Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 07:12

Du secteur aérien, qu'on nous dit.

Air Berlin a déposé le bilan, en ayant perdu de l'argent en continu depuis 2007. Un peu plus qu'hier, et bien moins que demain (ça c'est bon, faut que je ressorte), et Lufthansa en profite, au moins au niveau boursier.
Alitalia aussi est en coquetterie avec sa survie, pour la même raison, son principal actionnaire Etihad, d'Abu Dhabi, jette l'éponge. Les pétro-dollars ne sont plus ce qu'ils étaient.

Visiblement, à quelques encablures des élections, la teutonne est un peu gênée, et elle si prodigue de conseils pour faire des économies vient de débloquer 150 millions d'euros... 8 500 employés, ça compte, surtout les 7 200 en Allemagne (les autres, rien à cirer).

Comme je l'ai dit, le secteur aérien, n'a, intrinsèquement, aucune rentabilité. Seul Lufthansa doit être content, en appliquant le principe qu'il faut que les autres meurent pour qu'elle vive un peu plus longtemps...

Pour ce qui est de la reprise, même partielle, à mon avis, le gouvernement allemand peut aller se gratter. La luft se contentera de remplir un peu mieux ses avions, et d'en faire voler quelques uns en plus. Il n'est pas question de se charger d'un boulet...

La question de la rentabilité du transport aérien se pose toujours, après "des décennies de destruction de valeur". Toute la performance enregistrée récemment est liée à la concentration (disparition de la concurrence), et à la baisse du prix du carburant.
Comme je l'ai dit, le mieux observé dans les économies industrielles, composé d'un mix planche à billet/ baisse du prix de pétrole n'est absolument pas tenable.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans transport aérien
commenter cet article
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 06:31

Après avoir combattu de manière déterminée, l'état islamique a vu ses positions s'effondrer à l'est d'Hama et de Homs.

Un encerclement a été fermé, et deux autres (dont l'un n'apparait pas sur la carte), sont très proches eux aussi de l'encerclement.

On peut tirer plusieurs enseignements de ces derniers jours. La stratégie russe, est évidente, elle est celle de 1943-1944, reprise de celle de 1918 des armées italiennes et française. La ligne de front est martelée à différents endroits, en obtenant parfois des gains (mais ce n'est pas le but), jusqu'à ce qu'un coup de marteau bien ajusté fasse s'effondrer l'ensemble. Normal. L'armée syrienne a été formatée par l'armée russe. (De longue date).
Ce genre de guerre aspire les effectifs ennemis, qui connait une guerre d'usure dont il n'a pas forcément les moyens, et elle nécessite une armée très expérimentée. L'armée Syrienne doit être de ce type désormais.

L'effondrement de l'état islamique sur le terrain dénote, non seulement l'usure de l'armée, mais l'usure stratégique. Avoir laissé encercler de larges zones, sans les évacuer, perd des hommes, du matériel, qui sont sans doute irremplaçables.

L'acharnement dans les combats permet aussi d'éliminer un nombre maximal de jihadistes (est ce le but de leurs chefs ?), comme il a été opéré en Irak. Visiblement, les occidentaux laissent les exécutions massives s'y opérer, de manière à voir le minima du minima revenir en occident...

De plus, un état, même en déconfiture, et surtout en déconfiture, n'aime pas voir ses hommes déserter.

Visiblement, de plus en plus réduit à la province de Deir Ezzor, sans la ville proprement parlé, et aux zones frontalières irakiennes, l'état islamique n'a aucune envie de jeter l'éponge.

Dans d'autres poches, les différents groupes vaquent à leurs occupations respectives. Ils s'entretuent entre deux trêves.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 21:14

Le président des zétazunis, c'est le mec qui lit le prompteur. D'ailleurs, pour virer des diplomates et faire des économies, il a demandé à Vladimir Vladimirovitch de faire le ménage à Moscou.

C'est la preuve de la collusion Poutine-Trump. Un plan social de grande ampleur, pour dégager des gens non seulement qui ne servent à rien, mais sont nuisibles.

