Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 10:47

Uramin, la coquille vide, a été vendue fort cher à AREVA, qui a acheté les yeux fermés, ce qui n'était qu'une "start-up", et qui plus est, une start-up en matière géologique, c'est à dire, rien du tout.

Mais, le mot "doute" effleure à peine le nucléaire, et encore moins le nucléaire français.

 

Uramin a été la poubelle de tous les projets non-rentables du nucléaire minier, qu'ils ont donc acheté un prix dérisoire, pour le revendre fort cher à AREVA et au contribuable français.

Le coup de la fausse mine de n'importe quoi était très répandue au XIX°siècle, et les gens riches étaient victimes d'aigrefins et de coupe-jarrets.
Mais ce sont toujours les vieux trucs qui marchent le mieux, toujours aux mêmes époques d'ailleurs, celle où les richesses affluent dans quelques mains, de gens qui ne savent qu'en faire et sont près à croire à tout et n'importe quoi.

" l'ASN demande à EDF de faire quelque chose. Je n'ai pas mémoire de sanctions ou d'arrêts, la plupart des rapports se concluent par : ‘EDF va veiller à ce que...’"

Ce qu'en d'autre temps on aura traduit par : "Le PCUS va veiller à ce que..."

 

"Vous aurez beau améliorer les centrales, la technologie date des années 50 à 70. Quand les politiques vont voir la somme que ça représente, que ça coûte beaucoup plus que les 10 milliards d'euros annoncés, ils vont peut-être se demander si ça vaut le coup, car c'est un puits sans fond. "

 

"En France, on gaspille beaucoup avec le chauffage électrique, qui ruine les gens et ne les chauffe pas beaucoup. "

 

Corruption, incompétence, gabegie, idéologie, archaïsme, c'est le tableau du nucléaire français, à l'égal du PCUS et du CMI américain, ou de l'AIPAC...

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 20:29

Il y a un truc dans le renouvelable qui emmerde Kolossalement nos chers énergéticiens, c'est le renouvelable.

Et, en Allemagne, il y a un truc qui emmerde encore plus les énergéticiens, c'est que le renouvelable, c'est démocratique...

Plus de gros machins, 40 % de l'électricité éolienne et photovoltaïque provient des particuliers et 11 %, des paysans...German-Ownership-of-Renewables-2010.jpg

 

Et c'est encore plus écrasant pour l'éolien (52 % pour les particuliers, et 2 % pour les paysans), que pour le solaire (39 % contre 21), sans, bien entendu, faire référence au solaire thermique, qui relève de l'autoconsommation, et qui est largement répandu.

 

Où irait on si le pékin pouvait dresser son éolienne dans son jardin, ou s'ils font comme en Bretagne, se commettent en coopérative, réitérant les partage des parts dans les moulins d'antan...

Le serf, le paysan, le vilain, c'est fait pour payer la note, de plus en plus cher, d'électricité, pas pour faire des bénéfices (réserves aux "industrial", ou "investment funds" ou "utilities").

 

Ces coopératives, c'est des soviets...

 

Pour les couler, on nous sort de nouveau les sornettes. L'éolien augmenterait le CO2 émis. Complètement faux, si c'est marié avec des STEP, et quand aux coûts, celui du fossile va devenir inabordable, et le nucléaire fait fi du démantèlement.

 

Quand à l'argument de l'intermittence, il fait rire. Tous les producteurs d'électricité ne le font que par intermittence, même le nucléaire sait ce qu'est la base et la semi-base.
L'hyperpointe, ce sont des centrales qui ne fonctionnent coûteusement, que quelques heures, voir quelques jours par an.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 09:10

Inversion : les USA menacent de répliquer si l'Iran ferme le détroit d'Ormuz. On ne sait pas s'il faut matamore.jpgen rire, ou crier au matamore.
Le matamore, c'était le soldat espagnol a l'époque de Louis XIV, hier redouté et craint, ensuite ridicule, ridiculisé, mais n'ayant rien perdu de sa superbe.

