Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 01:34

... Les énergies renouvelables. Les vrais. Parce que “Solar equals independence and freedom!”.

La dîme que représente les "dépenses contraintes", pour "services rendues", convient très bien à des sociétés rentières, de l'eau, du gaz, de l'électricité, du pétrole.

Avant 1945, elles existaient peu, et étaient un vrai progrès pour le citoyen, maintenant, c'est la vache à lait du capitalisme et même au Tea party, et surtout chez lui, il existe une donne anticapitaliste qui ne demande qu'à se réveiller au fur et à mesure qu'augmentent les notes des dépenses contraintes, dans le but d'assurer "un meilleur service".
En réalité, le seul "meilleur servit", c'est le dividende. Et encore, à une époque le dividende demandé et espéré était il modeste. De l'ordre de 1 %. Aujourd'hui, il vogue vers une rentabilité, attendue, exigée, et impérative, de 15 % du chiffre d'affaire.

Alors, oui, la production éolienne et solaire, et les capteurs d'eaux intéressent les citoyens. Pour être indépendant. Et ne pas voir s'envoler roupies, pésétas, roubles, dollars et euros. A Wall street, les dividendes ont presque atteint les 1000 milliards.

Il n'y a pas de choix économique. "L'économie est l'art du choix, et tout choix est politique".

D'ailleurs, le paysage risque d'être bouleversé très vite. Il y a eu des combats à Ryad aujourd'hui. Selon l'agence de presse Irib, des combats y ont lieu depuis deux jours.

Ryad qui avait appelé le Pakistan, après d'autres, à lui fournir de la chair à canon. Mais ils ont oublié une petite donne. L'argent ne suffit pas pour que l'on combatte pour vous. A force de mépriser et de croire que l'on peut tout acheter, le vendeur n'est plus vendeur, et Dieu sait si les pakistanais ont été acheté de longue date par les saoudiens.

Les combats urbains sont difficiles et nécessitent de gros effectifs d'une armée largement déployée au nord, et sur la frontière du Yemen.

Le Yemen a une densité variée, et pour répondre à un internaute, si elle est effectivement au niveau moyen de 46 hab/km2, les zones inhabitées sont légions, et les zones habitées atteignent facilement 500 à 1500 habitants.

On avait menacé, en Arabie Saoudite, le Yemen "d'un million d'attaque suicide". Peut être est ce cela qui a déclenché le retour de bâton. Il est facile de comprendre qu'à ce tarif là, ce ne sont plus des héros que l'on envoie, mais du bétail. Même Staline n'aurait pas osé cela.

Dernière chose à noter, les USA ont abandonnés leurs ressortissants, qui en sont ébahis...

C'est le schéma qu'on avait prédit pour les 1000 bases américaines qui se produit, on abandonne tout le monde sur place. Pour les 1000 bases, finalement, on a tendance à évacuer, ça serait trop voyant, mais pour les ressortissants... Ils avaient qu'à ne pas venir.

Clap de fin sur la "race impériale", au département d'état, "il n'y a plus d'abonné au numéro demandé", "il n'y a plus d'abonné au numéro demandé", "il n'y a plus d'abonné au numéro demandé",.

La production pétrolière aux USA, se contracte, de 135 000 barils/jour, le nombre de "rigs" (appareils de forages) diminue aux USA, et augmente en Arabie sur le site de Ghawar, "roi des gisements". Celui-ci, à moitié vide, est vidé plus rapidement encore, mais un rigs à ghawar, même dans un ghawar épuisé, aboutira à plus de production, et donc plus de rentabilité qu'aux USA.

Bref, Valls et sa dictature tartuffienne arrivent un peu tard.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 22:55

On a souvent parlé de cette loi terroriste que Robespierre fit voter pour faire taire Danton. Peu de temps après, c'est à lui qu'on l'appliquât.

Mais l'arrogance, qui consiste à penser que justement, on est tellement génial qu'on ne sera jamais concerné par telle loi, n'est jamais pris en compte.

On n'est pas en Afrique, ici, et c'est beaucoup plus nature, là-bas. Je viens de lire que le chef des "microbes", avait été un peu découpé en morceau, que pas grand monde ne s'indignait, mais s'en félicitait, que l'on trouvait même judicieux de ne plus dépenser d'argent pour cet engeance, et que des tas des gens proposaient des candidats à la découpe. Le seul sujet de discussion, finalement, c'était de trouver des volontaires pour allait découper untel ou untel... (Charles Bronson et inspecteur Harry, bienvenus).

Dans l'arrogance des politiques, on trouve plusieurs personnes.
Emmanuel Macron a dit : "La France a besoin du culot des jeunes entrepreneurs".
Patrick Reymond répond donc : "La France n'a pas besoin du culot déplacé des énarques-banquiers". Et il enfonce le clou : "La France n'a besoin, ni d'énarques, ni de banquiers". En prétendant : "tout ce qui n'est pas nécessaire est superflu". Parce qu'un ministre qui parle dans le vide de quelque chose qu'il ne connait visiblement pas, c'est insupportable. Et criminogène. Une incitation à la haine. (Voir Valls)

Valls, visiblement, est en plein délire de lois d'exceptions, et de lois antiracistes. Mais visiblement, il vient de faire péter le compteur des commentaires internets sur le Figaro à une vitesse impressionnante.

De plus, monsieur Valls introduit une notion étrangère au droit français : "Le racisme, l'antisémitisme, la haine des musulmans, des étrangers, l'homophobie augmentent de manière insupportable dans notre pays".

Hors, d'après notre constitution, la république ne reconnait aucun culte. Donc, pour définir, un musulman, ou un juif, il faudrait faire appel à une notion non reconnue. De plus où est l'égalité devant la loi ?

En Afrique du Sud, on lynche sans désemparé les étrangers. Que serait il arrivé, là-bas, à un récidiviste, en situation irrégulière qui aurait violé et tué une enfant de 9 ans ? Toute la famille et le quartier l'aurait découpé en morceau. Ils sont à la limite, plus civilisés que des bureaucrates qui pensent "indemniser", pour un peu d'argent. Le barbare, c'est celui qui ne raisonne qu'en termes d'argents.

Par contre, moi, je n'aime pas les cons. Suis-je punissable ? J'aime pas les ministres idiots (on en a eu et on en a des caisses), les présidents crétins (on a été pas mal burnés aussi), les fumeurs (qui m'emmerdent), les poivrots (insupportables) et ceux qui leurs remplissent les verres.

Je rappellerais à Monsieur Valls quelques lois farfelues en France :

"Aucun cochon ne doit se faire appeler Napoléon par son propriétaire."

"Un cendrier est considéré une arme mortelle."(Pourtant, un cendrier tue moins que son contenu...


"A Paris, une poubelle est considérée comme une arme mortelle."

Les vaches sacrées de Monsieur Valls vont vite le faire devenir insupportable. On dirait qu'il organise sa propre déroute. Comme je l'ai déjà indiqué, si au FN on fête toutes les conneries que ce gouvernement peut enfiler à la queue-leu-leu et sans respirer, ils ne doivent pas dessaouler souvent...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 19:13

Comme nous sommes tous sous surveillance électronique, je vous suggère une double manoeuvre (déjà donnée) :

- faire un bisou d'ampleur à votre agent sous traitant , mais préféré, affecté à votre surveillance (pour ma part, si je peux choisir, je préfèrerais une nana de moins de 30 ans, 90-60-90, on peut demander, non ??? ça ne coûte rien. En plus, on ne sait jamais, si il y a une fouille au corps de prévue...),

- visiter le max de sites incongrus et n'ayant rien à voir, vous inscrire sur tous les sites possibles et imaginables, histoire de brouiller la surveillance, d'entretenir conversations salaces et graveleuses, de façon à les dérider un peu (même et surtout si c'est que du pipeautron de première qualité),

- donner à penser en envoyant des tonnes de mails aux apparences anodines : "Mon chat fait ronron", ça ressemblerait pas mal aux "les sanglots longs des violons"? Surtout envoyé 25 fois par jour (vous pouvez l'enregistrer en brouillon, et l'envoyer à toute votre liste d'amis).

