Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE MANQUE D'ECOUTE...

17 Novembre 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

Au XVIII° siècle la noblesse française eût dans l'idée de moderniser les modes d'exploitation de leurs seigneuries. Avec un succès mitigé, pour être poli, et un échec cuisant pour l'être moins.
Pourtant, en 1830, la modernisation était achevée, avec en ligne d'arrivée, la gestion proposée par Olivier de Serres au XVI° siècle.

Les nobles étaient ils idiots ? Non, mais ils se virent opposer une résistance acharnée, et une défense résolue, pas parce que ce qu'ils proposaient était mal, mais parce que c'est eux qui le proposaient, et que cela allait souvent à l'encontre de la survie à court terme.
Quand ils eurent débarrasser le plancher, la modernisation eut lieu de manière ultra rapide, aussi parce que la pomme de terre se généralisa (l'église était contre ; trop facile à cultiver, ils ne suaient pas assez).

La manière de parler aux populations rurales d'ailleurs ne changea pas pendant la révolution. Elle était appelée à obéir sans discuter. Le changement, la négociation avec les populations, n'a émergé qu'avec la politique de boisement.

Ce caractère impératif du pouvoir central se retrouve dans maints décisions, sans aucune consultation des populations. Elles prennent ça au prétexte de "l'intérêt général", sans jamais rien demander, qu'à des béni-oui-oui.
Il y a plusieurs exemples à citer :

- L'échec de la destruction des barrages de la Sélune et ses enseignements. Là aussi, la décision venue d'en haut (écologie oblige !), se heurte à la jacquerie. Parce que bâti en 1920, personne n'a vu l'avant. Mais tout le monde s'est habitué au lac. Et on se fout des très friqués qui pourrait venir taquiner le saumon. Eux se contentent des poissons locaux. Et certains ont voté contre, rien que pour emmerder Hulot, les écolos, le président, les excellences et le gouvernement.

Les écolos, eux, voudraient des décisions d'autorité, alors que dans bien des endroits, ils s'élèvent contre les projets. Il faut reconnaitre aussi, le caractère très marginal, des écolos.

- "Hypermarchés : la France en veut encore". Le vrai titre ne serait il pas "une certaine France en veut encore", celle des bétonneurs, des élus plus ou moins achetés (votre, femme, fils, fille, belle fille, gendre veut un boulot ?) qui sont sempiternellement pour, alors que la population, les jacques, sont contre ? Et pour quel besoin ? "La consommation des ménages progresse de 1,5% par an en moyenne, et le nombre de m² de surfaces commerciales de 3%" 

Mais on va vers le plus intéressant :« Chaque année, 5 milliards d’euros sont investis dans l’immobilier commercial ».
Ces 5 milliards, c'est du pib et des chiffres d'affaires. A Tournus, on a voté : Le maire sortant, pro-Leclerc, a été balayé, avec 23% des voix. Et la liste opposée au projet a gagné avec plus de 61% des voix.

Voilà comment les jacques en veulent encore. Mais il y aura la non moins sempiternelle création emploi évoquée.
A Saint Etienne, pareil. Le maire fera mieux d'y faire marcher la pelleteuse, il y aura de quoi faire avec 11 000 logements vides, et des zones industrielles vides à démolir. Là aussi, la destruction-réhabilitation, c'est un marché, avec de gros chiffres d'affaires. Avoir vu la diagonale Saint Etienne-Firminy-Le Puy, construire sans discontinuer, alors que le problème dans ces 3 villes, c'est le vide et la non-demande, c'est de la maladie mentale. J'ai en tête le chiffre du vide à Saint Etienne en 1988. C'était 9 500 logements. On voit l'action résolue de la mairie depuis...

- "Vision 2030" : la France apporte son soutien à l'Arabie saoudite.
On n'en attendait pas moins de larbinat. On va faire une splendide ville dans le désert, ça fera toujours ça à visiter comme ruines, pour ce qui restera de touristes en 2100.