Pour bien peser ce qui est dans la balance, c'est que l'Iran est d'un poids bien supérieur à L'Irak et à l'afghanistan réuni, bien équipé militairement (ils ont racheté de l'équipement militaire russe au kilo dans les années 1990), avec aussi de l'armement beaucoup plus récent, et que le pays est appuyé par l'OCS et les puissances militaires conjointes russes et chinoises.
Si officiellement, les budgets militaires ne se comparent pas, le pentagone souffre paradoxalement d'une tare, c'est d'avoir pu dépenser sans compter.
Les parasites en tous genres ont donc proliféré, et l'efficacité s'est évaporée.

Pour ce qui est de son fleuron, en gros son aéronaval, forte de 12 porte-avions, les avions en question sont anciens (24 ans d'âge en moyenne), les nouveaux, comme le F22 raptors, ridicule, avec sa peinture furtive qui ne tient pas l'eau, et dangereux, cloué au sol pour des problèmes techniques.

 

En plus, le golfe persique est facilement fermable par l'Iran qui possède une longue côte, une marine comme la marine US pourra difficilement y manoeuvrer, et une simple technique de saturation par des moyens très archaïques le bloquerait.

 

Le reste de la flotte aérienne est désormais très ancien, archaïque, suffisant en nombre contre des adversaires très faibles, mais comme l'a prouvé l'affaire géorgienne, affronter un véritable adversaire comme la Russie et ses SS300 serait une autre paire de manche, sans compter ses SS400.

Raison pour laquelle l'affaire syrienne semble désormais s'essouffler dans une guerre verbale, quelques attentats et des infiltrations de combattants islamiques, qui montre à quel point Al Qaeda et USA sont culs et chemises.

 

polika10.jpgLe déclin des capacités militaires occidentales en général, et US en particulier s'accélérent, et même les "réussites", comme l'affaire libyenne, ne sont que des triomphes provisoires. En effet, l'affaire libyenne semble relancée pour durer quelques décennies.

 

A moins que désormais, l'armée US ne fasse de son archaïsme une arme de bataille. Pendant la bataille de Stalingrad, la Luftwaffe ne réussit jamais à trouver comment abattre les bombardiers de nuits soviétiques U2, coucous en toiles, volant à la vitesse fabuleuse de 130 km/h (mais fabuleusement maniables), portant seulement 200 kg de bombes, mais capables de faire 12 sorties par nuit, et qui usaient particulièrement les nerfs des combattants la nuit par des attaques incessantes.

Pour les allemands, ils avaient la réputation d'être invincibles, et ils les avaient surnommées "les sorcières de la nuit" (c'était une escadrille féminine).
Là aussi, quand le combattant en vient à penser que l'adversaire est invincible, c'est une inversion, car il a perdu le moral, et toute volonté de vaincre.

 

Rouvrir le détroit d'Ormuz est donc une inversion des positions. De force, les USA deviennent une faiblesse. De puissants, ils deviennent quémandeurs.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 10:02

De production, avec 8 % de la consommation. C'est un résultat remarquable, étant donné la taille du parc (ridicule) et le nombre de bâtons dans les roues que lui mettent les différents nucléocrates divers et variés que recèlent notre pays.

Mais, la leçon qui doit être retenue, c'est que quand est venu le moment de l'évolution, rien ne peut plus l'empêcher.

Un internaute m'objectait les faillites et difficultés des fabricants. C'est vrai. Mais comme disait Braudel, la révolution fossile au Royaume-Uni, s'est fait à partir de specimen, restés des specimen pendant 50 ans.

 

C'était des passions pour hommes fortunés, qui pouvaient se payer des jouets pas rentables. Mais, cela correspond au cycle de l'industrie lourde. Souvent, il faut attendre 25 à 50 ans, pour attendre les fruits de l'investissement.

