Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 08:20

Même la pravda commence à douter de la ligne officielle sur l'aéroport NDDL.

La modernité, qui, hier était synonyme d'avion se dilue désormais dans le questionnement, sur le bien fondé de la chose.

 

Des journaleux officiels remettent donc la question sur le tapis.

Le questionnement porte sur la "nécessité", d'avoir un aéroport neuf, alors que l'ancien est à la peine de trouver du trafic et n'est guère saturé, et que, de toute façon, certains, comme Genève arrive à avoir 13 millions de passagers sur une seule piste.

 

La région Nantaise n'est guère demandeuse de trajets aériens, avec un trafic assez réduit, faute, simplement, de population, et, de plus, c'est un cul de sac. Grand, mais cul-de-sac quand même.


Simplement, pour jouer dans la cours des grands, il faudrait un réseau bâti en étoile autour de Nantes, comme le réseau ferroviaire autour de Paris draîne toute la France.

 

Localement, il y aurait des effets de siphonnage, mais pas forcément.

Ce qui fait le trafic de Brest, c'est justement que le transport ferroviaire, en Bretagne, peut être notablement amélioré. Et si on prend l'avion à Brest, c'est justement pour éviter ce transport trop long, EN BRETAGNE, et donc, ça n'apportera strictement rien à Nantes.

Comme me l'ont fait remarquer certains, des toutes petites compagnies vivent très bien, sur de tous petits aéroports.
C'est justement parce qu'ils profitent, à plein, d'un effet de niche. SANS TROP INVESTIR.

 

En Bretagne, aussi, on se pose la question, et on se pose aussi la question de savoir si ça ne va pas siphonner les crédits pour améliorer le reste ?
Car, là aussi, ce serait subventionner sans limite, le riche, au dépend du plus pauvre, plus amené à prendre sa voiture et le train, que l'avion, qui reste l'apanage des plus riches.

 

Simplement aussi, la liste des aéroports régionaux est pléthorique : " Dinard, Brest, Quimper, Rennes, Lorient, Vannes, Saint-Nazaire, Laval et Angers ", preuve, s'il en est, que ça n'a aucun intérêt, et que globalement, il y a bien trop de ce genre de bidules en France.

Je me souviens aussi de ces appelés, il y a une trentaine d'année, appelés à garder des bases aériennes vides, qui n'avaient pas vu l'ombre de la queue d'un avion depuis des décennies,et qui promenaient, leur ennui, et leur matraque, sans conviction (on ne prenait même pas la peine de les instruire), et multipliaient les permissions "de détente", largement au delà de ce qu'ils avaient officiellement droit (sans doute le stress de n'avoir rien à faire)...

 

La question de la concurrence entre TGV et réseau aérien doit être posée. La région Lyonnaise, elle même n'arrive pas à faire... Décoller ses aéroports, et reste pour ce qui voulait être "le troisième aéroport parisien", très à la traine...

 

La plupart des aéroports français ne sont que des boulets économiques, au trafic réduit, qui varie entre rien et pas beaucoup.

Mais qui pour certains "pourraient" accueillir des A 380 (On se demande ce qu'ils viendraient foutre ici d'ailleurs)

Mais, pour certains, il a fallu des décennies pour se dégager de l'optique parisienne, alors que le TGV aspirait tout trafic. 

 

Le maillage des aéroports et aérodromes français remonte largement aux années d'après guerre, et il faut le préciser d'après LA GRANDE GUERRE, donc est largement déphasée par rapport aux besoins immédiats.

 

Seul Nice, excentré, difficile, et avec une clientèle aisée nombreuse, peut sans doute être qualifié pour jouer dans la cour des grands, et Toulouse le pourrait, au vu de sa distance avec les aéroports parisiens, mais il lui faudrait une politique résolue, et un bon réseau de transport ferroviaire local pour y arriver. On en est loin.

 

NDDL sera donc condamné à être un aéroport de seconde classe, sinon de troisième, coûteux, et sans retombées, autres que négatives, un "éléphant blanc", qui ne profite qu'à son constructeur, et gestionnaire dans ce cas d'école, qui se voit garantir son bénéfice, quelque fut l'activité.