Mais, ce n'est pas le plus intéressant, passé le bisou à votre surveillante (elle peut m'appeler quand elle veut), passons aux affaires du jour.
WalMart a des problèmes de plomberies, dans, 1, non 2, non 3,4,5, enfin, on sait plus, c'est une épidémie de problèmes de plomberies, dans une épidémie de ville, chez WalMart.

Certains employés sont redirigés, les autres "provisoirement" licenciés. En attendant, visiblement, aucun appel d'offre pour réparation. Comme Walmart a bâti suivant le schéma donné pendant la révolution française (une journée de cheval par département), adapté bien sûr à la voiture, on peut penser que la baisse des consommations est sérieuse et ne justifie tout simplement pas l'existence des magasins. Les consommateurs, s'ils veulent ou peuvent encore consommer, se débrouilleront et iront chez le Walmart suivant, ou chez le concurrent, ou dans ces "General store", beaucoup moins clinquants et adaptés à leur portefeuille.

En France, Sannat dit que la baisse de consommation des hypermarchés atteint 7 %. C'est nettement moins que les 30 ou 50 % de jovanovic, mais sans doute beaucoup plus exact.

Simplement, certains hypermarchés de certaines zones ne doivent plus être rentables. Et les compressions possibles, rares. On est rentré dans le monde du "On-off". L'effet prix, en dépression, allié à un effet quantité, en dépression aussi, fait la donne. D'ailleurs, comme il est courant de voir des remises 2 pour 1 qui n'existaient pas avant, il est clair aussi que ces périodes incitent à stocker. On peut sauver -provisoirement- le chiffre, en sachant pertinemment, que c'est une fuite en avant, les quantités consommées n'augmenteront que pas ou peu.

J'vous jure, à l'INSEE, c'est rien que des subversifs... J'suis d'avis qu'on devrait les mettre sous écoute. Moi, ce que je trouve suspect, c'est surtout cette nouvelle activité, ce drive. Qui nous dit que c'est bien des salades qu'ils y achètent ? Ou des bananes ? la salade, ça désigne l'herbe, et la banane, le chargeur.

En tout cas, le lac Mead, et le lac Powell risquent de régler le problème de consommation au moins d'eau dans un premier temps, et de consommation tout court dans un deuxième. Ils sont quasiment dans un état désespéré, aussi désespéré que les politiques, qui continuent à croire en l'avenir. Pour ce qui est des populations, elles n'ont souvent pas les marges de manoeuvres pour anticiper. Ceux qui qui en avaient les capacités mentales et financières ont sans doute déjà prévus une voie de sortie.

Là aussi, c'est l'incapacité à se projeter plus loin que le trimestres suivant qui est coupable. Et les remèdes administrés depuis 40 ans, sont connus aussi : toujours plus de travaux, de captations, pour une ressource dont on ne s'aperçoit pas qu'elle est plafonnée, et que sa consommation à toujours plus grande échelle dans un désert n'est pas adéquate. Et puis, il serait délicat pour l'égo d'un maire de Las Vegas d'envisager l'option qu'il serait maire, un jour, d'un pueblo de 1500 âmes.

Le "vrai",taux de croissance chinois, atteint le montant fabuleux de 1.6%. Soient les chiffres antérieurs étaient certainement très vérolés, (c'est certainement vrai), soit les chiffres actuels indiquent l'atterrissage type "germanwings"(certainement vrai aussi).

Enfin, l'inénarrable LF qui compare le programme économique du FN à "sauter sans parachute". Moi je dirais que celui appliqué actuellement, c'est "nager avec 50 kg de ciments aux pieds", et vu les résultats qu'il a obtenu, aurait surtout gagné le droit de se taire.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 15:53

L'UMP donc, veut supprimer, "le mariage pour tous". Certains y voient des obstacles, notamment la non-rétroactivité de la loi. Qu'on m'explique alors la loi de blanchiment de Dexia, de toutes ses avanies, sinon une loi, belle et bien rétroactive.

Loi rétroactive, sanctifiée par le conseil constitutionnel.
Et puis, dans quel monde vivons nous, si les lois, une fois votée, ne peuvent plus être abolie ? Cela s'appelle une dictature, et rompt aussi avec le cycle des lois tombées en désuétude.
Je rappellerais que cracher par terre, comme fumer dans la rue, est strictement interdit.

Mais il existe aussi des lois sur lesquelles ont s'assoit. La III° république, dans ses premières années, disait que grâce à elle, la guerre n'était plus possible sur la décision d'un seul homme. C'est juridiquement vrai, mais on s'aperçoit, que, vu le nombre de guerres présidentielles, on s'est allégrement assis dessus depuis 25 ans. Mais, je ne dois pas bien comprendre. Des frappes aériennes "chirurgicales" (sans doute parce qu'elles font beaucoup de sang), ça ne compte pas comme une guerre, même avec 200 000 ou 300 000 morts.

DSK, "l'expert", a planté 100 millions d'euros à 150 investisseurs. Normal, un type, qui, dans ses fonctions, a félicité pour leur "bonne politique", Ben Ali, Moubarak et Kadafhi, je vous laisse deviner ce que j'en pense. Il y en a un qui doit être vraiment content de pas avoir été félicité, c'est Assad.

Ce type là est recto avec la ligne de l'oligarchie, Mais on voit que la ligne, est complétement foutue. Ce type, c'est un porte guigne intégrale, ou si vous devez l'écouter, faites immédiatement l'inverse.

La France doit elle en finir avec le pinard ? S'il y a une seule chose que les socialistes pouvaient faire de bien, ce serait celle-ci. Parce que vu les drames humains, le coût pour la société des alcooliques, ce serait une mesure de salubrité, 49 000 morts par an, ne méritent pas d'être justifiés par des intérêts économiques, et la propagande du "petit coup qui ne fait pas de mal". Le principe du "pollueur-payeur", doit être intégralement appliqué. Là aussi. Mais pas que là.

Cerise sur le gâteau, il sera en plus délicieux de voir le gouvernement socialiste finir une politique entamée... Sous le régime de Vichy (forcément un gouvernement de buveurs d'eaux), appelé à l'époque "Etat Français".

« presque toutes les dispositions vichystes, à l’exception de l’interdiction des apéritifs, se retrouvent dans la législation actuelle. »

On ne peut que féliciter le gouvernement, fut il socialiste, pour pousser à la roue d'une évolution commencée en 1939. A cette époque, elle avait atteint le sommet de 25 litres d'alcool pur par personne/an. En 1931, un comité fut crée sous l'égide des pouvoirs publics, afin de promouvoir les "boissons hygiéniques" qui risquaient la surproduction : cidre, bière, et vin.

500 000 bistrots pour 40 000 000 d'habitants. A chaque carrefour, 4 bistrots. De toute façon, l'évolution est en cours, et vouloir la précipiter, n'est pas un signe d'aliénation. Et pour une fois, pour une fois, le signe de courage politique.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 20:59

Aujourd'hui publié, grâce à Médiapart, hier enterré, le vrai sens, et la vraie remise en question, que n'avait pas provoqué Fukushima, c'est que le nucléaire est, sera, et restera bien plus cher que l'électricité issu du renouvelable.
"L'ile nucléaire française", dans un océan européen quasi dénucléarisé ne sera pas plus viable. On ne maintiendra pas ou on n'augmentera pas la production quand tout le monde diminue, le progrès technique finit toujours par se déverser d'un pays sur l'autre, et si l'on ne l'intègre pas, on subit la destinée de l'URSS.

Aujourd'hui, si les partisans du nucléaire avait plus qu'un pois chiche dans la cervelle, ils inverseraient la tendance, se feraient partisans résolus du renouvelable, et créerait un 80/20 inversé. En inventant une nouvelle filière, sur laquelle travaille chinois et indiens, il pourraient peut être alors créer de nouvelles centrales pas trop chères, et sûres.

La débandade mondiale du nucléaire est visible désormais, et c'est seulement en trichant qu'elle n'apparaît pas trop catastrophique. En comptant, par exemple, les centrales nucléaires nipponnes comme "en activité".

Quand à la comparaison entre gaz et charbon, elle n'a pas lieu d'être pour le nucléaire et le renouvelable. Le renouvelable ne consomme que de la maintenance, et le nucléaire de l'uranium, alors que la production dépend essentiellement d'une sphère Kazakh, où le grand jeu US peut déclencher des troubles à tous instants.

L'EPR est le JSF français. Il est coûteux, impossible à construire, monstre technologique, il est victime aussi de budgets débridés, jamais suffisant néanmoins, et qui s'avéreront là aussi, être l'achat de beaucoup de regrets... "Gloires et fumées d'Italie".

Ségolène Royal a donc commandé un rapport à l'ADEME, "100 % nucléaire". Là, on est dans la foutaise. Parce que si on veut faire 100 % nucléaire, il faut tuer ce qui a été fait pour justifier le nucléaire : la consommation, et notamment ses pointes. Sinon, le nucléaire tombera systématiquement à 50 % en pointe, ou alors, il faut diminuer la consommation par deux, ou construire une cinquantaine de centrales, dont certaines ne fonctionneraient que quelques jours par an...

Il est certains aussi, que la filière nucléaire aura du mal à justifier sa dérive des coûts, alors que le renouvelable, lui, va gagner en efficience chaque année.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 13:56

Il est clair que Flamanville s'avère une catastrophe, et comme Dieu (ou Chuck Norris) veille sur le France, il a veillé à ce qu'elle arrive AVANT la mise en service.

L'autorité de sûreté nucléaire a signalé une anomalie de la cuve. " «Si les tests en cours confirment l'anomalie --et il y a de fortes probabilités qu'ils la confirment-- ces EPR sont condamnés à ne pas démarrer» ".

Parce que ces cuves ne peuvent être ni réparée ni changée, et quand bien même, à quel prix ?

"On aura donc acheter, à grand prix, beaucoup de regrets". Et pendant ce temps, on nous disait que le renouvelable n'était pas réaliste.
Il l'est, et quand bien même une éolienne se retrouverait par terre de temps en temps, ça n'irait pas chercher loin.

Pour ce qui est de la STEP et ce que me disait un lecteur, à savoir que les bons endroits étaient déjà exploités, pour une production modeste, c'est encore faux. François Lempérière a recensé les sites propres à la création de STEP marines en France, ils sont nombreux. Et sans doute la liste n'est pas exhaustive...

D'autant que les îles qui ont atteint la maturité et les 100 % de renouvelable pour l'électricité ne disposaient pas de ressources hydriques importantes. Elles ont donc construit des STEP marines, et ce projet existe pour la Corse aussi, et les DOM TOM devraient aussi accéder au 100 % de renouvelable.

Bien entendu, au niveau européen, il faut rappeler l'existence du colossal réservoir Norvégien, qui a conduit à un accord entre compagnies électriques anglaises, norvégiennes et allemandes. Avaler la production électrique renouvelable du petit Danemark n'a pas été difficile.

En ce qui concerne, d'ailleurs, la consommation, rien n'indique qu'elle se maintiendra. Soit par paupérisation, soit par politique délibérée, elle peut très clairement être freinée de façon efficace, et toujours moins cher que de vouloir produire tant et plus. Le parlement californien, d'ailleurs, a clairement montré la voie, par tout un travail de norme, et si on parle de "loi de tueur de vampires", elle a concerné les consommations inutiles et cachées des appareils en veille...

Mais visiblement, dans le nucléaire, comme généralement dans l'énergie, on est tombé dans un état psychiatrique avéré, et si les saoudiens disent souvent n'importe quoi, ils ont raison de dire que l'âge de pierre ne s'est pas arrêté faute de pierre.

Seulement, les dirigeants sont âgés, et ont une vision erronée des choses. Ils construisent des aéroports, en plein pic pétrolier, et quand bien même, par miracle, on arrivait à maintenir une production au niveau actuel en 2025-2030, il n'y aurait pas de quoi doubler ou tripler le transport aérien.

Mais, toute fin de civilisation se ressemble. Les khmers ont continué jusqu'au bout à faire comme ils avaient toujours fait. Mais cela ne fonctionnait plus, comme cela ne fonctionnait plus dans l'empire maya, comme cela ne fonctionnait plus au groenland, à l'île de Pâques, et dans l'Europe du XIV°siècle.

Mais; ce qui empêche de réagir, c'est la non perception de la crise par la couche dirigeante, très bien résumée dans l'article de Charles Sannat.

Ils sont dans la négation du réel, qui doit se conformer à leurs voeux. Quelle belle manière de dire, de la part de Charles Sannat, qu'effectivement il y a consolidation, en attendant la prochaine baisse. Ce que je disais être une crise, en "LLL".

La réalité est têtue. Trussel Trust (association caritative chrétienne) a vu son nombre de "clients", multiplié par 15 en 5 ans.

Le plafonnement des énergies fossiles qui pose problème est compliqué par une gestion type Goulag du continent.
Bien sûr, toutes les personnes épargnées (anciens retraités, fonctionnaires, cadres), peuvent trouver le système sympathique et même génial...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 04:41

"100 % de renouvelable on peut l'atteindre en 15 ans, mais cela nécessite 3 plans quinquennaux et un Staline pour diriger le tout. Ils ont bien réussi a industrialiser L’URSS en 2 plans, ce que les trotskystes et autres capitalistes internationalistes n'ont jamais réussi a avaler ! "

En réalité, cela va beaucoup plus loin.
Quand Lénine proposa aux dirigeants français d'honorer les emprunts russes, en échange d'un nouveau prêt d'un milliard de dollars, ceux-ci rendirent aux dirigeants soviétiques un énorme service. Ils le refusèrent.
Logiquement, Lénine répudia les prêts, et la création monétaire échappa au secteur privé. E. Todd dit qu'une fois achevé le processus d'alphabétisation, l'industrialisation le suit deux générations plus tard.
Dans le cas soviétique, celui-ci est amorcé alors que le processus d'alphabétisation n'est pas encore entièrement terminé.

Dans les 30 glorieuses, les occidentaux ont appliqué la recette monétaire soviétique. Avec le résultat que l'on sait.

Mais, dans l'article du Monde, il y a clairement rupture de la Omerta du nucléaire. Même si les réactions sont encore standardisée, une question est posée, et poser une question, c'est déjà en partie y répondre.

D'autant que le renouvelable est encore aussi coûteux que le nucléaire, mais cela ne durera pas... cela va baisser fortement.

Quand aux objections, elles sont faciles à traiter. EDF (et pas qu'EDF) stocke massivement l'électricité sous forme de STEP, principe connu depuis ... 1890 (normal que certains ne soient pas au courant d'une nouvelle si récente), et le caractère dépensier en béton des éoliennes est aussi facile à traiter. On peut utiliser de la pierre au lieu de béton, quand aux métaux, ils ne sont certainement pas perdus. Ils sont même 100 % récupérables dans une éolienne.

D'ailleurs, le Velay fut appelé " le lieu où habite le peuple des statues géantes". Coutume reprise avec la statue de Notre Dame de France. Or, ce métal est loin d'être perdu, parce qu'à toutes les fois, et elles furent nombreuses, le métal, toujours précieux, fut toujours récupéré et recyclé.

Pour ce qui est de la maçonnerie, il est très facile de passer de 425 M3 de béton à 25 et 400 M3 de pierre. Voir moins. Il faut simplement tailler de la pierre, et se contenter de lier au béton. Je leur proposerais la lecture de Vauban et d'Agrippa d'Aubigné.

Ce qui est marrant, chez les adversaires des renouvelables, c'est la pauvreté/connerie des arguments : "pas beau", "surface". Pour ce qui est de la surface, on pourra indiquer à ces niais que sur les toits, ça n'utilisera pas plus, quand au "pas beau", dans les endroits où les populations sont habituées, il y a des associations de protections des éoliennes. En gros, être un adversaire des éoliennes pour question d'esthétique, c'est être un vieux con obtus, incapable de s'adapter, et incapable de se rappeler qu'au XVIII° siècle, la France était le pays des 500 000 moulins...

Je leur conseillerais, d'ailleurs, la lecture de Daudet, et des "Lettres de mon moulin".

Pour ce qui est de la dévaluation du bâti aux alentours, je leur rappellerais, qu'à long terme, cela peut être bénéfique. On ne sait jamais comment cela va tourner, et de toute façon, l'immobilier est en train de se vautrer, et que la présence des 500 000 poteaux électriques haute tension, ne les dérangent pas beaucoup.

Globalement, d'ailleurs, les supprimer ou les enterrer, compense largement quelques dizaines de milliers d'éoliennes en plus.

Quand aux 30 millions de logements, ils mitent largement plus le paysage que quelques milliers ou dizaines de milliers d'éoliennes...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 20:12

Image du néant médiatique, le dernier propos de JMLP, colporté à tout va, et monté en épingle, ne mérite finalement que le mépris, et pour les médias, qui le colporte, parce qu'il n'y a rien à dire, et une remarque.

A l'heure actuelle, tout le monde se fout et se contrefout du régime de Vichy, et au moins une bonne moitié des français ne sait même pas ce que c'était.

La plupart doivent prendre ça et croire que c'est une cure d'amaigrissement...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 17:36

Il existe en France un "blocage psychologique grave", en ce qui concerne les énergies renouvelables. Du moins chez les excellences, qui protègent les rentes et bout de gras...

En un mot, la nucléocratie relève désormais de la psychiatrie. Comme bâtir des aéroports en France...

Au tout début d'une révolution industrielle, car nous n'en sommes qu'au début, le pourcentage d'électricité produit par le renouvelable atteint 9.1 % de la production total, et ce, hors hydroélectricité.

On peut rajouter qu'accéder au 100 % renouvelable en 35 ans, c'est même très court en terme de cycle économique.

Le pétrole et le gaz de schiste, finalement, n'auront été qu'un baroud d'honneur. La tendance psychiatrique, pendant américain du délire nucléaire en France.

Parce que, rien n'indique, que ce soit ici ou la-bas, que les grandes compagnies classiques en soient bénéficiaire. En cas de rupture technologique majeure, elles jouent, le plus souvent, au dinosaure. Elles meurent. Elles n'ont ni la réactivité, ni la possibilité de réagir à temps.

Imaginons le scénario du pire pour EDF. On découvre des batteries de stockage efficace. Le client particulier, à terme, disparait.

La base républicaine en amérique des foreurs indépendants, "libéraux", mais couverts de subventions, disparaît aussi.

Des tas d'endroits perdent tout intérêt géostratégiques. Et redeviennent le trou du cul du monde.

Le "changement de modèle économique", entraîne, à terme, des morts économiques. Les importants s'en fichent complétement quand ce sont des petites gens, à preuve le chômage qui tue de 10 000 à 20 000 personnes en France chaque année, et coûte une montagne d'argent, mais quand ils sont eux mêmes concernés, la chanson n'est pas la même.

On regarde toujours la mort d'autrui, avec beaucoup plus de détachement qu'il est loin, et avec beaucoup moins si la mort vous concerne directement, et encore moins, si c'est vous...

Aux USA, on parle de "rush wind", qui succéderait à la ruée sur le pétrole et gaz de schiste.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 01:28

Nanard toujours. Le ruineux EPR de Flamanville voit cette fois la cuve faire des siennes, elle ne convient pas.
Cette technologie est finalement trop compliquée pour les gens incompétents qui l'ont commandé.

3.3, puis 8.5 milliards d'euros. Pour combien à l'arrivée ? Et pour un démarrage quand ? 2017 ? Non, vous rêvez...

En réalité, la percée des énergies renouvelables est telle, et l'effondrement des énergies classiques si rapide, que bientôt, la prévalence du lobby nucléaire n'aura que peu d'importance.

Les uns après les autres, les records en la matière s'accumulent.L'Ecosse, comme l'Espagne, désormais, arrivent à presque 50 % d'électricité renouvelable.

Bien entendu, toute progression nécessite des palliers. Mais les lois économiques, désormais, jouent contre les énergies classiques. Les mines de charbon deviennent non rentables, le pétrole lui-même a des problèmes de débouchés, au moins à certains prix, qui asphyxient la demande.

Même les diverses pravda reconnaissent désormais que le solaire thermique, dont le coût vient de baisser fortement, qu'il est désormais compétitif, sauf bien sûr en France. Mais on oublie de dire qu'en France, le renouvelable ne va doucement que parce que le lobby nucléaire lui met les bâtons dans les rues.

La libre concurrence, c'est bien, mais les rentes, c'est mieux. Les bonnes places aussi.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article