31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 01:58

Le renouvelable continue sa poussée, en Allemagne surtout, et dans le monde en général, et il bouscule, l'électricité issue des combustibles.

L'électricité issue des combustible n'a qu'un seul tort, justement, celui de devoir utiliser des combustibles, ce qui engendre, naturellement, une non-compétitivité fondamentale, et j'irais même plus loin, j'y joindrais aussi la bio masse, c'est à dire le bois, qui ne doit sa bonne fortune actuelle qu'au fait qu'on ait abandonné en occident cette source d'énergie pendant longtemps. Mais, très vite, cette donnée fondamentale remontera à la surface.

Pour L'Allemagne, le constat de base reste le même : le nucléaire s'est effondré de 43 % de 2000 à 2013, le charbon-lignite a fait une tout petit - 2 %, le renouvelable a fait + 300 %, le gaz/pétrole à fait, quand à lui, + 33 %, mais le fossile n'a progressé globalement que de 3.5 %.

Cette année 2014 a vu le renouvelable tailler des croupières au fossile.

Le solaire progresse de 7.7 %, le vent de 8 %, la biomasse de 11 % et l'hydroélectricité fait - 33 %. Pour les 9 mois, le total du renouvelable atteint 116 TWh soit 6.2 TWh supplémentaires ou 5.6 %.

Le nucléaire, lui, ne bouge pas à 65.9 TWh, ce qui semble logique : aucune centrale n'a été fermée.

Mais, côté fossile, c'est la débandade :

- lignite ::102.7TWh 5.3 TWh de moins, soit - 4.9 %

- charbon ; 70,2 TWh soit 12.2 TWh de moins, soit - 14.8 %

- gaz : 23.1 TWh soit 5.7 TWh en moins, ou -19.8 %.

Au total, avec 196 TWh, les classiques du fossiles font un honorable - 10 %. Entre la progression du renouvelable, + 6.2 TWh, et la régression du fossile, - 23.2, on peut aussi dire que c'est la non-consommation qui a gagné.

Il reste qu'à ce rythme, l'électricité "à combustible", a du plomb dans l'aile. Il est, de plus, illusoire. la situation a été aussi "sauvée", par la mauvaise tenue de l'hydroélectricité, avec - 6.5 TWh.

Les exportations se portent toujours très bien, avec 20 TWh pour les 9 premiers mois.

En France,l'écrasement du fossile par le couple renouvelable/nucléaire se poursuit.

Pour ce qui est du nucléaire, dire que le taux de charge atteint 81 %, ou 75 % en France, est totalement ridicule. Le taux de charge est significatif seulement s'il y a des clients en Face. Il est clair qu'un parc nucléaire qui peut produire 63 GW est surdimensionné les 3/4 du temps; sinon plus.

Il faut aussi rappeler un autre axiome, c'est que, fondamentalement, on ne sait pas quoi foutre du charbon désormais, à part en fabriquer de l'électricité. C'est son usage quasi exclusif, à 90 %. C'est aussi largement le cas du gaz, mais pour 1/3 seulement.

Donc, les énergies fossiles sont encore abondante, et on n'assure l'équilibre du marché, que par des gaspillages.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 03:55

Est mort. Paf, un Krach d'avion. Perdu dans les brumes de la vodka et de la restructuration des aéroports. Les deux contrôleurs n'étaient plus qu'un. Et le un était un stagiaire. C'est bien connu, les stagiaires et les intérimaires sont responsables de tout.

Moralité : on va modifier tous les contrats de travail, pour qu'il n'y ait plus que des intérimaires, et que personne ne puisse dire "c'est la faute de l'intérimaire". Lequel sera aussi stagiaire.

Comme ça, il n'y aura plus de faute commise.

"Big Moustache", comme l'a qualifié Berruyer est bien trop sympathique. Big Moustache fait penser à la Grande vadrouille, mais là, c'est plutôt du côté d'autres moustachus célèbres du XX° siècle qu'il faut penser.