C'est donc un projet soviétoïde, avec un bénéficiaire à l'abri de tout... Ou, le communisme pour un seul.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 07:54

Il faut se faire une raison, l'UMP est victime d'une pénurie de pics à glace, parce que c'est bien avec ça que se règle tout différend, dans tout bon parti stalinien qui se respecte.
Tout personne disposant d'un lot est priée de faire parvenir une offre au siège de l'UMP.

 

Le propre d'un parti politique, c'est que la démocratie ne fait pas partie de son fonctionnement, on l'a vu depuis très longtemps.
De Gaulle avait eu un rôle historique qui lui en faisait un "godillot", Mitterrand fondait des partis croupions, qui lui permettaient de jouer un rôle démesuré par rapport à sa valeur intrinsèque, et plus tard, la "mitterrandôlatrie", et la "génération Mitterrand", sans compter la "tontonmania" était une couillonnade sans nom, preuve que culte de la personnalité, et tout son toutim, son bazar et sa smala étaient toujours aussi ridicule, et vivant.

Et puis, de toute façon, le culte de la personnalité, c'est pas du vrai quand c'est pas complétement ridicule, justement.

Puis vint le temps des Chirac-Jospin. Eux tenaient des partis, de plus en plus, "coquilles vides", mais où ils étaient -encore- largement les maîtres.

Quand à Nabuchodonosor, il tenait l'UMP, comme ses prédécesseurs soviétiques. Mais il n'avait plus guère de mal.
Un parti politique, "de gouvernement", désormais, ce sont les élus et leurs familles.

 

150 000 votants pour 300 000 adhérents officiels (Contrairement au Téflon, ils adhérent toujours... Vous avez vu ce jeu de mot ???  ), c'est même pitoyable, sans compter, sans doute, les urnes bien bourrées...

Certains parlent de O'hara et O'timins, ça me fait plutôt penser à "Astérix en Corse". Maintenant qu'ils ont leurs urnes bien bourrées, ils les jettent à la mer et se foutent sur la gueule, et le plus fort l'emporte...

 

On a même été chercher Zombie-Nabuchodonosor, tout guilleret de n'être que "témoin assisté", qui n'a pas encore compris, que, dans le parti, même adulé, une pareille foire d'empoigne prouve qu'il est mort.

 

Même Gorbatchev, a son époque, ne put insuffler, un semblant de vie au PCUS. L'UMP, comme le PS sont des partis d'élus, et les dernières élections locales, depuis 2002, ont été des catastrophes, masquées par les succès nationaux.

 

Comme dans d'autres endroits, on s'aperçoit que finalement, un parti politique n'est pas fait pour être, lui-même, démocratique. Il est fait pour rassembler les gens qui ont les mêmes idées, et pour la démocratie, il faut plusieurs partis politiques ayant des idées différentes (et non, comme aujourd'hui, les mêmes), et que ce qui fait largement la différence à l'interne, ce ne sont que les personnalités, les égo.

 

Un homme politique UMP pourrait il faire évoluer la base programmatique du parti ? Certainement non. Le seul qui ait eu du sens -et du courage- dans cette histoire là, c'est Dupont Aignan.
Sans doute n'a t'il pas grande chance d'aboutir, mais elle n'est pas nulle. Il l'a essayé.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 20:31

Qu'est ce qui rapproche NDDL, de la falaise budgétaire US ? Simplement, le rapport des gouvernants avec leur peuple.

On interroge un comité théodule de béni-oui-oui, qui bénissent le projet, comme on le leur demandait, et les administrés n'ont plus qu'à s'incliner.

 

Manifestation ? Paf, on crée un nouveau comité théodule, chargé de bénir-oui-oui, le projet... Et de faire avaler le projet.

 

Bien entendu, que l'intervention des forces "de l'ordre", soit elle même largement illégales, en intervenant sur certains terrains privés, non encore expropriés, que la phase judiciaire n'est pas encore terminée, et ne le sera pas avant longtemps, cela, le gouvernement n'en a cure.

