16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 23:23

Les zélites, qui confisquent tout ne s'aperçoivent, pas, finalement qu'ils détruisent le monde qui est leur coquille.

Leur cerveau malade ne s'aperçoivent pas que, comme disait Tibère, "le bon berger, tond son mouton, mais ne l'écorche pas".

D'abord, leur calcul est faux parce que tous n'ont pas fait leur choix, et le choix de s'inféoder à eux.

C'est clair dans les choix chinois, comme russes. S'ils y disposent d'une V° colonne, ils y disposent aussi de solides inimitiés qui ne font que se renforcer.

Aussi, une autre logique se met en place. Pourquoi les oligarques de tels ou tels pays se mettraient au service des oligarques occidentaux ? Le même marigot ne peut avoir qu'un crocodile.

En pleine crise Ebola, on peut se demander aussi quel secours serait d'être riche si le service de santé a été bradé, et qu'il n'est plus en mesure de faire face. Après, on peut imaginer prendre la fuite ? Mais pour où ??? Et, de plus les moyens de communications ne peuvent que périr s'ils ne sont pas rentables et suffisamment utilisés... D'abord par les pauvres.

La tactique servie, d'ailleurs, ressemble beaucoup à celle de l'empire romain ; le chaos dans certains endroits, l'ordre et la loi régnant ailleurs. Seulement, l'ordre et la loi, se réduisent géographiquement de jours en jours. Comme l'empire romain qui abandonna province après province, d'abord de manière lente, puis accélérée.

Actuellement, le tunnel du Mont Blanc a un trafic inférieur de 30 % à celui de 1998. Combien de temps restera t'il vache à lait ? De l'état dans le cas présent. Mais comme le CAC 40 n'est finalement, qu'un reflet de la consommation énergétique, les riches vont sans doute avoir des jours très pénibles et voir les zéros s'effacer de leurs ordinateurs.

L'épidémie de fièvre Ebola régresse dans les pays qui sont son centre, on y voit le nombre de nouveaux cas, divisés par deux. Les USA y ont envoyé 4 000 soldats, les cubains 165 personnels de santé. La croissance exponentielle n'est pas venue, elle sera là pour une prochaine fois et une prochaine épidémie.

Sans doute l'épidémie actuelle est elle en train d'être maîtrisée, avec peu de moyens, comme l'indique les nouveaux cas qui régressent partout, spécialement au Libéria, avec une division par deux du nombre de cas.

En réalité, l'épidémie d'Ebola est continue depuis 1994. Bien entendu, on ne parle que de cas "officiels". Sans doute, la réalité est bien pire, mais les frontières étatiques n'ont que peu été franchis, malgré le grand n'importe quoi qui règne en Afrique.

Pour pouvoir dominer une société, il faut que cette société, soit un minimum organisée. Sinon, les chefs de bande se poseront vite la question de savoir pourquoi ils partageraient. Ils n'auront pas fait d'études, mêmes bidon, mais sauront parfaitement fendre un crâne en deux.

La caboche d'un médecin, même bac + 12, sera toujours moins résistante que la balle de kalach servie par un moujik illettré.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 00:24

Les prix du pétrole se portent mal, posant une nouvelle donne du problème.

Le problème, quel est il ?

Globalement, le pic pétrolier est atteint pour le "tout liquide". Il reste encore des réserves importantes, mais pas pour l'utilisation actuelle.

En effet, pétrole de schiste et de bitume, pétrole extrêmes, marins ou très profonds (ou les deux), sont d'un TRE (taux de retour énergétique), très médiocre.

En gros, ils consomment beaucoup de la production qu'ils obtiennent. Pour le pétrole de schiste, c'est sans doute un gouffre négatif.

Le cours du pétrole, pour ces gisements, est élevé.

Les pays exportateurs de pétrole souffrent de crise sociale. Ils ont aussi besoin d'un cours du pétrole élevé. S'il baisse trop, il n'y a plus d'éteignoirs.

