Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 04:07

Il parait que c'est trop dur de pouvoir licencier en France. C'est surtout trop dur de devoir inventer et pouvoir prouver un motif bidon de rupture, et d'éviter de payer des indemnités.
Parce que le MEDEF me fait doucement marrer pour le lien entre embauche et licenciement.

Virer un nouvel embauché, ça ne coûte pratiquement rien.

" un cinquième de mois de salaire par année d’ancienneté, auquel s’ajoutent deux quinzièmes de mois par année au-delà de 10 ans d’ancienneté."

un salarié embauché depuis 3 ans, coûtera donc 3/5 de mois de salaire en indemnités. Bien sûr, un salarié en place depuis 30 ans, coûtera nettement plus... Mais il y aura 30 ans qu'il a été embauché... Et l'indemnité légale de licenciement atteindra 8 mois de salaires. Soit pas grand chose.

En réalité; il leur est trop dur de devoir justifier leurs faux prétextes...

Mais encore trop pour le MEDEF, friand de régression social. Et comme le dit le Saker, les oligarques ont visiblement l'intention de saigner les peuples, avec la conséquences désastreuses qu'ils se passeront d'eux, et se réfugieront dans une économie locale de subsistance et de débrouille, donc, sans besoin d'oligarques.

Ceux-ci, d'ailleurs, dans les pays comme l'Ukraine ou le phénomène est arrivé à maturité, il ne leur reste comme os à ronger que les produits d'exportation, et les aides du FMI...

Macron a été voir Atol qui a relocalisé... après avoir investi... Le coût d'une heure de travail était naguère de 6 euros en Chine, contre 5 euros à Beaune. Moralité : le salut est dans l'investissement, et entre celui-ci et le dividende, il faut choisir...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 03:31

30 ans s'envolent, avec la période des quotas laitiers. C'est toujours marrant, d'ailleurs, de voir indépendants et libéraux, notamment paysans, se gargariser de la libre entreprise, à condition, bien sûr, de compter sur la garantie de la collectivité pour le chiffre d'affaires.

Donc, on abolit les quotas, et la production va donc logiquement s'envoler. Il faut dire qu'avec les tapis de $ dépensés par les chinois, pour moderniser nos laiteries, avec la condition d'une livraison contractuelle de 25 % de la production, il faudra produire...

Bien entendu, personne n'a vu le loup dans la clause. Ou n'a voulu le voir.

Bien sûr, ils peuvent être se féliciter d'un mieux à court terme. Mais le moyen et le long ? Auraient ils pensé à fixer le prix à long terme ?

Je parierais que non, et sans doute aussi, n'ont ils pas pensé à donner un terme au contrat...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 02:36

Vous savez, les coqs, plus c'est petit et minus, plus ça cocorico fort. Normal donc, que Sarkozy se gargarise d'un résultat pour lequel il n'y est strictement pour rien. (Sauf en fermant le plus possible son bec).

En effet, ce sont les autres, les socialistes, qui l'ont largement perdu. Il faut dire qu'avec la foi du charbonnier qui anime not'bon président sur sa politique, il ne pouvait en être autrement.

Je laisse à G. Brassens, la responsabilité de ses propos sur ceux qui ont la foi du charbonnier.

Valls, aussi, n'est pas mal. Le MEDEF, quand à lui, enfonce le clou : aux chiottes le CDI.

2396 élus pour toutes les droites,

1597 pour les gauches,

66 pour le FN et l'extrême droite. Mais cela mérite examen.

Sur les 2396 élus des droites, on compte 1 DLF, dont la différence de discours avec le FN est de l'ordre du papier à cigarette. Mais qui présenterait un visage acceptable pour bien des élus de droite.

899 Divers droite, 1080 UMP, 364 UDI, 48 MODEM, l'UMP donc, n'est guère triomphante. Souvent les élus préfèrent nettement se passer de cette étiquette, surtout depuis l'épisode Sarkozy, avec son caractère... caractériel.

Même Phénomène à gauche.

1597 élus, dont seulement 954 socialistes, 403 divers gauche, 19 front de gauche, 35 EELV,

121 communistes, 63 PRG et 2 partis de gauche.

Le PCF est devenu un parti de notable, comme ce qui reste du PRG, mais visiblement certains ne tiennent pas à trainer une étiquette socialiste.

Dans tous les cas de figure, les implantations ont pesé lourd... Y compris pour le FN, et la minuscule "ligue du sud".

Mais, la victoire à droite s'est amplifié au second tour, et le FN, a beaucoup moins reculé que prévu (nombre de candidats avaient été éliminés...). Il y a souvent, sauf cas de triangulaire, une amélioration des positions au second tour.

Il faut donc en conclure une rage froide des électeurs, qui, contrairement à ce que disent certains, n'a aucune raison de refroidir, avec des oligarques qui ne pensent qu'à saigner à blanc les peuples...

Notre avenir, c'est le Yemen, la Somalie ou l'Ukraine. Parce que ça finira comme ça.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 04:01

Léché, lâché, lynché, c'est le sort de l'aéroport d'Andrézieux Bouthéon, près de Saint Etienne.
PS, UMP et FN sont d'accord là-dessus : il faut le fermer.

"L'aéroport de Saint-Étienne coûte trop cher", "il ne sert à rien".

On peut être satisfait de voir que les élus n'ont mis QUE 40 ans, pour s'en apercevoir.

L'aéroport coûte près de neuf millions d'euros, le Conseil général a injecté à lui seul plus d'un million d'euros.

Finalement, en insistant lourdement, les hommes politiques ont finis par s'apercevoir de la réalité.

Les collectivités désargentées, désormais, y regardent à deux fois, et notamment pour ces danseuses et valseuses, pour lesquelles, naguère, il n'y avait rien d'assez beau.

Mais aussi, le BTP, en général, n'est pas épargné. L'édition papier du "progrès" est éloquente. Les mendiants, pardon, membres du MEDEF, côté BTP, se lamentent d'une perte de 30 % des commandes publiques.
Pourtant, ils devraient être content, le gouvernement est indexé sur le MEDEF et sur tous ses voeux, notamment l'austérité et la baisse des dépenses publiques.

De plus, il faut noter désormais, qu'on se poser des questions sur la pertinence des investissements, car le plus utile a été fait, le reste apparaît comme beaucoup moins impératif, sauf cas bien particuliers, ou complétement déplacé, comme tout investissement en région parisienne, qui a atteint un point de saturation difficilement dépassable, et tout investissement y est soit impossible, soit n'accroitrait que cette saturation.

La prise de conscience de la crise pétrolière n'intervient que par le biais financier.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans transport aérien
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 20:51

Au Yemen, cette fois.La méthode américaine a encore foiré, c'est même à ça qu'on la reconnait. Tiens, la formule est bonne. Je devrais la ressortir.

Donc, après avoir abandonné leur base aux Yemen, les américains ont refilé la machine à perdre à l'Arabie Saoudite. Normal, les dirigeants saoudiens sont tellement corrompus par le contact avec les américains, qu'ils font exactement la même chose.
Les avions saoudiens bombardent Sanaa, deux, visiblement ont été abattus. Al Qaeda et l'état islamique n'ont pas eu le rendement voulu.

Mieux, visiblement, l'intervention saoudienne a l'air d'avoir provoqué l'union sacrée entre Houthis, les rebelles chiites, et les autres tribus.

Il faut le reconnaitre, il faut être les derniers des tarés pour attaquer le Yemen. Vu la densité du bouzin, en population et en armes, on est sûr de s'y faire ramasser.

Pour ce qui est des armes, la possession doit dépasser celle des USA. Et cette fois, ce ne sont plus les mercenaires islamistes de l'Arabie qui sont en première ligne, mais ce sera l'armée saoudienne elle même. Et vu sa qualité, plus que basse, on peut être sûr du résultat.
Donc, non content d'avoir allumé un cercle de feu autour d'elle, l'Arabie et son comparse qatarie, le complètent.

Pourquoi changer une méthode qui perd invariablement ? Pour compléter la donne, il faut savoir que la frontière nord du pays n'a jamais été fixée légalement, et n'est pas reconnue.

Donc, comme d'habitude, un beau merdier de la diplomatie américaine et saoudienne.

Mais c'est aussi la première fois, que les USA abandonne précipitamment une base militaire. Si l'évacuation de l'ambassade au Sud Viet Nam est restée dans les mémoires, les militaires étaient partis depuis quelques temps déjà.

Les Houthis contrôlent en gros, l'ancien Yemen du Nord, soi près de 90 % de la population, le Yemen du sud étant bien moins peuplé.

On en est arrivé au stade final, celui de 1965 au Nam, et de l"intervention directe, pour pallier à l'effondrement inéluctable du "bon" camp. Bien entendu, elle aura autant de succès que son illustre prédécesseur.

Il restera, pour les USA, pour affirmer leur puissance, l'invasion d'états encore plus petits, du genre Nauru, Vatican, ou ile de Man.

En Ukraine, le merdier américain a l'air d'évoluer dans le sens d'encore plus de merdier. Porochenko a indiqué vouloir liquider les "armées de poche", des gouverneurs oligarques, et Kolomoisky semble même faire des ouvertures aux Novorusses, en disant que les dirigeants de Novorussie seraient réélus en cas d'élection...

Il ferait donc un coupable parfait pour certains événements, comme une certaine chute d'avion...

Mais, on peut constater, là aussi, que la tendance au merdier s'aggrave. Non content de ne pas être capable de gagner la guerre à l'est, le régime semble décidé à en enclencher d'autres. On parle aussi d'attaquer la Transnitrie.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 05:08

Il est intéressant au plan de la psychologie, et pas du tout de l'économie, de lire certaines divagations.

Et dire que c'est cela qu'on appelle "économistes sérieux".

On parle de "rééquilibrage des prix du pétrole", de "fin de quantitative easing", "d'ajustements budgétaires". Comme si...

En effet, on présente certaines choses, comme automatiques. Le QE a commencé et devra finir. En réalité, POURRA T'ON EN SORTIR ? La réponse oui, n'est pas évidente.

Cela fait pratiquement 20 ans, que les taux d'intérêts ne cessent de baisser, avec pour objectif de sauver le stock de dettes, à l'origine, et qui l'a fait sans cesse progresser. La nécessité, de même, de procéder à un ajustement monétaire est tout à fait un élément idéologique, et non un élément économique.
Pour ce qui est du pétrole, on arrive au comble de l'absurde. La baisse est "bonne", et considérée comme utile, sans dire pourquoi, et sans rien étudier. Et si maintenant, la mauvaise nouvelle était la baisse du prix de l'énergie ?

Pour ce qui est du pétrole, l'élasticité de la demande se réduit. Les usages en régression continueront leur régression, jusqu'à extinction. Pour l'activité transport, rien n'est évident, ni démontré. Cela entraînera t'il un surplus d'activité ? Il faudrait que l'activité actuelle soit tendue... Ce qui est loin d'être démontré.

Bref, les discours "d'experts", sont loin d'être autre chose que des poncifs accumulés. On a constaté ça dans le passé, et on le rapporte pour le présent et le futur. Mais aucune génération n'a vécue comme la précédente...

Pour ce qui est du coeur de l'activité, l'énergie, la baisse est loin d'être une bonne nouvelle. Moins de prix, toutes énergies confondues, c'est la baisse de l'investissement, et la baisse des dividendes. Aussi nocifs et injustifiés soient les dividendes, ils se retrouvent ou pas, dans le circuit économique.

Ceux qui vont être emporté par cette baisse ne reviendront pas...

Quand à la consommation, qui progresse, elle est aussi captive. L'activité d'extraction est de plus en plus gourmande... Et la tendance à la rechute de la consommation est claire, et moins de conso, c'est moins de chiffre d'affaire.Et moins de valeur, c'est moins de "croissance"...

On baissera aussi les dépenses de contournement de la cherté de l'énergie, donc un investissement immédiat, pour le reporter quand viendra la remontée...

Il n'y a dans les discours d'experts, aucun effort d'analyse, de compréhension, mais des clichés accumulés...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 02:29

Premier tour des élections départementales :

Ouvriers :

49 % des ouvriers ont voté Front National

15 % des ouvriers ont voté Parti Socialiste

13 % des ouvriers ont voté UMP – UDI – Modem

7 % des ouvriers ont voté Front de Gauche

Employés :

38 % des employés ont voté Front National

24 % des employés ont voté UMP – UDI – Modem

18 % des employés ont voté Parti Socialiste

7 % des employés ont voté Front de Gauche

Professions libérales, cadres supérieurs :

33 % des professions libérales, cadres supérieurs ont voté UMP – UDI – Modem

28 % ont voté Parti Socialiste

13 % ont voté Front National

8 % ont voté Divers Gauche.

C'est ce qui est indiqué dans le sondage Ifop après le vote. Mais il y a une autre dimension : l'âge.

- 18-24 : 23 % FN

- 25-34 : 29 % (-35 ans : 26)

- 35-49 : 29 %

- 50-64 : 34 %

- + 64 ans : 20 %.

Donc, Le FN est devenu le parti des ouvriers (49 %), à un moindre titre des employés (38 %), sans doute, LE parti des employés du privé, les employés du public votant il encore "raisonnablement", à quand même, 26 % pour le FN...

Le caractère s'accentue donc. Ne votent plus "correctement", que les professions libérales, les cadres, et les plus de 64 ans. En gros, toutes les catégories épargnées économiquement. Mais cela indique aussi la détresse économique des plus de 50 ans, ravagés par le chômage, désormais, la crainte, et le recul de l'âge de la retraite.

Cela indique aussi, une grande crainte pour l'UMP. C'est largement un parti de vieux. Avec 550 000 décès par an, remplacé par des retraités très modestes, qui ont connu chômage, durée insuffisante de cotisation, la tendance protestante devrait lentement monter, sauf si des mesures habiles de réductions de retraites, ou de non indexation, devaient les faire basculer aussi.

Les diplômés et les vieux sont donc des "médias abrutis" ou comme l'a dit un lecteur, sous hypnose médiatique, ainsi que les "CSP+", enfermés dans leur tour d'ivoire, totalement incapable de voir l'extérieur, et complétement absent, d'ailleurs, aux problèmes énergétiques. Ils peuvent encore partir en croisière, en voyage, pester contre les chômeurs "qui ne veulent pas travailler".

Le problème est que les partis "de gouvernement", semble avoir un gros souci avec les salariés actif en général... Sauf les très bien payés...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans politique
commenter cet article
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 04:22

Greenpeace s'est complétement planté, comme EDF et GDF. Mais n'oublions pas, non plus, l'agence internationale de l'énergie, qui n'ont pas voulu voir venir le développement fulgurant du solaire et un peu moins impressionnant, de l'éolien.

Petit Nicolas, qui n'apprend rien sur rien, sur rien, lui aussi mise tout sur le nucléaire, vieux, désuet et obsolète.

EDF et GDF se ramassent dans les grandes largeurs, sur leurs cours boursiers. Ils faut dire que ce sont deux champions du nucléaire, qui se coulent tout seuls.

On peut prédire pour les deux, le sort, à plus ou moins brève échéance, de TEPCO.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 03:11

Grande élection, que tous les partis prétendre avoir gagné... C'est rare une unanimité pareille.

Décortiquons sans à priori.

Le FN a progressé, mais moins qu'attendu. Ce qui fait que droite et gauche "classiques", soufflent en pensant que le système se consolidera avec un niveau élevé du FN à 25.24 %, qui continuera à le priver d'une représentation honnête.

Petit Nicolas a été particulièrement pitoyable. Il est clair dans ces élections, que le poids des sortants a beaucoup joué, à droite, comme à gauche. C'est comme cela, c'est classique.

Mais, ne soyons pas injuste. Emmanuel à été tout aussi petit et pitoyable que petit Nicolas. C'est comme ça, plus de coupables et de responsables qui démissionnent, "sans eux, ça aurait été pire".

Le PS, faut il le noter, est en train de perdre la position, à gauche, que lui avait donné F. Mitterrand, la place centrale, qui avalait tout au second tour, en laissant des miettes aux communistes et aux verts.

Là, la problématique est que la périphérie, le halo de gauche autour du parti socialiste, semble plus désormais plus important que le centre. Ce halo est très mesuré par rapport à la politique de Hollande, c'est le moins qu'on puisse dire, et le centre est aussi divisé à ce sujet. Valls est toujours, au sein du PS, "monsieur 5%".

Contrairement à ce que dis P. Jovanovic, je ne pense pas qu'un débat entre Macron et Philippot ait pu être déterminant, et faire perdre 5 % d'intentions de vote.

La diabolisation fonctionne moins. Mais fonctionne encore. ça fonctionne encore, mais le ressort est de moins en moins marqué...

Le PS, comme l'UMP, visiblement, ont commencé leur processus de disparition. Le fait que le PS devienne régional, est emblématique.

La Bérézina des deux n'a pas eu lieu. C'est simplement un sévère échec. Et ça les rend heureux.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 22:02

C'est le très politiquement correct "Figaro", qui nous le sort, et avec celui-ci... RTE, donc EDF.

Avec 5 % de production à l'année, malgré tous les bâtons mis dans les roues, solaire et éolien font leur trou. Ils sont désormais trop importants pour être négligés, et finalement, bientôt trop bon marché pour être écarté d'un revers de main.

En plus, les sociétés crées semblent fort rentables, et pire, le deviendront, même sans subventions...

Le système électrique mondial peut être à 70 % renouvelable en 2050. Bien entendu, ça peut être plus si on le décide...

L'éclipse du jour n'a crée aucun drame pour le solaire photovoltaïque, ni pour le réseau électrique. Un simple creux.

A l'intérieur même d'EDF, le dogme devra se fissurer, pour cause de coût. Il n'est pas possible, économiquement, de rester sur un tel non-sens.

Quand au Figaro, il a fait un retournement de veste, qui fait penser à une éolienne...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article