Il a décidé, sous forme de despotisme éclairé, où on voit surtout le despotisme, et pas du tout l'éclairage.

 

Pour la falaise budgétaire, le constat était le même, les deux camps, d'accord pour sabrer les budgets sociaux, dans un contexte qui n'en a pas besoin.

 

L'armée, la police, sera, là aussi, chargée d'écraser les révoltes populaires, plus ou moins légitimes, elle aussi, mais pas question, surtout de tenir compte des souhaits populaires, qui ne "savent pas", comment fonctionne l'économie, nous dit on. 

 

Gaza, enfin. 75 000 mobilisés, mais finalement, rien. D'abord, malgré la disproportion des pertes, les israëliens ont peur, d'abord, du résultat, des missiles qui pourraient détruire les chars merkava, et enfin, du pain qui ne vient pas.
Car, en privatisant tout, on a aussi privatisé l'intendance, et on s'aperçoit, qu'à l'égal des siécles passés, le "pain ne vient plus".

Et quand le pain ne vient plus, les soldats rentrent chez eux, ou se mutinent...

 

750 millions de cartouches, dont des dum dum, achetées par l'armée US.

ça parait beaucoup. Mais quand il faut tirer 500 000 cartouches, pour tuer un combattant (moyenne de l'armée US), ça fait seulement de quoi livrer un combat de quelques jours, et dégommer 1500 adversaires.

 

2 000 000 de USD leur revenait le viet tué dans les années 1960.

Pour 1000 fois moins, ils auraient pu acheter chaque membre de l'armée viet cong en détail.

Mais, la valeur du combattant ennemi écrasé a encore augmenté.

C'est aujourd'hui entre 20 et 60 millions la bête.

Il devient pour l'empire, totalement ruineux de démolir ses adversaires.

Bachar El Assad est beaucoup plus efficace.

Les israëliens connaissent désormais un phénomène inédit, les désertions.

Quand il s'agira de taper sur le populo, il y en aura encore plus.

 

Si, en France, la "droite de gouvernement", s'étripe dans une pantomine qui n'a rien à envier à un tableau de Picasso, la "gauche au gouvernement", n'a rien à leur envier.

Pourquoi ? Pour une opération immobilière espérée, alors que l'immobilier français montre tous les signes d'effondrement, et pour un aéroport, qui n'a ni queue, ni tête.
Si le transport aérien progresse encore, il est devenu aussi caricatural.

Low cost ici, et subventions à mort au moyen orient (et en amérique du sud), le pétrole ici, aidant considérablement le schmilblick.

Le low cost n'est pas une solution d'avenir.

Dans bien des endroits, les compagnies LC font faillite, et les seules rentables sont les bons courtisans, qui savent tirer les subventions.
Ailleurs ? En Russie, le low cost ne peut tout simplement, pas exister, question d'infrastructures, et surtout que les demandes de racket, pardon, de subventions, impressionnent très peu les gestionnaires des aéroports russes, où, là-bas, ce sont eux qui taxent...

Question de culture. Là bas, il faut les acheter. (Comme quoi, corruption et gabegie n'ont pas que des mauvais côtés). Ici, les compagnies low costs se font acheter, et finalement, rémunérées par la connerie de la classe dirigeante politique et économique...

Le transport aérienne, c'est moderne, coco...

 

Contrairement à la cupidité, qui, a toujours une limite, la connerie de la classe dirigeante est elle, illimitée.

Elle nous ménera, donc, forcément, au dénouement sanglant...

Comme je l'ai déjà dit, visiblement, l'UMPS explose, en même temps, dans ses deux composantes de gouvernement. Beau résultat. Ils n'ont besoin de personne pour se rendre complétement ridicules...


Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 15:42

Un entrepreneur espagnol a compris. Il a mis le feu à une agence bancaire.

Lui, a atteint le stade américain de la "guerre civile larvée", et comme je l'ai dit, l'estimation basse des meurtres commis à cause du travail est, là-bas, d'1/4.

Vraisemblablement, la proportion s'établit sans doute entre ce 1/4 et 3/4. (c'est souvent multifactoriel).

