matriciel même, il a instillé une nouvelle vision du monde, un nouvel habitus, il s'est donné une vocation inédite : le Marché, cause de toute ses guerres. Si cet Empire nous domine politiquement, il nous domine aussi dans nos têtes, nos comportement et nos attentes.
Les anglos ont préparé cet Empire parachevé par les US.

Le seul équivalent à celui des US est l'Empire Romain, lui aussi Universel et matriciel, et ce sont bien plus que de simples entités politiques ou économiques .
On ferait bien de reconsidérer cette période avec attention car nous connaissons manifestement les mêmes soubresauts mortels. Ces Empires ont littéralement changé la face du monde et tellement plus que les 5000 ans d'Empire chinois, c'est même incomparable.

- Ces deux Empires sont portés par et pour l’expansion, c'est leur est (était) vital. Et l’expansion arrive à son terme, et se casse les dents sur les périphéries, comme au bon vieux temps en Perse ou en Germanie.

- Ils sont techniciens à outrance, d'un matérialisme ahurissant. Et ça ne mène à rien.

- Ils créent de facto un vide spirituel et moral abyssal, une aliénation de l'Homme sans précédent, ne lui laissant que l'habillage intellectuel et dialectique issus d'ailleurs de leur ancien monde respectif : monde grec pour l'un, européen pour l'autre. Ils en devinrent fatalement des Empires de la Loi, du Droit. Des techniciens. Dans le passé ça a préparé la voie au Christianisme, aujourd'hui...je sais pas trop...Il parait que le Christ doit revenir. Bon, pour le moment faudra se contenter de mahomet.

- Ils sont globalistes, on s'américanise comme on se "romanisait", des peuples entrent aussi en guerres pour s'américaniser ou se romaniser eux-même, je sais c'est fou, mais les révolutions colorés sont les "guerres sociales" romaines : "Nous voulons en être" !! Et quand l'Empire est mort on le regrette pendant 2000ans, regardez l'Empire Romain... les gens sont des drogués.

- Des Empires effroyablement ploutocratiques, exempt de noblesses, de transcendance politique, les motivations des castes dirigeantes sont tellement nazes et égocentriques que s'en est pitoyable. Songez que César détruisit la Gaule pour se la raconter à Rome ou il était en bisbille avec Pompée. Tu parles d'un enjeux. On aurait pléthore d'Histoire aussi insensées sur le sens politique des ricains.

- Paradoxalement, ils jouissent d'une puissance culturelle sans égal, et d'une force d'attraction quasi irrationnel pour un véritable esthète, concrétisée tant par des moyens de productions colossaux que par la facilité et la satisfaction rapide des petits plaisirs quotidiens.

- Deux Empires du spectacle, dans tous les sens du terme, un grand sens de la dramaturgie jusque dans les arcanes du pouvoir, qui sous-entend le vide monstrueux qui les habite.

On pourrait continuer des heures durant tant les analogies sont saisissantes... Reste à savoir où nous en sommes, si Trump est un Théodose, ultime restaurateur avant la chute et le triomphe des Barbares ou si nous devons espérez la venu prochaine du nouveau Clovis?

L'empire a un atout, il séduit davantage, du moins, au départ, par son attractivité matérielle, que par la répression, celle-ci ne venant qu'après. Ceux qui sont leurs agents locaux, en bénéficient pleinement.

Avec des détours parfois étonnant. je me rappelle dans les années 1980, la guerre au Salvador. Les guérillas, le lundi matin tenaient 60 % du pays. Le vendredi, ils n'en tenaient plus que 10 %. Mais, à ce moment, les militaires partaient en WE, chose qu'ils avaient appris aux USA, et le lundi, la guérilla avait réoccupé les 50 % perdus. Bien entendu, là aussi, les pertes des insurgés furent légères, et les pertes de la population non combattante, et à l'écart du conflit, lourdes. Les escadrons de la mort ont une efficacité réduite contre les vrais rebelles, et n'ont du rendement que contre les gens qui n'ont pas pris la tangente, parce qu'ils n'ont rien fait.

Ce mélange complet et extravagant d'amateurisme, de cruauté, et d'efficacité très relative, allié à un arsenal technologique et militaire sans limite, confirme les propos de Mario : "Ils sont techniciens à outrance, d'un matérialisme ahurissant. Et ça ne mène à rien".