- d'une manière générale, le Villain ne comprend pas tout le bien qu'on veut pour lui : "Les bénéfices toujours incompris de la concurrence". L'aveuglement ici est évident. Le villain du XVIII° siècle comprenait très bien et très vite, que s'il faisait ce que demandait le noble, il crèverait de faim la première année, la deuxième, ce qui ferait qu'il lui était indifférent qu'il mange mieux la troisième. " A vouloir construire une Europe politique, on politise ce qui ne devrait pas l’être. L’Europe ne recherche plus la justice et l’efficacité économique par la conservation d’un espace de libre-échange. " L'économie, c'est l'art du choix, et tout choix est politique". Quand à l'efficacité économique et la justice du libre échange, il faut être un fumeur de moquette avéré pour chanter cette chanson là. Le libre échange est aussi inefficace qu'injuste.

- Les trains se délitent, pendant ce temps, on ne comprend pas la chute de fréquentation, surtout quand on a poussé au tout-automobile pendant 50 ans. Le villain devrait donc prendre ET le train, ET sa voiture, au lieu de n'en faire qu'à sa tête et ne prendre que sa voiture.

Sur Alter-éco, on nous susurrerait que la mondialisation serait fini. Je suis un putain de surdoué. ça fait 10 ans que je le dis. Admiration autorisééééeeeee....(y compris féminine).

Siemens, General Electric, visiblement s'effondrent. Pour les turbines à gaz, les capacités mondiales sont de 400 et les commandes de 110.

Veolia aussi, vire du monde. Les villains vont être contents de pouvoir enfin vivre de leur RSA rentes-qu'étaient-bien-trop-élevées.

Pour répondre à un lecteur sur ce point : "430 A320neo : la commande géantissime de 50 milliards pour Airbus de la part d'Indigo Partners". Les effondrements, en général, se produisent toujours après un maximum. Sinon, il n'y a pas effondrement.

Alter éco, d'ailleurs, ne parle pas de la seule chose intéressante, l'énergie. Le reste, c'est la conséquence.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Un petit point sur la situation en Allemagne.

Et pour commencer, la position de Schulz postée voilà 4 heures : nous n'avons pas peur de nouvelles élections.

Martin Schulz
4 h ·
Wir stehen für den Eintritt in eine Große Koalition nicht zur Verfügung - diese Konstellation wurde abgewählt. Wir scheuen Neuwahlen nicht.

De son coté Merkel a rencontré ce jour le président de la République Franck-Walter Steinmeier (qui a été auparavant son ministre des Affaires étrangères), lequel a décidé que pour l'instant il n'y aurait pas de nouvelles élections. Il faut dire que la Constitution ne le prévoit qu'en dernier recours. Steinmeier veut continuer à discuter avec les différents partis. Il a insisté sur le caractère inédit de la situation ("Nous sommes dans une situation qui, dans l’histoire de la République fédérale, c’est-à-dire depuis soixante-dix ans environ, n’a jamais eu de précédent").
Ce qui pourrait arriver maintenant - d'après ce que j'ai lu en tout cas - c'est que soit formé un gouvernement minoritaire (par exemple CDU/CSU - Verts). Mais ce serait inédit dans ce pays qui affectionne la stabilité. En plus, l'entente Verts/CSU semble un peu compliquée sur un certain nombre de sujets notamment l'immigration, sujet précis sur lequel les négociations ont achoppé. (Ceci dit ce sont les Liberaux qui les ont fait planter, pas la CSU).
Et une nouvelle Grande coalition avec le SPD alors ? Schulz ne cesse de l'exclure. Hier encore il a dit non. Il faut dire que le SPD s'est bien viandé aux dernières élections suite à sa participation au gouvernement Merkel, ainsi que c'était antérieurement arrivé au FDP. Celui-ci, après avoir gouverné en coalition avec la CDU pendant 5 ans, s'est fait étriller aux législatives de 2013, jusqu'à disparaître du Bundestag (raison sans doute de leur frilosité aujourd'hui). Toutefois et pour en revenir au SPD, l'ami Mathieu Pouydesseau rappelle ci-dessous que le président Steinemeier en est membre, et qu'il va sans doute essayer de les convaincre de revenir au gouvernement.
Bref, en Allemagne comme dans beaucoup d'autres pays d'Europe, ça sent le pâté, politiquement.
Pour Macron, c'est embêtant : pour l'heure, il n'a plus d'interlocuteur auquel proposer sa réforme délirante de la zone euro.
"En même temps", il trouvera bien le moyen de nous expliquer un jour que si le "saut fédéral" n'a pas lieu, c'est à cause de l'instabilité politique outre-Rhin. De même que Berlin expliquait auparavant que c'était à cause de la France, qui n'avait "pas encore fait les réformes de structure".
En tout cas, une nouvelle élection marquerait la fin de Merkel, alors c'est juste une idée complètement débile et irréaliste. Mais ça.....
Répondre
D
Vous lisez les prophéties ? http://www.marie-julie-jahenny.fr/carte-d%27invasion-de-la-france.htm
Répondre
B
euh et les invasions oups pardon les missions de civilisations françaises , elles ont été prévues aussi ??...non ?
F
il ne fait guere de doute que la cata sociale dans toute l'urope va mener à la guerre. C'est du déjà vu.
C'est donc vraisemblablement voulu, même de manière implicite. avec qui? les russes.
Quelles troupes? celles qui s'entraine au moyen orient et en europe. mais qu'est-ce qu'il y a à détruire?
Pour les 2 ww passées c'était les générations d'anarchistes puis de cocos et assimilés.
de nos jours, ben tous les zinutils dont le job va disparaitre grâce à IA (l'âne :-) ) et aux robots.
Mais idéologiquement? qu'est-ce qu'il faut détruire? Les restants de christianisme? comme ça vient d'être fait en grèce ? salops d'orthodoxes!!
Répondre
P
Allemagne ingouvernable ?