 

Quand on a abandonné toute régulation, et toute civilisation, comme le propose l'hôpital psychiatrique Montaigne, il ne reste que le rapport de force pur et simple.

 

On voit, la "consolidation" à un stade de "guerre civile larvée", ne va pas durer très longtemps.
Quand on voit la police espagnole taper, on voit la haine être semée.
Et ils ne vont pas taper encore très longtemps, sans contrepartie.

Un jour ou l'autre, sous peu, il y aura des armes dans les affrontements.

 

 

 

j'espère que le robocops n'auront pas trop eu peur, en tapant dessus.

 

En France, d'autres entrepreneurs l'ont en travers de la gorge, les "bénéficiaires de la fin de la taxe professionnelle".

C'est à dire qu'il y a les VRAIS bénéficiaires, pour caricaturer, les entreprises CAC 40 et apparenter, qui ont touchées le Jackpot, et les autres, le tissu local, est appelé à passer au tiroir caisse.

 

Auraient ils enfin compris qu'ils étaient du côté prolos et non "ouinneurs" ??? Que cette "élite", était tellement réduite démographiquement, que c'en était ridicule ?

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 07:10

On nous propose 5 "idées chocs" pour lutter contre le déficit.

Personnellement, si je vois bien le choc, je ne vois pas où sont les idées :

- Supprimer 300.000 postes de fonctionnaires (9 milliards d'euros),

- Diminuer les indemnités chômage (4,5 milliards d'euros),

- Réduire les remboursements maladie (10 à 15 milliards d'euros),

- Faire le tri dans les aides au logement (9 milliards d'euros),

- Rogner les avantages familiaux (7 milliards d'euros).

 

Là aussi, on voit que les jihadistes radicaux aiment attaquer chargés d'explosifs, pour se faire pêter la tronche par l'armée syrienne.


Il s'agit simplement d'harasser pauvres et moins pauvres de charges. Ce n'est ni une idée, ni chox, mais ce qui se fait par les plus riches, depuis toujours.
Quand à supprimer 300 000 postes, et réduire les indemnités chômage, dans la période actuel, c'est préparer la guerre civile.
Réduire les remboursements de maladie, c'est ce qui a été fait, depuis 1967, avec l'efficacité que l'on sait.


Pour les aides au logements, on va voir la gueule des propriétaires immobiliers et de leurs lobbys. Ils vont beaucoup apprécier en période de krach.


Pour l'institut Montaigne (un institut psychiatrique, visiblement), il y a visiblement recherche de la guerre civile, avec sulfatage de connards nuisibles à l'AK 47.

En réalité, seul le volet de suppressions des aides diverses au logement apparait crédible (et encore, pas tous), mais pas à cause du gouvernement. En réalité, la baisse risque d'être telle, qu'elle vont devenir sans objet. Et donc inutile.

Pour le reste, c'est un ramassis de conneries, qui va entrainer, comme ailleurs, l'augmentation du déficit, et l'effondrement du PIB.

Veulent ils, la politique du pire ?


Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 06:27

JF Copé est donc triomphalement élu, à 98 voix près, à la présidence de l'UMP, soi disant héritier du parti gaulliste, dans lequel la statue de de Gaulle, a été remplacée par celle du nain de jardin pétomane.
On admire donc le progrès.

On admirera aussi les arguments de campagne : "votez pour môa, je suis meilleur que l'autre".

 

On peut y voir la décadence des moeurs politiques : on ne sait même plus y bourrer les urnes correctement.
Ce scrutin a quand même fait une floppée d'heureux : au PS, au FN, à l'UDI, Hollande, etc...

Il fallait aussi noter la participation prodigieuse à laquelle on avait assisté : 150 000 votants, pour 300 000 adhérents officiels, ce qui raméne le parti à son impact réel de militants.
En gros, il n'y a plus que les élus et leur famille. Mais, même ça, c'est désormais sujet à caution.

 

Pour ce qui est des municipales, les étiquettes "divers droites" sont préférées à celle de l'UMP.