On parle de déni de réalité pour Trump. Mais on ne note pas le déni de réalité des journalistes et "élites", vis à vis des USA. Il y a dix ans, je me faisais incendier quand je disais que le billet vert US n'était plus bon qu'à faire du PQ. Que la puissance économique américaine, n'était plus, et que sa puissance militaire, était très réduite. Si le bordel règne à Washington DC, il y a belle lurette que c'est un fait, bien avant Trump. Et les antifa/antira, ça commence à casser les burnes. ça, c'est le principe de réalité...

 

Syrie ; l'état islamique vit des heures difficiles. La langue de terre qu'il contrôle jusqu'à la banlieue de Homs, prend une taille de guêpe sur deux endroits, et devraient être coupé sous peu, entrainant son effondrement ou son encerclement dans certaines zones. Les approvisionnements doivent être difficiles...Les routes malaisées.

Chômage : certains hurluberlus se demandent si FH n'avait pas eu raison, avec sa politique économique. Le seul problème c'est qu'ils sont à côté de la plaque. La politique de rachat de la BCE n'aurait elle eu aucun effet ? Et la politique de Hollande aurait relancé toute l'Europe ?

Je préfère y voir l'oeuvre du gonflement, du bilan de la BCE, qui, telle la grenouille, veut se faire aussi grosse que le boeuf. On sait ce qu'il advint de la grenouille, on peut deviner ce qu'il va advenir de l'euro, cette chose immonde que certains se complaisent à vouloir...

Ils sont forts ces pisseux de copie. Ils y voient l'effet de la politique stupide de Hollande, alors que tant de paramètres entrent en lignes de compte. Mais, ils font de la propagande, pas de l'information.

Pour certains, la "loi travail", ne fonctionnera pas... Parce qu'elle ne s'applique pas au secteur public. Il faut être complétement idiot pour ne pas se rappeler que la fonction publique est régie par le code de la fonction publique, et que dénouer juridiquement ce code, c'est le travail de Sisyphe englué dans Courteline, et marié avec Kafka... Le bourbier XXXXXXXXXXXXXXXL du Viet Nam, quoi...

La loi travail ne fonctionnera pas, simplement parce qu'elle est inapplicable, à moins aussi de doter les entreprises de services juridiques XXXXXXXXXXXXXXXL.

Le crétinisme, ça consiste aussi, à singer les américains, sans voir le juridisme de leur société...Et le coût de ce juridisme, qui arrive lui aussi à être XXXXXXXXXXXXXL.

Et on nous parle de compétitivité ?!?!?! alors que le modèle, c'est une société, par essence même, non compétitive, car alignant bon an, 500 milliards de déficit extérieur, et mal an, 800...

On note une grande érosion (politique) des partis de gauche en amérique latine. Sans noter, bien sûr, que l'érosion de Macri et de Temer, est encore plus rapide... Mais sans noter l'essentiel. Le continent sud américain est très inégalitaire et peu peuplé. Il repose, comme les économies coloniales, sur des matières premières, qui entrainent des cycles... Ces cycles sont prospères, jusqu'à ce qu'ils ne le soient plus.

Les cycles économiques comme cela, ne se comptent plus sur le continent américain : cycle de l'indigo, du tabac, du coton, du sucre, du fer, du pétrole, de l'or, de l'argent, du café, du caoutchouc, etc... Après, la production locale, qui avait apporté la prospérité, est synonyme de misère.

Il n'y a, en somme, rien de changé, sauf que pendant plus d'une décennie, les populations ont eu des gouvernements qui leur étaient favorables, et non plus uniquement destinés au 0.1 % locaux...

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Economie
commenter cet article
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 18:56

Un mort intolérable (les blessés, on s'en fout, visiblement), c'est un gag.

C'est un gag pour un pays ou 1516 863 personnes sont mortes depuis 1968 par armes à feu, contre 1 396 733 pour les nombreuses guerres US.