A côté de cela, les consommations baissent. D'abord dans les pays OCDE. Puis désormais en Chine.
La Chine a vampirisé les économies occidentales, comme l'Allemagne. Mais l'Allemagne est un petit pays, la Chine est désormais la première puissance économique mondiale.

Elle ne peut plus tirer sa croissance de la croissance de ses exportations, comme l'Allemagne ne peut plus tirer ses excédents et sa croissance des déficits de ses voisins.

Dans ce contexte, l'extrémisme libéral des élites est mortifère. Dans la poudrière remplie, les crétins fument comme des pompiers.

Mais l'extrémisme est répandu. Les baltes et polonais, rêvent d'une menace russe qu'ils risquent bien, de ressusciter.

Les dirigeants saoudiens et les dirigeants qataris arrosent d'un bidon de pétrole un brasier syrien et irakien qui risquent bien des les rôtir.

Sans doute, la crise des prix du pétrole est provisoire : toujours la crise en "L L L". Des pas de l'économie et certains pays vont s'effondrer, jusqu'à ce qu'un palier soit atteint et que de ce palier, une certaine consolidation ait lieu, qui fasse remonter, un temps, les prix.

Mais l'équation entre un prix qui doit être haut, pour la production, et les besoins des pays producteurs, et des prix, qui doivent être bas pour les pays consommateurs, est insoluble.

Les prix du pétrole, trop hauts, tuent les tonus économique, mais la réanimation n'est que de courte durée, et de plus en plus courte.
Désormais, comme la puissance économique dominante est la Chine, c'est chez elle que tout va se passer. La crise, inéluctablement.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 00:44

Pour beaucoup de gens, je me souvient de la phrase de Richelieu, le Cardinal, à propos de favoris : "Homme de nul mérite, il est venu en une nuit, comme un potiron".

Noah, donc, annule ses concerts, because il n'a visiblement plus de fans.

On pouvait se demander fans de quoi, d'ailleurs. Le chanteur, le joueur de tennis, expatrié pour raisons fiscales, et donneur de leçons anti-FN.

Certains le disaient "victime du racisme", parce que métis. Le métissage n'en fait pas, automatiquement, une victime. D'ailleurs, il me semble que chaque personne, sur terre a un père et une mère, et donc, automatiquement, est métis.

En outre, faire l'outragé et le donneur de leçon quand le système vous a fait millionnaire, ça sonne profondément faux.

Le racisme le plus prégnant actuellement, c'est le racisme anti pauvre. Et le pire racisme, c'est le racisme anti pauvre blanc.

On peut, poliment, penser effectivement que l'indigence règne dans ses chansons. Indigence d'idées, et surtout d'idées neuves, mais prégnance de pensées politiquement correctes.

Après, la déliquescence de la société fait le reste. 1.6 millions vendus il y a 15 ans, 100 000 aujourd'hui, c'est encore beaucoup trop.

Beaucoup trop pour faire le petit perroquet, justement, du politiquement correct.

Mais, même le politiquement correct a ses limites. On voit un Valls visiblement agacé par Bruxelles, et agacé d'avoir à composer avec un président qui le plombe.

L'inconséquence d'une politique, et de ses chantres et baladins, apparaît dans l'effondrement économique. L'un entraîne et plombe l'autre.

"Personnalité préférée des français", nous disait on à une époque ? Pur produit médiatique, il n'y a aucune personnalité derrière. Seulement une affiche, désormais jaunie par le temps, et emportée par le vent.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 00:30

Le sang de la planète voit son cours baisser largement, voir s'effondrer. Enfin, c'est relatif, parce qu'il y a peu, un effondrement, c'était la baisse à 10 $ le baril.

Comme je l'avais dit, les producteurs craignent encore plus la baisse de la demande, le changement de comportement des consommateurs, que la fin du pétrole.

La fin du pétrole arrivera. Un jour. L'effondrement de la demande, ça peut être demain. L'un est à moyen-long terme, l'autre est à très court terme.

La soif de dividendes et acheter la paix sociale, c'est aujourd'hui.

