Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 08:34

Finalement, le "grand basculement", des électeurs de Trump vers Clinton n'a pas eu lieu. On allait voir ce qu'on allait voir, 40 grands électeurs changer des camp, pour élire une personne "respectable".

Manque de bol, s'il y a eu des défections, côté républicain, elles n'ont pas atteint les effectifs espérés (2), et elles ont été plus nombreuses encore côté démocrate.

Côté républicain, 1 a voté Kasich, 1 pour Paul. Côté démocrate, 3 voix pour Powell, 1 pour Sanders 1 pour un chef sioux, et quelques votes annulés (sans doute, mandat impératif).

Visiblement, le grand espoir de voir les grands électeurs déjuger leurs électeurs, qui balayaient les démocrates et la presse a été balayé. C'était puéril et enfantin

Suint pueri pueri, pueri puerilia tractant (Les enfants sont des enfants, ils s'occupent de puérilité. Bismarck à propos de Guillaume II).

Les oukazes de la bien-pensance et de la presse main stream ont été sans effet. Sans doute, même si certains caciques du parti républicain y ont pensé fortement, ils ont quand même eu l'intelligence d'imaginer l'onde de choc que cela provoquerait.

On voit simplement un personnel politique en mode "caca nerveux", penser que l'impossible est arrivé.
En France, on peut reprendre le précédent célèbre de Balladur, dans les "guignols de l'info" et sa "couillemollisation".
Visiblement, le candidat Fillon fait dans le Hollande-Sarkozy, sans être au pouvoir, rappelant la carbonisation rapide de Juppé (qui allait bien tant qu'il parlait pas, mais qui a été descendu dès qu'il l'a ouvert).

" Mais le tableau clinique est déjà complet. François Fillon, le champion de la droite, donne tous les signes d'une "hollandite fulgurante" : il renonce à une mesure-phare de son programme, se dote d'un état-major pléthorique et ne convainc que 3 français sur 10 dans une étude d'opinion. "

Côté socialiste d'ailleurs, visiblement, ils ont été obligé de faire une "primaire ouverte", parce qu'avec le nombre de militants, ça n'aurait pas été chercher loin. On parle de 42 000 à jour de cotisations, et de 131 000 version optimiste, de Cambadélis.Enfin, même 131 000 les mauvaises langues vous diraient que c'est vraiment pas grand chose par rapport aux grandes époques, où le parti socialiste, "petit" parti de militants, affichait quand même entre 300 000 et 500 000 cotisants.

Il ne reste finalement, que les élus, et leurs familles, et que même en prenant ce paramètre, certains ne sont plus que sympathisants...

Il faut dire qu'avec Valls et Hollande, il y a le mode de répulsion absolu, combiné avec le bouton "autodestruction". Comme l'attentat de Berlin vient de confirmer la justesse de la politique d'immigration merkelo-hollandienne, on peut penser que le mode autodestruction s'est mis en marche tout seul.
Quand à "En marche", c'est pire que l'histoire de la rascasse bloquant le port de Marseille. Militantisme ultra-light, se contentant d'un clic sur le oueb. Géant.

Quand à Fillon, il n'a pas compris que son programme était totalement idiot, que ceux qui le soutenaient le soutenaient comme la corde le pendu. Il aurait du faire le ménage chez "les républicains", et virer la moitié du monde, minimum, et s'organiser en franc tireur. Mais l'intelligence, ça ne s'invente pas.

Revoir toujours les mêmes vieilles barbes de 30 ou 40 ans, ça fait rasoir. Mais leur peu de compétences, rémunérées grassement en politique fait qu'ils n'abandonnent pas le pactole.

Et puis, des mecs à 15 000 euros mensuels qui disent à ceux à 1500 qu'ils sont trop coûteux, c'est pas crédible.

Baisse d'impôts pour les sociétés et les riches, et fonds de pensions pour tous, comme la prefon. La prefon, c'est bien ce machin qui a été à deux doigts de la banqueroute, terminal obligé de tous les fonds de pensions ? Parce que les fonds de pensions, il n'y en jamais eu beaucoup capables d'en servir. Surtout à la veille d'un krach bancaire, qui n'a été dépassé en ampleur qu'au XIV° siècle.
Pour ce qui est du pays qui les a le plus aimé, les USA, les américains sont tombés d'un taux de couverture de la population par les fonds de pension de 80 %, au début des années 1980 à 20 %, qui survivent encore, et encore, ceux de 1980 étaient à prestation définie, et ceux d'aujourd'hui à cotisation définie. Il faut dire que quand les taux des emprunts d'états sont descendus en dessous de zéro, c'est difficile d'avoir du rendement. Et la garantie de l'état fédéral se limite à 13 500 $ (montant défini dans les années 1930 et jamais réévalué).

Bref, les mecs à 15 000 euros, sont plutôt dans la phase de dénie. Il faut dire que leur cible électoral, les plus de 65 ans, se réduit diablement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires

EnPassant 20/12/2016 15:23

Mode parano on
http://www.businessbourse.com/2016/12/19/pourquoi-lelite-construit-elle-autant-de-bunkers-luxueux-actuellement-anticipe-t-elle-lapocalypse/

Bozi Lamouche 20/12/2016 11:29

30 pour cent en France ça suffit pour être élu (abstention autour 50%)...
Politique mercko-hollandienne ?? Politique merckel point barre..elle est assez grande et corrompu pour faire ses conneries seule.