Vous allez (trop) vite en besogne...

Merkel est une as de l'entrisme, formée en RDA.

Son parcours, stupéfiant, parle pour elle.

Ensuite le SPD pourrait revenir à la niche... "Dans l'intérêt supérieur du pays". Emballé pesé. Mémé Merkel en sortirait encore plus forte.

Enfin, il y a le joker...

Un bel, très bel, massif, horrifique... "attentat terroriste"

Risqué mais jouable.

Les Allemands sont tellement "romantiques" n'est ce pas... que ces veaux rééliraient maman Merkel haut la main.

Bref, si vous pensez que les crapules, que l'état profond bruxellois/germanique vont se laisser enterrer aussi facilement, vous commettez péché d'orgueil !
Répondre
E
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/11/20/31003-20171120ARTFIG00105-la-nouvelle-cite-hlm-du-xive-ou-le-paris-reve-d-anne-hidalgo.php
Répondre
D
début de ruptures

http://www.20minutes.fr/lille/2171979-20171120-nord-departement-denonce-cout-mineurs-etrangers-non-accompagnes

et

https://www.romandie.com/news/ZOOM-Allemagne-Merkel-confrontee-a-une-crise-politique-sans-precedent/864820.rom :

« La percée de l'AfD et son entrée en force à la chambre des députés a conduit au morcellement du paysage politique et donné au pays une assemblée sans majorité évidente.

Ce parti avait placé au coeur de son programme un discours anti-migrants, anti-islam et anti-Merkel.

- Débat migratoire -

Il pourrait donc capitaliser sur l'échec de la chancelière, d'autant que c'est principalement sur la question de l'immigration et des suites de la politique généreuse d'accueil des demandeurs d'asile d'Angela Merkel que les tractations ont buté.

Les partis n'ont pu s'entendre sur un plafonnement du nombre de demandeurs d'asile, ni sur la question de savoir si tout ou partie seulement des réfugiés devaient avoir droit au regroupement familial en Allemagne. Conservateurs et libéraux voulaient freiner absolument les arrivées, quand les Verts voulaient une politique plus généreuse. »
Répondre
B
C'est une photo historique.

C'est la photo d'Angela Merkel, qui s'exprime devant les journalistes, dans la nuit du 19 au 20 novembre 2017.

Sur la photo, les dirigeants de la droite pro-européenne, la CDU, entourent Angela Merkel : ils ont des têtes d'enterrement.

C'est la mort de la droite pro-européenne, la CDU, qui vient juste de plonger l'Allemagne dans le chaos politique.

C'est la mort de la gauche pro-européenne, le SPD, qui a disparu du paysage.

C'est la mort du soi-disant « modèle allemand ».

En Allemagne, la droite pro-européenne a créé une catastrophe sociale.

Cette catastrophe sociale a entraîné une réaction des électeurs allemands : le 24 septembre 2017, pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, 94 députés d'extrême-droite ont été élus en Allemagne.