On digresse sur les sanctions contre la Russie. Paradoxalement, dans le contexte actuel, les sanctions peuvent aider, en stressant les cours.

Le pétrole devient rare, et de plus en plus cher à exploiter, mais si les clients sont nombreux, leurs moyens, eux, trépassent.

Il est clair que dans ma campagne, ceux qui voulaient pas se fatiguer avec le bois en 2000 et préféraient le fioul, font massivement appel au bois, deux fois moins cher.

L'investissement dans des grosses et petites structures est important, mais là aussi, on atteindra les limites, très vite. En effet, la ressource bois a pu se reconstituer parce que le fossile a permis de ne pas y faire appel.

Mais là aussi, rien ne remplace l'énergie qu'on ne remplace pas...

Là aussi, les investissements sont judicieux, POUR l'instant. Mais il est aussi clair que les grosses structures dépendent aussi étroitement d'un certain paramétrage économique.

Plus la structure est grosse, plus elle est fragile...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 00:05

Mickey, pour gagner son fromage, avait promis monts et merveilles, si seulement on voulait lui faire un pont d'or social dans son mini-état, en dehors de l'état.

2 décennies plus tard, on peut voir que cet investissement est, lui aussi, un éléphant blanc. Sa fréquentation diminue, ses pertes se creusent, et sa dette apparaît comme quasi éternelle.

Dette de 1.7 milliards, pertes de 110-120 millions, au lieu de 78 millions un an plus tôt; le résultat n'est pas fameux. Il est même franchement décevant.

La fréquentation suit la courbe de la croissance économique. 16 millions de personnes, puis 14.9 puis 14.2...

On ne sautait être plus clair : on colle à l'ambiance économique ambiante, mais ce genre de dinosaures est trop important pour s'adapter.

Lui aussi était adapté à une classe moyenne importante et un pétrole abondant et bon marché. Pas au monde actuel.

Cette construction a été, comme celle des aéroports, inutile et jamais rentable.

Les autres parcs s'en tirent bien, preuve qu'ils peuvent vivre, mais ils n'ont pas la même taille. Pas la taille américaine.

Bien entendu, les investissements publics ont été conséquents.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 19:19

Il n'y a pas à dire, certains se démènent pour que la goutte d'eau mette le feu aux poudres.

Réduire le congé parental, c'est lumineux :

- 400 000 chômeurs supplémentaires,

- 2 milliards de déficit supplémentaires, contre 700 millions "d'économies" attendus,

- 10 points en moins pour les côtes de popularité de Valls et Hollande.

Pour être un coup de maître, c'est un coup de maître...

En réalité, désormais, le congé parental est, de fait, réservé aux couples travaillant dans la fonction publique. Parce que le parent qui s'arrêtait, c'était celui qui avait la situation économique la plus fragile, la moins intéressante.
En gros, le congé parental avait été ravageur pour les emplois de chez carrouf, nocasi, l'éclair, etc...

Comme ça, les personnes bénéficiant d'un emploi de merde, pourront largement continuer à s'y emmerder les doigts.

Mais, ne demandons pas à un premier ministre/président/ministre du budget, la moindre once d'intelligence. Et d'appréhender de quelque manière que ce soit la conséquence de ses actes.

Comme pour certains aéroports. On nous dit que 17 (sur 108), seulement, sont rentables. En réalité, c'est déjà une manière biaisée. Il y a beaucoup plus d'aéroports en France que ça, et beaucoup moins de rentables, à moins, bien sûr de compter "après subventions".

Il existe, en effet, 475 aéroports en France, et 862 pistes d'hélicoptères. Si on n'en avait plus qu'une centaine, un grand pas serait déjà fait...

Là aussi, aucune anticipation, aucun calcul rationnel... Seulement la bêtise en barre, à tous les étages...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 00:42

Une période se clôt. La famille Rockfeller, irrémédiablement liée au pétrole depuis quasiment 1859, va abandonner, progressivement celui-ci.
Le premier Rockfeller s'y était investi. Il avait crée la Standard Oil, trustant quasiment au niveau national et mondial, avant d'être obligé de fractionner sa société.
Mais le pétrole, sa recherche, sa découverte, ne l'intéressait pas.

Lui ne s'intéressait qu'à une chose : en prendre le contrôle, totalement.

La production, il préférait la laisser aux têtes brûlées. Lui le transportait, le raffinait, le distribuait. Cela suffisait amplement à son bonheur.

A la limite, au niveau intérieur américain, ce capitalisme totalitaire profitait largement de l'existence d'une petite classe pitoyable "d'indépendants", des foreurs, se croyant capitalistes, et appuyant celui-ci.
Les Roquefeuille, eux, on peut leur faire confiance. très bien implantés au coeur du capitalisme, ils sentent le vent tourner.

Ils se désengageront, à leur rythme. En faisant le maximum pour gagner de l'argent, et faire autre chose. Du renouvelable, par exemple.
Pour ce qui est du nuke français; il est si important, pourquoi ? Parce que seul une économie centralisée peut donner carrières, prébendes, et rentes.

Une économie décentralisée, elle, profiterait davantage à la population.

Moins, celle-ci est dépendante du système, plus elle est autosuffisante, moins il y a de prébendes. Et les dits hauts fonctionnaires se retrouveraient dans le lot commun des gens obligés de travailler.

Tout est question, donc, de domination sociale. Les rockfeller abandonnent une industrie dont ils sentent l'obsolescence, mieux que personne, tant ils sont bien renseignés.

Les nucléocrates eux, devront faire face à l'effondrement du coût de l'ex-nouveauté, devenue la prochaine industrie dominante.

Bien entendu, si chauffe-eau solaire, éoliennes de particuliers, étaient à leurs coûts réels, et pas à des prix farfelus, on en verrait de tous les côtés...

Mais, chaque sou économisé, c'est un sou en moins pour le marché, et ses profiteurs.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 00:36

Un cessez le feu virtuel existe sur la ligne de front de Novorussie. L'occident prétend que la cessation des hostilités est "globalement respectée", ce qui est largement faux, et Poutine aurait fait exploser des bombinettes nucléaires sur l'aéroport de Lougansk, expliquant sa chute, et la très forte explosion ressentie.
Bien entendu, cette affirmation du commandant en chef de l'armée est aussi ridicule que virtuelle, mais indique son haut niveau de professionnalisme.

La plus simple explication est que la garnison aurait fait sauter ses munitions, après avoir épuisé vivre et/ou eau, car visiblement, un aéroport c'est très dur à prendre, mais comme dans toutes les guerres médiévales, encerclés, ils tombent irrémédiablement quand les greniers et les puits sont vides. C'est l'explication la plus plausible à mon sens.

A moins que les novorusses aient réussi à faire sauter le stock de munitions. Mais j'ai une préférence pour la garnison qui tente de se carapater pendant que le stock saute.

Bien entendu, le moral doit être haut, avec ce genre de rumeurs, à l'aéroport de Donetsk, lui aussi encerclé par les novorusses...

Morlaix. Le FSB a fomenté l'attaque des administrations, nous dit on. Certains disent qu'ils auraient mieux fait d'aller brûler le Kremlin...Pour ce qui est des agriculteurs, ils ont perdu 1000 et ont reçu une aide virtuelle de 1. Enfin, ils la recevront. Peut être. Dans longtemps.

Le premier ministre promet -pour une fois- des poursuites. le reste du temps, les bagnoles brûlent, sans que s'en émeuvent les autorités.

Jeu virtuel en Syrie. Daech bouscule les Kurdes, mais abandonne Raqqah, et les bombardements US auraient été réalisés après accord avec les syriens, par l'entremise des russes...

On se demande d'ailleurs ce qu'on de plus ces bombardements américains, par rapport aux bombardements syriens ? Ils ne sont guère plus puissants. Mais l'armée des jihadistes se replierait elle sur la frontière nord, et nettoieraient ils les kurdes pour le compte des turques ???