La guerre de l'empire a changé de nature. Les combattants adverses n'essaient même pas de gagner, mais de durer. Ils pratiquent la guerre d'usure financière. Eux, leurs combattants sont presque bénévoles, pendant que la flicaille impériale revient très cher. Rien de changer depuis les ponts nord vietnamiens et la piste Ho chi minh. Les vietnamiens n'avaient pas renoncé à la piste ho chi minh, et reconstruisaient des ponts tous les jours, parce qu'ils savaient compter. Détruire un pont (en bambou) qui n'avait rien coûté (à eux), revenait très cher aux américains, facilement le million de $, de même que les sempiternelles bombardement de la piste ho chi minh. On aurait dit qu'ils continuaient à envoyer chaque semaine une quinzaine de vieux camions pour servir de cible. Leur principal approvisionnement, c'était les vols dans les ports, et la corruption régnants dans les entrepôts.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 16:38

Je remercie Louis Pergaud pour sa participation involontaire au titre. "ousque sont donc les survivalistes ?"

Source. (le sommet de l'efficacité, ce château n'a jamais été même assiégé).

Contrairement aux légendes urbaines, les survivalistes ne sont pas des ruraux, anciens ou néo, planqués dans une cabane au fond des bois. La plupart d'entre eux, sont des riches, voir des super-riches, et dans cette catégorie, ils sont majoritaires. (petite musique d'ambiance).

Et ont les moyens de s'assurer sur la vie, même au prix d'un abri blindé perdu dans la montagne, avec dix ans de nourriture, et des armes à gogo. Bon, qu'ils aient voté Clinton, et pour son aversion pour les armes à feu (dans les mains des pauvres), ne les concerne pas.

Bien sûr, essayer de sauver le système, en revenant aux solutions des années 1930, ne les effleurent pas. Pas question de payer des impôts.

Pour ce qui est de la barbarie, elle vient par une montée de l'insécurité, auquel les autorités n'ont aucune réponse à donner, à cause de leur idéologie permissive.

Un attentat a eu lieu à Québec, dans une mosquée. 6 morts. ça tombe bien ce genre d'incidents arrangés, juste après que Trump ait suspendu l'entrée de certaines nationalités aux USA, entrainant une floppée de contestation. Mais les protestataires, ne protestaient guère quand Bush et O'bama le golfeur, créaient toutes les lois le permettant.

A l'image de Robespierre, victime de ses propres lois, ils ne réalisent pas, ils ne réalisèrent jamais, qu'il pouvait y avoir inversion.

Il n'y a aucun doute dans mon esprit, cet incident fait partie de tous ceux téléguidés. je vous avais dit qu'au besoin, l'élite massacrerait les musulmans, ce qu'ils font déjà ailleurs.

Il parait que la méfiance envers les médias s'accentue. Aucune surprise. Cela n'empêche pas l'imMONDE de créer sont ministère de la vérité autorisé.

Comme dans tous les phénomènes révolutionnaires, il y a perte de confiance, de fiance et de foi, envers les pouvoirs. Le décodex du monde, qui ferait mieux de s'appeler le déconneur, souffre d'une tare. D'avoir été crée par le Monde, et de vouloir être une vérité totalitaire. Et de venir d'une source, elle même, largement discréditée.

On voit dans les soutiens de Fillon une classe d'âge, très très âgée. C'est le reflet du monde. Seul les vieux désormais, croient au système. Parce qu'ils n'en ont, pas encore, pris plein la gueule.

Pour la fin, allez voir le saker. Amélie l'amibe. Le seul qui survit, c'est celui qui est psychologiquement prêt, tout autant que matériellement. Et qui a des amis. Pas comme les riches, ils n'ont que des larbins, donc, malgré leur blockhaus, ils devraient périr.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 16:07

Le premier ministre australien vient de se friter avec Donald. Celui-ci ne veut pas accueillir 1600 immigrés illégaux que barack à moules avait bien voulu accepter.

Visiblement, il n'en a rien à cirer, de l'accord précédent, et il a raison.

Il y a eu une cht'ite bavure au Yemen. D'habitude, les pisseurs de copies n'avaient rien non plus, à cirer, des dégâts des frappes de barack à frites. Sans compter, que, vulgairement parlant, ça bave gravement au Yemen depuis des années, et que les journaleux en question, ils devaient dormir, malgré l'hémoglobine qui giclait à tout va, et que tous les jours, les drones à barack à bière tuaient. 100 000 tirs, ça leur dit rien, à ces branquignols ??? Mais, on peut saluer l'élection de Donald. Depuis celle-ci, les yemenites, afghans, etc, ont accédé au statut d'être humain digne d'intérêt. Et Donald a fait ça sans bouger un sourcil.