En bref, il est dans le même état que le parti républicain aux USA. Qu'est ce qui révulse en lui ? Le "populisme", ou l'affairisme ? Le politiquement pas correct avec lequel il flirte, ou le déculottage et l'admiration des riches sans limite dans lequel il se vautre ? 

 

En réalité, les plus mauvais dans l'histoire étaient les lieutenants et servants des candidats, quin en échange de leur soutien et appui, exigeaient places, prébendes, et fonctions.
Et cela, ça crée de solides inimitiés...

 

J'ai regardé un film hier soir, je n'ai trouvé que "fantasia chez les ploucs", mais c'était terriblement d'actualité...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 13:44

"J'ai beau être anticommuniste autant qu'antilibéral, leurs conneries me donnent des envies de massacres staliniens et de goulag pour actionnaires du CAC. "

 

Quand on est pris dans la roue de l'histoire, par moment, la radicalité, impensable et incompréhensible à d'autres époques devient un comportement assumé, mieux incontournable, la norme.

30 ans plus tôt, la même personne aurait rejeté massacre et goulag avec horreur. Je dois confesser que j'étais dans le même cas.

Pourquoi, parce que le mandat du ciel, est visiblement retiré à la dynastie.

Et que le spectacle des décideurs et importants devient à vomir.

Ce retrait est visible dans l'accumulation de "catastrophes naturelles", comme Fukushima ou Sandy.
Bien sûr, tout le monde comprendra qu'il n'y a rien de naturel dans le fait d'avoir construit une centrale nucléaire dans un terrain aussi peu sûr, pas plus qu'il n'y a de naturel dans le fait d'avoir laissé se constituer des anomalies comme la zone urbaine de Nouvelle Angleterre.

 

C'est simplement la somme accumulée de toutes les petites lâchetés, corruptions, absence de volonté politique, débraillé, laissez aller, qui fait, in-fine, la catastrophe.
C'est la mise à nue de la charpente dévorée par les termites, et qui ne demande qu'à s'effondrer.

 

NY et sa région ne se reléveront jamais de cette catastrophe. Elles pouvaient continuer encore quelques temps, mais se rebâtir dans un contexte d'effondrement, c'est impossible.

L'armée américaine vis la pantomine Pétraeus, qu'on nomme ici "Dallas", mais qui ressemble plus à "Fantasia chez les ploucs".
"Homme de nul mérite" Pétraeus "était venu en une nuit, comme un potiron". Ce mot du cardinal de Richelieu décrit bien ce "personnage système", monté en épingle pour des "mérites" encore plus minces qu'insignifiants, mais aussi, pour un train de vie de proconsul.

 

Les USA vont prendre le chemin de la dissolution, ou peut être de la "dévolution", en perdant sans doute quelques états au profit du Mexique, ou de Cuba, mais en se recentrant sur ce qu'il lui reste de noyau d'une petite nation désormais bientôt comme les autres.

Sans doute pour se fonder réellement, cette nation devra se livrer à un holocauste, pour remercier les dieux de pouvoir continuer après avoir tout perdu.

Les immigrés... n'y immigrent plus, ils en partent, et en cas de troubles ceux qui ne se sentent pas vraiment d'attaches avec leurs lieux de résidence auront vite fait de les imiter...

 

Puis, on s'apercevra que "Demain est un autre jour", et "après l'empire", revient le beau temps.

 

Pour les européens, et le ROW, ils vont vivre aussi des temps difficiles. On ne peut pas avoir lécher si longtemps le cul de l'oncle sam sans avoir la langue irritée et odorante.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 12:47

Je rappelle la phrase célèbre d'Audiard, les cons ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît...

Le patronat veut échanger du vent, des promesses, contre du réel :

- en réduisant l’insécurité liée aux aléas judiciaires, le patronat appelle les tribunaux "aléas juridiques". Il ferait mieux de dire à ses adhérents de respecter la loi.
Quoi de plus normal d'être condamné si on a fait une bêtise ??? Mais la qualité de patron exonérerait des conséquences ???

Prescriptions de 12 mois et plafonnement des indemnités, au lieu d'un plafond de 5 ans, et ... d'indemnités déjà plafonnées...