Je dis bien : 94 députés d'extrême-droite.

L'Allemagne est ingouvernable.

http://img.lemde.fr/2017/11/20/299/0/5084/2542/644/322/60/0/58869b5_738-kjao1.hyr8kyy14i.jpg
Répondre
A
http://www.lefigaro.fr/emploi/2017/11/16/09005-20171116ARTFIG00157-depuis-1982-les-ouvriers-ont-autant-disparu-que-les-fonctionnaires-ont-augmente.php#xtor=AL-201
Répondre
D
Schadenfreude. Vu de loin: si je comprends bien "la meuf is dead"??? (Pardon... pardon !)
Impatient de voir la tète de tout nos "experts" cette semaine ! #BALANCETONMODELEALLEMAND
Une chance pour Macron de prendre le leadership en Europe ?
(Je trolle et rigole qu'à moitié ;) )

Je sais bien qu'il est tard mais.... les libéraux (FDP) viennent de se retirer des négociations pour former une coalition gouvernementale en Allemagne.Si Angela Merkel devait quitter le pouvoir en Allemagne l’Europe rentrerait dans une sombre période.
C'est un peu bizarre, je ne pensais pas que l'échec viendrait d'eux. Ils me semblaient plus proches des idées de la CDU/CSU que ne le sont les Verts. Et puis, ils était hors du Bundestag depuis 4 ans. On aurait pu penser qu'ils voudraient gouverner ? A priori, ils préfèrent éviter de se griller. En tout cas les négociations ont principalement achoppé sur l'immigration (désaccord CSU-FDP (ligne dure / Verts), et sur la question écologique.
Sinon, comme le SPD a redit ce jour qu'il ne rempilerait pas dans le cadre d'une grande coalition, on dirait bien que les Allemands vont devoir retourner aux urnes en 2018 (sauf gouvernement minoritaire).
Quant à Merkel, elle portait déjà la responsabilité du mauvais score de la CDU, elle porte désormais celle d'avoir raté les négociations. Fin du game pour Mutti ?

La vraie question si un retour aux urnes devait advenir - étant entendu que le rapport de forces ne devrait pas être profondément boulversé - c'est celle du leadership et du potentiel saut générationnel au sein des deux grands partis, car Merkel et plus encore Schaüble (comme en témoigne sa sortie du gvt) semblent (définitivement ?) usés, tandis que côté, SPD Steinmeier est devenu Président fédéral et que Schulz s'est fait laminer (comme ses prédécesseurs depuis dix ans). C'est peut être aussi là-dessus que tentent de jouer Lindner et le FDP pour pousser leur avantage lors du prochain scrutin. Inconvénient: leur "jeunesse" induit une certaine inexpérience au niveau fédéral (ils n'étaient même pas représentés au Bundestag lors de la précédente mandature) dont ils pourraient souffrir. Car si le vent du renouveau souffle sur la politique européenne, ce n'est pas jusqu'ici le trait principal ayant caractérisé les chanceliers fédéraux: Adenauer, Ehrard, Kiesinger, Brandt, Schmidt, Kohl, Schröder et même Merkel avaient tous une expérience conséquente avant de s'afficher comme Kanzlerkandidat - pour la plupart dans des fonctions de Ministre fédéral ou de chef/grande figure de l'opposition (le moins expérimenté au niveau fédéral lors de son accession à la Chancellerie étant Schröder, qui venait tout de même de diriger pendant dix ans l'un des gros Länder, la Basse-Saxe).
Répondre
P
Merci PL pour ces précisions et rectifications,effectivement seule 2%des terres saisies à la révolutions furent distribuées,les autres biens sont acquis par quelques apparatchiks à des prix défiants toute concurrence en Bretagne on trouvait des nobles-paysans statut non dérogeant idem pour le commerce en Franche Comté non dérogeant.
Répondre
P
" Les pouvoirs spirituels, politiques et économiques doivent être indépendants, c'est ça la vraie séparation des pouvoirs.
" le problème est qu'ils ne le sont jamais. Et si les nobles voulaient améliorer les rendements, c'est grandement pour améliorer leurs prélèvements. Les nobles étaient de grands propriétaires terriens. Beaucoup faisaient quand même de la gestion directe.
P
Comme en grammaire, l'exception n'invalide pas la règle, c'est la règle qu'il faut connaître. Aucun noble ne se mêlait de vouloir améliorer la façon dont les paysans cultivaient leurs terres ou soignaient leurs bêtes, comme l'affirme Patrick Reymond, le domaine économique n'était pas leur domaine, ils n'avaient ni le droit ni les compétences pour s'en occuper.

Et la règle est dans les sociétés indo-européenne qu'il y a 3 pouvoir ou ordres s qui sont séparés et que personne ne doit exercer simultanément.

Les nobles n'avaient pas le droit de concurrencer les non-nobles en exerçant des activités économiques, ils avaient leurs activités spécifiques, les non nobles avaient le monopole des activités productives ou utiles.

Hannah Arendt définissait très justement les régimes totalitaires par le fait de réunir le pouvoir politique et religieux (République théocratique de Genève sous Calvin, Révolution française avec son culte de la Raison, Bolchevisme avec le Mausolée de Lénine et le capitalisme d'État, libéralisme avec la divinisation de l'argent, etc..

Les pouvoirs spirituels, politiques et économiques doivent être indépendants, c'est ça la vraie séparation des pouvoirs.
B
L'Allemagne est ingouvernable.

Les élections fédérales allemandes de 2017 se sont tenues le 24 septembre 2017. Elles ont vu l'élection de 94 députés d'extrême-droite : je dis bien 94 députés d'extrême-droite.

Depuis ce jour-là, l'Allemagne est ingouvernable.

CITATION :

L'arrivée à la chambre des députés de l'AfD, qui était resté sous la barre des 5% en 2013, constitue un tournant dans l'histoire allemande d'après-guerre.

Car elle signifie que pour "la première fois depuis 70 ans, des nazis vont s'exprimer au Reichstag", le bâtiment qui abrite la chambre basse du Parlement, a tonné avant le scrutin le ministre des Affaires étrangères et figure des sociaux-démocrates, Sigmar Gabriel.

https://www.romandie.com/news/ZOOM-Allemagne-la-droite-nationaliste-brise-un-tabou-avec-une-percee-historique/836022.rom

Nous avons déjà vu ce film.

Nous savons ce que sera le XXIe siècle en Europe.

En Allemagne en particulier, la catastrophe sociale provoque en réaction la catastrophe politique.

Dans l'Union Européenne en général, la catastrophe sociale provoque en réaction la catastrophe politique.

2016 : il y avait 860 000 sans-abri en Allemagne. La moitié d'entre eux sont des migrants.

2018 : il y aura 1,2 million de sans-abri en Allemagne.

Près de 20% de la population allemande, soit 16 millions de personnes, sont menacées par la pauvreté, indiquait l'office fédéral de la statistique la semaine passée.

Mercredi 15 novembre 2017 :

CITATION :

Jusqu'à 1,2 million de sans-abri en Allemagne l'an prochain ?

http://www.boursier.com/actualites/economie/jusqu-a-1-2-million-de-sans-abri-en-allemagne-l-an-prochain-37397.html
Répondre
W
Parler d'une écoute qui manquerait pose que causer aurait ou serait susceptible d'avoir un sens...
Du "Ferme tagueule" au 'cause toujours", la surdité est maîtresse.
Causeur, c'est un job à risque. D'autant que l'on gagnera à ne pas ignorer le désir du maître avant de l'ouvrir. Que sont les avertissements d'une Cassandre devant l'appel du slip qui claque ?
Ceux qui savent l'objet désiré de nos maîtres mesurent la vanité de dire à qui ne veut pas entendre.
Accordons à certains qu'à désirer mourir, ils ont un avantage dans la bataille.

