Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 06:40

Hier j'ai senti monter la haine. La haine de tous ces courtisans bien mis qui étaient là pour le couronnement. Là, j'ai compris la haine des révolutionnaires de 93. Là j'ai compris les raisons de ces incompréhensibles massacres juteux que connait l'histoire. La haine, à l'état pur du monde des courtisans.

Pour ce qui est de la suite, la commission européenne se fait toute douce, dès fois que le résultat des législatives serait inconvenant. Tout en maintenant ses exigences.

Les vieux, veulent se rassurer : "Emmanuel Todd: «le FN ne veut pas le pouvoir»". La vraie phrase, c'était "le FN n'était pas en mesure d'atteindre le pouvoir, cette fois". Tout en concédant la vérité : "A long terme, Emmanuel Macron est un marchepied pour Marine Le Pen".

Léché, lâché, lynché, au moins moralement, voici le programme de Macron. Parce qu'il est totalement certain qu'il échouera. Très peu de gens lui ont souhaité de réussir, et ça sonnait faux. On sait très bien qu'il va se planter, totalement.

Comme l'a dit un lecteur, le bulletin de vote MLP a été la pierre d'une Intifada. Certains ont dit qu'une chèvre aurait battu MLP, mais parallèlement une chèvre ne ferait aucun dégât économique, comme les gouvernements espagnols et belges, quand ils se contentaient d'expédier les affaires courantes. Bientôt, une chèvre battra Macron.

La politique sera un effet d'affichage des bonnes volontés allemandes, et un socle d'austérité qu'il ne faut absolument pas changer.
Mais on s'en fout. La Chine montre des symptômes très inquiétant au plan économique, et il est peu vraisemblable que l'euro survive longtemps. Toutes les unions monétaires sont indestructibles, jusqu'à ce qu'elles le soient.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 08:14

Voici, en direct de l'université de Sherbrooke, les courbes de consommations pétrolières, françaises, et italiennes.

En 1981, les consommations pétrolières françaises et italiennes, deviennent synchrones, avant que la consommation italienne décroche fortement, vers 2003, et devienne inférieure de presque 20 millions de tonnes.
L'explication est claire, la situation économique italienne est pire qu'en France.

C'est net et sans appel, elle a subi une cure libérale bien plus profonde.

On s'aperçoit même que la Grèce a subi une purge moins forte que l'Italie.

Donc, la protestation française est encore moins forte que celle constatée en Italie, mais plus cruciale. Elle touche un pays centre, ce que ne sont, ni l'Italie, ni l'Espagne, ni la Grèce, où la seule politique, c'est de gagner du temps, pour gagner du temps.

"Cet éclair de lucidité n'a pas encore percé toutes les couches de la bonne société lyonnaise.
Comme n'ont pas manqué de faire ressortir mes insupportables collègues autour d'un mauvais repas de cantine, en résumé ça donne : "Quels cons ces pauvres, même pas capables de voter pour le type intelligent comme nous" (E. Macron après le débat du 2nd tour).
Je constate :
- qu'ils n'ont pas compris que les "cons" sont dans un mouvement d'intifada idéologique, ils attrapent la première la pierre (=bulletin de vote) le plus proche pour la balancer, que le candidat ait fait un bon débat ou pas n'a finalement pas grande importance.
- qu'ils restent dans leur logique de caste, le mode de reproduction de cette caste étant l'achat immobilier. Dans les hypers centre cela fonctionne encore même si le ticket d'entrée reste élevé. Et les apparts à 500k€ à la croix-rousse à Lyon dans le genre épouvantail à pauvre c'est très efficace.
Guilluy a raison de dire que dans cette catégorie de prix il est facile d'évacuer les problèmes de mixité sociale, cette caste crée de fait le vide autour d'elle. Une crèche autogérée par exemple est une manière de faire de la sélection sociale sans le dire.
Il faut quand même quelques concessions en laissant venir la main d'oeuvre et les consommateurs de la banlieue Est notamment, donc on refait tout le cours Tolstoï et le cours Lafayette pour que les bus déversent plus vite leur cargaison de prolos et sous-prolos. Des travaux qui n'en finissent pas. Juste ce qu'il fallait pour achever les derniers commerces chancelants du cours et flinguer les derniers espaces réels de convivialité (brasserie avec terrasse, bar PMU). Manque de bol ce qui reste de classe moyenne vit là...
Résultat : les vitrines de magasin vides à Villeurbanne finissent dans le blog de P. Jovanovic. La boucle est bouclée."

Evidemment, la vie à la campagne reste un luxe. L'emploi n'y est, sinon la population y serait resté. Enfin, si, il y a de l'emploi, mais il est rare, et puis, en général, utile : artisans surtout, quelques paysans, des gens qui acceptent de faire du kilomètre. Pas les petits branleurs de la croix-rousse.

Comme je l'ai dit, le mouvement protestataire a été surévalué, pour faire croire à un échec, et parce que, simplement, les sondeurs ne peuvent l'évaluer.

Politiquement, tant que l'effondrement n'est pas perçu, on ne passe simplement pas d'un mouvement ayant quelques élus, à la majorité, d'un coup.

Et il y a encore trop de c... à la Croix Rousse, qui pêtent dans la soie. Ou qui croient y pêter.

J'ai vu que certains ne croyaient pas à l'impact du choc pétrolier. C'est une péripétie, la phase actuelle. Les consommateurs (solvables) ne sont pas assez nombreux pour le pétrole disponible, un pétrole produit à perte pour la plupart des producteurs.

On ne continue pas éternellement à produire à perte. Un reset est inévitable. Au moins pour liquider la dette.