- améliorer la couverture complémentaire « prévoyance » C'est bien brave de leur part. C'est pour mieux réduire la sécurité sociale ???

Et le demandeur d'emploi aurait le droit de se payer une mutuelle. Quelle bonté !

- RAC incitant, d’une part, au retour à l’emploi et le favorisant par l’adoption de mesures adaptées
(dégressivité, offre valable d’emploi …). Les chômeurs sont des feignasses, c'est y sûr, il faut lui mettre des taloches pour le pousser au boulot...

- faciliter l’accès au logement en mobilisant «action logement» : On pourrait peut être créer une cotisation logement à la charge des employeurs ? Ah, là, je crois que j'ai dit une connerie...

- faciliter l’accès aux prêts bancaires. Le bwana employeu' est bien bon, comme ça l'esclave y pou''a acheter des viv'es au comme'ce du coin.

- s’assurer de la pertinence de certains cas de recours au CDD au regard d’un assouplissement substantiel des règles du licenciement économique ou personnel.

 C'est bien connu, mieux on peut virer, mieux on embauche, la preuve, les 1 0000 000000000 0000 emplois crées lors de la suppression de l'autorisation administrative de licenciement.

- ACCELERER LE RETOUR A L’EMPLOI DES SALARIES PAR UN MEILLEUR TRAITEMENT DES OFFRES D'EMPLOIS.

C'est aussi bien connu, les branleurs de pôle emploi foutent rien.

- DEVELOPPER LA SECURISATION PROFESSIONNELLE POUR FACILITER LES MOBILITES.

Là, j'ai un peu dormis. Quelqu'un peut m'expliquer ?

- FAIRE DE L’ACTIVITE PARTIELLE UN VERITABLE OUTIL CONJONCTUREL EN FAVEUR DU MAINTIEN DE L’EMPLOI.

C'est bizarre, car en virant tout le monde, on allait le sauver.

- sécurisation des procédures de licenciements et des plans de reclassement : homologation de la procédure par l’administration.

On pourrait prendre un nom qui claque genre "autorisation administrative de licenciement", et paf, on créerait 1 000 0000000000 0 0000 0000 d'emplois.

 

Le plus marrant, c'est qu'ils appellent leur caca nerveux une "négociation", alors que ce document est absolument creux et s'apparente à une demande de capitulation en rase campagne.
Tout le monde précaire, on vire comme on veut, on réduit les assurances chômage, dans une conjoncture de récession.
En un mot, le patronat fait tout pour qu'un jour, il y ait du sang sur les murs.

 

Aux USA, on dit qu' 1/4 des meurtres sont liés aux relations de travail, mais c'est certainement plus, c'est ce qu'ils veulent ???

Avantage : il y aura beaucoup d'emplois de vigiles crées...

 

A moins que cela ne tourne à 1917. Ils ne veulent pas moins que la fin de toute règle, et donc de toute civilisation.

Ils entourent ça de mots pompeux qui ne sont qu'un emballage cadeau, et pour le pire qui se prépare, il n'y a qu'à se féliciter qu'un type chargé de bidons d'essence se promène avec une grenade dégoupillé,

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 09:56

L'élection américaine a eu lieu, et a donné un résultat classique et attendu, la réélection d'un candidat système, dont on a rien à attendre, mais le résultat de l'élection est quand même, très significatif.
Comme il y a 4 ans, il reprend le résultat de 1860, avec inversion des étiquettes.

elections-2008.png

Le Nord, Républicain en 1860, est aujourd'hui démocrate, avec une indication clef, la Virginie a voté Obama. La Virginie est du sud, mais pas du sud profond. En 1861, elle avait beaucoup hésité, avant de se fracturer en deux. (c'est encore visible dans ce vote).

Faisant largement partie du coeur du système, elle a réagit comme un coeur de système.

 

Le centre secondaire, la cote ouest, a largement voté démocrates, comme de petits états , comme le Nevada, (qui réagit selon l'effet de la crise économique ET comme périphérie de la Californie), plus le Colorado et le Nouveau Mexique, qui eux, agissent comme des périphéries sans doute inquiètent qu Mexique en guerre.