Lors de la réunion sur la transition énergétique, les deux boss réels de la France, Proglio et Margerie ont fait sentir qu'ils n'en avaient rien à battre, que leurs empires étaient éternels, comme eux.

Manque de bol, paf, une rencontre imprévue avec un chasse neige, et la Mercedes aérienne de not'bon moussu, l'a renvoyé à la ligne des pertes et profits et sa disparition a entraîné les pleurs des pom-pom girls médiatiques.

Les grands énergéticiens sont les pouvoirs réels, et ils ne sont pas indifférents aux formes de gouvernements. Celles qu'ils abhorrent, sont les démocraties réelles, et ils n'aiment que les dictatures. Les douces sont préférables, mais les raides sont acceptables.

D'ailleurs, le pouvoir ne paie pas d'impôts. Aussi, Total n'en paie pas. Total reçoit même des subsides. Le RSA des entreprises, quoi.

Not'bon moussu, donc, est mort. On n'a même pas crié "le roi est mort, vive le roi". Mais les dupont et dupond de l'énergie ne conçoivent même pas leur disparition, pas plus que les premiers ministres ne conçoivent que leurs aéroports tous neufs sont des nanards, et sans doute, l'idée de leur propre mort ne leur traverse même pas l'esprit.

En ce qui concerne les sanctions occidentales envers la Russie, le constat est le même ; comme pour le gaz, personne ne peut se passer du pétrole russe. Et toute sanction sera un retour de bâton, ou boomerang. Dans un marché tendu, avec un mou assez peu important, toute sanction "réussie", contre les pays producteurs entraînera une baisse de production, et une hausse des cours, qui permettra d'obtenir le même résultat, avec un effort moindre.

De plus, les pays occidentaux, désormais, perdent leur expertise et monopole du matériel. Lequel est largement chinois...

Il faut avoir les pieds sur terre. Comme l'histoire de "l'huile de caniveau" chinoise. Sa récup apporterait 650 litres par jour, dans l'immédiat, et 1.8 milliards de litres/an. Donc, pas loin du ridicule.

On ne s'oppose pas, même avec un ego surdimensionné et en étant PDG de Total et d'EDF, au changement technologique. L'investissement dans l'éolien est 5 fois celui réalisé dans l'atome, solaire et éolien ont cru de 403 GWe l'an dernier, l'atome a décru de 32 GWe, et sans doute, ces investissements ont bousculé aussi le pétrole, le gaz, et le charbon, expliquant, aussi, en partie la décrue des prix du pétrole.

Bref, le roi est mort, mais le roi est aussi mourrant...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 01:10

L'Arabie saoudite fait cavalier seul désormais et fait baisser les prix du pétrole, visiblement pour punir les deux ex-supergrand, de beaucoup de choses, de soutenir Assad, de ne pas vouloir le renverser, de l'Irak, de, de, etc...

Quelle vont donc être les conséquences de tout cela ?

Les russes vont vivre des heures difficiles, mais certainement pas plus que tout le monde. A l'heure actuelle, tout le monde a besoin, chez les producteurs, d'un prix élevé.

Mais les iraniens, par exemple se sont largement diversifiés, ils sont moins dépendants du gaz.

le pétrole de schiste US est cher. Il ne résistera pas longtemps, non plus à la baisse des cours.

Les pays consommateurs vont ils en tirer profit ? Peu, très peu. Leur vrai profit, c'est de baisser leur consommation.

L'Arabie saoudite, elle, ne peut non plus avoir longtemps des prix bas. Sa crise sociale est indéniable.

Et puis, en économie, il est souvent question de cliquets. Au bout d'un certain temps, ces cliquets deviennent des bases. il y a 15 ans, quand le baril était à 10 $, qui aurait imaginé qu'une organisation de l'économie "nécessite" un baril à un "minimum" de 80 $.

On n'aurait même pas imaginé cela possible...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans energie
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 01:07

Le mic mac continue. On veut faire voler des avions à l'huile de friture recyclée.