En Ecosse, finalement, les grands gagnants du referendum sont...Les indépendantistes, et visiblement, les seules catégories qui aient voté pour le royaume uni sont

1 ) les retraités,

2 ) les godons, et même eux, à 63 % seulement... C'est dire.

Le nombre de militants indépendantistes bondit de 10 000 à 11 000 membres, et l'indépendance pourrait être acquise "quand même", à la manière irlandaise, sans doute, ou simplement en attendant le renouvellement des générations. En dessous de 65 ans, les indépendantistes sont majoritaires...

Bref, le virtualisme des occidentaux est maximale aujourd'hui...

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 00:33

Comme le véritable socialisme, ça n'existe pas. Cela pour clore une discussion oiseuse.

Le libéralisme appliqué, ça embauche des fonctionnaires, augmente les dépenses publiques, à tout va, ça remplace le productif, par du non productif.

Le reste, c'est du blabla.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans politique
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 01:09

"Comment peut on parler d'austérité lorsque le déficit est de 80 milliards et qu'aucune réforme n'a été faite concernant les dépenses de l'état ?
Comment parler de doxa néo-libérale lorsque l'état représente 60% du PIB
?"

Il faut suivre ce que j'ai déjà dit. L'accroissement des dépenses de l'état est inhérente à la doxa néo-libérale.
Le nombre de fonctionnaires bondit à partir de 1973, ainsi que le nombre de retraité. Le système a quand même besoin de cohortes nombreuses de personnes à l'écart du tumulte, pour l'appuyer et le faire paraître sympathique. Qui tape le plus, souvent, sur les chômeurs ?

Réponse :les gens qui ne savent pas ce que c'est que de chercher un emploi. 10 millions de chômeurs ça coûte 1.5 % du PIb, 15 millions de vieux, rien qu'en pension, ça coûte 12 % + 6 % en soins.

J'ai souvent qualifié les vieux et les fonctionnaires de "cosaques sociologiques", des gens qui trouvent sympa tout l'attirail néo-libéral, tant ils sont infectés, comme par des puces, par la propagande.

Et puis, il ne faut pas tout confondre : tous les pays sont à environ 70 % de mix "dépenses contraintes/prélèvements obligatoires". Les 17 % de dépenses de santé US sont pour 12 % "libres", c'est à dire "trop bien", et 5 %, des prélèvements obligatoires "beeeuuurk". Moi, je vois pas la différence. De même, je ne vois pas la différence entre retraites versées par fonds de pensions et celles versées par un régime dit "de répartition", ça repose toujours sur les actifs.

Je trouve AUCUNE différence, entre une cotisation de sécurité sociale, et celle d'une mutuelle. Si, aux USA, les mutuelles libres sont nettement plus chères : 15 % de frais de commercialisation, 15 % de frais de gestion et 15 % de rentabilité.

Quand aux réformes de l'état, c'est du blabla. On peut sans doute réduire des 2/3 les dépenses de santé, en affrontant de front les professions libérales. ça serait amusant, d'ailleurs, de voir UMP et/ou PS réduisant les rémunérations des médecins et reprenant la main sur les prescriptions médicales inutiles... Et au passage, en en mettant quelques milliers en taule.

Mais on les augmentera, en refilant aux assurés et au malade le surplus. Alors, je ne vois pas où est le progrès.

Le chômage, au niveau indemnisation, c'est que dalle.

Si les collectivités publiques arrêtent d'investir, le lendemain, le BTP a disparu (perte de 80 % de ses commandes), quand au nombre de fonctionnaires, voire aussi le clientélisme UMP et PS, toujours très attachés à donner des leçons et jamais à se les appliquer...

Il est probable qu'entre la bonne et la mauvaise graisse, ce sera la bonne qu'on dégraisse, et la mauvaise qu'on garde.

Le blabla néolibéral parle de "réformes de structures". Finalement, je les attends avec impatience. Le jour où elles se font, ce sera des torrents de sang.

Pour ce qui est des 80 milliards d'euros de déficit, c'est très simple. On annule la loi du 3 janvier 1973, et on solde tout par jeu d'écriture.

Partager cet article

Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog