Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 20:38

... Mais les loyers baissent. Parfois fortement.

Baisse globale de 1.1 %, de 1.3 % ailleurs, mais de 570 à 470 euros, à Roubaix, et travaux obligatoires entre chaque locataire...

Aujourd'hui, déficit assuré des opérations immobilières, et difficultés à retrouver des locataires...

Donc, crie de l'immobilier locatif, et baisse des loyers. Voire inexistence de la demande.

Pour la vente, le rebond des ventes n'est pas étranger à des taux très très bas. Et à moins de crever le plancher, ces taux ne pourront baisser plus. Le particulier n'a jamais bénéficié de taux officiels négatifs. Sinon, on prendrait des endettements sur 1000 ans.

Là aussi, il est clair que la baisse des taux a sauvé le marché de la transaction, sans régler le problème signalé par JM Pouré, celui de la démographie, et du rebond de la mortalité. Sans compter la pléthore de constructions d'une époque, qui ne trouvent plus preneurs, mais dont les propriétaires peuvent encore assumer les charges.

Le marché immobilier souffre aussi désormais de l'inadéquation entre emploi et lieu de résidence. Et les excellences viennent de s'apercevoir du poids énergétique, appelé aussi boulet, que constituent les grandes villes : "et ensuite celle de l'empreinte écologique de ces grandes aires urbaines. "

Ce serait d'ailleurs, très marrant d'imaginer ces grandes villes, avec 25 % de fluides (eaux, gaz électricité, pétrole) en moins... Le plus probable serait une augmentation très sensible de la mortalité.

Mais bon, en 2011, on prévoyait aussi une hausse jusqu'en 2015...

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Immobilier
commenter cet article

commentaires

jimmy75 02/03/2016 13:31

Bonjour! J'ai fait appel à un courtier crédit immobilier pour l'achat d'un appartement. Effectivement, j'envisage de déménager à Paris pour le travail. Du coup, je suis bien obligé de chercher un endroit où loger

Moi 19/02/2016 21:39

Les ventes immobilières redémarrent ...

J'avais pas vu, mais en même temps, je ne regarde pas toutes les annonces qui restent pendant six mois accrochées aux apparts vides dans mon quartier...

Mais je suis prêt à y croire... L'immobilier n'est plus ce qu'il était comme le dit mon voisin agent immobile.

Horzabky 16/02/2016 23:55

"très marrant d'imaginer ces grandes villes, avec 25 % de fluides (eaux, gaz électricité, pétrole) en moins... Le plus probable serait une augmentation très sensible de la mortalité."

À moins que 25% de la population urbaine parte vivre ailleurs. À la campagne ? J'ai comme un doute...

Si cette réduction de la population urbaine se faisait sur 25 ans, ce serait possible. Mais ce sera beaucoup, beaucoup plus rapide. Dans ma commune, en Seine Saint-Denis, la clinique a fermé, comme beaucoup de commerces. Ce qui marche bien, ce sont les épiceries associatives, où des volontaires (surtout musulmans) vendent à bas prix des produits de basse qualité ou à la limite de la date de péremption. Il y en a au moins deux dans ma commune.

Une amie m'a fait remarquer que les supermarchés sont repris par des enseignes de plus basse gamme : Super-U devient Leader Price ou LIDL. Les commerces s'adaptent au pouvoir d'achat en baisse de la population... Les cafés ferment : les vrais pauvres ne boivent pas leur bière au bistrot, ils l'achètent dans une épicerie et ils la boivent en groupe sur les pelouses des immeubles.

L'ancienne clinique, où sont nés mes enfants, est devenue un centre d'accueil pour migrants, bien que la population de la commune ait augmenté. Dans le 9-3, on s'achemine vers zéro activité économique, et une population d'assistés, venue de partout, donc sans aucune solidarité collective.

Les transports en commun (RER A, par chez moi) sont surchargés, et ça ne risque pas de s'améliorer, les projets de prolongement du métro et de construction de lignes de tramway sont reportés aux calendes grecques pour raisons budgétaires.

L'Etat a abandonné le 93. Le tribunal de grande instance a perdu 25% de ses magistrats rien que sur l'année 2015. Ils n'ont pas été remplacés, les volontaires ne se bousculant pas au portillon. Le problème ne sera pas résolu de sitôt : les remplaçants n'ont pas été prévus, et il faut 3 ans pour former un magistrat. Taubira, quelle incompétence... Les délinquants, quand ils sont arrêtés, sont rarement punis. D'ailleurs, leurs copains ne se gênent pas pour les soutenir bruyamment pendant les audiences, à Bobigny.

Sous Sarko, c'était pareil, voire pire. Dans ma commune, la brigade de gendarmerie a disparu, et les effectifs du commissariat de police ont baissé d'un bon quart. Rappelons que Sarko a supprimé 12 000 postes de policiers et gendarmes, sur l'ensemble du territoire national. Alors que la population de la France augmentait, surtout du fait de l'immigration, de plusieurs centaines de milliers de personnes par an.

Je me dis que les veinards, ce sont les baby boomers, comme moi, nés entre 1946 et 1964. Nous n'avons pas eu à faire la guerre, et nous avons connu la prospérité et un développement technologique sans précédent. Seul bémol, notre fin de vie risque d'être moins drôle...

Bruno 17/02/2016 17:16

"très marrant d'imaginer ces grandes villes, avec 25 % de fluides (eaux, gaz électricité, pétrole) en moins... Le plus probable serait une augmentation très sensible de la mortalité."

"À moins que 25% de la population urbaine parte vivre ailleurs. À la campagne ? J'ai comme un doute... "

Je verrais plutôt le retour des coupures d'électricité, de gaz et d'eau.

Quant au pétrole, moins de pétrole signifie moins de transport routier, donc moins d'activité économique et un approvisionnement moins régulier de ces grandes villes, notamment pour l'alimentaire.
Quand on sait que Paris est approvisionné à plus de 90 % par la route, et à près de 100 % pour l'alimentaire (je laisse de côté la péniche qui livre des fruits et légumes sur le canal de l'Ourcq et qui joue un rôle purement anecdotique), avec 3 jours de stock dans les magasins, tout impact sur la chaîne logistique aura une incidence directe pour le consommateur final.

Et puis, les vols du contenu de camions de livraison, aujourd'hui aux produits de luxe ou aux produits électroniques, pourrait rapidement s'étendre aux produits alimentaires vu que ces camions doivent traverser des zones de plus en plus pauvres.

L'abaissement de la qualité des produits consommés, associé à un mauvais régime alimentaire, est un bon vecteur de mortalité par le biais des maladies appelées improprement "de civilisation" (obésité, dibète, infarctus, cancers, etc.).