En pratique, ça cause. ça pour parler, le larbin parle et manipule ;) . Pas de temps à perdre à l'écouter lui non-plus puisqu'il récite un soufflé et qu'à défaut de distinguer ce que le maître désire, il a au moins perçu ce qu'il ne désire pas... et pond du chiffre.

le mooc de Kant
Répondre
S
Il n'y a pas de progression de la consommation étant donné la montée du chômage et de la précarité. L'expansion des enseignes discount le prouve. La consommation contrainte, oui, sans doute, mais elle doit donc être compensée d'une manière ou d'une autre: réduction du budget alimentaire, vacances, culture pour payer taxes, abonnements internet, pv...
Quand aux enseignes de la grande distribution, elles résistent car elles ont de la marge pour s'adapter (rayon bio, sans gluten...) mais qui compensent à peine la perte dans d'autres secteurs. Les marques multiplient les remises pour maintenir les ventes, à tel point que certaines promotions durent 11 mois sur 12 dans l'année! Mais le système est clairement à bout de souffle. Seul problème, il est conçu pour croitre, pas pour stagner. Quand on s'arrête de marcher sur le tapis roulant, quand on est dans le mauvais sens de l'Histoire, on recule, à moins de courir de plus vite pour compenser. Pigé?
Répondre
P
Méfiez vous sur votre lieu de travail. Si vous êtes abordé par une femme qui se met à discuter avec vous, cela peut vous conduire en prison.

https://fr.sputniknews.com/societe/201711181033933287-arabie-saoudite-homme-arrete/
Répondre
B
Ca fait belle lurette qu'en Amérique lorsqu'une femme est seule dans un ascenseur les hommes attendent l'ascenseur suivant. C'est ça ou un procès avant le dixième étage pour tentative de viol. Aux US le harcèlement sexuel est une source de revenue tant pour les femmes que leurs avocats spécialisés avec lesquels elles font équipe.
B
"430 A320neo : la commande géantissime de 50 milliards pour Airbus de la part d'Indigo Partners". Ce n'est tout simplement pas une vente mais un transfert de fonction commercial à un spéculateur venu s'intercaler entre airbus et l'utilisateur final. Indigo n'est pas un client réel. Des compagnies aériennes utilisatrices réelles s'approvisionneront désormais chez Indigo et n'auront plus recours à Airbus. Cela signifie autant de ventes en moins à l'avenir avec perte de la marge commerciale captée par Indigo. Cette pseudo commande est un désastre pour Airbus qui se voit de ce fait transformé en vassal. Quand Indigo, à terme, ne manquera pas d'exercer son pouvoir de chantage, je vous laisse imaginer ou ira se loger le fuselage des A320neo.
Répondre
P
Ce n'est pas du tout la Noblesse qui a voulu moderniser l'agriculture au XVIIIe siècle, c'est la bourgeoisie qui rachetait des seigneuries et qui voulait les transformer en exploitations profitables.

Les Nobles en France avaient l'interdiction de faire valoir des terres pour leur compte, en-dehors du petit domaine autour du château pour la consommation personnelle de leur maison, ce qu'on appelait la réserve seigneuriale. Les Nobles ne devaient pas concurrencer les roturiers en ayant des activités productives, économiques, lucratives, ils devaient se consacrer aux activités nobles: assurer la paix et la justice sur leurs terres, ils avaient la mission de service public d'autorité, de police, de justice, de défense, de monnaie, d'administration, de voirie, d'embellissement.

L'interdiction de réunir les domaines supérieurs et utiles, la fonction régalienne et la fonction économique, c'était comme l'interdiction pour le médecin de vendre des médicaments, et pour le pharmacien de les prescrire.

Les Nobles avaient par conséquent l'obligation de concéder toutes les terres à des roturiers qui pouvaient les exploiter en échange d'une redevance en nature, à la fois fixe et perpétuelle.

C'est pour cette raison qu'il n'y a jamais eu en France d'exploitations agricoles immenses cultivées par une armée de salariés ou de serfs, pas de latifundia comme en Espagne ou en Russie.

Le régime de l'agriculture en France était celui de la petite exploitation familiale, et l'agriculture française était la plus prospère du monde, comme en témoignent le Voyages en France en 1787 de l'agronome anglais Arthur Young, et le fait que la France était presque aussi peuplée que tout le reste de l'Europe.

L'histoire de la querelle des enclosure est partie d'Angleterre où la bourgeoisie a pris le pouvoir avec la Révolution de Cromwell, c'était pour les bourgeois qui avaient racheté les seigneuries la volonté de s'approprier les terres communes qui appartenaient aux communautés d'habitants pour les faire exploiter à leur profit. C'est un mouvement de privatisation.