A gauche, on commence à y croire, et on s'aperçoit finalement, que rien n'est joué, dans l'état de décomposition actuel. Il parait d'ailleurs que Fillon aurait dirigé les dons vers son micro parti. C'est marrant, ces petits partis, avec 10 adhérents, mais burnés comme pas possible au niveau financier.  Il reste qu'il va y avoir encore des reclassements. Je pense déjà à p'tit marquis, qui pourrait être doublé sur sa gauche... Finalement, il vaut mieux pour les candidats, savourer très vite leurs bons moments, ils risquent de ne pas durer...

Donald demande une baisse des prix des médicaments. Il faut dire que la loi de l'offre et de la demande ne fonctionne qu'à la hausse. Là aussi, on voit ce que c'est un politique.

Quand aux débiles mentaux, ils n'ont pas compris ce qu'a expliqué Bairoch : le commerce international PROGRESSE en période de protectionnisme, et REGRESSE en période de libre échange. Pourquoi ? Parce que la facilité d'importation ne règle pas le problème de pouvoir d'achat. Cette tendance a été contrariée pendant quelques décennies par la continuation de la lancée précédente, et par l'endettement. Maintenant, on retombe sur les fondamentaux.

Le fondamental, c'est aussi, pour certains, la tentation du larbinisme confirmée. Le parrain américain aux abonnés absents, ils cherchent le parrain chinois pour leur marcher dessus et lui servir de paillasson. On ne change pas sa nature profonde.

Il reste que les chinois n'ont pas trop compris ce que c'était d'être le leader. On se met à imprimer de la monnaie, et on fait un strip tease industriel, avec une balance commerciale en berne. On peut compléter la gamme en bombardant à tout va.

L'agenda mondialiste bute sur petite chose, un scrupule, du latin scrupulum, le petit caillou dans la caliga du légionnaire. Le plafonnement énergétique, et il faut convenir que celui des gouvernants qui l'a le plus compris, c'est encore Donald, et qu'il a promis, la restauration du paradigme des années 1950. Il comprendra vite que c'est impossible; du moins sur une longue période. Mais il a compris que le problème était énergétique.

La Chine ne pourra continuer à inonder le monde de ses produits. L'évolution du système est insoutenable. En Suisse, les frais de santé devraient doubler à horizon 2030. Autant dire que la santé ne coûtera rien, parce que personne ne pourra payer.

Johnny Depp, nous dit on, est ruiné. Bien que gagnant très bien sa vie, il dépensait encore plus. C'est la caricature d'une époque. Le Fillon du cinéma.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie
commenter cet article
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 20:34

A cette allure, le parti politique nommé "les républicains", va devoir chercher son candidat à la présidentielle par petites annonces.

Les candidats rétamés se ramassent à la pelle, et ils n'ont même pas l'excuse comme les candidats républicains US, d'être viré par un fort en gueule, caïd de la cour de récré.

Cela ressemble plutôt aux catastrophes accumulées dans les multiples Laurel et Hardy, mais cela était reçu comme cela devait l'être : comme une comédie, sans rapport avec la réalité. Là, comme dit la formule, la réalité rétame, lamine, écrase, écrabouille, disperse la fiction.

D'ailleurs, visiblement, Marine le Pen a beaucoup rit devant le résultat de "François et Pénélope", avec chaque jour un nouvel épisode.

On voit le sentiment d'impunité des élites. Ils ont fait n'importe quoi, pendant des décennies, et s'étonne de l'impression de la population. Elle à qui, depuis des décennies, on prêche rigueur, austérité, équilibre du budget, mais qui s'aperçoit que les meilleurs prêcheurs, sont aussi les plus grands pêcheurs.

ça tombe bien, monsieur Fillon étant catholique pratiquant, il pourra pratiquer, tout à son aise, les vertus catholiques, la mortification, la modestie, la pauvreté... Là, on se croit, dans "la folie des grandeurs", quand le roi annonce à don Salluste qu'il fera voeux de chasteté et de pauvreté.

On dit qu'il aurait suffit à Fillon de ne pas dépenser ces sommes, pour se les voir attribuer. Oui, mais, lui qui tape sur les retraités (futurs), à coups redoublés, a prévu pour sa femme une coquette retraite, et pour ses enfants, de copieuses indemnités chômages... Parce que ces salaires, entraînent aussi, des gains sociaux importants. le quidam, étudiant moyen en droit, qui trouve un stage indemnisé 400 euros, peut s'estimer heureux.