 

Personnellement, l'ai vue une forge (presse de 1 700 tonnes), construite en 1967, modernisée en 1977, rentable en 1987...

En 1985, nid de pertes récurrents, il était question de la supprimer. Par la suite, elle a gagné une montagne d'argent, qui a payé la presse de 4 000 tonnes...

 

Les chinois aussi ont connus l'innovation, mais qui restait le domaine de créatifs sans application. Le moteur de la Chine, c'était le muscle du chinois (je crois que c'est de Bodard), et que le prix de revient était sans appel.

 

EDF a un tort, c'est de confondre son sort à celui du nucléaire. Son but, c'est de fournir de l'électricité. Rien n'oblige qu'elle soit d'origine nucléaire.

De plus, le pays qui investit le plus dans le nucléaire, la Chine pour ne pas la citer, investit encore plus dans l'éolien.

Le complexe nucléaire français et EDF sont donc bien un bel exemple d'enfermement mental.

EDF finançait Hulot, depuis sa trahison, elle a cessé, et financera l'inénarrable Allègre. On choisit les amis qu'on peut, comme Sarkozy vient de faire appel à lui.

 

C'est à ça qu'on voit les louzeurs. Appeler à la rescousse un pareil boulet, il faut être désespéré.

 

Le complexe nucléaire serait beaucoup plus éclairé et habile de tenter de sauver une partie du nucléaire, que sa totalité.

De plus, on doit reconnaître qu'en France, s'est crée un contre-pouvoir du renouvelable. En effet, l'éclatement d'EDF-GDF, crée un concurrent puissant, GDF-Suez, qui lui n'a pas hésité à renoncer au nucléaire français (il n'en a pas), et d'après les bruits de couloirs, la totalité des ingénieurs travaillant sur le nuke chez lui, ont été affecté à autre chose.

 

Combat de pit-bull en vue, donc...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 13:22

La terre va trembler sous les pieds des responsables d'EDF.

Comme Jadis Andropov fit trembler la terre dans l'Asie centrale corrompue.

" Le vrai coût du nucléaire est peu à peu en train de surgir en pleine lumière. "

La langue de bois disparaît :

"Ce type d'"écart " était épinglé dans les précédents rapports mais de manière nettement plus diplomatique et souvent émasculé par la rédaction. Désormais, les diagnostics généraux sont nets. Et, disons le, cassants. "

 

le bilan, c'est : "Pour EDF, c'est l'heure des comptes et de l'apprentissage de l'humilité".
Ou comment renvoyer les chiens des lobbys dans leur niche.

Même la presse Pravda, désormais, se pose les des questions.

 

EDF et le nucléaire ont perdus le respect et passent par les trois phases du L (léché, lâché, lynché).
Le coup de grâce devrait venir de la cour des comptes, et l'abandon du coup des contes de fée (électricité) que constituait le nucléaire français, dont même "le monde" nous sort : "En finir avec l'atome, c'est possible !", et avec quel complication : abolir le chauffage électrique, et réduction des usages spécifiques, comme en Allemagne.
Egale en 1999, la consommation spécifique de l'électricité y est désormais inférieure de 27 %.

 

Au Minnesota, état des 10 000 lacs, on parle de STEP, et d'un potentiel de 80 MW.

 

Le nucléaire n'était qu'un choix arbitraire, dangereux et politique, émanation du CMI.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 10:35

Ou comment vivre avec beaucoup moins de nuisances, de bruits, et redécouvrir, le couple, la femme et les enfants...

En outre, on peut être sidéré par le logement de certains, poubelles énergétiques avec un "P" gigantesque.

On voit aussi le caractère névrosant, à côté du caractère pratique d'une énergie abondante.

Certains, par contre, dans leurs réactions, devraient penser d'urgence à une consultation psychiatrique.

En effet, pour eux, c'est le signe d'un "épuisement", de la rédaction de France 2. En réalité, c'est le rédacteur qui est épuisé.