En France au XVIIIe siècle, la bourgeoisie a racheté des seigneuries, elle a voulu rentabiliser ses achats, en commençant par essayer de s'approprier les communs, d'accroître la réserve seigneuriale, en faisant rechercher par des feudistes à rétablir des anciens impôts tombés dans l'oubli, et surtout à remplacer le régime de la concession, ou censive, par un régime contractuel: fermages et métayage. La censive était l'équivalent de notre propriété privée (celle du Code civil), en échange d'une redevance annuelle qui avait été fixée en nature avant le XIIIe siècle et qui ne pouvait pas être changée. Elle était par conséquent très faible, l'équivalent d'une taxe foncière. Le censitaire était absolument maître chez lui de cultiver la terre comme bon lui semble, contrairement au métayer ou au laboureur. En France, il n'y avait en principe, aucun seigneur noble qui exploite à son propre compte un domaine agricole d'une certaine importance, il aurait dérogé, il aurait perdu son statut de noble. Il ne pouvait par conséquent pas y avoir de noble qui veuille moderniser l'agriculture, il ne s'agissait que de bourgeois.
Lors de la Révolution, les terres des abbayes et des seigneurs déclarés émigrés ont été saisies comme bien nationaux et vendues. Or ce n'est pas seulement le domaine éminent ou supérieur qui a été saisi, c'est aussi le domaine utile, il y a eu une spoliation des censitaires. Ces terres ont été vendues et rachetées exclusivement par des bourgeois proches du pouvoir révolutionnaire; les anciens censitaires se sont vus proposés des contrats de fermage ou de métayage beaucoup plus chers et beaucoup plus précaires que les censives. Un censitaire ne pouvait jamais être expulsé, son cens ne pouvait jamais être augmenté, il pouvait vendre ses droits ou les léguer à ses enfants. C'était lui le vrai propriétaire. Le Noble avait une propriété éminente qui était de l'ordre de celle qu'une municipalité possède: obligation d'assurer la paix et la tranquillité, d'entretenir les routes et les bâtiments publics, de rendre la justice de paix, en échange d'une redevance fiscale annuelle.
Répondre
J
Très bon commentaire PL.
J'ajouterai que l'on vit la même époque que les temps révolutionnaire.
Nous avons les banques centrales privées qui fabriquent de la monnaie permettant de racheter la dette et, les multis nationnales utilisant cette monnaie pour acheter les plus petits. Ces plus petits sont alors présurisés pour avoir un retour sur investissement rapide. Après avoir dépecer l'entreprise celle ci est jetée.
De la même façon, on assiste à un précarisation de tous, comme le paysant du 18eme, la situation est sensiblement la même : dans les années 60 il avait un travail à vie dans l'entreprise, dans les années 80 il commença à connaitre le chômage et maintenant, il voit son travail disparaitre.
P
Excellent commentaire, entièrement factuel. Merci PL.
S
- La ministre de la Culture a expliqué vendredi que les recettes d'un tirage spécial de la Française de jeux et qu'un nouveau jeu flash seraient consacrées à la préservation des monuments.
- Le ministère des Armées réfléchit à des solutions innovantes pour financer les matériels des armées (Rafale, Tigre, Leclerc...) type un plan d'épargne, baptisé Plan d'Epargne Défense Avenir (PEDA) exclusivement dédié aux particuliers.
Pas belle la vie? Plus personne ne se cache, vos impôts ne vont plus servir qu'à payer les fonx qui prélèvent les impôts (rectification qui vont vérifier les prélèvements effectués par les entreprises) et les énarques qui pondent les textes les régissant. Plus une bonne couche d'AME...
Répondre
J
Oui, la banqueroute arrive.
Les chaines de Ponzi ne suffisent plus.
La dette, toujours la dette. La dette qui a fait venir la Révolution. La planche à billet qui a conduit à la terreur puis à la guerre.
Finalement, le schéma est toujours le même que ce soit en France, en Allemagne, en Yougoslavie ...
S
Otez moi d'un doute... N'y a-t-il pas eu il y a quelques jours une série d'articles sur Général Electric pas flambant auxquels succèdent quelques infos désagréables concernant Siemens? Quand on pense aux louanges diverses évoquées lors des "cessions" des activités d'Alstom et les vues très positives du démembrement du groupe pour mieux "conquérir" le marché, on devrait trouver que nos dirigeants ont une vraie "vision" de l'avenir?
Répondre