Le problème est simplement de savoir combien ? 1, 10 ou 100 ? c'est possible. Au delà, c'est très incertain. Mais il ne faudra pas craindre l'odeur de friture, et les plaintes de la poissonnerie Ordralfabétix.

Personne n'a trouvé une idée plus bête ???

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 23:23

Les zélites, qui confisquent tout ne s'aperçoivent, pas, finalement qu'ils détruisent le monde qui est leur coquille.

Leur cerveau malade ne s'aperçoivent pas que, comme disait Tibère, "le bon berger, tond son mouton, mais ne l'écorche pas".

D'abord, leur calcul est faux parce que tous n'ont pas fait leur choix, et le choix de s'inféoder à eux.

C'est clair dans les choix chinois, comme russes. S'ils y disposent d'une V° colonne, ils y disposent aussi de solides inimitiés qui ne font que se renforcer.

Aussi, une autre logique se met en place. Pourquoi les oligarques de tels ou tels pays se mettraient au service des oligarques occidentaux ? Le même marigot ne peut avoir qu'un crocodile.

En pleine crise Ebola, on peut se demander aussi quel secours serait d'être riche si le service de santé a été bradé, et qu'il n'est plus en mesure de faire face. Après, on peut imaginer prendre la fuite ? Mais pour où ??? Et, de plus les moyens de communications ne peuvent que périr s'ils ne sont pas rentables et suffisamment utilisés... D'abord par les pauvres.

La tactique servie, d'ailleurs, ressemble beaucoup à celle de l'empire romain ; le chaos dans certains endroits, l'ordre et la loi régnant ailleurs. Seulement, l'ordre et la loi, se réduisent géographiquement de jours en jours. Comme l'empire romain qui abandonna province après province, d'abord de manière lente, puis accélérée.

Actuellement, le tunnel du Mont Blanc a un trafic inférieur de 30 % à celui de 1998. Combien de temps restera t'il vache à lait ? De l'état dans le cas présent. Mais comme le CAC 40 n'est finalement, qu'un reflet de la consommation énergétique, les riches vont sans doute avoir des jours très pénibles et voir les zéros s'effacer de leurs ordinateurs.

L'épidémie de fièvre Ebola régresse dans les pays qui sont son centre, on y voit le nombre de nouveaux cas, divisés par deux. Les USA y ont envoyé 4 000 soldats, les cubains 165 personnels de santé. La croissance exponentielle n'est pas venue, elle sera là pour une prochaine fois et une prochaine épidémie.

Sans doute l'épidémie actuelle est elle en train d'être maîtrisée, avec peu de moyens, comme l'indique les nouveaux cas qui régressent partout, spécialement au Libéria, avec une division par deux du nombre de cas.

En réalité, l'épidémie d'Ebola est continue depuis 1994. Bien entendu, on ne parle que de cas "officiels". Sans doute, la réalité est bien pire, mais les frontières étatiques n'ont que peu été franchis, malgré le grand n'importe quoi qui règne en Afrique.

Pour pouvoir dominer une société, il faut que cette société, soit un minimum organisée. Sinon, les chefs de bande se poseront vite la question de savoir pourquoi ils partageraient. Ils n'auront pas fait d'études, mêmes bidon, mais sauront parfaitement fendre un crâne en deux.

La caboche d'un médecin, même bac + 12, sera toujours moins résistante que la balle de kalach servie par un moujik illettré.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 00:24

Les prix du pétrole se portent mal, posant une nouvelle donne du problème.

Le problème, quel est il ?

Globalement, le pic pétrolier est atteint pour le "tout liquide". Il reste encore des réserves importantes, mais pas pour l'utilisation actuelle.

En effet, pétrole de schiste et de bitume, pétrole extrêmes, marins ou très profonds (ou les deux), sont d'un TRE (taux de retour énergétique), très médiocre.

En gros, ils consomment beaucoup de la production qu'ils obtiennent. Pour le pétrole de schiste, c'est sans doute un gouffre négatif.

Le cours du pétrole, pour ces gisements, est élevé.