Les ruptures en économie, ça existe. Juin 1940 aussi, était impossible.

Le peu de succès de l'émission est lié à l'aveuglement généralisé. C'est bien connu, pour avoir le jus, il suffit de tourner le bouton...

 

En attendant, l'Iran défie l'occident, nous dit on, en oubliant de se demander ce que foutent des porte-avions US si loin de chez eux, et le le porte-avion, c'est, il me semble, un engin d'attaque, en oubliant que les iraniens sont sur leurs côtes et ne menacent personne.

Mais on peut être sûr du résultat. En cas de baston dans le golfe, l'économie mondiale s'écroule, et sans doute, avec elle, la puissance militaire de l'occident, et les navires américains iront par le fond.

Ils sont trop nombreux, dans un golfe trop petit pour manoeuvrer, et des moyens très classiques mais nombreux, par effet de saturation, en arriverait à bout relativement facilement, sans compter, bien sûr, l'arsenal plus récent et d'origine russe...

 

Mais, pour la majorité des gens, l'énergie fait partie des avantages acquis, et on peut allégrement foutre en l'air 3000 euros d'électricité par an, sans se poser de questions (comme aux USA, uns grosse -facture- est signe de virilité)...

De plus, en cas de crise dans le golfe, il n'y aura même plus de quoi mettre dans la lampe à pétrole, et la filière nucléaire aussi s'arrêterait. (elle ne fonctionne pas sans pétrole).

 

Pour ce qui est du grenier à uranium du monde, le Kazakhstan, tout baigne. Il vient de renouveler l'état d'urgence.

Il produit 1/3 de l'uranium extrait dans le monde...

 

Confiance, confiance...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 10:08

Désormais, même la presse pravda doute du nucléaire. C'est en effet trop gros. La décision de l'ASN est contradictoire.

Elle dit que tout est sûr, en préconisant des investissements délirants, qui quelquefois s'apparentent à une reconstruction totale et complète.

 

L'ASN, autorité béni-oui-oui du nucléaire, a donc botté en touche. En effet, imposer des travaux d'un tel montant est aussi une manière de dissuader. 

 

Le très politiquement correct "Point", avec Hervé Gattegno, rue dans les brancards, en posant la question qui fait mal : "Nucléaire : un rapport trop rassurant pour ne pas inquiéter".

Le nucléaire va être victime d'un double ciseau. Celui-ci coûte de plus en plus cher, les énergies renouvelables, de moins en moins.

En même temps, le rapport de l'ASN nous en apprend de bonnes au sujet du nucléaire Français, et de l'absence, notamment, de diesel d'ultime secours, de "noyaux durs" autour des centrales, et certainement d'autres choses, notamment la réduction de la sous-traitance.

 

C. Duflot a eu le mot d'humour : "ASN : démanteler les centrales et non les finances publiques."

 

Pendant ce temps là, l'Allemagne a produit 18.6 TWH en électricité solaire, en augmentation de 60 %. Et à 18.6 TWH, ce n'est plus de l'ordre de l'anecdote.

 

Aux USA, l'électricité éolienne vient de tomber à une fourchette de prix comprise entre 3,3 et 6,5 cents et Kwh à comparer avec le coût officiel de l'EPR à 10.8 cents (US)

Dans le meilleur des cas, le nucléaire est désormais trois fois plus cher que l'éolien.

 

Le nucléaire, en France, devient donc un gag sinistre et coûteux.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 21:29

C'est du sûr, nous dit l'ASN, ou comité théodule béni-oui-oui. Mais il faut vraiment casser la tirelire.

 

En réalité, ce plan est totalement inapplicable dans le cadre financier actuel. Il est trop coûteux, il faudrait revenir aux années 60, et à la création monétaire à coût zéro.

Pendant ce temps, le prix de revient du renouvelable s'effondre.