Les millions de morts causés par les USA, on s'en fout aussi. C'était pour la bonne cause. La cause de la démocratie, et la chasse aux vilains qu'on pas le droit de vivre, les fascisteux, par exemple. Mais comme ce sont des sous-hommes, les médias occidentaux s'en tamponnent. 2 à 3 millions de nord coréens grillés sous le napalm et diverses cochonneries, et on ne voit pas pourquoi les dits nord-coréens en veulent aux si bienveillants USA pour si peu...

Il vaut mieux taper sur les nationalistes, qui, comme tout le monde sait, sont des fauteurs de guerres, mais pas les USA. Pourtant, avec ce beau bilan, on peut être fier.

Fier aussi du bilan de la guerre du Viet Nam. En 1975, on avait annoncé 15 millions de morts pour les 30 ans de guerre, dont "seulement", 2 à 3 pour la période française. Il faut dire que là aussi, le civil, ça se dégomme beaucoup plus facilement que l'ennemi.

La chasse au nazisme, 77 ans après la fin du conflit, et en France 78 ans après la libération, ça n'aura qu'un effet : le réhabiliter. L'attrait de l'interdit, notamment dans les musiques "haineuses", fera le reste. Les géants des médias croient contrôler internet ? Même l'URSS n'a pas réussi à contrôler les samizdats et comme dit Orlov, le code dans les conversations téléphoniques écoutées n'était pas cassable.

Les antifas, à supposer qu'ils eussent été hostiles au nazis, auraient détalé et tremblé comme des lapins devant les panzers, et auraient fermé leur gueule jusqu'au 32 août.

Les ennemis de la mondialisation, ne s'appuient que sur une chose ; son effondrement. Et les médias, en appuyant le monde d'avant, se condamnent avec lui...

Tragique de situation, il vient d'y avoir un attentat à Barcelone, et à l'heure où j'écris ces lignes, une camionnette a tué et blessé des dizaines de personnes. Réponse ; Padamalgame.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 07:17

... Nucléaire...

Aux USA. Pendant qu'en France, des pomp-poms girls du nucléaire s'agitent, et agitent même l'idée du 100 % d'électricité nucléaire, au niveau mondial, bien sûr, ne nous privons de rien, sans même se demander si c'est possible. C'est d'autant plus cocasse d'ailleurs, que la production d'Uranium est déficitaire depuis presque 30 ans, désormais.

Mais cela correspond bien à la mentalité des élites, dans la narrative, et pas dans la réalité...

Le nucléaire américain n'est même pas capable d'affronter économiquement des énergies surannées comme le charbon, ou très transitoire, comme le gaz.

Certains, d'ailleurs, commence à ressembler à des vieillards aigris ressassant leurs vieilles histoires, dans leur maison de retraite, en attendant leur potion.

"La solution proposée : stocker l’électricité renouvelable. Mais personne ne sait le faire à l’échelle d’un pays. (Si, on sait faire. La STEP.)

L’énergie nucléaire est une énergie durable, décarbonée, propre, abondante, pilotable et bon marché (c'est bizarre cette affirmation, avec une production très déficitaire, extraite par de gigantesques machines, et traitée dans des combinats industriels gigantesque)."

je peux résumer ? "Encore un instant, monsieur le bourreau".

Le renouvelable n'est d'ailleurs pas le problème. Le problème c'est le mécanisme économique. Mais il ne faut pas non plus oublier le passé. Les cartes de Cassini indiquaient une utilisation maximale des possibilités hydriques. La nature en France, n'existe pas, pas plus pour les cours d'eau que les loups.

Le phénomène nouveau est que les états développés, voient leur consommation d'électricité stagner ou décroitre. Désindustrialisation et changement technique, sont les clefs. Comme je le disais, paupérisation et mutation technique...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie Politique
commenter cet article
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 20:34

Ou jetage d'argent par les fenêtres...

Un article inexact paru dans les échos. Il y est dit que la dégradation immobilière atteint 1 % l'an. Ce n'est jamais ce qui est retenu. Ce qu'il faut lire, c'est 2 % de perte de valeur. C'est une différence considérable. La capital immobilier est consommé selon l'auteur, à raison de 75 milliards/an, en réalité, c'est le double, 150; pour seulement 50 milliards d'investissements d'entretien.

C'est bizarre, d'ailleurs. Dans le calcul du pib, autant qu'à la télé, on ne nous parle jamais de cette consommation de capital fixe. On nous dit simplement que c'est le moment d'acheter et que la croissance revient. Cette simple consommation de capital fixe, infirme totalement la notion de croissance. 100 milliards, sur un pib de 2000, cela donne un joli - 5 %.

Et encore, je trouve l'appréciation elle même très optimiste. Une maison de 50 ans d'âge sans aucun entretien depuis sa construction, cela porte le nom de taudis.

Cela obéit aux lois du capitalisme, d'ailleurs, un capital investi doit être un jour désinvesti.

Cela aussi règle le sort des imbéciles, qui au plus gros de la bulle immobilière disaient : je m'achète un appartement la location me paie grosso modo l'achat, et au bout de 20 piges, c'est la rente. Au bout de 20 piges, c'est la valse des réparations qui s'annonce.

Des citations savoureuses ont lieu aussi : "C'est un bel exemple de «double peine» : vous payez pour entretenir et vous payez également davantage à l'ISF, parce que cet entretien soutient les prix."

Le mythique ISF. Pour la plupart du territoire, l'ISF est une vue de l'esprit. Le vrai impôt sur l'immobilier, c'est la taxe foncière et la taxe d'habitation, ou taxe sur les mecs qui ne sont pas SDF...

Visiblement, certains, au lieu d'écrire des articles, feraient mieux d'aller radoter dans leur maison de retraite.

D'ailleurs, on voit que même en coeur de bulle, à Levallois, on commence à sentir le vent du boulet... On aimait bien certains hommes politiques, quand leur politique faisait progresser les valeurs immobilières par 5. Maintenant qu'elles ne progressent plus, on les aime beaucoup moins, d'autant que les taxes paient toutes les folies, et que pour les nouveaux venus, les prix sont chers...

Lors de la phase de constitution, de la bulle, tout allait bien. Les plus values étaient coquettes. Aujourd'hui, on est passé au stade de perdant perdant. Les taxes ont augmentées, l'immobilier est inabordable ou pire, ailleurs sur le territoire, bien trop abordable...

On nous fait voir à la télé, ces gens qui ouvrent des gites, et qui trouvent, finalement, que ce n'est pas si bien. Cela coûte cher, la réhabilitation, l'exploitation est affaire de professionnels, les crédits sont lourds, les investissements peu rentables, la concurrence, rude.

Les gites à vendre sont légions, mais visiblement, on exagère quand même le coût d'exploitation (bien sûr, si on compte hors endettement...).
L'immobilier, c'est beaucoup plus compliqué que ce que l'on veut bien faire croire, et les seuls qui s'en sont très bien tirés, à ma connaissance, ce sont ceux qui avaient installé un mobile home sur un grand terrain.

Mise de fond peu importante, rentrées honnêtes, et revente facile...

Le touriste, d'ailleurs, est de plus en plus perçu comme une plaie. Seuls les gouvernants les voient avec les yeux de Chimène. Il faut dire, les  gouvernements sont peuplés d'attardés mentaux. En plus, il s'attire la haine de ceux qu'il fait -mal- vivre.

Tourisme, tare du capitalisme, qui déstabilise des régions entières...

On voit même des projets qui risquent de tourner court. Avec l'éradication du paludisme, certaines zones s'étaient peuplées. Mais visiblement, des pathologies indigènes mal venues ont été repérées en France.
Là aussi, on a été trop loin.

D'une manière générale, les élites sont en train de perdre les soutiens des peuples. trop occupés à faire leurs petites affaires.

" La crise de l'ancien système sur fond d'insuffisance de ressources ne laisse pas aux élites de marge pour un compromis. C'est une lutte de destruction réciproque, et elle s'aggrave. Progressivement les élites antagonistes commencent à impliquer les masses populaires et perdent le contrôle de la situation. "

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Immobilier Politique
commenter cet article
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 19:44

A Baltimore, où ça canarde tous les jours, et la ville bientôt détruite à 100 %, on vient de trouver la parade : démonter les statues confédérés.
La preuve que le ridicule ne tue pas, pas plus que la connerie, sinon tous les élus municipaux seraient morts, ce qui pourrait d'ailleurs, d'après une série célèbre, signifier la fin de la corruption et du trafic de drogue à Baltimore.
Audiard, lui, aurait sorti sa célèbre phrase sur les cons.

Comme je l'ai dit, ce qui a tué l'esclavage, c'est son peu d'intérêt économique. La machine à égrener le coton sonne, pour le sud, le triomphe de l'esclavage, et sa mort. En effet, grâce à elle, l'esclave est nécessaire et insuffisant, 3 mois, superflu et inutile 9. D'un coût phénoménal, on parle de 3 à 4 $ le coût de travail de la journée d'esclave, seul le coton cher peut permettre à cette institution anachronique de se maintenir.

En 1930, les dits descendants d'esclaves se plaignaient de leur salaire de 3 à 4 $ par semaine, et disaient que leurs parents et grands parents étaient mieux traités aux temps de l'esclavage. Mais les prix du coton avaient baissé de 80 à 90 %...

Enfin, anachronique, cela dépend. L'esclavage est totalement inutile, quand une certaine densité de population est atteinte, ou quand se développe le fossile.

La faible densité, elle, incite les autorités à garder la population à demeure.

Enfin, bref. Les autorités de Baltimore feraient mieux de balayer les rues, que de s'occuper de statues dont tout le monde se fout, sauf quelques activistes et politiciens voulant être présentables.

Avec des sex ratios totalement déséquilibrés, les humanistes régnant sur Baltimore préfèrent le politiquement correct au réel. Même pas 90 hommes pour 100 femmes. Le noir tue le noir. Et les "groupes haineux", sont plus nombreux chez les noirs que chez les blancs. Plus nombreux que les groupes du KKK.

De plus, il est aussi très savoureux de voir des oligarques blancs, comme Paul Ryan, condamner le "suprémacisme blanc", en oubliant que les blancs ont été jusqu'à 90 % de la population...

Du suprémacisme des millionnaires, par contre, pas un mot.
Démission, aussi, dans l'administration Trump, du PDG de Merck. On peut dire que lui, ne se sent pas merdeux du tout, de prendre, avec sa clique, 20 % du pib US.

Cela ne s'appellerait pas de l'esclavage, de la dime, des droits féodaux ? Alors qu'il n'y a rien de moins coûteux qu'un système de santé efficace...

Mais ça, c'est chez Raul Castro...

Oui, la gauche extrême fait la politique des millionnaires, et castagne beaucoup plus que l'extrême droite, ou plutôt, ce qui est qualifié de droite extrême, c'est à dire, qui n'accepte pas la mondialisation... Cette gauche extrême qui ne craint pas d'appeler au meurtre, s'offusque quand ce sont ses partisans qui se font dégommer ? Il ne faut pas appeler à la guerre, alors...

On nous parle de chaos à la Maison Blanche. Mais ceux qui écrivent ça devraient savoir que cela fait belle lurette, que c'est le chaos à la Maison Blanche, et quand le président agit, c'est quasiment en sous main, comme un Bush neutralisant Dick Cheney.

Trump agite un sabre contre pas mal de nations. Mais la réaction est inattendue : elle est vue comme folle, alors qu'auparavant, c'était du normal, et aujourd'hui, on dit qu'on essaie de freiner le président, et cela est sans doute vrai. Mais ne serait pas ça de la grande politique ? Démontrer par l'absurde ? Pousser à un paroxysme, et passer à autre chose... En  laissant épuisé les partenaires.
Il ne pouvait pas se contenter de faire du golf, comme le videur de pots de chambres précédent ?

L'antiracisme, c'est pour les crétins de complices du mondialisme.

 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 14:34

Le Fascisme a encore frappé aux USA, à Charlottesville.

La seule différence, c'est que les bigots, les cagots, les cafards, les SA, les fascistes, sont appelés "antifascistes".

Certains sont morts ou blessés. On ne va pas pleurer sur eux. On sait très bien que le système sataniste, sorosien ou clintonien, fait couler le sang quand il en a besoin. Il ne manque pas d'abrutis manipulés ou payés pour se faire.
Dans toutes les révolutions dites "de couleurs", les tireurs d'élites appointés ont pris leurs lots de victimes parmi les manifestants "spontanés", les forces de l'ordre ou les simples passants.

Cf le Venezuela. On disait 105 morts, la plupart causés par les "défenseurs" de la démocratie. Et crédités au gouvernement.

Sur le blog de Jorion, c'est clair. Sous des airs de remise en question, c'est 100 % service du système impérial. On plaint les pauvres immigrés et les manifestants.

Ces pauvres cloches n'avaient pas compris qu'ils ne sont que de la chair à canon. Et traduire le Wapo, une bêtise. Le Wapo, c'est tout juste digne de service de papier chiotte. Et encore, ça doit flanquer des hémorroïdes.

Ces manifestants voulaient monter en ligne et en découdre. Ils ont eu ce qu'ils voulaient et ce qu'ils cherchaient. Le principe de responsabilité cher aux néo-libéraux.

D'ailleurs sur les vidéos on a tout de suite vu le respect des lois et le pacifisme des fascistes appelés "antifascistes".

Il me semble d'ailleurs bizarre que sur le blog de celui qui a écrit "le dernier éteint la lumière", on plaide pour l'immigration. Parce que simplement, ce qui se passe, c'est ce qui est contenu dans le rapport meadow : l'ajustement, à terme, par la famine.

Moment glasnost pour Ph. Grasset. Sans doute. On a exagéré le rôle de l'homme -gorbatchev-, pour celui du moment. Quand meurt l'ancien dirigeant et qu'un nouveau apparait, comme Trump, le système capote tout seul.

D'ailleurs, la question de la guerre contre la Corée du Nord, qui se fait jour, est surréaliste. Les USaméricains, gavent une armée incapable de frapper.

Les armes de l'USAF ne sont simplement pas en nombre suffisant. Et repose grandement encore, sur l'antédiluvien B52, bien que celui-ci soit gravement malade. Il en reste 85 sur 744, dont sans doute une trentaine au maximum, disponible. Incomparablement plus disponibles, économes, et utiles que tous les autres réunis, entre ceux qui ne peuvent pas encore combattre, ceux qui ne peuvent voler dans la pluie, ceux qui ont été cannibalisés...

Pour les troupes au sol, c'est pire. Un corps de bataille de combien ? 65 000 soldats ? Et alors qu'on rallume une guerre en Afghanistan...

Ailleurs, on se gargarise de la croissance qui se rallume, un peu. Croissance causée par quoi ? Par la baisse des prix du pétrole, qui, malheureusement étrangle tous les pays producteurs, mais dont les effets ne se font sentir que lorsque le portefeuille s'est consciencieusement vidé.

Pas grave, au nom de la démocratie, on fera aussi la guerre au Venezuela qu'on n'a pas réussi à déstabiliser. Enfin, si on peut, parce qu'avec les stocks d'armes dont Chavez a doté le pays, cela risque d'être fort un merdier comme aurait aimé le Che Guevara et qu'il appelait de ses voeux...

En Libye émerge un homme fort, qui veut 20 milliards sur 25 ans (c'est pas beaucoup), pour arrêter l'immigration, mais qui ne veut surtout pas entendre parler des occidentaux, mais préfère la Russie, beaucoup plus digne de parole.

Le monde va mal, et on nous met en garde contre le "populisme", vous savez tous ceux qui n'avalent pas sans réfléchir le catalogue et catéchisme LBGT, "antifa", et "pro-démocratie" (lire : tapis de bombes au Napalm).

Dernièrement, on a vu une émission sur Fidel Castro. Ce vilain est devenu riche, en étant président. le fait que tous les présidents appuyés par les gouvernements américains soient devenus encore plus riches, n'a pas été évoqué, du tout.

D'ailleurs, c'est pour cela que Fidel a été ostracisé. Il se serait contenté d'être un leader coloré, mais achetable, il aurait fait comme Batista, "le métis", 20 années au pouvoir, puis aurait été remplacé parce que devenu trop sale et trop visible.

Il est permis de faire le Somoza en Amérique du sud, mais pas le Castro. Pourtant, la différence des legs des deux, sautait aux yeux.

Comme je l'ai dit, l'histoire de la statue de Lee à Charlottesville est emblématique, mais idiote. Elle ne dérange personne, et Lee, comme je l'ai dit, aurait été considéré comme "négrophile", à l'époque, s'il n'avait pas été Lee. Lee, c'était le militaire respecté, impeccable jusqu'au bout des doigts, sa femme était une custiss, descendante  de Martha Washington, et représentant cette aristocratie virginienne, abolitionniste, et qui libéra lui même ses esclaves.

Le terme de "Négrophile", à l'époque, était une insulte envers tout homme voulant améliorer la condition des noirs, même graduellement. Si Lee s'opposait après la guerre au suffrage noir, il ne fut pas le seul, le président Johnson aussi. Johnson parce qu'il considérait que les planteurs auraient encore trop d'influence sur eux, et Lee était partisan du gradualisme. Renverser sa statue, c'est ignorer l'histoire.
Les mentalités évoluent graduellement, et tout homme politique responsable doit en tenir compte...

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 20:24

Il est clair que beaucoup de signes de rétrécissement de la taille de l'économie sont perceptibles.
De la fin des suburbs, comme le dit zerohedge, ou encore des ports destinés à devenir des Baltimore bis ou ter. Baltimore souffre, simplement, parce que Baltimore aussi, est "un poil trop loin", et que l'économie de carburant est une donnée importante.
Il est donc important pour la Chine de réduire la distance. Rotterdam et hambourg sont donc directement menacés par la rénovation des lignes de chemin de fer en Europe centrale.
Les chinois se sont emparés des ports grecs, avec des lignes de chemin de fer, Hambourg et Rotterdam plongent dans le néant d'un trafic seulement local.

" "Si Pékin arrivait à réduire ce temps de parcours, « les cargos chinois ne seraient alors plus obligés d’aller à Amsterdam ou Hambourg pour écouler la marchandise chinoise dans l’UE » "

C'est aussi la réduction des investissements des municipalités par réduction des budgets (le personnel n'est pas licenciable, il faut attendre son départ à la retraite), beaucoup de mesures Macron sont de mauvaises mesures, parce qu'elles vont dans le bon sens, mais pour de mauvaises raisons.

En plus, quand on pense à Paris pour les JO, ou la politique de métropolisation, où sont les bonnes mesures ? Pas ici. Les bonnes mesures ne sont pas pensées, elles vont dans le bon sens, par hasard. Et pas parce qu'on l'a voulu.
C'est vrai que les hommes politiques locaux dépensaient à tort et à travers. On les mets au pain sec pour développer des grandes villes invivables.

La politique Macron est très mauvaise. Enrichir les riches pour enrichir les riches, c'est stupide. Et les bons effets arrivent à l'insu de son plein gré.

Les progressistes, quand à eux, sont très occupés à faire venir une émigration économique inutile, superflue et nuisible, ou à faire des mesures risibles et stupides : démonter la statue du Général Lee à Charlottesville.

Une voiture a foncé dans la manif gaucho des antimanif "de haine". Un mort et des blessés.

On voit tout de suite que les gauchos sont de grands masturbateurs de méninges et de principes, dont personne n'a rien à foutre. Elle gênait tant que ça, la statue de Lee ? Je vous fiche mon billet que personne n'y faisait attention, sauf comme signalisation routière : "vous allez tout droit jusqu'à la statue du général, après vous tournez à gauche, et à 200 m, vous y êtes..." Voilà à quoi servait la statue du héros de la guerre civile. Et si Lee n'avait pas été Lee, on l'aurait qualifié à l'époque de "négrophile"...

Pensons aussi que sans crédit -nordiste et abolitionniste- aux planteurs, l'esclavage aux USA aurait disparu bien avant 1863... Et oui, les planteurs étaient endettés jusqu'au cou...

" La chute de popularité d'Emmanuel Macron n'est pas due à sa politique, elle est due aux limitations des ressources naturelles, et leur conséquence comme quoi la croissance s'arrête. Dans le futur, aucun autre président ne parviendra à être populaire. La fin de la démocratie est proche. "

1) la chute de la popularité des présidents successifs est bien plus rapide que la limitation des ressources. Elles ne plongent pas en 3 mois.

2) élus par des citadins de grandes métropoles, ils sont élus sur un escroquerie : remettre en route la croissance, et remettre ces feigneux de chômeeeeeurs-qui-ne-veulent-pas-bosser au travail.

3), aucune explication, aucune projection d'avenir. Pas de remise en question des dogmes. Vacances = partir (loin, en avion, de préférence, chez des crèves la faim).
Un touriste vu de plus en plus pour ce qu'il est : un nuisible.
En effet, le touriste, c'est l'effet d'éviction. Comme le pétrole, le touriste tue tout le reste de l'économie.Dans le meilleur des cas, la femme devient prostituée, l'homme; serveur, taxi, trafiquant ou voleur. Dans les belles années, c'était la belle vie dans les départements du sud français. On travaillait 4 mois par an, et c'était bon pour l'année. Aujourd'hui, l'Espagne et la Grèce, les salariés, avec leurs salaires dégraissés n'ont plus la possibilité de vivre le reste de l'année avec...
Ce phénomène touche aussi les franges touristiques en France. Parce que cette concurrence des nouveaux pauvres les privent d'une clientèle, qui, de toute façon, se rétrécit comme le reste...

En 1936, lors des premiers congés payés, c'était l'occasion de s'occuper du jardin, ou de partir voir sa famille. Souvent à vélo, ou en train.

Aujourd'hui, on discute du combat entre ventes internet et grande distribution. C'est le combat de deux condamnés à mort.
La politique de migration ? Un idiotie totale.

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie Economie
commenter cet article
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 19:49

Cette carte, n'est pas une carte mais une caricature. La tendance générale est qu'après avoir structuré l'espace, le pétrole l'abandonne. Des territoires décrétés "inutiles", sont abandonnés, comme ces vols "pas rentables", vers des aéroports peu fréquentés. Les ressources énergétiques sont alloués là où c'est "important", par le biais du revenu.

Et on voit aussi l'inanité de certaines politiques. Pour les migrants se contenteraient ils d'être relégués dans des zones économiquement mortes ???

Ils est clair aussi que le libre échange joue. La périphérie, près des côtes, est privilégiée, l'intérieur abandonné, seuls les voies de communications importantes arrivent encore à s'en sortir.

Il y a de moins en moins de gagnants à la "mondialisation", parce qu'elle n'est que la sur-extension de l'utilisation du pétrole.

Cela n'indique pas un dynamisme, mais un feu en train de s'éteindre, et certaines braises brûlent plus longtemps, notamment au feu d'une  bulle immobilière, qui fait office de dynamisme économique. Mais je suis impatient et curieux de voir ce qu'il restera de dynamisme avec la fin de cet intéressant et sans doute dernier avatar de la bulle immobilière...

Oui, avec des taux d'intérêts à 1 %, c'est difficile d'aller au delà. Le dynamisme, ce ne sont que des couillons capables de surpayer un bien qui ne vaut intrinsèquement, pas le 1/10 de ce que l'on prétend. Particulièrement en région parisienne et lyonnaise, l'immobilier cher, n'est pas loin du taudis.

Cette carte, est simplement la carte des endroits où l'immobilier a pu être réanimé.

Rien de changé, donc, avec 2007, simplement, la carte se réduit, en peau de chagrin, comme aux USA avec le vote Trump. Simplement, comme le pays est plus petit, c'est moins visible, et on essaie de donner de fausses explications.
 

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie
commenter cet article