Les pays exportateurs de pétrole souffrent de crise sociale. Ils ont aussi besoin d'un cours du pétrole élevé. S'il baisse trop, il n'y a plus d'éteignoirs.

A côté de cela, les consommations baissent. D'abord dans les pays OCDE. Puis désormais en Chine.
La Chine a vampirisé les économies occidentales, comme l'Allemagne. Mais l'Allemagne est un petit pays, la Chine est désormais la première puissance économique mondiale.

Elle ne peut plus tirer sa croissance de la croissance de ses exportations, comme l'Allemagne ne peut plus tirer ses excédents et sa croissance des déficits de ses voisins.

Dans ce contexte, l'extrémisme libéral des élites est mortifère. Dans la poudrière remplie, les crétins fument comme des pompiers.

Mais l'extrémisme est répandu. Les baltes et polonais, rêvent d'une menace russe qu'ils risquent bien, de ressusciter.

Les dirigeants saoudiens et les dirigeants qataris arrosent d'un bidon de pétrole un brasier syrien et irakien qui risquent bien des les rôtir.

Sans doute, la crise des prix du pétrole est provisoire : toujours la crise en "L L L". Des pas de l'économie et certains pays vont s'effondrer, jusqu'à ce qu'un palier soit atteint et que de ce palier, une certaine consolidation ait lieu, qui fasse remonter, un temps, les prix.

Mais l'équation entre un prix qui doit être haut, pour la production, et les besoins des pays producteurs, et des prix, qui doivent être bas pour les pays consommateurs, est insoluble.

Les prix du pétrole, trop hauts, tuent les tonus économique, mais la réanimation n'est que de courte durée, et de plus en plus courte.
Désormais, comme la puissance économique dominante est la Chine, c'est chez elle que tout va se passer. La crise, inéluctablement.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 00:44

Pour beaucoup de gens, je me souvient de la phrase de Richelieu, le Cardinal, à propos de favoris : "Homme de nul mérite, il est venu en une nuit, comme un potiron".

Noah, donc, annule ses concerts, because il n'a visiblement plus de fans.

On pouvait se demander fans de quoi, d'ailleurs. Le chanteur, le joueur de tennis, expatrié pour raisons fiscales, et donneur de leçons anti-FN.

Certains le disaient "victime du racisme", parce que métis. Le métissage n'en fait pas, automatiquement, une victime. D'ailleurs, il me semble que chaque personne, sur terre a un père et une mère, et donc, automatiquement, est métis.

En outre, faire l'outragé et le donneur de leçon quand le système vous a fait millionnaire, ça sonne profondément faux.

Le racisme le plus prégnant actuellement, c'est le racisme anti pauvre. Et le pire racisme, c'est le racisme anti pauvre blanc.

On peut, poliment, penser effectivement que l'indigence règne dans ses chansons. Indigence d'idées, et surtout d'idées neuves, mais prégnance de pensées politiquement correctes.

Après, la déliquescence de la société fait le reste. 1.6 millions vendus il y a 15 ans, 100 000 aujourd'hui, c'est encore beaucoup trop.

Beaucoup trop pour faire le petit perroquet, justement, du politiquement correct.

Mais, même le politiquement correct a ses limites. On voit un Valls visiblement agacé par Bruxelles, et agacé d'avoir à composer avec un président qui le plombe.

L'inconséquence d'une politique, et de ses chantres et baladins, apparaît dans l'effondrement économique. L'un entraîne et plombe l'autre.

"Personnalité préférée des français", nous disait on à une époque ? Pur produit médiatique, il n'y a aucune personnalité derrière. Seulement une affiche, désormais jaunie par le temps, et emportée par le vent.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 00:30

Le sang de la planète voit son cours baisser largement, voir s'effondrer. Enfin, c'est relatif, parce qu'il y a peu, un effondrement, c'était la baisse à 10 $ le baril.

Comme je l'avais dit, les producteurs craignent encore plus la baisse de la demande, le changement de comportement des consommateurs, que la fin du pétrole.

