Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

GAME OVER...

22 Novembre 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

C'est le site Euractiv qui le dit aux grands énergéticiens. "Les renouvelables font sombrer en désuétude les objectifs énergétiques européens."

Et c'est du lourd : " Il en ressort que l’UE pourrait sans aucun problème choisir de rehausser la part de ses renouvelables pour 2030. Au lieu de la prévision actuelle de 49 %, l’UE pourrait facilement viser 61 %, estiment les spécialistes. "

Pour rajouter (et Vlan sur Hulot le courtisan) : " En réalité, la chute des prix du solaire et de l’éolien, combinée à une demande flexible, signifie qu’il serait même moins coûteux de viser les 61 % de renouvelables et de réduire d’environ 50 % la production de gaz, explique le rapport. "

Et enfin : " Dans l’ensemble, l’Europe se trouve donc face à une surcapacité en termes de production d’électricité, prévient le rapport, qui appelle les décideurs politiques à organiser une sortie ordonnée du charbon. "

Et Vlan gay-ment : " Il n’y aurait donc plus besoin de construire « davantage de centrales électriques, souvent très polluantes » pour assurer la stabilité des réseaux quand le vent ne souffle pas ou que le soleil ne brille pas, explique Claire Camus, directrice de communication pour REGRT-E."

Mais bon, dans la propagande, il n'y a qu'une toute petite part de vérité.

Et pour terminer : "il y a une bande de vieux C...s" ou : " les décideurs continuent de se baser sur « une compréhension dépassée du marché de l’énergie pour adopter les politiques énergétiques nationales et européennes ». "

Dis comme ça, c'est plus poli, mais c'est quand même une bande de vieux C...s...

Et pour le nuke français ? La même. Si les plus riches mines d'uranium ferment -provisoirement qu'ils disent- alors que le marché est sous alimenté, il y a bien une raison.

Mais l'esprit humain ne connait que son expérience, et les changements ne sont visibles qu'à long terme. Chez moi (Haute-Loire), on dit que du bois, on ne sait qu'en faire. 50 % de la superficie est boisée. En 1900, c'était pas 0 %, parce qu'il y avait des forêts protégées, mais il est clair que le département était chauve comme Kojak et yul Brynner réunis, en dehors de ces forêts protégées.

De plus, n'en déplaise à Michou-le-pilote-abonné-EDF, visiblement, le virage énergétique de l'Europe en Générale, et de l'union européenne en particulier, est bien engagé.

Il n'y a qu'à voir le site eurostat, visiblement remplis de souverainistes communistes anti-UE, pour voir le virage. Même la récente baisse des prix du pétrole n'a que maigrement relancé la consommation, qui reste en dessous des grandes années de la première décennie.

Pour 2014/2015, on a les évolutions suivantes : le gaz (+ 12 Mt équivalent pétrole), mène le bal, le pétrole suit, à + 9 Mtep, en troisième, les énergies renouvelables (pleure pas michou..., t'es grand, tu peux être un homme et affronter la nouvelle), à + 8 Mtep.

Pour les régressions, on a le nuke (- 5 Mtep, quelqu'un peut consoler michou ?), et les combustibles solides (-6Mtep).
Comme je l'ai souvent dit, c'est une chute en escalier, et la croissance dont tous les importants se gargarisent, n'est que le palier d'un L. Pas plus.

Certains, sans rire, et avec un souffle absolu, nous vante le chauffage au bois. Faut il rappeler que certaines sociétés qui l'utilisaient, sont mortes de l'avoir trop utilisée ? Sans toutes les sociétés qui son mortes, des historiens ont dit que dans l'Espagne du 16° siècle, le bois qui faisait chauffer la marmite, valait plus cher que ce qu'il y avait dedans. Si tout le monde passe au chauffage au bois en France, ce sera très vite une ressource surexploitée, avec tous les maux du déboisement : érosion, inondation, coulées de boue, chute de la productivité des sols...

