Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 00:11

Fin 2013, les capacités éoliennes atteignaient 34 250 MW en Allemagne et 22 959 en Espagne.

En France, fin 2014, c'était 9000 MW.
La bonne nouvelle, c'est que ça progresse, la mauvaise, c'est qu'on est loin des 25 000 MW annoncés pour le grenelle de l'environnement pour 2020.
La raison en est le nucléaire, qui demande encore un peu de temps à monsieur le bourreau. Le bourreau du changement technologique, qui lui met la tête sur le billot.
Comme je l'ai dit récemment, le meilleur ami d'Elon Musk et de TESLA (+ japonais et chinois), c'est EDF.

Parce qu'ils vont augmenter fortement les tarifs, et que le couple photovoltaïque + batteries va baisser, et que la consommation, suite au délire de Jean-Bernard Lévy, va baisser.

D'autant que, si EDF et le complexe militaro-industriel-nucléaire a pu, un temps, ralentir le mouvement, il ne peut pas l'arrêter.
Et il ne l'arrêtera surtout pas à l'étranger.

Il est facile de susciter des "militants", anti-éoliens, peu nombreux, mais actifs, et ne manquant visiblement pas de moyens, et facile aussi de trouver des gens qui dénoncent le caractère "dangereux", du vent. Mais, toutes les énergies sont dangereuses. Le bois est dangereux, le charbon, le lignite aussi, le pétrole se défend pas mal, comme le gaz, en matière de dangerosité. Mais, le ponpon revient au nucléaire.

Moi, à la place des "riverains", contestataires, je demanderais la suppression aussi des routes. C'est fou ce qu'on s'y tue aussi. Et puis, la suppression des lignes électriques, aussi. C'est dangereux ces bêtes là. Et puis la suppression des voisins, engeance redoutable s'il en est.

Quand à la maturité des énergies renouvelables, ne vous en inquiétez pas. Si en France, on fait en sorte qu'elles ne le deviennent pas, c'est toujours pareille, elles le deviendront à l'étranger...

Enfin, dernière chose à signaler. Il parait que les industriels adeptes des énergies renouvelables ne cherchent qu'à se gaver. Bon, peut-être. Mais où est la différence avec les autres, qui ne sont pas, eux non plus, des philantropes et amis de l'humanité n'aspirant qu'à la canonisation, et qui aiment bien, eux aussi, croquer de la subvention, et des rentes de situation...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 23:46

La chute de la consommation de charbon en Chine, a atteint 8 % sur les 4 premiers mois 2015, par rapport aux mêmes mois 2014.

L'année 2014 avait elle même vue une baisse sensible de la consommation (- 1.28 %).

C'est donc un changement technologique majeur qui est en cours.

1 % de chute, sur une consommation qui atteint 3500 millions de tonnes, ça fait du bruit, et à l'échelle mondiale.

8 % sur 3500 millions de tonnes, cela représente plus de 200 millions de tonnes. De quoi couler des pans entiers de l'industrie charbonnière.

Comme ce genre de marchés fonctionnent à la quantité marginale, on peut penser que la position allemande est la bonne (sauver le secteur d'un effondrement trop rapide).

L'effondrement de la consommation énergétique européenne (- 9,1 % de 2006 à 2013) est tout aussi significative, à 1666 millions de TEP.

Fait aggravant, la part des énergies renouvelables est en progression dans la totalité des pays de l'Union européenne.

Elle est passée de 9.2 à 15 % du total, en seulement 8 ans. Et sans doute, la cadence augmentera t'elle fortement...

Donc, en Chine comme en Europe, il n'y aura pas de stabilité et de "business as usual" dans le domaine de l'énergie. Le sol sous les pieds des énergéticiens vient, tout bonnement, de se liquéfier...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 02:13

"Heu ... 10 000 euros, ça en paie des années d'abonnement et de consommation d'électricité. Et ses propres panneaux, combien en faut-il, on les met où ? et les règles d'urbanisme ? Et les batteries murales de Tesla, des modèles lithium du type de celles qui explosent, brûlent ou intoxiquent dans les Boeing ?".

Chaque année, il y a des voitures qui brûlent, des fours qui explosent, et de manière générale, toute construction humaine est susceptible de dysfonctionner. Ou d'avoir un accident.

12 000 euros pour les panneaux, et 3000 pour une batterie, ça fait du 15 000 euros. ça donne un ordre de grandeur. Et un rendement financier pas négligeable.
Pour ce qui est du rendement, en 2020, quand le prix aura baissé de moitié, et que celui du KWh aura été multiplié par deux, on ne se posera même plus la question.

A l'échelle des siècles, tout est un éternel rebâti. Les cités de Troie, qui s'empilent les unes sur les autres se retrouvent sur tous les sites urbains anciens.

Les panneaux, ça se met sur les toits, les miens (thermiques), ne me dérangent pas trop, et même pas du tout, et ceux que j'installais il y a 25 ans, pour le compte d'EDF (photovoltaïque), étaient, pour cette firme, rentables. En effet, toujours moins chères que les lignes électriques, fort coûteuses, qu'elles évitaient.

Autre rappel, une très vieille loi économique, dénotée par la dispute entre Jean Bodin et Jean de Malestroit, au XVi°siècle, et qui déboucha sur la création des sciences économiques : les prix des produits baissent, sur longue période, quand la production se généralise et s'affine.

"Climat : « Le 100 % renouvelable en France est possible et s’imposera »". Bien sûr, c'est très facile de dire, pour NS qu'Elon Musk est un pauvre, un pauvre quoi, déjà ? Beaucoup pensent la même chose de NS. Je n'apprendrais rien à personne.

Dois je rappeler qu'au XVIII° siècle, les prototypes de machines anglaises sont restées des prototypes pendant 50 ans, jouets coûteux de gosses riches.

Pour l'énergie solaire, l'AIE s'est trompée, en 2006 d'un facteur 20.

Qu'on me dise maintenant que ce n'est pas encore assez rentable, d'accord. Mais le coup de l'accident, c'est croquignol. En effet, il ne faut donc plus prendre le moindre transport, risque exagéré.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 23:12

Ecrit un journaliste dans la presse-pravda... Et la pub d'EDF ? Vous savez, celle qui est distillée, pour... pour... Pour vous dire qu'on vous doit plus que la lumière. Mais pas la transparence. Mais s'adresse essentiellement au média : fermez votre gueule, sinon, plus de budget pub.

Le journaliste n'a pas eu à enquêter beaucoup. Partout dans le monde, c'est la déroute du nucléaire et la rupture technologique majeure qui s'annonce, en phase d'industrialisation rapide. TESLA croule sous les commandes.

Après TESLA et son compère PANASONIC, ce sont les chinois qui annoncent leurs propres batteries. Et le prix du solaire photovoltaïque continue de s'effondrer à grande allure.

AREVA s'effondre économiquement, va se retrouver en entreprise-croupion, et EDF s'érode. Avant, elle aussi de s'effondrer.

"l’ensemble du lobby nucléaire se sont accrochés à leur utopie nucléaire. La transition énergétique et le développement des énergies renouvelables sont des slogans vides de sens en France."

Vide de sens en France, oui, mais la France n'est pas isolée du monde. AREVA voulait se développer. Où ? Il n'y a plus de marché extérieur. EDF voudra vendre ? Quand les panneaux et la batterie vaudront 10 000 euros, il n'y aura même plus d'acheteurs sur le territoire national.

Le plus intéressant, finalement, n'est pas dans ce que dit le journaliste. Mais dans le fait qu'il le dise. Cela veut dire l'affaissement aussi du lobby. On ne rit, ni ne médit jamais du vrai pouvoir. Du moins à un certain niveau.

Là, la voix du nucléaire a perdu, visiblement, beaucoup de son importance. Léché, lâché, lynché.

Visiblement, on en est à la deuxième phase, et avec l'incident redécouvert, de Saint Laurent des Eaux, on risque de passer à la phase "lynché", en un tour de main.

Le nucléaire a été, pour la France, une catastrophe économique intégrale...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 23:30

De la coalition gouvernementale...

C'est comme ça qu'il faut lire la "victoire" de Cameron. La Grande Bretagne était gouvernée par une coalition, Conservateurs + libéraux Démocrates.

En 2010, les conservateurs avaient eu 36.1 % des voix, et les libéraux démocrates 23 %. Le total frôlait donc les 60 %. En sièges , c'était 306 + 57 = 363.

En 2015, les conservateurs ont eu 36.9 % (quelle percée !), et les libéraux démocrates ont fait 7.8 %. En sièges les mêmes ont donc fait 331 + 8 = 331 parce que les conservateurs n'ont plus besoins des libéraux démocrates à qui on réserve le sort du torche-cul : à jeter après usage. Et sans doute, n'ont ils guère envie de continuer le pacte de gouvernement.

Donc, l'assise populaire du gouvernement est passée de 59.1 à 36.9.

Pour ce qui est de l'opposition, il faut parler de l'Ecosse, qui votait, d'habitude SNP au local et travailliste au national. Ici, finie la distinction, grâce à une campagne référendaire habile, le Labour est ici complétement discrédité, et le SNP est passé de 6 élus en Ecosse à 56, les 3 restants étant un conservateur, un travailliste et un lib-dem. C'est un raz-de-marée. + 50 sièges. Cela ressemble aux résultats des premières élections libres en Pologne, à la fin de l'ère Jaruzelsky.

Pour le reste, on assiste à une forte poussée UKIP, qui gagne 9.5 points à 12.6, le scrutin lui étant, là aussi, moins favorable, il a été victime, par rapport au scrutin européen d'un "vote utile". Ils ont, 1 élus, contre zéro.

Les travaillistes, eux, paradoxalement, ne se sont pas trop mal comportés, hors Ecosse. S'il passe de 258 à 232, il gagne quelques pourcentages. de 29 % à 30.5 %. Donc, on assiste, quand même, à une poussée travailliste, même modeste, en Angleterre même.

L'Irlande vote selon des codes irlandais, avec une très grande stabilité. Sur 18 députés, 8 sont unionistes du DUP (inchangé), 4 sont du Sinn Fein (- 1), le SDLP 3 (inchangé), l'UUP, unioniste en obtient 2 (+2), l'Alliance, unioniste non confessionnel, en perd 1.

Au Pays de Galles, qui compte 40 élus, le parti autonomiste Plaid Cimru obtient 3 voix, inchangé, et ressemble à l'Ecosse d'il y a 5 ans. En majorité des élus travaillistes (25), contre 1 lib-dem et 11 conservateurs.

Moralité : le gouvernement a nettement perdu les élections, en voix, mais les a gagné, en sièges. Son soutien populaire s'érode, et il n'y a plus de parti communiste lib-dem à vampiriser. Il a, sans aucun doute, bénéficié d'un "vote utile", aux dépens, justement des lib-dem.

Curieux journalistes sans culture et sans mémoire. Un gouvernement qui perd presque 40 % de sa base électorale, c'est pour eux une "victoire", éclatante, comme celle jadis de l'Angela. Mais, cette victoire est obtenue, au dépens d'un membre de la coalition, le plus récent, le moins structuré, le plus fragile.

La crise de la démocratie y est évidente, sans atteindre le degré allemand, ou la fusion SPD/CDU/CSU, est en bonne voie.

Il est évident que le télescopage entre le gouvernement londonien et les écossais, va être dantesque. l'un parce qu'il a la majorité absolue, l'autre parce qu'il va pouvoir se radicaliser à son aise. Et dans la lutte, le Pays de Galles sera sans doute entraîné. Après tout, pourquoi refuser à l'un, ce que l'on accorde à l'autre ? Sur le long terme, la situation risque de se compliquer. En effet, pour le moment, il y a une majorité. Mais imagine t'on des arbitres écossais entre une opposition et le gouvernement, provoquant chutes de ministères et crises, comme ce fut le cas quand les nationalistes irlandais emportèrent 73 des 100 sièges qui étaient attribués à l'Irlande. Dans ce cas là, les 59 élus écossais, et les 40 gallois, s'ils basculent (c'est déjà fait en Ecosse), risquent de voir les anglais les envoyer au diable, et leur donner leur indépendance...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 01:16

Robin des bois a fait paraitre son "à la casse", numéro 39. 20 navires sont partis à la casse chaque semaine en ce premier trimestre 2015.

257 navires au total, soit un millier par an. C'est sans doute la reprise hollandaise promise.

On reste donc à une belle vitesse de croisière qui n'indique pas du tout une "sortie de crise". Au contraire, la crise perdure et s'approfondit.

Mais notre cher François, ressemble aux autres. Il ne renoncera jamais à l'idéologie. Dût il tous nous exterminer ? Comme les britanniques exterminèrent les irlandais lors de la grande famine ?

Un million de morts plutôt que de changer son fusil d'épaule...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans transport maritime
commenter cet article
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 00:58

"Envoyé Spécial" vient donc de frapper fort. Ils ont ENFIN, parlé des aéroports...

17 rentables, sur 160.

Enfin, quand on voit certains "qui fonctionnent", c'est à grands coups de subventions, et souvent avec l'argument : fermé, il couterait aussi cher qu'en fonctionnement.

Et récupérer bâtiments et espaces au lieu de bâtir, sans cesse et toujours plus des zones industrielles, commerciales ou artisanales ?

Visiblement, les hommes politiques locaux attendent le miracle. Celui qui transformera des régions vides de 2 millions d'habitants en fourmilière grouillante de 15.

Comme on le voit, c'est tout à fait réaliste.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans transport aérien
commenter cet article
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 00:39

Les gouvernants considèrent désormais leur population comme une nuisance, des gueux à parquer ou à exterminer s'ils remuent.

Le seul problème, comme on dit vulgairement, c'est qu'en cas d'effondrement économique, l'armée ou la police n'est pas épargnée non plus et que ceux qui restent, ce sont les bloods et les crips.

Parce que, paradoxalement, ils ont d'autres valeurs. Des valeurs moyenâgeuses. Les rois de la drogue, sont, paradoxalement, ceux qui ont d'autres valeurs que celles de la monnaie.

«L’armée doit se préparer, selon le document, à une »violente dislocation stratégique à l’intérieur même des États-Unis », qui pourrait être provoquée par »un effondrement économique imprévu », »une résistance intérieure délibérée ».

J'adore le terme "imprévu". Si on le met noir sur blanc, c'est qu'il n'est pas du tout imprévu. Il est possible, souhaitable, inéluctable.

Le racisme n'est pas en question, ce qui est en question ici, c'est le racisme réel et non fantasmé, le racisme indéracinable, le social.

Les gens qui n'ont pas de problèmes économiques sérieux, les fonctionnaires, tuent les précaires.

C'est, paradoxalement, la dictature militaire, et policière, qui risque de provoquer, à terme, l'effondrement. Aucune dictature, en état de faiblesse économique, ne peut se maintenir, contre son peuple.

Les dictatures qui se maintiennent, sont, au contraire, celles qui obtiennent les succès économiques, comme celle de Franco, en Espagne. Les espagnols étaient plus occupés à acheter leur logement, leur bagnole, et travailler qu'à défier la dictature, qui les laissaient vivre, s'ils se tenaient tranquilles.

Quand à la "résistance intérieure délibérée", l'action des autorités ne lui a pas laissé le choix. Automatiquement, elle a été crée. Le bétail parqué ici et là, ça fait des rebelles. Et les pauvres qui n'ont rien à foutre, et rien à perdre, ça fait aussi des rebelles.

Quand à faucher aux israëliens les techniques d'écrasement, il faudrait encore qu'elles fonctionnent, ce qu'elles font mal, car elles doivent sans cesse se perpétuer.

Comme disait Louis XI, la négociation coûte moins cher avant la guerre qu'après, et la paix coûte toujours moins cher que la guerre.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 00:56

Visiblement, TESLA met les pieds dans le plat. On peut le dire, TESLA est en train de rendre obsolète, la totalité de l'économie mondiale, basée sur un réseau électrique tentaculaire, et de plus en plus développé.

C'est cela une rupture technologique majeure. Le coût -actuel- n'est dans l'absolu, même pas très élevé (3500 $ soi 3100 euros), et est donc appelé à baisser encore plus. Bien entendu, il y a les panneaux solaires, mais à l'avenir, eux aussi devraient voir baisser leur prix, comme ceux des onduleurs.

Donc, la totalité des entreprises cotées en bourse, ont du plomb dans l'aile, et ne pourront plus, cette fois, comme en 1974, contrarier l'évolution, parce que les prix seront déjà, trop élevés.

Solaire au sud. Solaire-éolien plus au nord, il n'y a aucun problème. Les grands systèmes, si cette technologie perce, seront vite démodés. On pourra récupérer du métal. Quitte à assurer le surplus localement par quelques éoliennes, et le bridage de la consommation. Et on évitera le coût colossal des infrastructures.

On peut même y voir une rupture politique. La centralisation n'est plus nécessaire. Elle n'est vitale qu'au niveau départemental, sauf, sans doute, au niveau des grandes métropoles. Quand à ce que celles-ci deviennent elles mêmes autonomes, je n'y crois guère. Il faut trop de temps pour qu'elles se renouvellent. Des immeubles, modernes y côtoierons des immeubles anciens, ou du moins, pas amendables économiquement parlant.

Surtout, que, visiblement, TESLA va appliquer des solutions "américaines", la production en grand, et à très grande échelle. On risque de changer, encore plus vite que prévu.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 00:06

On se plaint.
On geint.

On n'a pas été "pris en charge".
Alors qu'on part les doigts dans le nez, pour un pays sous développé, et on attend le même niveau de protection que chez soi.
Et si on n'a pas, on se demande : "Que fait le gouvernement ? (ou l'ambassade ?)".

On veut jouer le globe trotter, sans aucun des inconvénients qui caractérise le profil. S'il y a une avalanche, on s'indigne d'attendre l'hélicoptère.
En réalité, devant un tel drame au Népal, les autorités ne pouvaient qu'être dépassées, et les structures amenant les secours, vite engorgées.
Et puis en parlant crument, entre secourir des milliers de personnes, et des centaines, ou des dizaines, quand les moyens manquent, les dites autorités ont du faire des choix, dans l'urgence.

Dans ce contexte là, une ambassade perdue dans ce pays, ne pouvait faire grand chose, étant elle même menacée, ou submergée de demandes. Et puis, une ambassade, ce n'est ni un stock de tentes, de nourriture ou d'eau. L'aurait elle été, elle aurait vite été pillée.

Comme les passagers du Costa Allegra, il y a trois ans, ils veulent bien "excursionner", mais avec tout le confort.

Petit rappel du Costa Allegra : un incendie eut lieu, et le bâtiment vécue trois jours sans électricité, sans toilettes et sans nourriture chaude pendant trois jours. En général, les clients étaient des personnes âgées.
Et puis là, ils découvrirent l'infernale vérité ; ils étaient loin.

Un article de journal parle "d'odyssée" pour le Costa Allegra. On en est aussi très loin, et l'accident, plutôt bénin. Et oui, des machines, ça peut arriver à tomber en panne.

On est plutôt dans les deux cas, dans le cas de gamins aisés, même s'ils ont 80 ans, en mentalité d'assistés complets, même si dans leur pays d'origine, ils les critiquent, voulant tout, "pisque" ils ont payé.

Hélas, la nature ne connait pas les gens d'un certain rang. Quand la terre tremble, elle tremble pour tout le monde, comme le tsunami est pour tout le monde, comme les tempêtes.

Encore, eux, seront ils évacués très vite, et leur "cauchemar", de très courte durée.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Actualités
commenter cet article