La fin du pétrole arrivera. Un jour. L'effondrement de la demande, ça peut être demain. L'un est à moyen-long terme, l'autre est à très court terme.

La soif de dividendes et acheter la paix sociale, c'est aujourd'hui.

On digresse sur les sanctions contre la Russie. Paradoxalement, dans le contexte actuel, les sanctions peuvent aider, en stressant les cours.

Le pétrole devient rare, et de plus en plus cher à exploiter, mais si les clients sont nombreux, leurs moyens, eux, trépassent.

Il est clair que dans ma campagne, ceux qui voulaient pas se fatiguer avec le bois en 2000 et préféraient le fioul, font massivement appel au bois, deux fois moins cher.

L'investissement dans des grosses et petites structures est important, mais là aussi, on atteindra les limites, très vite. En effet, la ressource bois a pu se reconstituer parce que le fossile a permis de ne pas y faire appel.

Mais là aussi, rien ne remplace l'énergie qu'on ne remplace pas...

Là aussi, les investissements sont judicieux, POUR l'instant. Mais il est aussi clair que les grosses structures dépendent aussi étroitement d'un certain paramétrage économique.

Plus la structure est grosse, plus elle est fragile...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 00:05

Mickey, pour gagner son fromage, avait promis monts et merveilles, si seulement on voulait lui faire un pont d'or social dans son mini-état, en dehors de l'état.

2 décennies plus tard, on peut voir que cet investissement est, lui aussi, un éléphant blanc. Sa fréquentation diminue, ses pertes se creusent, et sa dette apparaît comme quasi éternelle.

Dette de 1.7 milliards, pertes de 110-120 millions, au lieu de 78 millions un an plus tôt; le résultat n'est pas fameux. Il est même franchement décevant.

La fréquentation suit la courbe de la croissance économique. 16 millions de personnes, puis 14.9 puis 14.2...

On ne sautait être plus clair : on colle à l'ambiance économique ambiante, mais ce genre de dinosaures est trop important pour s'adapter.

Lui aussi était adapté à une classe moyenne importante et un pétrole abondant et bon marché. Pas au monde actuel.

Cette construction a été, comme celle des aéroports, inutile et jamais rentable.

Les autres parcs s'en tirent bien, preuve qu'ils peuvent vivre, mais ils n'ont pas la même taille. Pas la taille américaine.

Bien entendu, les investissements publics ont été conséquents.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 19:19

Il n'y a pas à dire, certains se démènent pour que la goutte d'eau mette le feu aux poudres.

Réduire le congé parental, c'est lumineux :

- 400 000 chômeurs supplémentaires,

- 2 milliards de déficit supplémentaires, contre 700 millions "d'économies" attendus,

- 10 points en moins pour les côtes de popularité de Valls et Hollande.

Pour être un coup de maître, c'est un coup de maître...

En réalité, désormais, le congé parental est, de fait, réservé aux couples travaillant dans la fonction publique. Parce que le parent qui s'arrêtait, c'était celui qui avait la situation économique la plus fragile, la moins intéressante.
En gros, le congé parental avait été ravageur pour les emplois de chez carrouf, nocasi, l'éclair, etc...

Comme ça, les personnes bénéficiant d'un emploi de merde, pourront largement continuer à s'y emmerder les doigts.

Mais, ne demandons pas à un premier ministre/président/ministre du budget, la moindre once d'intelligence. Et d'appréhender de quelque manière que ce soit la conséquence de ses actes.

Comme pour certains aéroports. On nous dit que 17 (sur 108), seulement, sont rentables. En réalité, c'est déjà une manière biaisée. Il y a beaucoup plus d'aéroports en France que ça, et beaucoup moins de rentables, à moins, bien sûr de compter "après subventions".

Il existe, en effet, 475 aéroports en France, et 862 pistes d'hélicoptères. Si on n'en avait plus qu'une centaine, un grand pas serait déjà fait...

Là aussi, aucune anticipation, aucun calcul rationnel... Seulement la bêtise en barre, à tous les étages...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog