Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DECOMPENSATION...

20 Octobre 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

Il est des effets de décompensation, dans les corps, comme dans les corps sociaux.

Bien sûr, la délinquance sauvage est très importante dans les pays du 1/3 monde, avec son corollaire, la prostitution quasi généralisée des femmes. Au Kenya, le 1/3 des adolescentes pratiquent cette activité régulièrement, mais le 2/3 restant a souvent offert des prestations payantes.

Là, je rejoindrais ce que disait un lecteur : surnatalité à une époque, passée en Amérique latine, encore présente, en Afrique, bien que, là aussi, en déclin.
Pour passer cet afflux, il faudrait du travail. Et souvent, les seuls qui embauchent, ce sont les gangs. Les autres se débrouillent.
Faut il se satisfaire que nous ayons -encore- des conditions acceptables, que veulent détruire, riches et oligarques ?

Si les anarchistes et diverses de la fin du 19°, début 20° étaient souvent des enfants de bonnes, cela illustre aussi la situation d'inégalités sociales, fortes à cette époque. Et le sentiments des riches. Les pauvres ne sont que de la viande, à consommer, dans son lit, ou dans les champs de batailles.
Dans la littérature, l'enfant de bonne, c'est Arsène Lupin. il pratique la redistribution, d'abord à son avantage, et un peu pour les autres... Le peu du bandit étant toujours plus considérable que ce que donne le riche qui vire la bonne, sitôt engrossée.

Il reste aussi, souvent, que périodiquement, le couvercle saute. Et que le riche soit visé en tant que tel. 1358-1360 ; 1560-1590 ; 1790-1800.

Je me rappelle un reportage, des policiers intervenaient dans un quartier huppé de la côte d'azur. Les occupants les voyaient  vraiment comme des larbins, à leur service, "eux qui payaient des impôts". les autres n'en payent pas ? Visiblement, ils se prenaient pour des consommateurs, mécontents d'un service. Les autres, allez porter plainte dans votre commissariat, où l'on vous dira "voilà pour votre assurance".
Il n'y a pas quelque chose qui cloche, genre justice et police de classe ? Inutile de vous dire que les bleus n'avaient pas l'air d'apprécier d'être toisés et traités comme des larbins.

La grande crise d'effondrement du système, l'aboutissement ultime, c'est Baltimore et Chicago. Pour mémoire, Baltimore, c'est 80 hommes pour 100 femmes. Les autres sont morts dans le caniveau, d'une balle ou plus souvent, de la drogue.

Ce qui est cocasse, c'est qu'ils n'ont pas compris que dans une crise d'effondrement du système, ils ne s'en sortiront pas mieux que les autres (ils son inadaptés), sans doute moins bien (ce ne sont que des manipulateurs de symboles) et qu'ils ont beaucoup à perdre...

Pour le moment le beurre manque. C'est pas bien grave. Le reste y est. Mais quand le reste n'y sera plus, qui se servira en premier ? Hummm ? Dans la période assez confuse de 1560-1590, beaucoup de combats avaient lieu pour une charrette de blé. On faisait tuer sans sourciller, 100 de ses soldats pour ne pas la perdre...

A l'époque révolutionnaire, une charrette de blé qui partait déchainait une émeute...

Le vernis de civilisation ne demande qu'à craquer. Il craquera, comme disait Lénine, quand les 3 repas en stock auront été consommés. Et qu'on a une population trop bête pour planter des patates, et en ce moment, ses pieds de tabac.

La légalité, n'est rien sans la légitimité. Et la brutalité existe. Elle consiste en un licenciement-CERFA, comme on veut le faire. Non, nous vivons une époque d'évolution, et sans doute, ce qui va arriver n'est pas beau à voir. Mais ceux qui la désirent ont l'idée fausse qu'ils en tireront profit, comme ils en tirent profit.
Sinon Gattaz ne sortirait pas les énormités qu'il dit. On ne détruit pas, si on a une once de bon sens, un système qui les sert si bien.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

wayside57 20/10/2017 15:41

Et toi Patrick, comment te prepares tu a la chute.
L effondrement est la, ok. Mais que faut il faire pour ne pas trop la subir?

Valuebreak 20/10/2017 12:36

@ La Gaule : vous voudriez développer sur la bande à Bonnot et Clémenceau, svp ?

Si réponse, promis, je la mate à mort.

Max 20/10/2017 12:24

Le problème Patrick, c'est qu'on est toujours le riche de quelqu'un. Le riche, ça n'est pas toujours L'AUTRE. Et par rapport aux affamés dans le monde, le français moyen est déjà très riche ...

MJ 20/10/2017 11:44

Et qu'on a une population trop bête pour planter des patates, et en ce moment, ses pieds de tabac
on a un contre exemple avec les "années spéciales" à Cuba. tout était cultivé.
et dans le même genre pdt la guerre de 40, le jardin des plante était devenu pour partie un potager. a cette époque la population savait encore cultiver.
et dans les deux cas il y avait un état...