Et pour l'instant, on n'a pas encore trouvé le moyen de remplacer le pétrole pour le transport. Quand à l'utilité du transport en France, elle m'échappe souvent un peu. Il s'agit d'un triomphe du transport généré par le libre échange.

Le crétin, c'est pas le votant FN, c'est celui qui le critique, parce que le vote est libre. ça leur déplait ? Qu'ils en crèvent la bouche ouverte !

Et puis, la Croix Rousse, c'est la caricature, les mecs qui vivent en société fermée, votant pour celui qui prêche la société ouverte, il y a de quoi mourir de rire. Parce que leur oppidum, s'il est cher, me semble très facilement, et dévaluable, dans le cadre actuel, et peu défendable. Et surtout, comme disait Bayard, sans braves pour le défendre.

Parce que ce qui vous défend dans votre maison, ce n'est pas la loi, c'est le père de famille et ses fils. (Eventuellement, la mère, avec des arguments percutants...)

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 18:57

La démondialisation est en cours, malgré les cris orduriers des élites, sur les "fascistes", Le Pen, Trump, Poutine.

Ceux qui viendront après, n'ayez aucun doute là-dessus, les feront paraître très modérés.

" La déception sera épique, et le résultat des prochaines élections pourrait être des personnages politiques encore pires que Le Pen ou Trump ".

La prochaine étape est la démonétisation du gauleiter Minimicron.

" Considérez cependant que ce que vous prenez pour le battement du nationalisme n’est en fait qu’un barreau sur l’échelle d’un voyage beaucoup plus long pour dé-mondialiser l’économie. Parce que la destination finale au bout de l’échelle est une forme d’autarcie locale que les mandarins actuels du statu quo ne peuvent même pas imaginer. "

Cela correspond à l'échelle des crises. Doucement d'abord, en forte accélération ensuite, avec le MEDEF qui parle à l'oreille des présidents, leur disant comment réanimer la mythique croissance.

" Ce voyage a déjà commencé, bien que ni le public ni ses dirigeants élus n’aient commencé à l’appréhender. La première étincelle de reconnaissance viendra dans les mois à venir lorsque l’histoire de couverture actuelle sur les marchés, l’argent et la croissance tombera. Les dirigeants politiques ne vont pas supporter que le monde ait l’impertinence de changer sans leur permission. "

Habitués à donner des ordres, les importants ne pensent même pas que la géologie n'obéira pas et se contrefout d'eux, pauvres tâches imbues d'elles mêmes.

Quand à Minimicron, très attaché à lécher le cul allemand, il n'en tirera qu'un goût de merde.

Certains disent que la situation se dégradera doucement dans les pays occidentaux mais que rien ne bougera.
34 %, c'est pas bouger ? Et puis, il y a bouger et bouger. Le Mexique bouge avec son pic pétrolier, son émigration quasiment tombée à zéro, malgré son effondrement économique. La situation est plus effondrée encore au nord du Rio Bravo...

Le Venezuela sur le point de s'effondrer, non parce qu'il est socialiste, mais qu'il n'a plus de pétrole rentable, les autres états pétroliers, pas en meilleur forme non plus...

Pour ce qui est des USA, le constat est simple. Le secteur pétrolier est simplement en état de lévitation grâce aux torrents d'argents qui y sont déversés dessus. Qui peut penser sérieusement, que si les compagnies classiques n'arrivent pas à gagner de l'argent, alors qu'ils ont les meilleurs gisements, les exploitants de roche-mère, ou pétrole de schiste arrivent à en gagner ? Ou même simplement, à avoir un cash flow positif du fait de leur activité ???

La différence USA-Venezuela est palpable. Les uns ont le pouvoir de se contrefoutre de leur monnaie, pas les autres.

On peut raisonnablement penser à 250 000 morts et disparus pour la guerre des cartels au Mexique.

Quand au Venezuela, personne n'en reprendra totalement le contrôle. Chavez avait compris le problème et résolu. Les armées sud américaines n'étaient que des armées d'opérettes et de coups d'états, voir de massacre de paysans, sans plus. Il avait acheté 2 000 000 d'AK47 et 5 000 fusils Dragonov. Largement de quoi rendre un pays, pour toujours, ingouvernable sans son assentiment, ou du moins, sans créer de larges poches non contrôlable par une invasion étrangère. Dans ce contexte là, il n'est même pas question de penser à autre chose qu'un effondrement de la production pétrolière, pas total peut être, mais important, en aucun cas une progression...

Tous les pays pétroliers qui connaissent un pic rentrent en dépression politique, économique et sociale, ce qui entraine, à son tour, une production amoindrie. La seule exception à cette règle, c'est la Russie, et l'Iran. Encore que la reprise de production de l'Iran, après la révolution islamique eut été très laborieuse, et largement dû à l'ayatollah Komeiny. Le seul bon pétrole, pour lui, était celui qui restait sous terre. Malheur en cas de ressources importantes, malheur en cas de baisse...

L'adaptabilité des sociétés a une limite, même si elle est difficile à appréhender. La paupérisation est la plus simple de ces adaptations. Mais la plus explosive.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 10:45

J'ai fait plusieurs rencontres intéressantes ces temps ci. Des gens qui quittaient les grandes villes, pour se mettre au vert. Ils vendaient leur immobilier coûteux, à Lyon, région parisienne, et achetaient des maisons de pierres, et un peu de terrain. Classique me direz vous, chez les retraités.
Le seul problème, c'est que ce sont des gens bien intégrés, qui abandonnent tout, en se disant que tout va s'effondrer. Et des gens actifs.

Liens de cause à effet ? Ils m'ont dit ne pas s'être déplacés pour voter. Sans doute est il le moment pour eux de faire leur mue, et se débarrasser de leur comportement de classe, chose qu'ils n'avaient pas -encore- fait. En plus, trouvant une formule simple. Malgré leur bonne, voire, très bonne position sociale, il leur était simplement compliqué de se reproduire. 1 ou 2 enfants, regrettant la période où la norme était de 5...

Et si je n'en avais rencontré qu'un, je pourrais penser à un original. Mais 3 d'un coup, ça pose question.

Autre rencontre, avec une agent immobilier cette fois. Le marché de l'immobilier secondaire s'est effondré pour elle en 2007 (Haute Loire), et n'a jamais repris, et des trous noirs sont apparus, comme le Chambon sur Lignon. Elle ne veut même plus y prendre des mandats. Trop de vendeurs, trop peu d'acheteurs. C'était le Deauville local de la bourgeoisie stéphanoise. Avé le golf. LE lieu classe où il fallait être.

Les bobos ne refusent pas seulement d'entendre la plèbe qu'ils méprisent, mais souvent refusent d'entendre simplement la vérité.
Que penser d'un banquier devenu président et qui parle de nous adapter à la mondialisation, alors que, simplement, celle-ci est fini, se termine et va s'effondrer, simplement parce qu'il ignore le rôle du pétrole ??? Un homme intelligent et brillant, nous dit on ? Ou un imbécile fini ???

On fait comment pour mondialiser, si les marchandises ont de plus en plus de mal à voyager, dans des transports dont la ruine économique est le fil rouge ???

Les villes meurent, les unes parce qu'elles sont des lieux d'insécurité (Cf : The Wire), les autres, comme NY, parce qu'elles sont devenues tellement cher que même les millionnaires ne peuvent y habiter...

Gail Tverberg est en train de se demander si le cycle de la ville n'est pas en train de se terminer. Certainement. On cherche des zones refuges. Pendant que la ville se clochardise.

Les déphasés ne sont pas que les bobos. Les déphasés sont aussi les vieux. Votant massivement pour Minimicron, à 80 %, ils n'ont pas compris une chose. S'ils auraient applaudis massivement si on avait réduit les allocations chômage pour ces "fainéants qui ne veulent pas travailler", ils auraient applaudis. Mais ils n'ont pas compris qu'ils étaient une proie beaucoup plus dodue que les chômeurs. 2.8 millions, à 1058 euros mensuels, c'est beaucoup plus difficile à tondre que 9 à 1350. Il y a moins à prendre. 80 % de sans cervelle. Il leur avait bien dit, pourtant... Donc, ceux gagnant plus que la somme fabuleuse de 1197 euros/mensuels seront concernés...

Bien sûr, il n'oubliera pas de "soigner" les chômeurs, avec sa "nationalisation" de l'assurance chômage, où l'on va certainement tomber sur un régime forfaitaire... Donc, très bas. Sans doute, un RSA amélioré.

" Nous ne devrions pas être trop surpris si le cirque économique commence à quitter la ville. Il y a tout simplement trop de pièces qui sont maintenant instables. "

La Chine est instable, avec sa dette, le Japon aussi, les USA, les dirigeants européens enfument leur population et sont en guerre avec elle...

Bravo. Avec leur mondialisation à la con, réalisation de tarés, on est arrivé au moment où la déflagration devient planétaire, inévitable et incontrôlable. La preuve par l'attaque informatique...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie
commenter cet article
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 13:51
"La région parisienne, n'est pas dynamique, c'est un poids mort".
Absolument. La migration des sièges sociaux de Paris vers la petite couronne puis en grande couronne puis ailleurs (province ou délocalisation) en est la traduction. L'augmentation inconsidérée des diverses taxes/impôts pour compenser est arrivée à son terme. Egalement, le PIB fictif réalisé par la RP n'est qu'une présentation powerpoint des cadres sup de ces mêmes sièges sociaux (ou ministères, le pendant étatique). Toujours l'effet des centre de coût et des centres de profit. Jamais vu un directeur marketing se considérer comme un centre de coût... Les dernières zones d'activité primaire (ie d'économie réelle) sont dans le 91 et le 77, le 78 restant agricole intensif. Mais submergées par les règlementations (normes BBC, pollution, bruit...), lentement et sans bruit, elles partent. C'est à mon avis pourquoi la décentralisation n'ira pas plus loin (déjà le cas avec le plafonnement des transferts budgétaires), la RP étant le "centre du monde" doit capter le max des ressources de France, sur le modèle péréquation. Mais comme on a une dette insoutenable...

"Ailleurs, le vote Macron est un vote sans doute pas d'adhésion, mais un signe que la société n'a pas été encore trop déstructurée par la désindustrialisation et crises en tous genres".
Les cartes de France des votes sont significatives. Ceux qui sentent le vent du boulet (Ouest-Centre, sud-Ouest, Lyon) serrent les fesses et mettent la même énergie à leur vote qu'un cierge à l'Eglise. J'ai bien peur que ce soit trop tard...

"Elle montre qu'il existe réellement une frange de la population, très importante, en rébellion. 34 %, ce n'est pas rien. ça devrait leur faire peur, ils ne devraient pas se féliciter du résultat. Et que ces 34 % se contrefoutait de sa prestation".
Pour mon cas personnel, c'est exactement cela. C'est un vote de rébellion et je me suis gravement tapé des prestations télévisuelles vu que le sujet est qu'il faut casser TOUS les codes pour sauver le pays. Et si l'individu élu (sans ma voix) ne se bouge pas dans ce sens, il y a fort à parier que j'entrerai en sécession (lire un bon article (dont c'est le titre) de J. Sapir sur son blog). Pas envie de voir arriver les agonies lentes grecques ou italiennes.
Pour revenir à Jacques Sapir, ce qu'il dit dans un article est intéressant : les salaires doivent baisser de 20 %, d'une manière ou d'une autre, ce qui, mécaniquement, produit l'affrontement avec les concernés, y compris les retraités "aisés", qui voient la CSG leur chourer 20 milliards, mais cela ne posera pas problème s'il obtient sa majorité, où il devra opter pour l'affrontement avec la commission.
Le seul élément qui pourrait faire de lui, véritablement, un président, c'est que justement son caractère psychopathe le pousse justement à l'affrontement : « Macron est un psychopathe qui travaille uniquement pour lui-même. »
Cf l'expérience de la venue au pouvoir d'un autre psychopathe en 1933.
Contrairement à J. Sapir, je pense que nous aurons des enseignements AVANT les législatives. La manière dont il traitera les "ralliements", et la manière dont il traitera Bayrou. Comme je l'ai dit, si ce sont de simples torche-culs, à jeter après usage, pourquoi se contenterait il d'être le "brillant second", de la führerin ? Elle aussi pourrait subir le sort du torche-cul.
Chirac et Mitterrand nous avaient habitué à une autre manière de faire de la politique : protéger les siens. C'était efficace.
Mais on a abordé une autre période. Celle du secrétaire général de parti, qui arrive au pouvoir (Hollande), avec les manières de faire d'un secrétaire général. Capable de tous les coups tordus, contrairement à Staline, il devait se faire réélire, ce qui a posé problème. Il a fait réélire le comparse. Un comparse qui, visiblement, rêve d'un pouvoir totalitaire, ses projets de révision le prouve.
En général, les manipulateurs, qui se trouvent toujours habiles, finissent toujours par trouver plus manipulateur et plus faux jetons qu'eux. Et quelqu'un qui finisse par se demander pourquoi il devrait les servir ?
Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 09:29

Bayrou est pô content. On le traite comme un torche-cul après usage, on le jette. Qui se souci du MODEM ? Ce truc existe t'il encore ? Son dernier député a couru sous ses propres couleurs, c'est Lassalle.

Quand on a affaire à un psychopathe, comme le disent certains, il faut s'attendre à être éliminé. Un psychopathe n'a pas d'amis, rien que des utilités. Des Lakeitel (le laquais Keitel), qu'il supporte. Sans que ceux ci aient la moindre influence sur lui.

Les temps ont changés, on ne massacre plus ceux qui ont déplu, ni surtout ceux qui vous ont fait roi, comme Röhm . On laisse le MODEM a son insignifiance, il a servi, il est jeté. Il a certainement contribué à l'élection de Micron, c'est bon, on peut le démonter et le ranger, dans un coin, où il prendra la poussière.

Ailleurs, c'est le délégué syndical CFDT qui a du faire son autocritique, sous peine d'être excommunié, qualifié de "vipère lubrique", et déporté en Sibérie. Pardon, à Amiens. Le syndicat CFDT s'est comporté de manière répugnante. Un vrai soviet, de la même manière qu'a voté Paris : en Soviet.

Mais, les répugnants ne s'arrêtent pas là. Un ivrogne est privé de RSA. Monsieur le maire, un ivrogne, c'est d'abord un addict, donc, un malade qui a besoin de soins, avant tout. Sa mission d'insertion serait d'abord de se soigner.

On voit ici la guerre de classe.

En haut, Valls le traitre voit ses ambitions rétrécirent à vue d'oeil. Il ne comptera pas. Il sera, s'il le peut, réélu comme député, enfin, si son attitude générale de jocrisse mauvais joueur et arriviste, peut être effacée par son implantation personnelle.

D'une manière générale, dans la machine à recycler, "en Marche", les socialistes qui intéressaient minimicron sont déjà en place. Les autres n'ont qu'à aller se faire...

Après, c'est super-pappy Juppé qui se la joue, en voulant détruire l'unité déjà passablement lézardée des "républicains".

Il est, comme les autres, réduit à son insignifiance.

Les partis adverses sont ravagés par la victoire de Micron. Les élus seront dûment éliminés, politiquement, car le psychopathe ne digère jamais les couleuvres qu'il a du avaler. Question d'image personnelle. Il tient sa rancune et sa vengeance bien au chaud, avant de la servir, quand il peut.

Là, il peut éliminer ou rendre insignifiant un tas de personnes. Beaucoup ne s'en relèveront jamais.

Mais un triomphe n'est jamais total. Il est clair que les partis battus tiendront plus par la volonté de leurs électeurs, que par le sang froid de leurs dirigeants. Quand Chirac avait été battu en 1988, il était clair que la troupe valait mieux que l'encadrement.

Je lisais le commentaire d'un internaute, disant que ce serait bien le bout du monde si le FN arrivait à 50 députés. Ce propos me semble énorme. Où en était le FN avant les élections ? Il est en forte poussée, il a atteint un niveau que le PCF aurait rêvé d'avoir.

La politique c'est un mélange de temps long et de temps court. Il a fallu une guerre mondiale et le prestige de l'URSS gagnant la guerre, pour que le PCF passe de 15 % (1936) à 26.2 % (1946).

Je constate que le FN n'a pas eu besoin de ça pour dépasser ce score. Et pour une fois, il a pulvérisé le score du premier tour. En général, il ne fait jamais mieux au second tour.

