Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DERIVE...

30 Novembre 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie, #Politique, #Economie

Y a qu'a fôt (vrai) con. C'est ce que nous disent certains.
Baisser les mythiques zimpôts. Mais comme dit l'ami Berruyer, je vois pas tellement la différence entre payer des impôts, des prélèvements obligatoire, ou des mutuelles, des fonds de pensions, etc.
Pareil pour les interventions économiques. L'euro est une monnaie inadaptée à l'économie française, qui crée beaucoup de besoins.

Il est sûr que la classe politique locale devrait se dispenser de croire que le mythique investissement local est obligatoire, entrainant souvent des dépenses lourdes de fonctionnement après.

Mais, justement, ces investissements, les maires sont priés de les continuer, et d'économiser sur le reste.

Parmi les dépenses contraintes, on vous annonce, en même temps que l'eau n'est plus assez chère. En oubliant la principale raison : il faut que certains continuent à se goinfrer. Et en même temps, aider les non moins mythiques pauvres. Parce que ceux-ci ne pouvant se faire couper l'eau, certains en profitent, et la solidarité est portée sur les bons payeurs.

"Eric Brunet : "Au lieu de dégraisser l'état, macron taxe les nouveaux pigeons : classes moyennes, retraités, propriétaires, familles". Et alors, c'est pas ce qui était prévu ? Ce qui importe au p'tit marquis de belgueule, c'est le 0,1%. T'avais pas compris mon petit riric ?

Quand à la suppression de la TH, elle va entrainer la hausse ou la création d'autres impôts, si l'on oublie bien entendu la taxe d'enlèvement des ordures ménagères qui a flambé depuis 2000. C'est bien les normes. Quand aux économies dans la dépense publique, c'est oublier le multiplicateur Keynésien qu'a enfin reconnu le FMI. Toute baisse de 100 des "zimpots" (et des dépenses), entraine une baisse de 250 du pib.

Côté dérapage, ça se confirme, l'encadrement des loyers est annulé. Pan dans la gueule des amateurs. Vous savez, ceux qu'on appelle énarques et ministres. Voilà une dépense contrainte, donc, qui va continuer à augmenter, et pas un zimpot. Quand aux négociations avec les offices de HLM pour la baisse des loyers, je vous laisse deviner l'aboutissement. Une baisse, peut être, la première année, sans doute compensée plus largement la deuxième. Et sans doute annulée, la troisième.

La réforme du code du travail, va aboutir à zéro création d'emplois.( C'est le carnet de commande qui fait la création d'emploi). C'est le gouvernement qui le reconnait. mesure aussi bête que méchante.

Du côté du front, certains mauvaises langues prétendent que le bitcoin va finir en crise épouvantable. Tient, on vient de s'en apercevoir. La finalité intrinsèque du bitcoin, c'était bien ça ?

Trump incite les nord-coréens à accélérer leur armement nucléaire. "Washington menace Pyongyang d'une « destruction totale »". Dépêche toi, Kim, t'es encore en retard. Fais tirer dans les 100 derniers mètres.

Dans le même temps, faut voir la gueule des sud coréens, qui ont des chances d'être détruits en quelques minutes à cause de leurs alliés. Des alliés comme ça, on s'en passe aisément. Rien que les antiques 10 000 pièces d'artillerie pointées sur Séoul réduiront la ville en "Grozny 1999" en quelques minutes.

Les nippons, aussi, doivent faire la gueule.

La Chine se voit infliger une pression pour couper le pétrole à Pyong yang. Intéressant de savoir qu'on peut presser la Chine. Et intéressant de savoir qu'on peut couper l'approvisionnement d'un pays qui consomme 15 000 barils par jour. Si la coupure -officielle- était réalisée, on pourrait voir le trafic clandestin multiplier par 2 ou 3 les livraisons. Déjà que sous Staline le NKVD n'arrivait pas à tenir étanches les frontières de l'URSS...

D'autant qu'avec leurs fabriques de USD, les nord coréens pourraient payer n'importe quel prix. Ils n'ont d'ailleurs, visiblement, aucun problème pour les écouler dans le 1/3 monde. Il est curieux, d'ailleurs, que le président  US lui même, ignore ce que peuvent faire des trafiquants quand on pousse le cri du billet de 100 $, le soir au fond des bois.

Sans compter que les nord-coréens ont sans doute de copieuses réserves, et vu leur consommation confidentielle, de quoi tenir longtemps. Comme Ming li foo, dans "Lucky Luke"; "j'ai un kilo de riz, de quoi tenir un mois sans me rationner, deux en me rationnant un peu, trois en me rationnant beaucoup".

Pour revenir à un courrier de lecteur, la Suisse visiblement rigole devant les baccalauréats français. D'ailleurs, un ouvrier de 45 ans m'a mis au parfum : "Maintenant, en BTS maintenance, ils apprennent ce qu'on faisait il y a 30 ans, en CAP". Cela est aussi renforcé, en France, par l'admission sur dossier des candidats en classe préparatoire, tri qui a lieu avant les épreuves.

Tout le monde sait que sous l'appellation "baccalauréat", des réalités très divergentes existent, et que quand on les gomme, c'est dans le sens de la dévaluation. Comme les fameux Bac G, passeport vers l'emploi jusqu'en 1982, et une réforme qui les transforma en torche-cul.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Source C. Sannat et le code des impôts:
« Les gains tirés de la vente d’unités de compte virtuelles stockées sur un support électronique (notamment les “Bitcoins”), lorsqu’ils sont occasionnels, sont soumis à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices non commerciaux (BNC).
Si l’activité est exercée à titre habituel, elle relève du régime d’imposition des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).
Par ailleurs, les unités de compte virtuelles stockées sur un support électronique entrent dans l’assiette de l’impôt de solidarité (ISF) définie par l’article 885 E du code général des impôts (CGI) et doivent ainsi figurer dans la déclaration annuelle d’ISF des redevables qui en possèdent.
Les transmissions à titre gratuit d’unités de compte virtuelles stockées sur un support électronique sont également, en vertu des dispositions de l’article 750 ter du CGI, soumises aux droits de mutation à titre gratuit, sous réserve de l’application de conventions internationales. »
C'est sûr que quand les Etats s'intéressent aux concurrents dans leur pré carré, ça fait mal...
Pour la Corée: la Chine et la Russie ont besoin de la Corée du Nord comme tampon d'avec la Corée du Sud, du moins d'avec les bases, contingent, marine US qui y sont à demeure. Voire jusqu'au bout de la péninsule pour faire bonne mesure. Les US n'ont donc rien compris, à savoir que si cela devait déraper, un glacis stérilisé type Verdun (pour les multiples trous) + Ypres (pour les gazs) + un peu de typhus ou de choléra de zone insalubre ne poserait aucun problème aux frontaliers. Suffit de boucher au barbeles et de se retirer de quelques kilomètres à l'intérieur avec ses missiles. Mais il se dit que les US envisageraient (bis repetitas) de taper aussi l'Iran. Sont quand même bargeots ces ricains...
Répondre
A
Ca fait 90 ans qu'on se tape du Keynes et le résultat de cette politique de la demande on le voit partout: des dettes inimaginables et des revenus détournés presque exclusivement pour en assurer le service.

Que la connerie du multiplicateur Keynésien soit reconnu par le FMI, n'a rien d'étonnant de la part d'un cartel bancaire.

Il serait temps de revenir au fondamentaux tel que la loi de Say.
Répondre
A
Pour rappel, les fondamentaux, c'est le troc.
Il faut d'abord pêcher un poisson (produire) avant de pouvoir l'échanger contre du riz.
La production précède l'échange, la demande et la consommation.
A
@reebob

Il me semble que vous reconnaissez la valeur de la loi de Say quand vous dites:"sans quoi il n'y aurait jamais de crise de la demande".
Effectivement, sans banque centrale, sans réserve fractionnaire et sans création monétaire (dette) de l'Etat, il n'y a pas de cycle du crédit et donc il n'y a pas de crise de la demande. Apparemment, vous êtes intoxiqué à un point où vous considérez le cycle du crédit comme un fait incontournable.

Quand à la dette, elle n'est pas le fruit de "politiques libérales", mais de la politique monétaire. En effet, quel politicien peut résister à promettre le beurre et l'argent du beurre à ses électeurs.

Enfin, le capitalisme de copinage, également appelé fascisme, n'est pas du libéralisme. C'est le cartel bancaire qui l'appelle ainsi car le libéralisme est son pire ennemi. En effet, on veut vous amener à penser que l'opposition se trouve entre le capitalisme et le socialisme, alors qu'elle est entre collectivisme(statisme, interventionnisme, centralisation) et libéralisme (le vrai). En effet, quand on contrôle l'Etat, au plus il est interventionniste, au plus on est puissant.

Pour continuer le débat:
https://www.goldmoney.com/research/goldmoney-insights/will-macro-economists-ever-learn
R
La lois de Say est débile, l'épargne n'est jamais naturellement égale à l'investissement sans quoi il n'y aurait jamais de crise de la demande. Vous ne connais rien à Keynes pour débiter de telles âneries. Le keynésianisme n'est plus pratiqué depuis les années 70. Faire du keynésianismes ne consiste pas seulement à faire des relances contracycliques, mais aussi et surtout à contrôler la circulation des capitaux et des marchandises. Les dettes dont vous vous plaignez sont le résultat des politiques libérales consistant à tout déréguler. Pour que le système tienne il ne reste que l'endettement public et privé. Plus que jamais Keynes avait raison, mais les fous qui nous dirigent ont préféré les aberrations intellectuelles des Friedman et autres Hayek. Les résultats sont tellement minables qu'ils continuent à incriminer Keynes ou Marx pour ne pas avoir à assumer les conséquences de leurs théories débiles. A la prochaine élection vous direz surement que Macron était un affreux Keynésien quand il aura conduit la France à la disette avec ses "remèdes" de docteur Diafoirus libéral.
H
"Il est curieux, d'ailleurs, que le président US lui même, ignore ce que peuvent faire des trafiquants quand on pousse le cri du billet de 100 $, le soir au fond des bois."

Les Américains se contrefoutent des faux dollars, du moment qu'ils n'entrent pas sur leur territoire. Un escroc qui paye un commerçant avec des faux dollars à Calcutta, lequel commerçant les refilera ensuite à un autre pigeon local, ça n'a strictement aucun effet financier négatif pour les USA. Par souci de crédibilité, ils collaborent avec les polices étrangères en matière de fausse monnaie, mais pour eux c'est loin d'être une priorité.
Répondre
A
Moskovski 39 : l'arme de destruction massive des céréaliers français.
18% de protéines au lieu de 9% pour le blé français pour l'alimentation
https://fr.sputniknews.com/economie/201711031033731579-russie-ble-selection/
et
pleins de pays perdent des contrats au profit du blé russe :
https://fr.sputniknews.com/economie/201711201033964946-marche-cereales-russie/
Répondre
M
L'idée de plafonner les loyers c'était complètement stupide. Autant vouloir faire pousser une plante plus vite en tirant dessus ... A ce moment là pourquoi ne pas plafonner le prix de l'essence, de la nourriture, ou de je ne sais pas quoi encore. Et puis transformer la France en pays communiste tant qu'à faire.
Répondre
B
Transformer la France en pays communiste c'est en cours et a toute allure, dans la mesure ou la part de l'etat dans le PIB etait de 60% pour l'URSS au moment de son effondrement et de 57,6% pour la France (certainement sous-evalue), elle y est probablement deja.