Rappelez vous certaines littératures. Ceux qui revenaient du marché, les paniers vides, avec leur âne ou seul, ramassaient la moindre brindille rencontrée.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
En France l'artificialisation des sols (aux dépends des terres agricoles et naturelles) fait disparaitre, en moyenne, un département entier tous les 7 ans. Alors, l'usage immodéré du bois fait légèrement sourire.
La France compte un peu plus de 450 installations de méthanisation (source ADEME 2016)contre 8 000 usines de méthanisation en Allemagne. Donc, si nos pouvoirs publics, tout à leur folie taxatrice, se bougeaient un peu, il y aurait une source, locale de surcroit, de génération d'électricité/chaleur. Qui pourrait également limiter l'abus potentiel du bois.
Mais comme on est gouverné par des brêles...
Répondre
H
A mon avis cet article d'Euractiv est moins convaincant qu'un des derniers de Jancovici sur son blog ("100% renouvelable pour pas plus cher, fastoche ?")
Répondre
J
Je réagis sur ton article sur l'énergie :
S'il faut promouvoir l'énergie renouvelable c'est surtout pour faire plaisir aux banques US et créer du business. Le marché de l'élec en Europe est bas parce que la vente d'énergie ne progresse pas (désindustrialisation) et parce que, globalement, les prix sont stables. Et comme les prix sont stables, on ne peux pas faire de marge dans la vente de gros. La spéculation dans la vente de gros, c'est ce qui intéresse les traders. Il n y a cas voir le cas du beurre par ex.

Les énergies renouvelables permettent de créer du business par ce que la production n'est pas stable et que la demande varie en fonction de l'heure d'une journée. Donc à certaines heures les prix seront beaucoup plus cher qu'à d'autres. C'est sur ces créneaux que l'on peut spéculer. Actuellement, lors de certaines pointes de froids, les prix de l'élec peuvent être multipliés par 1000.

Si les compteurs linky permettent d'avoir plus d'une 20ène de tarif dans la journée, ce n'est pas un hasard : comme linky transmet la consommation toutes les 30 minutes, il est facile d'avoir les courbes de charges des clients et de les facturer en conséquence.
https://espace-client-particuliers.enedis.fr/web/espace-particuliers/compteur-linky

Le renouvelable, ce sera pas pour tout le monde : il n'y a pas assez dans le monde de métaux rare pour construire éoliennes et panneaux voltaïques. Quant au bois, tu as raison, il n'y en aura pas pour tout le monde. A moins de réduire le monde...
Répondre
P
"Si tout le monde passe au chauffage au bois en France, ce sera très vite une ressource surexploitée, avec tous les maux du déboisement : érosion, inondation, coulées de boue, chute de la productivité des sols..."

Oui, mais, AMHA, c'est une erreur de vouloir projeter notre mode de consommation actuel (mono-énergétique) dans un futur énergétique alternatif. Ce qui fait la résilience d'un système, c'est la diversité des sources.

Et, sur ce point, l'énergie devrait être pensée en termes de "dotation factorielle" à l'échelle locale, et non plus nationale : les régions côtières ont du vent et des vagues, le sud a le soleil, le centre et et les régions montagneuses ont l'eau, certaines régions ont du charbon (eh oui...).
En exploitant en priorité les ressources locales pour la consommation locale, ça règlerait pas mal de problèmes (réseaux vieillissants, déperdition énergétique...).
Le bois est une solution pour ceux qui ont du bois à leur porte, pas pour les parisiens.
Et, soit dit en passant, il existe une manière d'exploiter le bois de chauffage sans abattre des arbres : la taille têtard (ou "trogne", ou "chapoule"), qui se pratique facilement sans abatteuse (au fuel), sans tronçonneuse (à essence), et sans fendeuse (thermique).
Répondre
W
Bof, sans subvention, sans système classique qui sert de roue de secours ( qu'il faudra aussi subventionner), et sans noyer l'équivalent d'un département sous les step, les renouvelables ne valent rien.
Répondre
A
La lecture de cette article a éveillé en moi ce souvenir :

http://www.dailymotion.com/video/x86jlv
Répondre
B
Royaume-Uni : en septembre 2008, les banques privées britanniques étaient en faillite.

Pour les empêcher de faire faillite, le gouvernement britannique a dépensé des centaines de milliards de livres sterling.

Un seul exemple : en 2008, pour sauver la banque Royal Bank of Scotland (RBS), le gouvernement avait dépensé 45,8 milliards de livres ! ! ! Il avait nationalisé la banque à 78 %.

Neuf ans plus tard, le gouvernement britannique va revendre 15 milliards de livres d'actions de la banque. Il va la privatiser.

Conclusion :

Dans cette affaire de sauvetage de la banque RBS, les contribuables britanniques vont perdre 26,2 milliards !

Le système bancaire actuel, c'est ça :

- quand ça va bien, les banquiers se goinfrent comme des porcs ;

- quand ça va mal, les contribuables doivent payer des milliards pour sauver les banques de la faillite, … et les banquiers se goinfrent comme des porcs ;

- il faut détruire ce système pourri. Le plus tôt sera le mieux.

https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/030914081476-londres-relance-la-privatisation-de-rbs-2132359.php
Répondre