Pour beaucoup de gens, une limite a été franchie. A l'inverse, le PCF n'a subi qu'une lente érosion depuis 1946, avec parfois des rebonds, mais toujours une tendance électorale à la baisse. On en est loin.

Bien entendu, je ne parle même pas du Tsunami qui se lève. Enfin, plutôt des tsunamis, ceux de la finance, et le plus grand, celui de la crise énergétique.

Ces tsunamis qui conduiront à abandonner à leur sort des franges de plus en plus grandes de la population.

Minimicron, donc, devra résoudre le problème de l'épuisement géologique du pétrole. Je lui souhaite donc bien du plaisir, en créant une phase d'inégalisation croissante.

Si la plupart des gens, sont visiblement paumés, et ne comprennent même pas dans quel monde ils vivent, il leur rappellera vite...

Pour mémoire, le monde consomme en une année 33 milliards de barils de pétrole. On en découvre 9 par an depuis 2000, l'année dernière, 2.4. les investissements se sont effondrés, et la production, à terme, fera de même.

Pour ce qui est des réserves importantes, comme le Venezuela, son problème est un taux de retour énergétique très bas. pour 1 baril dépensé, on en produit que 3. Ce qui fait que c'est le bordel dans ce pays. Pour les USA, le pétrole de schiste c'est guère mieux, au plus 1 pour 5, la différence essentielle est qu'avec la reserve federale, ils disposent d'une fabrique de torche-cul qui tourne à plein régime, sans que le dollar dévalue trop. Le bolivar, lui, vaut que dalle.

Le FN, lui, est protégé de la dérive communiste. Le parti est mort à partir du moment où il a voulu protéger ses implantations, et a sacrifié son rôle tribunicien, à des alliances électorales sauveuses de meubles, enfin, pas tous, les meubles sauvés étant de plus en plus rares aux fils des élections...

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 08:28

Une réaction tardive à ce qui est déjà de l'histoire ancienne. L'élection d'E. Macron, Les temps changent, et les données fascistes renaissent (ni droite, ni gauche = corporatisme = fascisme) ouvertement, mais avec le sourire ultra-brite, plutôt qu'avec la mâchoire "en avant". En avant, "avanti" en italien, un journal italien dirigé par un certain bénito, à une époque. A l'inverse, certaines choses sont significatives.

De même, l'image du dynamisme, de la conquête, c'est essentiellement une idée fasciste.

La "dynamique" Macron, est plutôt un comportement de classes riches. Ces classes, goinfrées par l'immobilier et la bulle immobilière, est, comme le dit Yann sur son blog, destinées à être les prochaines victimes du libéralisme européiste.

Les régions macronesques sont les régions massivement déficitaires au niveau de leur balance commerciale, et miracle, massivement d'immobiliers surévaluées. Moralité : si sur certaines zones, la bulle a éclaté, sur certaines, elles s'est maintenues, et l'effet richesse n'est pas passé. L'effet richesse, ce n'est comme le disait une présentatrice blonde de JT, que "les gens se sentent plus riches et donc, dépensent plus"; c'est simplement de la réinjection de pouvoir d'achat par le biais des crédits et des ventes.

Plus la bulle s'éloigne, plus le vote FN progresse.

Le système est donc à voir comme en voie d'affaissement.

"le déficit commercial de la région parisienne est supérieur au déficit commercial de la France dans son ensemble. C'est à se demander qui porte qui sur ses épaules n'est-ce pas ? De fait le syndrome de supériorité des élites parisiennes est loin d'être fondée. Non, la France ne vit pas grâce à la région parisienne, et non, elle n'est pas la région dynamique que certains dépeignent."

Objectivement, donc, la région est remplie de crétins. On appelle ça des cadres. Certains déficits, sont anecdotiques, et sans aucune importance : la corse n'est pas productive, mais compense largement, et au delà, par le tourisme. Et elle est très peu peuplée...

La capitale ? "Elle a voulu Macron qu'elle en subisse les conséquences, elle redeviendra peut-être ensuite une capitale digne de nom quand elle aura remis en cause ses dogmes."

La région parisienne, n'est pas dynamique, c'est un poids mort. Méritant amputation.

En même temps, si la présidence Hollande n'a pas connu de franche baisse immobilière, la bulle est restée haute. On voit le malaise apparu sous Chirac, et resté trop haut.

Ailleurs, le vote Macron est un vote sans doute pas d'adhésion, mais un signe que la société n'a pas été encore trop déstructurée par la désindustrialisation et crises en tous genres.

La progression des votes, comme l'a dit un lecteur, c'est du temps long. C'est bizarre d'ailleurs, ce carton que Macron fait chez les vieux (80 %). La dynamique reste quand même chez MLP. Quel parti peut se vanter d'une poussée de 6 % au premier tour, et de 12 % en sus au second ? Macron, lui, c'est la coalition des sortants, en nette baisse depuis 2002, où un président qui ne brillait ni par son intelligence, ni par son honnêteté, ni par ses résultats, se faisait 82 % des suffrages.

Qui est Macron ? Un clone créé de toutes pièces pour parer à l’effondrement d’un des systèmes oligarchiques les plus restreints de la planète, puisque totalement verrouillé. Macron est un sous-produit, reste à savoir son délai de péremption

Certains disent que Macron est haï, c'est sans doute vrai, et sans doute pas par tout le monde. Le degré de dépolitisation de la population étant grand, et le panurgisme, étendu. Mais c'est un détail que l'intéressé se chargera vite de redresser.