A qui profite le crime ? Visiblement, l'Elysée, même tenu par un branquignol, a de puissants moyens, et il était bien connu sous la troisième république, que les majorités gouvernementales tenaient grâce à la police des moeurs...

Donc, monsieur Fillon avait un dossier en haut lieu, qu'on a bien laissé mûrir, et pourrir, et qu'on a servi en son temps.

Là aussi, MLP doit bien rire. La gauche s'est bousillée. Au tour de la droite d'y passer, avec l'aide de quelques dossiers bien placés.

Il n'y a que peu, sinon aucune chance que Fillon s'en sorte. Ses sondages flanchent, au profit de MLP, et de Macron. Sapir a sans doute eu raison de dire que la présidentielle se finirait à 52-48. Et le plafond de verre du FN devrait exploser vers le haut.

On devient, chez les sympathisants de droite, très conspirationnistes. Et les affaires qu'on sort sur le FN, ne devrait rien changer pour lui, il passera pour une victime.

Nous assistons, donc, en direct, au suicide de la caste politique au pouvoir. Et on voit les républicains, tels Clinton, piquer leur caca nerveux, en pensant que c'était leur tour de ramasser le pouvoir qui leur était dû. Maintenant, ils en sont à penser très fort au sauve qui peut...

Ils pourront, ils pourraient toujours, se rallier à Nicolas Dupont Aignan, que finalement, ils viennent de s'apercevoir, qu'ils ont toujours soutenu, à l'insu de leur plein gré.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 13:57

Il parait déjà pour certains, que l'affaire Pénélope, est "déjà une catastrophe", pour la république, bien sûr, parce que Fillon serait un président à bout de souffle sitôt élu, s'il ne l'était pas, ce serait Macron, ce qui serait encore pire, parce que seul, sans relais, devant composer, voire, horreur des horreurs, MLP.

Bien entendu, il a échappé, que ce qui était la catastrophe, c'était la propagande d'un régime impérial déjà décomposé, qui donnait les consignes de votes "acceptables", sous peine d'excommunication.

Le pire, c'est que le système impérial mourant, réussisse son dernier coup, en faisant élire un candidat déphasé, plus attaché à remplir ses fouilles, qu'au bien public. Entre Macron et Fillon, on est bien pourvu en gens qui n'aiment que l'argent, et si achetables, qu'ils en sont ridicules. Ils pourraient au moins avoir l'excuse, d'être chers, et pas des grouillots, vendant leur cul pour des cacahouètes. Attrapés à faire le sac des vieilles dames, on voit tout de suite l'absence finalement, d'ambitions, malgré leur tentative d'accession à la présidence. Pour eux, ce n'est qu'une place de fonctionnaire, eux qui se targuent sans cesse de privé, de réactivité, de "connaissance de l'entreprise", chose dont ils ignorent tout. Mais cela n'est pas grave, la plupart des PDG ne savent et ne connaissent même pas ce qu'ils dirigent.

Hommes complétement issus de l'élite, et sans attaches avec le réel, ils ne sont en rien au courant de ce qui se passe réellement, et surtout, de la crise énergétique, comme le défunt -politiquement- capitaine de pédalo, qui se contentait d'attendre la reprise de la croissance. Manque de bol, cette reprise n'a jamais eu lieu.

Comme je l'ai dit, Trump n'a sans doute pas conscience de la crise énergétique, mais il a un atout. Les USA ont quand même assez de ressources pour subsister en tant qu'état, ayant renoncé à ses ambitions impériales. Déjà, la réduction de la consommation énergétique de l'armée US devrait dégager de 100 à 200 millions de tonnes de pétrole. ça tombe bien, Trump a donné 60 jours pour un plan de réorganisation de l'armée US.

Le mot véritable, serait "création d'une véritable armée", parce qu'elle n'existe, dans les faits, plus depuis longtemps. Quand on a un corps de bataille de 65 000 hommes, pour 20 fois plus d'effectifs, ce n'est qu'une bureaucratie inutile. Déjà, en 1917, les effectifs combattants étaient modestes, comparés aux effectifsmobilisés (1/4).

Mais plus les bureaucraties sont grandes, plus il existe les places bien rémunérées autant qu'inutiles, qui permettent, entre autres, de donner des rémunérations aux épouses restées à la maison.

Caser bobonne dans une sinécure sans contrepartie, cela indique des ambitions très terre à terre, pas le gaullisme.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie
commenter cet article