 

La différence entre les deux élections n'est pas grande, Obama a perdu la Caroline du Nord et la Floride, la Floride parce que le bourrage des urnes y est aléatoire (c'est un peut leur corse à eux), et que de toute façon, les urnes pleines sont jetées à la mer (Dexter n'invente rien), et la Caroline du nord, sans doute à cause du vote ethnique, un vote ethnique négatif, les noirs ne se sentant pas tellement représentés par un Obama bien propre sur lui.

Le sud et l'ouest votent comme des périphéries dominées, en vote protestataire. Mais l'intérêt ne repose pas là. Pour le sud, simplement l'étiquette de 1860 s'est inversée, pas pour l'ouest, qui n'a même pas eu à faire cette gymnastique.

Ce qui disait Jorion, à savoir qu'il pensait Romney élu, pour cause de recherche d'apoptose, ne s'est pas produit.
On dirait, finalement, qu'in Fine, il y a quand même une réaction de refus du suicide avec un vote aussi répugnant que celui du millionnaire qui n'aime que les millionnaires, le sarkozy d'entre les sarkozys.

 

Il y a donc, là dessous, un certain sentiment national, certes très amoindris, mais capable de se mobiliser, même pour une nullité absolue comme Obama.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 08:26

Canis lupus, de retour en France, vraisemblablement importé par de bonnes âmes, soi-disant amoureuses de la nature, fait de plus en plus débat.

En effet, il est de plus en plus clairement rejeté, et ses partisans ne sont pas ceux qui le supporte, et en plus, il coûte la peau du cul à la collectivité, par les indemnisations qu'il entraîne.

 

Comme je l'ai souvent dit, il y a belle lurette que la France n'est pas un pays sauvage, mais utilisé dans la moindre parcelle, pour laquelle il n'y avait pas de place pour le loup.

C'est visible dans la densité, avec plus de 100 habitants au km2.


Le loup n'est pas un animal sauvage, mais depuis très longtemps, un commensal de l'homme. En France, au XVIII° siècle, ce qui le nourrissait, c'était le mouton, car le troupeau était important.
Ce qui a fait son déclin, c'est la révolution, d'abord parce qu'elle a permis l'accès du peuple aux armes à feu, mais surtout parce que le XIX° siècle a vu le déclin massif de son garde manger, le troupeau de mouton, d'espèces médiévales (pour la laine), s'effondrant de 30 millions à 8 millions.

C'est surtout le déclin du mouton qui a entrainé son extinction.

On dit que le loup n'attaque pas l'homme, pourtant, toutes les années, des chiens tuent.

En réalité, le loup seul, attaque peu, il attaque en meute, et plutôt les femmes que l'homme, et plutôt les enfants que les femmes.

Raison pour laquelle, les enfants; qui servaient de bergers, étaient souvent victimes.

Mais cela faisait partie de l'ordre des choses, ce qui ne faisait pas partie de l'ordre établi, c'était la possession d'armes par les vilains (dès fois que le loup n'aurait pas été la première cible).

Le loup, c'est paresseux, ça attaque en dépensant le moins d'énergie possible.

Sauf quand il a vraiment faim.

 

En plus, depuis si longtemps, l'équilibre écologique s'est fait sans lui.

C'est frappant dans le cas des Cévennes, et là où le mouton a disparu, c'est la forêt qui a pris le dessus. Et le Causse qui disparait.

 

Abattre les loups pris en flagrant délit, ou pistés, n'aurait rien de choquant. A l'échelle planétaire, il n'est absolument pas menacé, et rien ne dit dans les mesures de protection qu'on doive en mettre un dans son jardin.

 

Si certains le désirent, il faut le réintroduire dans Paris ville, il trouvera des tas de poubelles pour se nourrir.

Quand aux populations rurales, elles savent tout à fait comment exterminer la bête. Le poison fait merveille, mais il ne fait pas merveille que pour le loup et extermine tout la gente animale carnivore ou omnivore.

C'est ce qu'on veut ???

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article