La piètre prestation télévisuelle de MLP, si, à mon avis, n'a pas changé grand chose, mais une autre en relief. Elle montre qu'il existe réellement une frange de la population, très importante, en rébellion. 34 %, ce n'est pas rien. ça devrait leur faire peur, ils ne devraient pas se féliciter du résultat. Et que ces 34 % se contrefoutait de sa prestation. Le carré de la garde. Les 10 braves de Bayard, qu'il préférait avoir derrière lui, plutôt que 100 pleutres.

La moralité générale, donc, est que 66 % de la population, visiblement, est attardée à une grille de lecture vieille de plus de 70 ans, ce qui est énorme, même avec une population âgée, et deuxièmement, qu'elle ne sait même pas dans quel monde elle vit.

Je ne parle même pas de la donne énergétique. Absolument désespérant. Ils comprendront quand ils verront les files de voitures devant les stations services (USA début des années 1970). Et encore.

Je rappellerais, à l'occasion de ces élections, la longue marche qu'a été celle du parti communiste avant de devenir le parti qu'il était à la libération. Et ce qui l'a maintenu en lisière (importante), ce sont les 30 glorieuses. Mais les 30 glorieuses ne reviendront pas.

Là, je ne vois pas ce qui pourra empêcher le basculement. Si Trump a été élu, c'est que la situation socio-économique est beaucoup plus grave aux USA. Avec, comparativement, beaucoup plus de pauvres, de chômeurs, et de tickets alimentaires.

Là aussi, un détail que l'oligarchie se chargera de modifier.

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 17:46

" Dans nos pronostics, aux uns et aux autres, la vérité était comme d'habitude au milieu du gué.
Entre mon pessimisme qui voyait trois français sur quatre épouvantés par le dernier show de Marine, et ceux qui éjaculaient d'avance à la perspective du grand soir, c'est finalement un français sur trois qui a franchi le Rubicon, et ce n'est VRAIMENT pas si mal.

Depuis trente ans le discours officiel sur le FN a tourné autour du fameux « plafond de verre ».
Il n'y a plus de plafond verre  les mecs. Fini, pulvérisé !
Si vous voulez vous protéger de la flotte, messieurs dames les journaleux/magistreux/politiqueux, courez vite au Vieux Campeur vous acheter un imper de campagne, la tornade arrive.
Et faites attention à vos petons, le verre ça coupe.
Un parti droit dans ses bottes qui rassemble trente cinq pour cent de l'électorat -dans un contexte où les autres ne se maintiennent plus au pouvoir qu'en jouant sur des réflexes primitifs de peur- est déjà sur le boulevard qui le mènera à la victoire. "

La prestation de MLP au débat a été médiocre, voir très médiocre. Mais, qu'est ce que ça aurait changé ? Sans doute le score à la marge, si elle avait écrasé le Micron, celui dont les EM (états majors), semble, d'après certains, qualifier ses militants de "crevards". Et comme on dit, le piratage a été si massif, qu'il est impossible que cela soit faux.

Donc, le score, en nette progression, par rapport au premier tour de MLP indique que, tout comptes faits, ses électeurs haïssent le p'tit marquis de belguelle qu'ils n'en ont pas tenu compte. On s'en fout. Les troupes sont solides. C'est l'effet de la propagande. Celui de la mitraille sur les grognards : serrez les rangs !

Je pense depuis longtemps que ces débats déplacent peu d'intentions de vote. Je me rappelle de celui de 1981. A mon quartier général (un bar étudiant à côté de la fac), c'était l'unanimité. Giquedandouille avait écrasé Mimmitte. Laminé. Ecrabouillé. Ce qui était certainement vrai.On en reprenait pour 7 ans.  Mais après, on nous explique, que c'était mimmitte qu'avait gagné, parce qu'il l'avait qualifié "d'homme du passif". Ils sont malins. Parce que personne ne peut dire ou prouver que c'est à cause de ça.

En réalité, il avait certainement déçu. Mais ceux qui avaient voulu voter pour lui n'avaient pas changé d'avis. Au contraire. La lassitude régnait.

De plus, faire 34 % quand on a été médiocre, ça va faire quoi, la fois où l'on va être bon ?

Je ne dirais, pas, non plus, que l'abstention, les pécheurs à la ligne, ça fait du monde. Tout le monde l'aura constaté comme moi.

Et que, comme attitude "anti-FN", c'est pas quelque chose d'éclatant.

le ralliement, aussi, de NDA, aussi, est signifiant.

Logiquement, le "front républicain", n'existe plus. Enfin, si. Chez Hamon. Mais vu son score lilliputien, on va dire qu'on ne tire pas sur une ambulance, pardon, un corbillard.

" Pour les législatives ce sera une haute paire de manche, car l'effet surprise justement ne jouera plus. Les pesanteurs locales vont reprendre leur droit et je parie que le télévangéliste n'obtiendra pas une majorité relative au parlement.
Et si en plus les marinistes dépassent le score de députés obtenus en 1986 à la proportionnelle,ce sera alors une immense victoire, n'en déplaise aux pleureuses.
Cela voudra dire que Macron aura beaucoup de mal à appliquer son agenda sans que cela fasse de grosses vagues -ordonnances ou pas.
L'on pourra compter alors sur son sens politique de lynx séduisant et fort en math dans un poulailler pour changer la moindre objection en charivari.
C'est que tu n'est plus sur ton petit nuage au-dessus du marigot, mon lapin ! Maintenant t'es président, et va falloir marcher sur des œufs. Pas convaincu que tu saches vraiment faire, ça, vu l'énormité des conneries que tu as déjà balancé en public !"

SI cela est vrai, ce que l'on peut croire, vu les crises d'hystéries, comparables à celles de Hitler (surnommé, "le mangeur de moquettes", parce qu'il se roulait par terre), il sera à l'image d'Hitler. Ne servant que lui même, pas même ceux qui l'ont amené là où il est. Gouverner par ordonnances, c'est la même logique de tout ramener à lui.

De plus, si LR est en partie tenté de collaborer avec Macron, il est certain qu'à terme, ce parti sera laminé par le FN/DLF. Soit qu'une partie de ses élus les rejoignent (la gamelle ou la Mort !), soit qu'elle soit avalée. En tout état de cause, sa seule issue est de se lancer dans une opposition féroce au gouvernement... Sinon, ses électeurs ne comprendront pas.

Il est clair aussi que pour les français, les deux enseignements les plus importants de la campagne sont le score historique du FN, et l'abstention.

On ne les a pas questionné sur la frilosité et le conformisme des électeurs.

Mais, comme je l'ai dit, il ne faudra pas attendre longtemps pour que le bellâtre se lâche; et commette une bêtise. Il y en a certains qui lui montre l'exemple.

Les législatives, entre implantations locales, triangulaires et quadrangulaires, risquent de ne pas être aisées. Si les candidats FN, même inconnus peuvent compter sur des troupes fidèles, des candidats eaux tièdes, risquent d'avoir une tâche moins aisée.
Surtout que, visiblement, le "renouvellement", au niveau ministériel, risque de ne pas en être un.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 18:37

J'écris cela bien avant le vote de la présidentielle, mais vous constaterez qu'il n'a été visible qu'après. Mac-ron a été élu, mais MLP a gagné.

" Le FN est aujourd'hui un parti populaire solidement et pour longtemps installé à droite, et ce sont plutôt les autres composantes de la droite qui font figure d'animaux préhistorique à mettre au musée. Si vraiment vous êtes attaché au sort des catégories populaires, vous ferez avec, point barre.
Quant aux nuisances qui bloquent la vie politique française et en ont organisé le blocage depuis trente ans, ouvrez votre télé, vous avez toute la panoplie des ordures qui défile.
Cela fait trente ans qu'ils nous jouent la comédie de l'antifascisme dans un décor de décharge publique.
"

Réintégrer dans la vie publique en soutenant des partis non violents, des franges de la population et des franges politiques en déshérence depuis longtemps, ça s'appelle de la politique, et c'est classique. Sinon, on devrait tôt ou tard les combattre de manière sanglante.

Les écarts de la CGT étaient justement tolérés à cause de cela. Globalement, elle restait dans le système et la légalité. Confinée dans l'illégalité et l'interdiction, cela aurait été bien pire...

Là, gain supplémentaire, grâce aux anti-fa, et sos racisme, on peut mobiliser. Globalement contre la droite, mais ce système peut se retourner et renvoyer un Jacques C. aux affaires pour 5 ans en 2002.

Le français est encore largement influencé par la télé, pas autant qu'en 2002, mais pour une part majoritaire encore. Là aussi, une évolution à l'américaine différée.
Macron est donc élu, mais MLP a gagné.

Première phase de la manoeuvre, MLP est surestimé dans les sondages -payés-, pour "chuter", un peu plus loin, à "seulement", 21 et des brouettes. C'est un progrès considérable, qu'on fait passer pour un échec. Sa qualification était évidente.

Ensuite, rebelote, la deuxième manche est enclenchée : on fait peur en montrant une MLP en progression, alors qu'il n'en est sans doute rien du tout, et en tout cas, loin de la possibilité d'être élue. vous vous rendez compte, elle passe de 35 % à 41 puis retombe, grâce à l'intervention de Dieu, à 35...

Marion Maréchal le Pen disait que dépasser les 40 serait une victoire, peu importe. L'essentiel est qu'elle ait doublé le score de papa de 2002.

Cela s'appelle une implantation qui se confirme et s'étend. Grâce au p'tit marquis de belgueulle, dans 5 ans, ce sera mieux-pire, enfin, choisissez le terme adéquate suivant votre sensibilité. Enfin, le marquis de belgueulle pourra nous faire ingurgiter sa potion néo-libérale avec tous les effets indésirables observés ailleurs, et qu'on verra ici.

Ne vous inquiétez pas, d'ici 5 ans, il se retrouvera, lui aussi, dans le même état qu'Eltsine. Et que Hollande, dans son costume de clown raté.

On parle d'échecs aux législatives pour le FN avec 25 députés ? Oui, + 1 250 %. Cela reste à confirmer. Mais c'est un échec ??? Qu'est ce que cela doit être un succès ?

Quand à la haine que suscite le vote contre le p'tit marquis de belgueulle, c'est certainement aussi, la haine que suscite celui qui a choisi de franchir les barrières, à celui qui a choisi de rester "encore", à l'abri, comme ces poules, dans les élevages "biologiques", dont les 3/4 n'osent sortir du bâtiment pour accéder au parcours plein air. Il faut dire, elles y ont toujours vécu...

Quand à la régression sociale, c'est une chose à part. Comme je l'ai déjà dit, le contrat social de 1945, pays ruiné, c'était logement pas cher, emploi garanti et soins gratuits. Les soins, ça peut coûter largement que dalle. Le retraité avec sa mini-retraite pouvait quand même vivre dignement.

"Le FN est désormais incontournable à droite parce que c'est le seul parti qui a des racines authentiquement populaires, et que Marine Le Pen n'a pas joué le moindre rôle dans cette nouvelle symbiose.
Si nous commençons à verser dans le mauvais jeu du « qui est pur et qui ne l'est pas » -la syphilis intellectuelle française- nous sommes morts, parce que un million de voix et plus, cela compte plus qu'une idée séduisante.
C'était quoi le CNR ? Un général nationaliste qui donne carte blanche à un communiste (jean Moulin) pour prendre son bâton de pèlerin et rassembler la carpe et le lapin politique sous sa bannière.
Et le pèlerin a réussi (quitte à y laisser sa vie) . Et vous, vous pensez que l'on pourra faire l'économie de la même stratégie ?"

 

Le blocage observé est simplement le blocage d'une grande partie de la France, qui a quelque chose à perdre, ou qui croit avoir quelque chose à perdre.

Entendez dire qu'on ne peut pas vivre "au dessus de ses moyens", avec une dette mondiale de 216 000 milliards de dollars, et des produits dérivés, de l'ordre du milliard de milliards de dollars...

On a parlé de "torpille" pour la macronleaks. On peut y voir deux choses, soit une victimisation du candidat, soit effectivement, une manoeuvre destinée à le couler, de loin, par des services  ayant intérêt à la neutraliser. Comme pour eux, l'évidence était qu'il serait élu, le plus efficace c'était d'en faire une potiche empêtrée dans ses affaires pendant 5 ans.

"Je pense cependant que la manoeuvre pourrait bien être beaucoup plus fine qu'elle semble à première vue.... du type de celle qui a coulé Fillon où ils ont attendu que FF soit définitivement désigné et surtout qu'il soit en possession personnelle des fonds de campagne pour lui mettre la torpille sous la ligne de flottaison.

De même, comme il fait actuellement très peu de doute que EM soit élu demain il semble que les officiers traitants des hackers aient bien attendu ce moment pour commencer à déstabiliser sérieusement EM..... pour en fait, à travers lui à déstabiliser ses commanditaires et le système d'"alliance", en fait et en réalité de soumission qui est imposé à la France ...."

Peu importe que MLP n'ait pas été bonne dans sa prestation. Elle apprendra. On apprend de l'échec. Et puis, elle aurait gagné quoi ? 1 % ? En général, c'est ce que ça peut faire déplacer.

Giscard a été meilleur que Mitterrand en 1974, il a gagné.

Giscard a été meilleur que Mitterrand en 1981, il a perdu.

Chirac a sans doute été meilleur que Mitterrand en 1988, il a perdu aussi.

Mitterrand et Chirac se sont trimballés un troupeau d'échecs avant de devenir présidents. Ils s'en sont remis. Et la plupart du temps, l'échec était très prévisible AVANT l'élection, mais l'important était l'APRES.

Le jeu d'échec précède le poker de plusieurs millénaires.

Quand à la propagande, devant les faits, elle s'affadira. La grande mayonnaise anti-fa de 2002, est morte. 25 % d'abstentions et 10 % de votes nuls, c'est considérable. A peine élu, déjà considéré comme une nuisance.

 

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 18:32

Chez un zig que quelqu'un n'hésite pas à appeler "l'idiot du village". Il est vrai que Hollande trouvera difficilement quelqu'un pour le féliciter : "Fin de règne euphorique de l’idiot du village", et causeur vient d'étriller minimicron par avance : "Macron a à peu près autant de chance de réussir à redresser la France que j’en ai de battre Usain Bolt aux prochains championnats du monde d’athlétisme".

Valls, lui aussi, vient de rejoindre ce qui est en train de devenir un club. Le club des gens satisfaits, et imbus d'eux mêmes. Se confondant avec la catégorie désignée par le causeur.

Il croit avoir encore une carrière politique à vivre. S'il reste député, ce sera déjà bien. Frénétiquement lèche-cul, il espère.

" «Profitant d'une aggravation de la situation économique et sociale, de l'impuissance de la justice à juger les élites convaincues de corruption, d'une crise européenne ou de l'augmentation de la violence urbaine, le Front national ne pourrait-il pas passer demain la barre des 20, 25, 30% de votes en sa faveur? [...] La victoire du Front national a aujourd'hui quitté le domaine de la politique-fiction pour entrer dans le champ des possibles.» "

Ces paroles sont de 1996. On y est en plein. On aura droit ET à la crise pétrolière ET au minimicronisme; vite impopulaire, comme Macri en Argentine.

Chez alternatives économiques, on reste dans le politiquement correct, appelant à voter minimicron, tout en disant pourquoi ça monte : "Pourquoi la France est devenue un terreau favorable à l’extrême droite".

Les programmes économiques ne convainquent pas, parce que celui de minimicron, c'est de l'idiotie en barre, et celui de MLP, victime de la surpropagande en sa défaveur. Et la crainte de changer. Dès fois que ce serait en mieux. Parce que pour ce qui est du moins, on a déjà eu.

Qu'il y ait des problèmes économiques réels avec l'énergie, c'est certain, mais rien n'oblige à couvrir d'or les milliardaires. Au contraire.

Pour ce qui est de l'intelligence de minimicron, certains ont des formules assassines : " . Il y a une imbécillité intelligente. M.Macron a le niveau d’un élève de prépa convenablement doté. "

Perso, pour ce que j'ai vu des élèves de prépa, s'ils excellaient dans leur domaine, en dehors, ce pouvaient être aussi, de parfaits idiots du village. Certains auraient même fait honte à l'idiot du village...

Quand à prétendre que minimicron touche sa bille en économie, c'est plus que discutable, au vu de ses résultats désastreux. S'il touche sa bille en éco, moi je veux bien rentrer dans les ordres (à condition d'être nommé minimum archevêque d'abord).

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article