 

La réalité est aussi beaucoup plus basique. Le niveau de sûreté est alarmant. On admirera l'humour involontaire, en même temps que la contradiction : "Les centrales nucléaires françaises sont toutes suffisamment sûres pour poursuivre leur activité (ASN)".

 

En effet, si ces centrales étaient si sûr, il n'y aurait besoin d'aucun investissement... Et on ne fait que les rendre "plus sûrs", c'est à dire qu'on prévoit quelques pannes de plus...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 11:31

"Vu il y a quelques jours un reportage sur un refuge en montagne, 100 jour seulement hors gel par an.

Entre isolation, solaire, éolien et incinération des déchets totale autonomie en énergie, et avec sauna à l'extérieur s'il vous plaît.

Seul hic pas d'abonnement, pas de TVA, pas de rente payée aux escrocs de l'énergie. Donc voilà pourquoi on ne généralisera pas ce progrès, les gens qui nous dirigent préfèreront vous voir claquer
des dents devant un pétrole hors de prix. "

 

Évidemment, on ne fait pas appel à la bienfaisance du marché, ou qu'exceptionnellement, au moment de l'investissement.

La réaction de cet internaute, est à mettre en relief avec un autre article qu'on m'a envoyé : "Le fil rouge : guerre et EROIE".

Dans celui-ci, je vois des imprécisions.

Dans l'affrontement entre germains et romains, les germains sont très peu nombreux, ils luttent du faible au fort, à 1 contre 10 le plus souvent, pour une bonne raison. C'est le retard technique de l'agriculture nordique.
L'autre effet de ce retard technique, c'est que les armées romaines, trop nombreuses, crèvent de faim, et trop petites, sont battues. Le même phénomène se produira en Calédonie.
Mais cela ne s'arrête pas là. Le moyen-âge n'est pas un âge de régression, mais de libération. Ce sont les empires qui bloquent souvent les évolutions, dont les évolutions techniques.

 

Les chinois ont inventés beaucoup de choses, mais qui sont restés des curiosités, sans plus, car, beaucoup moins cher était le travail du chinois. Les romains avaient fait le même choix.
Les germains, s'ils ont pris l'ascendant, c'est parce qu'ils avaient adopté le progrès technique. Ils forgent, grâce à leurs moulins, et les martinets qu'ils manoeuvrent, des armes totalement en acier.
Les romains, eux, soucieux de donner du travail, les font forger à grand coup de masses par des dizaines d'esclaves. Mais aussi costaud que soit l'esclave, ou le travailleur affranchi plus tard, il ne tapera jamais aussi fort qu'un martinet. Les armes romaines sont fausses comme leurs pièces. Dessus, en acier, dessous, simplement en fer... Les barbares bénéficeront aussi, les premiers, de l'étrier, démultipliant la force de leur cavalerie. Or, l'étrier, est un fantastique progrès technique, indissociable du moyen-âge, avec l'invention du collier rigide d'épaule.

 martinet.jpg

 

Le moyen âge, loin d'être une période de stagnation, est une période d'intense travail et de foisonnement, qui construit l'Europe occidental, et on peut citer le rôle des moines bâtisseurs. La France n'est pas un pays naturel, c'est un pays construit dans le moindre de ses recoins.

Le moyen âge invente aussi la démocratie, et les évêques, au rôle si important, sont élus, toujours au prix d'affrontements monumentaux (le parti le plus fort emporte l'élection), dignes des bagarres du village d'Astérix.

 

Le moyen-âge invente aussi un renouvelable d'une taille inégalée.

 

Les guerres actuelles sont le résultat de l'EROIE, mais les énergies fossiles, sont, par essence, aristocratiques. Elles permettent la corruption a un niveau inégalé, sont réalisables par une élite très faible de travailleurs, encore plus faible dans le pétrole.

 

Le renouvelable n'est pas négligeable, mais il nécessite deux choses, une vue globale de la société, et une vue démocratique.

 

Bien sûr, que la STEP n'est pas une solution magique, pas plus que l'éolien, mais ils rappellent une chose : pour avoir de l'énergie, il faut y mettre le prix, en capitaux, en travail.

L'armature monumentale occidentale, qui fournissait une énergie dont nous ne sommes même pas capable d'imaginer la somme, a fonctionné pendant plus d'un millénaire.

Il faut simplement en construire une autre. Et il y aura un travail monumental.

 

Dans les successions, il y avait des pépites : les parts des moulins, qui enrichissaient des lignées au fil des siècles. Ces moulins fabriquaient tout et n'importe quoi, et le souvenir du moulin qui écrase le grain est une image très réductrice. Qui disait moulin, disait industrie, et il fallait travailler comme des fous quand celui-ci fonctionnait...

 

Cela pose aussi le problème de la structure politique d'une société. Une société renouvelable ou sobre sera plus démocratique, qu'une société du fossile. On le voit, les empires bâtis autour du fossile ont toujours été agressif, car il faut s'emparer, si possible par manipulation, au besoin par la force, des sources d'énergie, ou du signe (or), nécessaire.

La guerre des Boers coincide avec les progrès miniers, et précéde l'extraction massive d'or sud-africain. 

Au XVI° siécle, France et Espagne était en compétition, selon le terme d'aujourd'hui. L'un pillait ses conquêtes, l'autre attirait l'argent de son concurrent en s'industrialisant et e lui fournissant ses produits...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 16:10

... Contre Jancovici, de la part du site "découplage.org".
Pour le site, il est pertinent sur le pic pétrolier, et ignare sur le renouvelable. Sur ce point, Jancovici est démenti par les 300 experts du GIEC. 

Et l'erreur n'apparait pas comme anodine :

"Pour François Lempérière, Jean-Marc Jancovici commet une erreur d'un facteur compris entre 50 et 100 ! Rien que ça !  "

 

Jancovici, lui même, se contredit :

" Cette brillante démonstration suppose, sans le souligner, que l’essentiel de l’électricité française future proviendrait des éoliennes, ce qui est techniquement possible, mais peu probable. Cette hypothèse est amusante venant de Monsieur Jancovici qui « démontrait » il y a cinq ans que l’énergie éolienne ne pourrait pas fournir une part significative de l’énergie future."

 

renouvelable.pngIl faut dire que l'éolien, dans un certain nombre de pays, a totalement cessé d'être marginal, pour devenir un arbitre important, et bientôt, exclusif avec l'hydro-électricité et les STEP.

 

Dans le meilleur des cas, Jancovici en est resté aux années 1970, dans le pire, se comporte comme un lobbyste.

De toute façon, il apparait que l'association "Sauvons le climat" est avant tout une association "sauvons le nuke", ou du moins, sauvons le le plus longtemps possible.
Car, il n'y a pas que la France, et tout ce qui est fait à l'étranger fait de plus en plus mentir tout ce qui est dit à propos du renouvelable et du nucléaire.

le coût du renouvelable s'effondre, et le coût du nucléaire, s'envole.

En dix ans, la croissance de l'éolien a été de 1000 %, et celle du solaire photovoltaïque de 8000 %, sans compter, bien sûr, que la plupart du renouvelable, c'est de la non-consommation, sans parler, bien sûr, des techniques absolument matures, comme le solaire thermique, tenus en marginalité en France, uniquement par des raisons de normes. 

 

La France elle même est coupée en deux, avec le territoire métropolitain, nucléairocrate, les Dom-Tom, de plus en plus axés sur le renouvelable, comme la Corse d'ailleurs, et les régions périphériques mal reliées, comme la Bretagne et Paca.

 

D'ailleurs, les embauches récentes et les réorientations récentes des ingénieurs, que ce soit à GDF ou à EDF, ne laissent aucun doute : le nucléaire sera abandonné, et le renouvelable privilégié, le nucléaire, n'aura été qu'une coûteuse aventure.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article